Accès au Blog

Commentaires et Cogitations sur l’Évangile de Thomas

Structures Mentales Tome 1

Structures Mentales Tome 2

Structures Mentales Tome 3

Structures Mentales Tome 4


Structures Mentales

Tome 2

 

 

 

Retour aux sources

Ou connais-toi toi-même

 

 

 

 

 

http://www.llecointe.com/ludovic/img/Synthese01.png

 

 

 

 

 

 

 

Ludovic

 

Point de départ de ce document le 24 mars 2013

Version 1.15 6 mai 2014

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Tous droits de reproduction ou de diffusion interdits sans l’accord écrit de l’auteur ou ses aillant droits.

Tous droits réservés. Les portions de texte définies comme des extraits d’auteurs conservent leurs copyrights respectifs (voir plus loin).

1.   Sommaires

 

1.        Sommaires 2

2.        Convention d’écriture 6

2.1.        Texte courant 6

2.2.        Texte poétique 6

2.3.        Texte souvenir 6

2.4.        Extrait d’auteurs — Copyright 6

2.5.        Secret 6

2.6.        Notes de bas de page 6

2.7.        Images — Photos 7

3.        Introduction. 8

4.        Le réel 13

4.1.        Les fondamentaux. 13

4.1.1.          Les besoins vitaux. 15

4.1.2.          Aspect cyclique des besoins vitaux. 24

4.1.3.          La respiration. 30

4.1.4.          Boire 32

4.1.5.          Manger 32

4.1.6.          La bouche 33

4.1.7.          Dormir 36

4.1.8.          La circulation sanguine 37

4.1.9.          Un système interconnecté 40

4.1.10.        Les forces extérieures 40

4.1.11.        Mon environnement immédiat 42

4.1.12.        Limites vitales 43

4.1.13.        Les capteurs du corps (les sens) 48

4.1.14.        Mémorisation. 49

4.1.15.        Le schéma directeur 49

4.2.        Les structures de bases 51

4.3.        La posture 53

4.3.1.          L’appui physique et la posture 53

4.3.2.          La gravitation universelle 54

4.3.3.          Le mouvement appui relatif 57

4.3.4.          Être et avoir — Pied et main. 58

4.3.5.          Équilibre — unité — dualité 58

4.3.6.          Une histoire d’appuis, la vue 60

4.3.7.          Transcender l’Être, mes limites 61

4.4.        Aller de A vers B. 63

4.4.1.          Le point A n’est pas encore apparu. 65

4.4.2.          Le point B n’est pas visible. 66

4.4.3.          Quelque chose coupe le chemin et empêche la progression. 66

4.4.4.          Quelque chose enferme le point A ou le point B ce qui empêche la progression. 67

4.5.        Deux choses en relation. 69

4.5.1.          Relation non localisée 70

4.5.2.          Des relations, des liens, délocalisés. 70

4.5.3.          Terme englobant 71

4.5.4.          En bonne et due forme 73

4.6.        Les principes 77

4.6.1.          Liste des principes scientifiques 78

4.6.2.          Principes de vies 80

5.        Schéma de cohérence 82

5.1.        Les cinq sens et la Conscience 85

5.2.        Symétrie 90

5.3.        Harmonie 91

5.4.        Quelles sont mes limites 99

5.5.        Le vide sous mes pieds 99

5.6.        Toutes les choses sont en appui 101

5.7.        Le centre 103

5.8.        Axe du monde 105

5.9.        Je suis l’intersection entre l’extérieur et l’intérieur 106

5.10.           Structures de bases 107

5.11.           Besoins de vie fractale 108

5.12.           L’intermédiaire 109

5.13.           L’obstacle 112

5.14.           Mon environnement 112

5.14.1.        Exemple : une plante dans un salon. 115

5.15.           Nous sommes inscrits dans l’univers 118

5.16.           Nous sommes inscrits dans le temps 122

5.17.           Les saisons 123

5.18.           Ordonnancement 127

5.18.1.        Le lieu symbolique 132

5.18.2.        S’inscrire pour se réécrire 135

5.19.           Liens mémoriels 137

5.20.           Structures mémorielles 143

5.21.           Truc mémoriel 147

5.22.           Lumière et mémoires 151

5.23.           Sept unités mesurent l’univers humain. 152

5.23.1.        Sept Quoi ? 154

5.23.2.        Le Sigle QQOQCCP. 159

5.23.3.        Sept notes de musiques 162

5.23.4.        Les niveaux logiques de Robert Dilts 162

5.23.5.        Émotions — Les vices et les vertus 164

5.23.6.        Le prisme ou la matrice de perception. 169

5.24.           Un lieu actif, un modèle ou une simple maquette 173

5.24.1.        L’univers comme modèle 176

5.25.           No distance 182

5.26.           Zéro — Rien — Néant 183

5.27.           Univers miroir 185

5.28.           Modélisation du schéma de cohérence 186

6.        Ma réalité 200

6.1.        La métaphore, l’analogie 200

6.1.1.          L’exemple des équations 202

6.1.2.          L’esprit qui vagabonde, donner du sens 202

6.1.3.          Fusion de l’esprit et de la matière 203

6.2.        Relation physique — psychique 205

6.3.        Regarder par terre 206

6.4.        Le jeu de Tarot 209

6.5.        Spirales 211

6.6.        Spirales — Énergie 222

6.6.1.          Principes et formes primaires 227

6.6.2.          Le Dragon. 234

6.7.        Alliance 238

6.7.1.          Les Sept Arts libéraux. 239

6.8.        Preuve et FOI 240

6.9.        Vertus Théologales 241

6.10.           Début et fin. 243

7.        Le verbe créateur 248

7.1.        Comment tu marches ? 250

7.2.        L’Alphabets, images des Principes 260

7.3.        Le langage 263

7.4.        Le Langage image du Monde 266

7.5.        Structure de mémoire ou d’information — Alphabet 269

7.6.        Ordre et Verbe 273

7.7.        Miroir, Ordre, Symétrie 276

7.8.        Tout a un sens 281

7.9.        Verbe — Énergie 281

7.10.           Représentation et Informations 283

7.11.           Je me parle à moi-même 287

7.11.1.        Moi et moi 289

7.12.           Le Vrai le Faux, et le langage 290

7.12.1.        La voie de l’éloquence, Imam Ali 296

8.        Mon décor 298

8.1.        Cadre — non-cadre 298

8.2.        Entrelacs et mouvement de vie 299

8.3.        Cosmologie du JE. 302

8.4.        Je suis le centre 305

8.5.        S’inscrire : dans le Triangle — le Carré — le Cercle 310

8.6.        S’inscrire : dans le décor, et lire le décor 313

9.        Donner du sens 320

9.1.        Donner du sens — enrichir l’histoire 323

9.2.        Donner du sens — astuces 324

9.2.1.          Utilisation possible de la mémoire 326

9.2.2.          Expérience à réaliser 327

9.3.        Donner du sens — pour avancer 327

9.4.        Donner du sens — par logique, par cohérence 331

9.5.        Donner du sens — La buée du miroir 334

9.6.        Donner du sens — construire des usines à gaz 335

9.7.        Donner du sens — Vices et vertus 337

9.8.        Mon GPS me vole le sens 341

9.9.        Groupe virtuel 344

10.           Avoir et Être 347

11.           L’acte 350

11.1.           Illusion. 363

11.2.           Lâcher-prise — la marche 365

11.3.           La parole donnée 367

11.4.           Comment procéder 370

11.5.           C’est une sorte de TAO. 379

11.6.           Moi, cherchant moi pour devenir moi 380

12.           Représentations symboliques 381

12.1.           Les représentations Tétramorphique des portails d’églises. 381

12.2.           Analogie des Quatre éléments 384

12.3.           Représentations alchimiques 384

12.4.           Structure intérieure et langage 388

12.5.           Dans les films, la littérature, la vie 391

12.5.1.        Les indestructibles 391

12.5.2.        Les quatre Fantastiques (Marvel comics). 393

12.5.3.        Civil War 393

12.5.4.        La famille, essai de translation. 394

12.5.5.        Groupes d’individus célèbres 399

12.5.6.        Logo — Microsoft Windows 7. 402

12.5.7.        Le jeu de cartes 403

12.5.8.        Mathématique – quatre opérations 403

12.6.           Émotion et mathématique 407

12.7.           Représentations englobantes 407

12.8.           Une histoire de Source 416

12.9.           Analogie 427

13.           S’aimer soit même 431

13.1.           Retournement, bénédiction. 437

13.2.           Tout est parfait 442

13.3.           Carte — Pièce d’identité 446

13.4.           Il n’y a personne ici 457

13.5.           La source se cherche avec les mauvais outils 460

14.           Synthèse 463

15.           Référence des ouvrages cités ou liens en rapport 474

 

Je n’ai pas de compte à rendre au temps

Je ne suis pas son serviteur

Je vais d’ici et maintenant

Ma place est celle que j’occupe

Je suis[1]

 

 

2.   Convention d’écriture

2.1.      Texte courant

Le texte courant est écrit en mode justifié avec la police : « Deja vu Sans » en taille 10 :

2.2.      Texte poétique

Des textes poétiques sont placés au fil des pages. Ils sont là pour exprimer certaines choses d’une autre manière ou bien pour rentrer dans une forme d’irrationnel. Ils sont une indication pour le lecteur qui ne doit pas prendre au pied de la lettre ce qui est écrit, mais peut se laisser aller à ses propres réflexions.

2.3.      Texte souvenir

Des textes basés sur des souvenirs ou des rêves sont des résumés de situations ou de souvenir qui permettent d’introduire ou de commenter d’une manière romanesque un chapitre. Ils sont parfois adaptés à la lecture du chapitre ou bien laissés en l’état.

2.4.      Extrait d’auteurs — Copyright

Pour illustrer certains chapitres, il a été fait appel à des extraits de l’encyclopédie en ligne Wikipédia. Quelques rares extraits de livres d’auteurs sont aussi présents dans ce document. L’ensemble de ces ajouts placé dans le cœur du texte est identifié par cette police de caractères et l’usage d’une encre de couleur violette de manière à les différentier sans ambigüité possible du texte principal. Les sources de ces textes sont généralement indiquées sous forme de notes de bas de page[2].  Lorsque ces ajouts sont placés en bas de page j’utilise la police suivante : « Ce document », Ils sont alors précédés de l’URL du site en ligne.

Tous les droits d’auteurs associés à ces portions restent la propriété intellectuelle de leurs auteurs respectifs et conservent leurs logiques de droits de diffusions et de copies d’origines. Les URL placées en bas de page permettent de retrouver le document d’origine ainsi que leurs auteurs. Les droits de reproduction de ces parties sont conservés tels que définis par leurs auteurs respectifs. Ces insertions sont considérées comme étant des informations permettant d’illustrer notre propos ou bien le rendre plus fluide. En aucun cas le texte de fond qui fait l’objet de ce document ne peut être considéré comme un travail dérivé de ces portions de texte qui ne sont là que pour illustrer le propos principal et aider le lecteur à situer certaines connaissances du domaine public dans un mode de type dictionnaire encyclopédique. Logiquement tous ces extraits sont utilisables en regard de leurs copyrights respectifs, cependant, il est possible que certains textes soient soumis à des droits d’usages restrictifs qui nous auraient échappés. Nous nous en excusons par avance et rectifierons le problème lors d'une nouvelle édition sur simple demande. Concernant le copyright appliqué à l’ensemble du texte principal, il est soumis aux dispositions légales internationales en vigueur concernant les droits d’auteurs[3].

2.5.      Secret

Certains secrets de guérisseurs sont transcrits dans ce document pour illustrer notre propos. Ils sont centrés de la même manière que les portions poétiques du texte.

2.6.      Notes de bas de page

Ce document exploite un ensemble de 15 tomes de notes collectées entre mai 2008 et 2013, soit environ 3000 pages numériques au format A4. Pour faciliter la lecture du document, un remaniement a été réalisé et les notes n’ont plus l’ordre chronologique d’origine. De plus, seules les notes couvrant le thème de cet ouvrage ont été utilisées. Pour un usage futur, des notes en bas de page indiquent le numéro du tome, le nom du chapitre d’origine et la date de rédaction.

2.7.      Images — Photos

La majorité des médias de type photos ou dessins utilisés dans ce document ont été produits de manière personnelle ou bien collectés pour enrichir le texte sur des sites libres comme Wikipédia. Une attention particulière concernant les droits d’auteurs des documents collectés a été réalisée et des liens web de renvoi aux sites d’origines sont mis en bas de page pour obtenir un visuel de meilleure qualité. Cependant, il est possible que certains visuels soient soumis à des droits d’usage restrictif qui nous auraient échappés. Nous nous en excusons par avance et rectifierons le problème lors d'une nouvelle édition sur simple demande.

Des images encadrées d’un liseré blanc sont utilisées pour faciliter la mise en page du document et apporter une certaine dimension au propos du texte.

 

 

 

 

 

 

 

3.   Introduction

En 2008 commençait la rédaction d’un document où je notais ces moments particuliers de notre existence que l’on nomme synchronicités, des moments que je voyais apparaitre de plus en plus souvent dans ma vie. Cela faisait quelques décennies que je notais déjà dans des cahiers mes rêves et les événements étranges et marquants qui m’accompagnaient au fil des jours. Ce premier document a été suivi de beaucoup d’autres, qui m’ont amené à regarder de plus près ce personnage que je suis. Un peu comme dans un vortex où tout tourne, j’ai vu au fil des tomes, qui s’accumulaient, revenir des thèmes, s’installer des tendances, apparaitre des prises de conscience à tiroir. Tout ceci se raffinant de plus en plus avec le temps et donnant du sens aux événements. Une sorte de grille de lecture de mon monde émergeait à son rythme à travers ces réflexions, ces intuitions soudaines, ces prises de conscience, qui nous éclairent par moment. Ces sortes de lumières intérieures faisaient apparaitre des choses qui avaient toujours été là, des évidences auxquelles nous ne prêtons plus attention, et qui pourtant nous portent. C’était dans un premier temps, comme une sorte de retour aux sources, aux sources de mon histoire de vie et puis dans un second temps aux sources de l’histoire des Hommes, et finalement aux sources de tout. J’éprouve maintenant un certain besoin de rédiger une sorte de synthèse de l’ensemble de ces prises de conscience, réalisées depuis quelques décennies, et mises sous la forme de compte rendu dans ces documents. Ce livre est une sorte d’essai où j’essaie de compiler ces notes, pour leur donner une logique de lecture signifiante. Je ne suis pas l’ordre chronologique de leur rédaction d’origine, pour faciliter le travail de synthèse, et permettre le regroupement des idées. J’indique simplement dans les notes de bas de page la date de la rédaction originelle des articles, pour ceux qui seraient intéressés par une analyse du déploiement du processus, ou qui voudraient consulter les notes originelles, si elles venaient à être éditées. Les notes ont été réécrites pour une lecture plus académique, et elles ont été expurgées des commentaires et annexes inutiles. Bien souvent, les notes originales sont présentées sous la forme d’un compte rendu, et elles précisent le contexte associé à la prise de conscience, à la synchronicité, ou l'idée du moment. Pour simplifier mon propos, cette partie ne sera reproduite que si elle présente un intérêt pour le thème traité. Mon objectif n’est pas d’écrire sur les phénomènes de synchronicité, mais sur nos structures fonctionnelles, qui me sont apparues à travers ce travail ou plutôt ce cheminement. Cet ouvrage est la suite logique du précédent, il porte donc le numéro deux. Depuis sa rédaction, un troisième tome complémentaire a été écrit. Certains chapitres présents dans ce tome deux ont été réutilisés dans le tome trois, et pour des raisons de cohérences et d’équilibres entre les différents ouvrages ces chapitres ont été retirés dans cette édition. 

Ce cheminement m’a amené avec le temps à percevoir de manière assez précise des logiques qui animent l’individu à « l’insu de son plein gré ». Tout du moins, j’ai fini par construire dans mon esprit une sorte de grille de lecture du monde. Une vision directe, fonctionnelle, qui me permet de simplifier voire d’appréhender les événements, qui jalonnent les réactions humaines. Une sorte de grille de lecture qui est avant le symbolisme, la psychologie, la tradition, les dogmes religieux, ou toutes autres œuvres de l’esprit. Une grille, qui ne s’appuie pas sur des propos de sage ou des textes sacrés, mais simplement sur les faits mêmes de ce que nous sommes vraiment. Une sorte de réponse à la question : « qui suis-je ». Une proposition d'éclairage des sentences comme : « connais-toi toi-même et tu connaîtras l’univers et les Dieux », ou encore « personne n’entre ici, qui ne soit géomètre », et bien d’autres... Ces propos sont un peu prétentieux, et bien sûr ce qui est présenté ici n’est en réalité que ma vision du monde, une vision qui de plus, se modifie de jour en jour. Cette vision du monde est comme une vigne qui pousse, et qui à terme donnera le fruit nourrissant, qui pourra lui-même se transformer en nectar.

L’ensemble des propos qui vont suivre n’est qu’une synthèse d’un travail particulier où je suis le principal expérimentateur, l’expérience elle-même, et la matière de l’expérience. Une sorte de boucle où l’observateur est ce qu’il observe, et où chaque nouvelle observation vient modifier à la fois, ce qui est observé et ce qui observe. Dirigeant ainsi l’analyse vers ce qu’elle voulait être, avant même d’être. Le simple fait de donner du sens à la chose observée, c’est souvent : aller vers ce que l’on désire, en faisant abstraction des autres informations, qui ne résonnent pas avec l’objectif inconscient qui nous habite, mais qui anime le besoin de chercher.

Je suis un système qui existe à travers un processus de type rétroaction, ce qui veut dire que j’interagis continuellement avec moi-même pour maintenir un certain équilibre, et que cette interaction me modifie continuellement. Les explications, commentaires, anecdotes, fictions, rêvasseries, élucubrations et autres styles, qui vont suivre au fil des pages, ne sont pas à analyser au pied de la lettre. Nous sommes ici dans une sorte d’essais de présentation de choses totalement évidentes, qui ne se laissent pas facilement saisir, parce qu'elles sont justement trop évidentes, trop simples. Pour ce faire, les propos qui vont suivre pourront sembler un peu puérils et d’une certaine manière ils le sont, mais ils devraient permettre de faire comprendre nos modes de fonctionnement, et la raison d’être de certains, voire de beaucoup de nos comportements. Certains propos sont de l’ordre de l’expérimental, ils sont parfois étranges, ils traitent de choses à première vue incohérentes, ils abordent des sujets extrêmement basiques, ils déploient des idées complètement décalées. Tout ceci pourra sembler bizarre, enfantin, complexe, farfelu, très savant, ou tout autre. Les propos tenus dans ce document sont simplement là pour essayer de sortir de nos idées toutes faites, et de proposer des points de vue différents, pour construire en nous un modèle qui nous soutienne. Attention, même si dans certains chapitres le propos est à l’affirmation, ne vous laissez pas prendre à mon jeu, rester critique, laissez vibrer votre désapprobation intérieure, qui pointera peut-être son nez. Votre jugement est peut-être le bon, votre point de vue est peut-être correct, jouer au jeu de la contradiction intérieur. Voyez quels sont vos arguments, qui arrivent à ce moment-là dans votre esprit et les souvenirs qui les renforcent, voyez de quoi vous êtes fait, ressentez qu’elles sont vos appuis, qui vous permettent ici et maintenant de juger et de croiser le fer avec un Ludovic virtuel, qui vient de faire irruption dans vos certitudes.

Dans ce document, je préfère aller dans un premier temps le plus directement possible aux choses constatées, et en montrer les implications, plutôt que de redéployer l’historique des découvertes et leurs genèses. Il nous faut allez, du simple à entendre, du facile à observer, du vivant, du vrai pour-soi, vers le multiple toujours différent et complexe. Dans un second temps, je vais déployer un ensemble de moments forts personnels, qui ont marqué ces diverses réflexions. Pour que mes propos ne soient pas trop expérimentaux, j’ai ajouté de-ci de-là quelques informations signifiantes collectées sur des sites encyclopédiques libres comme Wikipédia. Dans tous les cas, les sources des incrustations de textes sont référencées sous la forme d’un lien permettant de s’y reporter (URL - Internet), placé en bas de page.

Les portions de textes en bleue italique centrée sont des propos poétiques, tout comme ce document qui n’a pas vocation à devenir une suite de vérités, ce sont simplement des cogitations pour vous faire vibrer, vous faire résonner, vous agiter, vous titiller, vous remuer, vous passer au tamis, de toutes les manières…

La source ne se raconte pas, elle s’exprime, s’incarne, se vie.

La vie se vie, elle ne se raconte pas sinon c’est de la fiction.

La vie est Ici et Maintenant et c’est à vivre[4].

 


 

LA PREUVE[5]

 

Chercher la preuve est une épreuve, éprouvante.

Chercher la preuve, c’est réunir les choses éparpillées.

La preuve est à découvrir.

 

La preuve, c’est le sceau qui est apposé en bas d’un document ?

La preuve, c’est la mémoire de tiers qui ont assisté à un événement ?

La preuve, c’est la photo sur ma carte d’identité ?

La preuve, c’est le diplôme qui sanctionne une épreuve ?

La preuve, c’est le symbole reconstitué ?

 

La preuve est toujours là, visible ou invisible.

La preuve, c’est mes yeux qui voient, mes oreilles qui entendent…

La preuve répond à un besoin.

La preuve, c’est un résultat.

La preuve, c’est la reproduction d’une chose ou d’un phénomène.

La preuve, c’est la vérification par une méthode.

La preuve, c’est la validation par une connaissance.

La preuve, c’est la production d’une chose.

La preuve, c’est la présentation d’une chose.

La preuve, c’est la démonstration d’une vérité.

La preuve, c’est la chose elle-même.

La preuve, c’est le modèle de base, l’unité de la chose.

La preuve, c’est le point irréfutable, d’où tout peut être démontré.

La preuve, c’est en quelque sorte la source de la chose à prouver.

La preuve, c’est ce qui scelle une interrogation, un questionnement, un doute.

La preuve, c’est une sorte de fin du parcours, un aboutissement.

La preuve, on la cherche au départ et on la trouve à l’arrivée.

La preuve est le début et la fin, c'est l’alpha et l’oméga.

Si j’ai la preuve, je détiens la vérité, j’ai raison.

La preuve, c’est la fin du raisonnement.

La preuve, c’est un lien qui unit les chercheurs.

La preuve me permet d’être entier.

La preuve me rend fort.

La preuve réunit les hommes.

La preuve est le ciment des choses.

La preuve est l’origine des hommes.

La preuve, c’est le modèle étalon.

La preuve, c’est l’original.

La preuve s’impose à tous.

La preuve est une épée flamboyante qui tranche.

La preuve, c’est ce qui permet un jugement véridique.

La preuve est justice.

La preuve brise les chaines.

La preuve libère l’homme.

La preuve est la fin du mensonge.

La preuve, c’est l’ordre rétabli.

La preuve, c’est la stabilité du système.

La preuve, c’est le centre, c’est l’axe, du système.

La preuve, c’est sur quoi tout repose.

La preuve, c’est l’appui parfait.

La preuve a toujours été là.

La preuve, c’est la vérité, véridique.

La preuve, c’est la connaissance.

La preuve, c’est la fin des ténèbres.

La preuve, c’est ce qui éclaire.

La preuve est lumière.

La preuve est un chemin.

La preuve nous transporte.

La preuve est un passage.

La preuve est une porte.

 

« Je suis », est ma Preuve.

« Je suis »

 

La preuve[6] est nécessaire pour valider l’acte aux yeux des autres et éviter le problème.

Est-ce la peur qui fait chercher la preuve ?

 

 

 

4.   Le réel

Commençons par le commencement : le réel, ce réel qui m’entoure, ce réel qui me constitue. Mais, qui a déjà vu le réel, qui a déjà « Toucher » l’information réelle qui constitue ce monde ? Je ne parle pas de ce que je vois ou entends, je parle du réel qui est là où il se trouve, et uniquement là. Lorsque je regarde ce pot de fleurs sur la table, qui est à deux mètres de mon corps, d’où je me trouve, je ne peux voir que son empreinte, en fait l’image que la lumière, qui a parcouru les deux mètres du réel vers mes yeux, me donne à voir. En réalité, je ne vois qu’une image, une représentation, une simple copie du vase, et pas le vase, qui d’ailleurs n’est pas un vase.

Tout ce qui apparait dans ma conscience n’est que le reflet de mes sens, avec leurs qualités et leurs défauts. Cependant, il nous faut faire avec et nous devons reconnaitre pour réel, ce qui dans notre univers semble stable, vrais, présent, constant, reproductible… Nous avons alors un certain nombre de points de contact avec le réel que nous acceptons pour acquis, cela nous permet le raisonnement, la cohérence, la stabilité. Nous avons une relation avec le réel qui est de l’ordre de l’appui, c'est-à-dire que nous considérons comme vrai un certain nombre de choses qui nous servent d’appui. Nous avons besoin de ces références, parce que sans elles nous ne pouvons exister. Comment exister sans référence ? Nous sommes de fait attachés à ces points d’appui.

Le réel le plus proche de nous c’est nous même. Nous sommes notre premier appui, notre Être-té est l’appui fondamental, le point qui nous permet d’appréhender notre univers. Nos sens, avec leurs qualités et leurs imperfections, nous permettent de nous appuyer sur l’extérieur et l’intérieur. Nous prenons alors conscience de notre corps et de la capacité de ses capteurs et membres. L’univers communique avec nous en passant par nos sens, en nous fournissant des données que nous pouvons observer par l’esprit dans notre conscience. En fonction de la qualité offerte par notre conscience, nous pouvons alors appréhender le monde qui nous entoure, et étendre cet Être-té à cet espace magique. Nous interagissons dans cet univers à travers une sorte de boucle de contrôle.

Notre Être-té source peut alors s’étendre à la limite de la perception de nos sens, et d’une certaine manière je suis à tout instant cette limite sur laquelle je m’appui encore et toujours. Je ne fais qu’étendre cette limite pour augmenter mes appuis. J’occupe à tout instant une place physique dans cet univers, cette place est la mienne et je suis cette place. Je suis techniquement ces appuis, s’ils disparaissent je chute et disparais aussi.

Personne ne peut prendre ma place, et ma place est simplement là où je suis, parce que je suis ma place. Toute intrusion dans ma place me ferait disparaitre, parce que « chaque chose à sa place ». Fondamentalement, je ne peux être qu'en appui, en relation avec l’autre, j’occupe le point central de mon univers et tout gravite autour de moi. Tout ce qui n’est pas attaché, lié, rivé, clouté, collé, incrusté, fusionné à moi de manière définitive ne fait pas partie de moi. Partant de ce principe, il me reste à trouver le néant, qui pourrait me convaincre que je suis réellement séparé de quelque chose, et qu’effectivement il y a moi et autre chose derrière ce néant.

Les chapitres qui vont suivre essaient de faire un retour aux sources vers ce réel premier, qui m’encapsule complètement, et qui a fini par devenir comme transparent pour ma raison. L’évidence de la vue me fait croire que je vois réellement le vase sur la table, je fais complètement abstraction du fait que ce n’est que de l’information que mes yeux ont pu capter, et que mon cerveau a transformée en conscience, c’est mon sens visuel. J’ai oublié qu’il faut que je respire continuellement. Je crois qu’un arbre existe, enfin bref : je confonds la carte et le territoire. Les images et les étiquettes ont remplacé le réel dans ma réalité. L’observateur produit lui-même ce qu’il observe à partir de donnée qu’il capte plus ou moins bien, ce qui fait dire à certains que « l’observateur est l’observé ».

4.1.      Les fondamentaux

Ceci étant posé, j’aimerais proposer une simple question, une question qui devrait nous permettre de sortir de la boucle de l’observateur observé :

« Qu’elles sont les références que j’utilise pour m’auto générer, pour m’auto réguler, et quel sont les objectifs poursuivis par mon comportement ? ».

Pour simplifier mon propos, je pose l’idée qu’il y aurait une sorte de référentiel inconscient, et un besoin impérieux de ne faire qu’UN avec ce référentiel pour être stable, en harmonie avec lui. Il est facile de constater que je suis en permanence en mouvement, aussi bien physiquement que psychiquement. Nous passons le plus clair de notre temps à nous poser des questions, et nous entretenons une sorte de dialogue intérieur permanent. Nous sommes aussi le plus clair de notre temps dans une logique de mouvement physique, simplement pour nous déplacer d’un point vers un autre. Tout ceci s’arrête lors des périodes de sommeil profond ou tout du moins n’est plus produit de manière consciente. Lors de ces périodes de sommeil profond, on peut dire que notre conscience diurne s’éteint, et nous n’avons plus de mouvements physiques ni de mouvements psychiques importants.

Lorsque nous cherchons à limiter les mouvements de notre mental ; nous cherchons « une position physique stable », et nous pouvons alors commencer une pratique quelconque comme la relaxation, la méditation, ou tous autres techniques qui a fait ses preuves. Il y a un lien entre les mouvements de notre corps et les mouvements de notre mental. Être attentif aux mouvements ou processus du corps, comme la respiration par exemple, permet de calmer le mental. Il y a un lien entre le physique et le psychique, un lien qui est exprimé dans le langage courant par le terme « psychosomatique[7] ».

Observer ce qui se passe en nous, et essayer de simplifier l’information pour ne retenir que l’essentiel nous oblige d’entrer dans une sorte de boucle, ou l’observé va agir sur le résultat de l’observation. L’observé va donc comme indiqué plus haut devenir le résultat de son observation. Les méthodes de relaxation ou de méditation sont de bons exemples de ce processus récursif. Lors de l’exercice, il y a un objectif sous-jacent qui est de réguler les mouvements extérieurs et intérieurs, pour essayer de les simplifier, pour essayer de les rendre moins importants. L’observé essai d’atteindre une sorte de but, quelque chose qu’il veut devenir. Mais, l’observé qui est conscience, finalement ne connaît pas le but qu’il veut atteindre, ce but n’est qu’un présupposé de sa raison, une idée parfois floue d’une chose finalement inconnue. L’observateur qui dirige sa propre transformation, en passant par son observation, s’appuie uniquement sur une technique qu’il a imaginée ou apprise, et il auto régule les résultats observés. Des résultats, qui ne sont qu’une interprétation de lui-même, issue de la différence entre l’idée qu’il se fait du but inconnu et de ce qu’il vit, ou croit vivre ici et maintenant. En fait, l’observé est animé d’une intention, et il se dirige vers ce qu’il croit être le résultat de cette intention, c’est une sorte de rêve éveillé.

Pour pouvoir comprendre ce qui nous anime, et qu’elle est la réalité du but qui nous sert de référence, il faut se rapprocher le plus possible du réel, et éviter les présupposés chimériques. Il faut pour un temps faire table rase des lectures et autres informations colportées par des sages, des documents sacrés ou bien inspirés, et trouver quel pourrait bien être ce but, cette référence vers laquelle on se dirige. Cette chose avec laquelle j’essaie de n’être qu’UN, pour enfin stopper le questionnement et le mouvement psychosomatique.

Après ce qui vient d’être écrit, il devient clair que ce texte ne s’adresse qu’à celui qui le rédige, et qu’il ne serait être pour les autres que d’une valeur informative. À chacun de trouver en lui sa référence, et il faut voir ce document que comme un simple compte rendu d’un cheminement de pensé, qui s’est imposé à moi par la pratique. Il n’est pour vous qu’une sorte de poteau indicateur, ce sont des directions que j’ai prises pour dérouler mon fil dans ce labyrinthe. Ces propos peuvent éveiller en vous des idées, des pensées, mais la réponse doit surgir de soi, pour être validée par soi-même, pour enfin pouvoir fusionner avec soi et stopper la recherche.

Le processus d’observation de type « connais-toi toi-même » est une sorte d’algorithme de compressions basé sur la suppression, en effet au fur et à mesure que la connaissance de soi apparait, des morceaux de ce que nous croyons être sont démasqués et mis de côté. C’est un peu comme la méthode qu’a utilisée Descartes pour arriver à son Cogito : « je pense donc je suis ». Il a écarté tout ce qui n’était pas une information viable sur laquelle il pouvait s’appuyer pour raisonner sainement. Techniquement, j’ai donc écarté moi aussi de mes croyances un nombre important de données, qui ne me semblent pas viables, ou tout du moins qui ont montré leurs vrais visages.

Alors donc, voici une synthèse qui prend naissance avec la naissance même de ce que je suis actuellement. Il faut se reporter au premier instant de la vie et comprendre ce qu’il implique en matière de besoin. Cette partie est un peu théorique étant donné que nous n’avons pas le souvenir de ces premiers moments, mais il est possible lors de méditation, de relaxation, d’expérimenter concrètement ce qui va être expliqué, il sera ensuite évident que le schéma qui va être présenté couvre l’ensemble des situations existantes. Tout ce qui suit peut paraitre simpliste et faire l’objet de contradiction et d’explication d’école. L’objectif ici est simplement de faire ressortir quelques données, le côté scientifique et précis de l’ensemble de ces propos n’a pas d’importance en soi et n’apporte rien. Un individu vie à partir de ressentis et de besoins, pas à partir de connaissances scientifiques. Pour me déplacer d’un point A vers un point B, je ne m’intéresse pas de savoir si mon corps est constitué de cellules, et qu’il y a dans ces cellules de l’ADN de l’ARN, etc. C’est une connaissance du ressenti direct, de l’expérience directe, ce n'est pas le sens que je donne aux choses ou bien que l’on m’a transmis, ce n'est pas un savoir.

4.1.1. Les besoins vitaux

Dans les premiers temps, le corps n’est pas encore formé, nous ne disposons pas de nos organes des sens pour pouvoir analyser notre environnement. La cellule reçoit certainement des stimuli qui sont interprétés par elle, mais il est difficile pour nous d’imaginer par le mental à quoi peut ressembler notre Être-té à ce moment-là.

Le principal besoin vital c'est que la vie soi, c'est-à-dire que le « point de conscience », qui habite déjà la première cellule, possède (au moins) comme objectif de déployer le corps et certainement plus, mais notre propos ici n’est pas de faire des projections sur le sens de la vie, mais simplement de constater que la cellule vas vers la construction du corps que nous expérimentons. L’objectif est d’ailleurs déjà présent avant même la production de la première cellule puisqu’elle est produite par deux corps constitués, qui veulent se reproduire.

 Aussitôt que notre corps commence à se constituer, nous commençons à cartographier l’information qui nous entoure via les stimuli qui nous arrivent à travers le corps lui-même. Le cerveau cartographie l’information proche du corps qui a été captée, pour permettre à notre système central de générer ce que nous pourrions appeler la « proto conscience », ou tout simplement pour réaliser une représentation la plus fidèle possible de l’information qui nous entoure. En fait, je suis un système qui décode son environnement. Ce processus de représentation est très important et même vital, parce que le « point de conscience » qui nous habite à ce moment-là est très fragile, et il doit connaitre son environnement de la meilleure manière possible pour pouvoir survivre. Nous sommes ici dans une logique de vie ou de mort du « point de conscience ». Parallèlement, le système intègre ou bien sait déjà de manière innée qu’il doit croitre en multipliant ses cellules, et il doit déployer le code du corps pour acquérir des capteurs supplémentaires et performants, qui vont lui permettre de réaliser l’Être humain, qui est logiquement codé dans l’ADN. Pour pouvoir croitre, le système doit donc multiplier ses cellules, et cela n’est possible que si le système capte de la matière qu’il va transformer en nouvelles cellules. Dès le début du processus d’existence, la première et unique cellule doit donc se multiplier, et acquérir des éléments extérieurs lui permettant de se multiplier.  La première partie de ce processus est assurée en grande partie par le corps de la mère, qui apporte au système naissant les nutriments indispensables à l’apparition de son corps. Le système va alors se déployer et construire les capteurs (au sens large) indispensables à sa future autonomie. Dès maintenant, le système est pris dans une logique de limites où il doit honorer un certain nombre de points pour pouvoir arriver au stade suivant. Ces limites sont de nature nutritive, le corps ne peut pas apparaitre s’il ne dispose pas de liquide, de nutriment, de cycle de repos, etc.… Il n’est pas encore totalement autonome, par contre c’est bien la première cellule issue de la fusion de l’ovule et du spermatozoïde qui se reproduit, et pas des cellules de la mère qui viennent construire le corps. Le corps de la mère arrive au fœtus sous la forme de nourriture et lui fournit un environnement protégé, qui permet sa croissance. Les sens du fœtus se développent durant la gestation et commencent à être opérationnels rapidement, cette phase dure neuf mois environ.

Une fois le bébé sorti du corps de la mère il devient totalement autonome, mais doit être nourri et suivit, parce qu’il est totalement incapable de se déplacer ou d’assurer ses besoins vitaux. L’enfant est donc en permanence comme dans une sorte de structure qui limite ses possibilités.  Une structure invisible, mais bien réelle, car il lui est impossible d’en sortir par lui-même. Il est soumis à cette structure de besoins intérieurs et ne pas la respecter c’est à coup sûr mourir très rapidement. Des stratégies sont donc mises en place par le système très rapidement, pour assurer au mieux la captation des éléments formant les limites de cette structure invisible. L’enfant va alors grandir pour devenir indépendant de ses parents en termes d’accès à l’alimentation. Cette phase est très longue et prend plusieurs années, durant lesquels l’enfant est soumis à ses limites, et au bon désir de ses parents ou tuteurs, qui vont réguler plus ou moins bien sa nécessité d’indépendance. Durant cette période, l’enfant est donc soumis aux besoins vitaux principaux que sont la respiration, la nutrition, l’hydratation, la cognition (l’alternance des phases de sommeil et de veille, l’esprit). Il ne peut honorer ses besoins vitaux qu’à travers la structure parentale, qui logiquement est constituée d’un père et d’une mère (grand parent, tuteurs, autres…).  Il est possible qu’il ait des frères et sœurs ou bien que cette structure soit minimum et changeante. Honorer ses besoins vitaux est une obligation cyclique, c’est-à-dire que l’opération doit être répétée en permanence. Cette cyclicité fait apparaitre une logique de début et de fin de cycle, et au moins un état stables. Les cycles ne sont pas tous de mêmes durées, et il est possible pour l’enfant de jouer avec, pour faire varier leurs périodes. Par exemple, pour honorer notre besoin d’AIR nous devons : INSPIRER – attendre un seuil haut PUIS EXPIRER puis recommencer le cycle.

Boire / uriner

Manger / déféquer

Inspire / expire

Sommeil / veille

 

Il est possible de jouer avec un cycle, mais il est très difficile de rester sans respirer plus que quelques minutes. Nous sommes donc dès la naissance (à la sortie du corps de la mère) soumis à ces cycles, et nous pouvons reconnaitre dans ces cycles des moments d’action et de réaction, d’inspire et d’expire. Il apparait ici une notion de temporalité, avec la période des cycles et une notion de qualité, avec différents états, en fonction de notre position physique dans un cycle en cours. Notre état physiologique change durant un cycle ce qui donnera naissance à une sorte de dualité : bon / mauvais état.

 

J’ai soif, j’ai la pépie, j’ai trop bu…

J’ai faim, je suis rassasié, j’ai trop mangé…

Je manque d’air, j’étouffe, je respire, ouf…

J’ai sommeil, je suis fatigué, j’ai bien dormi…

4.1.1.1.        Les besoins vitaux

Le besoin vital de base est la vie, nous voulons et cherchons à vivre. Pour honorer ce besoin vital, je vais devoir en honorer d’autres, qui comme nous l’avons déjà vue s’imposent dès les premiers instants « de la vie ».

Je constate que mon corps réclame de manière cyclique et impérieuse un ensemble d’éléments pour fonctionner. Les éléments réclamés par mon corps sont divers, mais nous pouvons en identifier facilement quatre, ce nombre n’est pas fermé et toute découverte d’une nouvelle contrainte cyclique ou non nous permettra de mieux comprendre l’interaction du corps et de l’esprit. La tradition asiatique fait référence à cinq éléments, qui sont eux aussi en rapport analogique avec l’existence. Ces cinq éléments couvrent la philosophie du TAO. Comme beaucoup d’autres modèles, ce sont des analogies, des métaphores, des essais plus ou moins heureux de synthèse du réel. Cet essai cherche à montrer le plus totalement possible l'ensemble des schémas psychosomatiques que nous sommes. À vous de réfléchir, ou de laisser aller votre intuition, et de peut-être trouver d’autres éléments fonctionnels primordiaux. Toutes nouvelles découvertes dans ce sens ne pourront que nous permettre de mieux comprendre la relation existante entre ce que nous sommes, ce que nous pensons être et ce que nous faisons. Par exemple : le corps à besoins d’Iode (sel marin), et de vitamine C (fruits / légumes) qu’il ne sait pas synthétiser, mais cette information n’est pas consciente, lorsque nous mangeons nous ne sommes pas conscient que nous honorons ces contraintes (et bien d’autres), nous honorons simplement l’apport de nourriture de façon globale. Nous mangeons intuitivement de manière équilibrée. La notion de nutriments n’existe pas en matière de ressentie. C’est la science qui nous précise ces contraintes, nous, nous resterons au premier niveau, c'est-à-dire au geste banal de manger régulièrement sous peine de dépérir, nous sommes dans la simplicité, l’évidence.  L’enfant pleure son biberon et s’endort une fois repu.

J’ai déjà nommé les principales contraintes vitales, qui sont :

Respirer

Boire

Manger

Dormir

Ces contraintes sont d’ordre physique et fonctionnent selon une logique cyclique qu’il est important de bien ressentir. Tout le monde vie ces contraintes depuis l’enfance, et nous avons un peu perdu de vue leurs fonctionnements analogiques. La logique commune associée à ces cycles nous est imposée, et se présente à nous sous la forme d’un besoin d’acquisition d'une ressource. Il y a une période d’assimilation et une obligation de rendre la partie non utilisée, non intégrée, il peut aussi y avoir une période d’attente liée à la période d’assimilation.

Ce tableau brosse grossièrement les trois ou quatre phases d'assimilation, il n’a rien de scientifique, il est juste le fruit d’une observation basique, présentée de manière triviale volontairement.

 


 

Tableau des besoins vitaux principaux :

 

Besoins

 

acquisition

 

assimilation

 

attente

 

Rejet

 

 

Respirer

 

Je fais rentrer de manière instinctive de l’air dans mes poumons.

Phase d’inspire.

 

L’oxygène est assimilé dans les poumons. (nous n’en sommes pas vraiment conscients)

 

Très cours

 

Faire sortir l’air en soufflant.

Phase d’expire.

 

Boire

 

J’ingère un liquide par la bouche parce que j’ai soif.

 

Je ressens physiquement que cela me convient et me soulage.

 

Le temps de traitement du liquide dans le corps.

 

J’éprouve le besoin d’uriner

 

Manger

 

J’ingère de la matière parce que j’ai faim.

 

Je ressens physiquement que cela me convient et me soulage.

 

Le temps d’assimilation de la matière par le circuit correspondant.

 

J’éprouve le besoin de déféquer.

 

Dormir

 

Il arrive un moment où je ne tiens plus debout et où il faut que je dorme

 

La durée de mon sommeil est variable.

 

La durée de mon sommeil est variable.

 

Je me réveille et je peux de nouveau vaquer à mes occupations.

 


 

Tableaux de besoins secondaires ou gérés automatiquement par le corps :

 

Besoins

 

acquisition

 

assimilation

 

attente

 

Rejet

 

 

Battement du Cœur.

Ce besoin vital est complètement intégré et permet la transmission via le sang des ressources collecter par les autres besoins vitaux externes.

 

Le cœur se remplit

 

 

 

Le cœur se vide

 

Un abri pour dormir et se protéger des éléments.

 

Intérieur

 

 

 

extérieur

 

Température

Nous ne pouvons pas vivre en dehors d’une fourchette de température.

 

 

 

 

 

 

 

 

Me reproduire

Ce besoin pas indispensable pour l’individu. Mais vital pour l’espèce.

 

J’éprouve le besoin de me reproduire

 

Je trouve une compagne ou un compagnon et nous nous accouplons.

 

9 mois.

 

Un nouvel être apparait.

 

Ces cycles forment des sortes de sinusoïde d’actions avec des hauts et des bas.

 

 


Voici d’autres tableaux d’évaluation en rapport avec les processus[8] :

Tableau des durées de cycle :

 

Processus

 

Durée du cycle

 

Commentaires : Positions de la source

 

 

Cardiaque

 

1/60 s

 

Intérieur

 

Respiration

 

Quelques secondes à quelques minutes

 

Extérieur

 

Hydratation

 

1h

 

Extérieur

Course d’eau

 

Nutrition

 

8h (4h si petit déjeuner, etc.)

 

Extérieur

4 repas en moyenne

 

Mouvement

 

12h

 

Extérieur / Intérieur

Veille / sommeil (classiquement en alternance avec le jour la nuit, ce qui peut être modifié).

 


Tableau des limites temporelles de non-respect des cycles :

 

Besoins

 

Logique

 

Si je ne fais pas, je meurs après

 

Commentaires

 

Je mange,

 

je défèque

 

Nutrition

 

Max 40 jours

 

Des personnes prétendent vivre sans s’alimenter.

Certaines traditions et certains faits vérifiés montrent des cas troublants[9].

 

Je bois,

 

j’urine

 

Hydratation

 

Max 2jours

 

 

Je dors,

je bouge

 

Locomotion, sensation

 

Max quelques jours

 

Sans aucune sensation l’individu meurt.

 

 

J’inspire,

 

j’expire

 

Respiration

 

Max 7 minutes

 

Beaucoup moins sans entrainement.

 


Tableau des moyens associés aux besoins vitaux :

 

Besoins

 

Logique

 

Moyen

 

Commentaires

 

 

Je mange,

je défèque

 

Nutrition

 

Nourriture

Bouche

Ventre (corps)

Anus

 

Ça entre et ça sort, je ne suis pas sûr que l’enfant fait bien le lien entre l’entrée et la sortie.

 

Je bois,

j’urine

 

Hydratation

 

Eau

Bouche

Ventre (corps)

Sexe (urine)

 

Idem que pour la nourriture.

 

Je dors,

je bouge

 

Locomotion, sensation

 

L’ensemble des Sens

Yeux

Oreilles

Nez

(bouche) Langue

Peau

 

Le système nerveux inclut l’ensemble des capteurs ainsi que la conscience qui me permet d’être.

 

« JE SUIS »

 

J’inspire,

j’expire

 

Respiration

 

Air

nez

ventre

nez

 

 

La bouche peut être utilisée pour faire entrer l’air.

La bouche est utilisée par les besoins de bases.

 

 

Pulsation cardiaque

 

Circulation sanguine du corps

 

Sang

Cœur

Système veineux

 

Ce système est autonome et ne nécessite pas « d’entretiens », c’est le centre du système. On prend conscience de sa présence par le battement du cœur qui s’impose à nous. Les quatre besoins vitaux sont reliés à lui.

 

Homme,

Femme

 

Reproduction

 

Amour

Communion des sexes

 

N’intervenant qu’après plusieurs années.

 

Il existe plusieurs essais de classification des besoins vitaux :

·         Il y aurait quatorze besoins fondamentaux pour Virginia Henderson.

·         Nous avons la pyramide des besoins de Maslow.

·        

La classification que je propose ici est orientée pour permettre un lien avec la tradition et parce qu’elle me parait être plus proche de notre vérité intérieure.

Lorsque pour une raison ou une autre je travaille sur un élément, qui reflète un de ces principes de bases, je me retrouve relié de façon directe avec les contraintes de ce processus vital.

·         Faire action de boire me renvoie directement au processus vital de l’hydratation.

·         Faire acte de manger, me renvoie, directement au processus vital de nutrition.

·         Faire acte de modifier sa respiration, me renvoie directement au processus vital de la respiration.

·         Etc.

Quelques exemples tirés d’expressions populaires qui indiquent un déséquilibre :

(les assignations peuvent être discutées, je ne prétends pas avoir raison, ce sont simplement des exemples pour illustrer mon propos)

·         Tu me pompes l’air. (Air)

·         Tu m’étouffes. (Air)

·         Tu me prends la tête. (Feu, mouvement, esprit)

·         Tu me casses les pieds. (Feu, mouvement)

·         Tu me donnes le vertige (Feu, mouvement, esprit)

·         Tu fais chier. (Terre, matière)

·         Tu me donnes soif. (Eau)

·         Sur cette question, je suis sec. (Eau)

·         Tu m’endors avec tes histoires. (Feu, mouvement)

·         C’est une histoire à dormir debout. (Feu, mouvement)

·         Tu me gonfles.  (Feu, mouvement)

·         Toutes ces histoires, ça creuse. (Terre, matière)

 

Ces expressions sont des images de déséquilibre, de la même manière je peux être dans l’équilibre et alors je vais l’exprimé. Mais si symboliquement je m’inscris dans l’équilibre, alors je vais d’une certaine manière être synchronisé avec le besoin vital de base. L’ensemble de ma machinerie va constater que mon esprit est dans une logique d’équilibre à travers la symbolique de ma situation, l’ensemble des processus inconscients va alors prendre en compte ce fait et logiquement je serais calme et en paix.

Il n’a pas à équilibrer l’équilibre.

Il n’y a pas à centrer le centre.

Il n’y a pas à pacifier la paix.

Le point n’a pas de dimension, il est donc là où il est, et pas ailleurs.

La roue tourne sur son axe, si je suis l’axe ça tourne rond.

Certains lieux ou actions symboliques représentant métaphoriquement l’équilibre des besoins vitaux vont automatiquement générer en moi un équilibre. Ils vont alors induire par analogie, une connexion de mise en conformité.

Il va y avoir résonnance entre le principe représenté par le symbole et l’esprit dans sa relation avec la réalité. La résonnance sera synchrone, ne formant qu’une seule et même vague, une ondulation.

On peut même essayer de faire en sorte que notre regard sur les choses soit dirigé vers le principe de façon à rendre notre regard « droit », équilibré. Voir le principe dans les choses, pour se rectifier, pour aligner notre esprit qui voie et le principe vital.

Essayer de reconnaitre l’expression du principe en toute chose, pour être en communion avec lui, pour devenir une expression du principe et être dans la paix. Être au centre, pour rendre impossible tout déséquilibre qui viendrait perturber la paix. Voir l’expression du principe en toute chose, pour faire Un avec le principe.

 

·         La remise d’un diplôme va me remplir. (terre, nourriture)

·         Une réflexion désagréable va me déséquilibrer. (Feu, mouvement)

·         Une odeur nauséabonde va me stresser (air).

·         Une nourriture au gout bizarre va me stresser (terre).

 

Acte / action /vision -> besoins vitaux -> inconscient -> émotionnel -> mental

 

On retrouve les trois niveaux de rapport avec les choses :

 

Physique -> émotionnel -> mental

 

Qui eux-mêmes se décomposent en quatre principes vitaux symbolisés par les quatre éléments.

 

Feu -> Air -> Terre -> Eau

4.1.2. Aspect cyclique des besoins vitaux[10]

 

Les besoins vitaux et les contraintes que nous subissons peuvent être inscrit dans un mouvement de type inspire -> expire ou encore : monter -> descente. C’est-à-dire que nous sommes soumis à une pulsation, une vibration, qui peut se matérialisé sous la forme d’un gonflement suivit d’un dégonflement, d’un inspire suivit d’un expire. Le gonflement c'est comme gravir une montagne, alors que l’expire est libérateur, c’est la descente ou le vidage de la baudruche. L’équilibre, se trouve dans le moment entre l’inspire et l’expire, la monter et la descente. Il y a donc deux périodes d’équilibre. Ce mouvement cyclique linéaire produit une ondulation, un rythme, une pulsation.

 

 

Chacune de ces contraintes produits en nous une Pulsation, une ondulation :

 


 

Tableau des pulsations :

 

Contraintes

 

 

Commentaires

 

Respiration

 

 

inspiration -> expiration

 

Hydratation

 

 

Boire -> Uriné

 

Nutrition

 

 

Mangé -> Déféqué

 

Conscience

 

 

veille -> sommeil

 

Circulation

 

 

(pulsation cardiaque) : systole -> diastole

 

Gravité

 

 

Horizontal -> vertical (montée / descente), mouvement

 

 

 

 

On voit que les contraintes de base sont toute inscrites dans une logique cyclique qui va se déployer dans un mouvement de type compression, décompression.

 

De ce constat résulte un ensemble de schémas, qui peuvent symboliser la chose :

 

En premier apparait le triangle, qui est issu du mouvement apparent de la monté et de la descente :

 

 

Pour aller de A à B, je monte à C, et je redescends en formant un triangle, on peut dire que ceci est un principe. Si le mouvement est cyclique et linéaire (s’inscrivant dans le temps), alors j’obtiens la figure suivante :

 

 

Les triangles ici peuvent être représentés par une courbe de type sinusoïde[11], cela devient une vibration.

On peut à partir de cette sinusoïde ou de ces triangles faire de la géométrie, et retomber sur des schématiques connut. Si l’inspire est égal à l’expire, alors nous avons un triangle isocèle.

 

 

 

 

Ce triangle de base, symbolisant de façon vivante l’inspire et l’expire, s’inscrit dans deux cercles en fusion. Il forme aussi en se déployant la trame d’un plan d’hexagone.

 

 

Les hexagones forment en réalité une trame de triangle.

 

Trame que l’on retrouve dans les nids d’abeille[12].

 

En multipliant le principe de base, et en dessinant les cercles ou sphères inscrits, on voit apparaitre la fleur de vie :

 

 

La fleur de vie

 

Je suis le résultat de cette pulsation qui provoque le mouvement. Cette pulsation est vivante, je suis vivant et je le constate en moi à travers mon cœur, qui est la pulsation, viens ensuite la pulsation de la respiration, la pulsation de ma conscience, la pulsation de ma matière, le jour la nuit, ma naissance, ma mort.

 

Tableau des pulsations et organes associés :

 

Contraintes

 

 

Commentaires

 

Gravité

 

Mouvement, monté / descendre, sensation, chaud/froid… 

 

 

Nutrition

 

Pulsation de l’intestin

 

 

Circulation

 

Pulsation du cœur

 

 

Respire

 

Pulsation des poumons

 

 

Conscience

 

Pulsation de la veille et du sommeil.

 

 

 

 

Tout est cyclique et répond à une logique :

 

Inspire -> expire -> Inspire -> expire -> inspire -> expire…..

 

La langue des oiseaux ou les expressions populaires vont venir conforter cette analyse.

 

Le mal -> ça gonfle

Le bien -> je peux souffler

 

Dans notre cosmologie :

 

Les saisons sont encadrées par des moments cosmologiques extrêmes que sont les solstices et les équinoxes, qui forment un carré dans un cycle (le cercle). La contraction de l’hiver et l’explosion du printemps.

 

Psychologiquement :

 

D’après Jung, l'individu à deux façons de se charger en énergie : l'introversion et l'extraversion[13]  (inspire / expire), et utilise quatre processus mentaux.

 

230px-Types_psychologiques_C

Schéma des fonctions psychologiques ou processus mentaux chez Jung

 

Christ en gloire (châsse de Saint Calmin, abbaye de Mozac, XIIe[14])

4.1.3. La respiration

La respiration est un acte de base, elle est semi-automatique et constante. L’air est l’élément où évolue le corps, et il n’y a logiquement aucune problématique liée à sa captation, car il est partout. L’air entre dans le corps en passant par le nez, mais il est possible et fréquent de le faire entrer par la bouche. Le nez est comme deux pailles directement connectées à l’extérieur du corps, dans la grande bouteille d’air qui nous sert de lieu de vie.

Si je reprends le cycle de la respiration et que nous observons ce cycle en nous, nous voyons que nous prenons de l’air par le nez et/ou la bouche (l’air pris avec la peau est une connaissance extérieure), et qu’arriver à un certain seuil, qui est perçu comme un remplissage, nous nous sentons pleins, nous rejetons alors cet air par les mêmes orifices. Ce cycle forme avec le temps une sorte de sinusoïde, qui va de vide à plein et de plein à vide. Nous pouvons jouer avec ce cycle et maintenir notre respiration en tout point du cycle, pour obtenir tel ou tel effet, le pranayama est la pratique de la respiration dans le yoga. Ce qui est remarquable ici, c’est qu’avec le temps je reconnais en moi divers états de remplissage de l’air, que je capte ou que je rejette. Il y a quatre points remarquables, qui peuvent imager la sinusoïde : vide, moitié pleine, pleine, moitié vide…

Je ne peux pas conserver très longtemps un état, au plus quelques minutes. Je passe d’un état à un autre dans une logique de remplissage, un peu comme on remplit et vide une bouteille (métaphore de l’esprit). Je suis de fait, une sorte de récipient capable de contenir de l’air. Ma capacité pulmonaire que je ressens physiquement est une sorte de rétroaction interne, le système m’indique si le lieu où je me trouve est apte à me fournir un air d’une qualité suffisante, pour honorer ma contrainte. Il y a tout un ensemble d’expression évoquant la qualité de l’air dans un lieu, et aussi des expressions de type métaphorique qui associe l’air à d’autres pratiques.

·         On étouffe ici.

·         On respire ici.

·         Il ne manque pas d’air.

·         De quoi j’ai l’air.

·         L’air de rien.

·         S’envoyer en l’air.

·         Le fond de l’air est frais.

·         L’heure de notre dernier soupir.

·         Étouffer une affaire.

·        

Le cycle de la respiration est continuellement actif, il commence au moment même de notre sortie du ventre de notre mère, cela marque notre naissance. C'est un passage instantané vers un nouveau mode d’oxygénation de notre sang, qui se fera maintenant par ce moyen jusqu'à notre dernier soupir, le jour de notre mort. Ce cycle, qui est toujours actif connaît des moments hauts et bas, ce qui induit une notion de qualité : il y a le bon air du bord de la mer et le mauvais, celui des bordures de décharges enfumées. Cette notion de qualité associée à l’air que nous respirons induit en nous une notion plus générale de bon ou de mauvais air.

« Atmosphère ! Atmosphère ! Est-ce que j'ai une gueule d'atmosphère ? »[15]

 

Nous apprenons par l’expérience une capacité au jugement, ceci est directement lié au fait qu’il faut honorer la contrainte absolument, et qu’avec un mauvais air cela n’est pas possible.  Ce mauvais air est jugé par notre système comme coupable de ne pas nous nourrir. Une sorte de dualité apparait automatiquement, une dualité de survie, ou le mauvais provoque la mort et le bon nous permet de croitre. Respirer est pour nous une question de vie ou de mort, nous sommes incapables de respirer sous l’eau comme les poissons.

L’air est une ressource omniprésente, qui englobe notre corps et est logiquement toujours disponible.

L’air que nous respirons est associé à notre sens de l’odorat et est essentiellement capté par le nez, le gout utilise l’odorat.

4.1.4. Boire

Le corps a besoin d’eau[16], il est en grande partie composé d’eau. De manière identique à la respiration, mais de façon moins régulière, nous éprouvons un cycle de captation et de rejet de l’eau. L’eau est absorbée par la bouche et rejetée par le sexe ou les glandes sous forme de miction ou de sueur (surement par d’autres points de sortie, mais ce n’est pas important). L’eau peut-être captée à travers des aliments ou d’autres moyens, mais les principaux sont la source ou le point d’eau (le robinet de la cuisine ne nous intéresse pas). Notre corps peut aussi être perçu comme un récipient, qui va accueillir l’eau et la faire sortir. L’eau induit en nous une notion de qualité plus précise que l’air. L’eau peut-être fréquemment impropre à la consommation humaine, voire mortelle. Elle induit, lors de sa prise, un risque de mort ou de maladie. Cette contrainte est donc doublement contraignante, parce que nous sommes obligés de boire et obligés de boire une eau potable, nous sommes devant un choix qui n’était pas vraiment possible avec la respiration. Le fait de devoir faire un choix, de prendre un risque lors de l’absorption d’une eau inconnue induit en nous une peur de mort possible ou de désagrément fort. Pour faire face à ce problème, nous devons trouver la bonne source ou le bon point d’eau.

Apparait alors en nous la notion de Source, la Source qui pourra assurer notre soumission à cette contrainte forte, qui est ce besoin vital d’accéder à l’eau potable sous peine de mourir. Une autre notion s’inscrit en nous à ce moment, une Source c’est un endroit ou une « ressource » est viable qualitativement, mais aussi où elle est disponible continuellement. Une source d’eau viable est un endroit où coule de l’eau potable, la source coule sans se soucier des entités qui viennent capter son eau. Une source est un endroit ou continuellement l’eau de vie est proposée à celui qui en a besoin sans aucune contrepartie. Une source est généralement « un endroit fixe et fiable » qu’il faut savoir retrouver pour se garantir la résolution de son besoin. Connaitre le lieu où trouver une source opérationnelle c’est s’assurer de pouvoir honorer ce besoin vital et de ne pas mourir. Connaitre une source d’eau potable est une question de vie ou de mort.

La source d’eau est une ressource fluide, qui coule sans retenue à partir d’un point fixe. La boisson est associée à notre sens du goût et est essentiellement ingurgitée par la bouche. 

4.1.5. Manger

Le corps a besoin d’un ensemble important de nutriments et de sels minéraux et certainement d’autres choses (vitamines…), qu’il va simplement assimiler en ingérant de la nourriture. De manière identique à la respiration ou au besoin de boire, le besoin de nourriture implique une logique de cycle, ou nous allons ingérer de la nourriture et ensuite déféqué les parties non assimilées. Je rappelle que le système a comme objectif de croitre en permanence, et il va utiliser une partie des éléments contenus dans la nourriture pour faire croitre le corps, en multipliant les cellules. Manger est logiquement une obligation (des gens prétendent ne plus manger n’y boire et vivre de lumière…), les périodes entre les repas et les défécations sont variables, en général dans nos régions européennes nous mangeons plusieurs fois par jour, mais il est possible d’arrêter de se nourrir durant plusieurs jours (40). Les arrêts contrôlés de prise de nourriture s’appellent des jeûnes[17] et peuvent être provoqués volontairement pour diverses raisons. La notion de qualité de la nourriture est quelque chose de très complexe et donne lieu à énormément de travaux scientifiques. Plus prosaïquement, le type de nourriture que nous ingérons est généralement issu des connaissances détenues par notre culture. Il y a énormément d’éléments dans la nature que nous pouvons ingérer sans risque, mais malheureusement un nombre aussi très important d’éléments qui ne sont pas comestibles. « La connaissance » des éléments comestibles pouvant être trouvés à proximité de notre lieu de vie ou bien que nous pouvons acquérir, en parcourant la nature, est essentielle à notre survie. Nous devons avoir une connaissance spécifique induisant elle aussi une notion de bon ou mauvais nutriments. Cette dualité (bon / mauvais) concernant les aliments disponibles autour de nous est très importante, et est directement connectée en nous à une question de vie ou de mort. Contrairement à la source d’eau, qui logiquement est située à un point fixe, la source de nourriture, peut-être soit à un point fixe, soit un point mouvant. De plus, la nourriture n’est pas comme la source constamment disponible, mais simplement disponible à certaines périodes de l’année. En général, les aliments de type fruits ou végétaux sont situés à des endroits fixes, par contre les animaux que nous pouvons ingérer sont eux sujets à des déplacements fréquents, dans des zones plus ou moins grandes. Nous mixons donc en fonction des régions notre alimentation. Il est vital de connaitre des points fixes pouvant nous fournir de la nourriture, et de connaitre les périodes de l’année ou cette nourriture est disponible. Il est indispensable de connaitre des techniques nous permettant de capturer ou tuer les animaux. La nourriture n’est pas comme l’eau quelque chose que nous pouvons stocker facilement, il faut disposer de connaissances parfois complexes, pour maintenir dans un état comestible de la nourriture collectée. Bien sûr, il est beaucoup plus simple d’aller dans une grande surface à tout moment de l’année sans se poser de questions, mais ici nous ne nous intéressons pas aux grandes surfaces pour l’instant. Nous cherchons à comprendre notre fonctionnement psychosomatique, et son lien avec les contraintes qui nous habitent, et nous travaillent en profondeur. Les grandes surfaces et autres épiceries sont comme la source d’eau, disponible à tout moment, elles sont une métaphore de la Source ou du point d’eau. Nous avons résolu d’une certaine manière l’ensemble des problèmes évoqué plus haut au fil des millénaires d’évolutions de l’humanité.

 La gestion de notre besoin en nourriture est un des besoins vitaux le plus complexes à gérer, contrairement à l’acquisition de l’air qui est partout et de l’eau qui peut se trouver à un point fixe viable, l’accès à la nourriture implique obligatoirement (même avec la grande surface) de se déplacer d’un point A vers un point B, sans avoir la certitude de trouver au point B la nourriture convoitée. L’accès à la nourriture induit en nous une notion d’incertitude et de peur liée au manque possible. Il n’y a pas de garantie d’acquisition de la nourriture, mais simplement un potentiel. L’humain a donc rapidement essayé de rendre ceci plus fiable en cultivant des végétaux comestibles dans des lieux fixes, comme des jardins ou des champs, et en élevant des animaux dans des lieux dédiés, comme des clapiers ou des poulaillers, simplement pour assurer son approvisionnement. Il faut retenir que l’accès à la nourriture est obligatoirement lié à un effort à produire, un effort dont le résultat n’est pas garanti, et contient toujours une incertitude plus ou moins grande. De manière identique à la respiration ou à l’acte de boire, l’acte de manger nous transforme d’une certaine manière en un récipient, qui va passer de vide à plein et de plein à vide.

 

La nourriture est une ressource unitaire qu’il faut parfois stocker dans un contenant.

La nourriture est associée à notre sens du goût, et est essentiellement ingurgitée par la bouche. 

4.1.6. La bouche

Les trois besoins vitaux évoqués précédemment ont en commun une partie du corps qui sert à leur assimilation. Il est en effet possible de respirer, de boire, et de manger en passant par la porte de la bouche. La comparaison avec une porte qui permet d’ouvrir ou de fermer un passage est une analogie forte, la bouche avec ses deux lèvres c’est aussi une sorte de fenêtre avec ses deux battants. La bouche devient donc un lieu de passage obligé, qui permet de faire entrer et sortir ces éléments vitaux que nous devons collecter. La bouche est aussi le passage obligé du verbe, dans les tableaux anciens on représente le verbe par des rubans sortant de la bouche des personnages, ce sont les phylactères[18].

Fichier:Strigel 1506-detail.jpg

Strigel 1506[19]

On peut remarquer qu’il est impossible de manger (mâcher — marcher) si l’on ne dispose pas de sa mâchoire inférieure. Il faut donc pour se nourrir avoir deux mâchoires, qui permettent aux aliments d’être mastiqué. Ici encore une fois il faut rester simple et prendre conscience qu’effectivement, pour HONORER les besoins vitaux de base nous avons les outils de base intégrés à notre corps, et que tous problèmes sur ces outils entrainent une difficulté grave.

À pleine bouche

Avoir l'eau à la bouche

Avoir tant de bouches à nourrir

De bouche à oreille

Bouche cousue

Clouer le bec à quelqu'un

Enlever le pain de la bouche

Être mal embouché

La vérité sort de la bouche des enfants

Motus et bouche cousue

Rester bouche bée

Tourner sept fois la langue dans sa bouche

Une bouche d’égout

Tu m’enlèves les mots de la bouche

Une bouche d’aération

Apprendre quelque chose de la bouche de quelqu'un

La plupart de mes membres vont par deux pour me permettre le mouvement ondulatoire qui va me permettre le transit du besoin vers le corps ou du corps vers l’extérieur. La plupart de mes organes vont par paire pour un fonctionnement optimal.

·         La bouche est composée de deux mâchoires.

·         Mes capteurs sont pour la plupart doubles pour permettre la spatialisation.

·         J’ai deux narines et deux poumons pour faire entrer l’air par un tube central.

·         La reproduction nécessite un homme et une femme.

·         Ma main possède un pouce qui permet de faire face aux doigts pour que je puise prendre.

·         J’ai deux bras pour étreindre.

·         J’ai deux jambes pour marcher et courir.

·         Il faut un papa et une maman pour faire un enfant.

·         Etc.

 

Nous ne sommes pas ici dans une logique de dualité, mais dans une logique de couple !

Un moteur n’est efficace uniquement que s’il a du couple[20], pour entrainer la roue qui est sur son axe !

 

 

1+1=3

Tous ceci ne sont que des banalités, des enfantillages, mais justement !

Ces banalités sont au cœur de ma capacité d’être !

Si un seul des points indiqués plus haut est défaillant, alors, un ou plusieurs des quatre besoins vitaux va être perturbés. Je vais être déséquilibré, voir, je vais mourir si personne ne viens compenser mon handicap.

·         Personne ne m’a appris la faim !

·         Personne ne m’a appris la soif !

·         Personne ne m’a appris à respirer !

·         Personne ne m’a appris à utiliser mes sens et ma conscience !

o    Personne ne m’a appris à voir !

o    Personne ne m’a appris à entendre !

o    Personne ne m’a appris à ressentir (toucher) !

o    Personne ne m’a appris à sentir !

o    Personne ne m’a appris à gouter !

o    Etc.

·         Personne ne m’a appris à faire battre mon cœur !

Si une seule de ces fonctions est touchée, alors j’ai un handicap grave. Si mon cœur s’arrête, je meurs.

Ceci pour dire qu’effectivement j’ai des contraintes, des besoins a HONORÉ, mais en même temps j’ai les outils pour réaliser la chose. Le système à créer des besoins avec les outils pour les honorer. Et pour aller plus loin, le système réclame des choses, qui se trouvent dans mon environnement. L’air m’entoure, la nourriture est produite par la terre, l’eau coule de toute part, j’ai toute la Terre à découvrir. Si un de ces éléments vient à manquer, alors je vais mourir. Je suis en lien avec mon environnement, je suis connecté à travers ces besoins vitaux.

Je suis en symbiose complète avec l’univers qui m’entoure, je suis l’empreinte et l’expression de ce monde. Lorsque l’on veut punir quelqu’un, on réduit sa capacité de déplacement en le mettant en prison. On pourrait aussi réduire sa nourriture, sa quantité d’eau[21], ou la qualité de son air.  Dans certaines régions du globe, on peut presque penser que cela est réalisé pour asservir des populations[22] .Je suis inscrit dans cela, et je m’inscris moi-même dans cela.

Je suis le peintre dans sa toile, qui réalise son tableau, qui est sa propre vie, en s’utilisant lui-même comme peinture.

4.1.7. Dormir

Nous sommes ici dans un autre registre, il n’est plus question d’ingérer une matière, mais de laisser au corps le temps de gérer ses affaires, pour qu’il soit opérationnel. Il est très difficile de rester plus que quelques jours sans dormir. Il y a certainement des cas extrêmes de période sans sommeil,[23] mais généralement nous passons en moyenne 7 heures par jour à dormir, pour une période de 24 heures.  Il est possible de fractionner sur la journée notre période de sommeil, et cela donne lieu à différentes pratiques à travers le monde. D’une manière très similaire aux besoins vitaux évoquer plus haut, le sommeil est quelque chose qui apparait progressivement, et qui est résolu par une simple durée de repos. Il y a un cycle du sommeil, ce cycle fait l’objet d’innombrables études scientifiques, qu'il n’est pas utile de reproduire ici. Pour nous, il s’agit simplement de prendre conscience que dormir est une question de vie ou de mort. Nous pouvons dormir un peu partout, mais il est souhaitable d’avoir un endroit protégé, parce que lorsque nous dormons nous ne contrôlons plus notre environnement, et nous pouvons être attaqués par une entité hostile. Le sommeil entraine donc en plus d’une contrainte physique une contrainte de positionnement dans une zone sécurisée, où nous allons pouvoir dormir sans problèmes majeurs. Cette zone sécurisée peut être fixe ou bien mobile, mais elle est une contrainte, qui s’ajoute à celle de dormir. Elle n’est pas obligatoire, mais sans elle nous prenons alors un risque vie à vie de l’extérieur, qui peut être hostile, c’est une contrainte, qui n’est pas vitale comme les principales, mais qui s’impose rapidement en dehors de certaine zone du globe. En fait, l’abri devient aussi une réponse à la contrainte de stocker la nourriture, l’eau, et donne une réponse aux peurs associées à l’endormissement. L'abri s’impose donc rapidement et est très important psychologiquement, étant donné que d’une certaine manière il englobe le corps et prend sa place lorsque nous sommes endormis (dedans). L’abri est un récipient contenant le récipient que nous sommes, il y a une mise en abime, une logique fractale, une sorte de transcendance qui se met en place.  

Le Système nerveux[24] assure l’ensemble des logiques liées aux mouvements et sensations.

 

Nous devons nous encapsuler pour dormir en sécurité. On retrouve un peu l’idée de l’air qui nous entoure… Cette encapsulation devient plus complexe avec la notion de groupe, de région, de pays, etc. et chaque nouvelle couche qui nous entoure et propose sa solution sécurisante, va métaphoriquement répondre aux mêmes besoins vitaux, mais représentés à une autre échelle et dans une logique analogique subtile. L’armée[25] par exemple, qui assure la sécurité d’un état, est organisée en quatre composantes[26] principales.

Logo of the French Army (Armee de Terre).svg

Logo of the French Air Force (Armee de l'Air).svg

Logo of the French Navy (Marine Nationale).svg

https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/4/4c/Insigne_de_b%C3%A9ret%2C_du_G%C3%A9nie_militaire_%28France%29.jpg

Génie[27]

4.1.8. La circulation sanguine

La circulation sanguine est le processus qui permet de distribuer à travers le corps les différentes ressources captées par la respiration, la boisson, et la nourriture. Pour réaliser sa tâche de distribution et de recyclage du sang, le cœur réalise lui aussi un processus cyclique permanent. L’arrêt du cœur bloque la distribution des ressources capter et entraine la mort, essentiellement par le manque d’oxygène dans le sang, de l'oxygène, qui est capté dans l’air par la respiration, l’échange se faisant dans les poumons.

La circulation sanguine est un processus qui ne demande pas d’aller chercher une ressource quelconque, c’est un besoin vital qui est intégré et autonome.

Il est intéressant de noter que les autres besoins vitaux exposés plus haut possèdent chacun un circuit qui lui est dédié dans le corps, et que la circulation sanguine est avec le sang l’élément permettant la distribution des choses capter.  

[28]C’est le besoin vital principal, c’est le battement ininterrompu du cœur, le rythme cardiaque, la pulsation de départ, c’est d’ailleurs le premier organe qui sera formé par la duplication des cellules. Il n’y a pas si longtemps l’arrêt du cœur était la preuve de la mort d’un patient. Cette pulsation à l'intérieure et qui permet à tout le reste de fonctionner est « la source », qui permet à l’ensemble d’exister. Tous les autres systèmes et processus lui sont reliés d’une manière ou d’une autre. Le cœur indique le rythme général du corps et adapte sa vitesse de pulsation, pour assurer le bon fonctionnement de l’ensemble[29]. Il suffit de courir quelques mètres pour constater que le cœur est le centre du mécanisme énergétique.

Il y a quatre besoins fondamentaux qui s’expriment tous par une logique de type inspire / expire, ce qui définit différents cycles, qui ont chacun leur pulsation.  La pulsation de base est fournie par le cœur, qui comme son nom l’indique est « le cœur du système », le point central. Le cœur[30] est lui aussi animé d'un cycle (de type inspire / expire) qui lui permet d’assurer le mouvement du sang dans le corps.

   

Le cœur sacré de Jésus[31]

 

On se retrouve avec une sorte de schéma, où un point central : le cœur, entretient une pulsation de vie, qui permet la vie d’une structure, le corps. Le corps est animé par cette pulsation, ce mouvement qui entraine le physique que nous connaissons.

Quatre fonctions de base doivent être honorées de façon cyclique pour que l’ensemble croise, la conscience permet à l’ensemble de faire apparaitre l’esprit, qui peut dire « je suis ». Un objectif de procréation intervient par la suite, pour faire perdurée la vie, la chaine des hommes.

Le cœur, c’est l’amour en nous, qui nous donne vie, nous porte à la vie. Le cœur[32] est un système autonome, indépendant du corps, c’est la pompe, qui en permanence permet la circulation du sang et maintient la vie.

Voici quelques expressions populaires[33] qui peuvent éclairer mon propos. Le cœur est le centre qui permet la décision, car il contient la vérité, la vie, il vibre à l’unisson du réel.

·         Avoir un cœur d'artichaut : tomber souvent et facilement amoureux. Avoir le cœur trop tendre, et le donner sans discernement à autant de personnes qu'il y a de feuille sur celui de l'artichaut.

·         Apprendre par cœur : de mémoire et sans faute, mémoire mécanique.

·         Faire contre mauvaise fortune bon cœur : Supporter la malchance sans se décourager. Ne pas se laisser décourager par l'adversité. Peut aussi s'employer pour dire : savoir se contenter de ce qu'on peut avoir, ne pas trop en vouloir, accepter un compromis.

·         Avoir le cœur sur la main : être enclin à une grande générosité.

·         S'en donner à cœur joie : profiter pleinement du plaisir qui se présente. Se faire plaisir en accomplissant une tâche.

·         En avoir le cœur net : s’assurer de la véracité de quelque chose. Vérifier si ce dont on a l'intuition correspond bien à la réalité, à la vérité. Savoir à quoi s'en tenir.

·         Avoir le cœur qui bat la chamade : Cœur dont le rythme s'accélère sous l'effet d'une violente émotion. Avoir le cœur qui s'affole, éprouver une forte attirance pour quelqu'un, ou être prêt à succomber au charme d'une personne.

·         À  cœur ouvert

·         Avoir mal au cœur

·         Bourreau des cœurs

·         Briser le cœur de quelqu'un

·         De bon cœur

·         Ouvrir son cœur à quelqu'un

·         Si le cœur vous en dit

·         Serrement de cœur

 


4.1.9.   Un système interconnecté

Chaque besoin vital exposé précédemment possède un circuit qui lui est dédié, ils sont tous reliés par le circuit sanguin qui assure des échanges.

 Tableau des circuits physiologiques associé aux différents besoins vitaux [34] :

boire

 

Respirer

 

 

Circulation sanguine

 

cognition

 

manger

4.1.10.   Les forces extérieures

Parallèlement à la gestion de ces besoins vitaux, le corps doit trouver au plus vite une autonomie pour pouvoir se déplacer, parce que si l’air est simple à trouver, il est nécessaire, voire vital, de pouvoir se déplacer pour trouver les nutriments, et la boisson qui nous permettent de croitre. Cette nécessité de disposer d’une capacité de déplacement nous met dans une nouvelle structure, qui est de type spatial. Nous devons nous positionner dans l’espace qui nous entoure, par apport à la limite de notre corps. Ici aussi, nous sommes soumis à des contraintes que nous ne pouvons que très difficilement éviter. Le corps est irrémédiablement attiré vers le sol, et nous devons utiliser nos membres pour nous déplacer, tout en respectant des mouvements très précis dictés par les éléments et forces qui nous entourent, et qui contrarient nos mouvements. Ici, nous sommes les jouées des forces physiques extérieures, qui interagissent avec nos corps, et qui nous fournissent une nouvelle structure virtuelle définie par un ensemble d’appuis, et de points de repère indispensables à un équilibre permettant le mouvement. Le système doit en permanence « assurer une posture » au corps, pour lui permettre d’être dans la meilleure disposition possible, enfin d’assurer au mieux les besoins vitaux énoncés plus haut.

Il est utile de constater que le système que nous sommes est soumis à des contraintes intérieures, les besoins vitaux, et des contraintes extérieures, les forces de la nature. Ces deux types de contraintes sont en étroite relation entre elles et forment une structure invisible, qui structure et impose d’une certaine manière au système sa façon de fonctionner. Ne pas respecter cette structure invisible c’est mourir dans un temps plus ou moins long, s’étalant de quelques minutes (respiration) à quelques dizaines de jours (nutrition). Il est aussi intéressant de constater que les deux structures sont constituées de la même « nature ». L’air que l’on respire fait aussi le vent. La Terre qui nous nourrit fait aussi une limite infranchissable, qui nous sert d’appui.  Nous ne pouvons vivre dans l’eau que nous buvons. Nous ne pouvons traverser le feu qui nous anime (la nourriture est transformée), etc. Nous vivons dans l’air, nous nous nourrissons des produits de la Terre (la matière), nous pouvons pénétrer l’eau quelques instants et l’ingérer, notre corps est d’ailleurs constitué essentiellement d’eau, le feu nous détruit, mais en même temps il nous permet d’avoir chaud. Les limites physiques que nous imposent à l’extérieur les quatre éléments sont d’une certaine manière aussi des choses que nous devons intégrer, pour assurer la construction de notre corps.

Cette remarque précédente introduit une notion qui est le fond du problème. En effet, j’ai fait une sorte de remarque du type « c’est un peu comme si » les besoins vitaux intérieurs « étaient en logique » avec les limites extérieures. En fait, j’ai assimilé des choses différentes avec des notions de fonctionnalité. Ici, j’ai fait une sorte de lien entre deux groupes de quatre, qui seraient opposés. J'ai créé une logique unissant une structure intérieure avec une structure extérieure. En fait, je fais une sorte de correspondance, une métaphore, qui relie deux choses qui seraient ici plutôt opposées, mais je leur trouve une certaine similitude. Je reviendrais sur ce point plus tard.

En toute logique, le système créateur existe avant l’apparition du corps, il en a assuré l’apparition, et pour ce faire il lui a fallu à tout moment gérer les besoins vitaux et autres soumissions. Il faut bien comprendre que le processus d’apparition du corps, contenant l’intention créatrice, est prioritaire sur le corps lui-même, il était là avant l’objectif, inclus dans l’intention, il ne peut être atteint et maintenu que si le système assure les besoins vitaux et autres en priorité. Au minimum, le système est déjà contenu dans la première cellule, et dès le départ il assure la croissance de ce qui deviendra ce que nous appelons le corps. En réalité, le système s’est incarné sous la forme d’un corps, en utilisant le contenu de la première cellule, qui sert de matrice de déploiement, il n’y a ensuite pas réellement de séparation entre cette cellule et le corps, qui n’est que son développement.

Tout ceci est très basique et doit le rester, il n'est pas utile de faire d’analogies dans un premier temps, il faut simplement constater notre mode de fonctionnement de base, et éviter le plus possible d’imaginer ce qui se passe, il faut au contraire se concentrer sur le ressenti direct. Il faut se concentrer essentiellement sur le ressenti physique, et pas sur les ressenties psychiques, il faut essayer de prendre contact avec l’évidence des situations sans leur donner un sens. Il faut simplement être attentif aux fonctionnements de notre être, pour discerner avec une certaine acuité l’émergence des besoins vitaux que nous ne pouvons ignorés sous peine de mort. Comme avec tout mécanisme, il a des contraintes de fonctionnement qui vont apparaitre, et ces contraintes doivent être « reconnues » et intégrées au niveau conscient, elles forment les limites de fonctionnalité du système lui-même. Ces limites sont la structure qui englobe le système et elles définissent de facto des qualités d’adaptations. Nous nous intéressons donc, dans un premier temps, au réel que nous percevons physiquement à travers nos sens, et nous essayons de ne pas tenir compte des pensées, souvenirs, sentiments, émotions, et autres rêvasseries que peut provoquer l’ambiance d’un lieu.

Par exemple, une voiture a besoin de carburant pour être démarrée et utilisée, c’est une contrainte forte qui détermine qu'elle sera l’autonomie du véhicule, cela en fonction du volume de carburant pouvant être chargé. Cette qualité implique la présence d’un réservoir dans le véhicule, elle implique aussi l’existence d’un lieu où il est possible de trouver le carburant. Une autre qualité est le nombre de sièges disponibles dans le véhicule, qui imposera de facto le nombre de personnes pouvant être transporté.

Encore une fois, j’ai utilisé une correspondance analogique pour essayer d’expliquer mon propos. J’ai fait une analogie entre le fonctionnement du corps et un véhicule, j’ai produit une métaphore pour donner un point de vue différent pointant vers le même propos. Ici, mon intention de créer une analogie est consciente, et ce processus d’explication analogique, cette technique que j’utilise, est évidente pour tout le monde. Nous n’éprouvons aucun gène à comparer une chose par une autre, nous utilisons ce moyen pour faciliter la création d’une explication en utilisant le verbe. Il est facile de comprendre cette analogie et je peux en créer un nombre infini pour donner au lecteur encore plus de points de vue différents de mon propos, de manière à ce qu’il synthétise dans son esprit l’essence de mon discours.

Revenons pour l’instant au réel. Il est évident que notre système assure depuis le début son accroissement physique en réalisant la duplication structurée de la première cellule, en l’alimentant de nutriment divers. Cet accroissement est directement lié à la capacité du système à accéder aux ressources qui lui sont indispensables. Cet accroissement, en passant par la duplication des cellules, est une information scientifique, une information apprise, une information découverte par des hommes qui ont analysé et constaté leur existence, en s’aidant d’outils dédiés (microscope, et autres). En réalité, à aucun moment nous n’avons conscience de cela, la réalité vécue est toute autre. Nous pouvons constater, que nous nous modifions de jour en jour, que nous accumulons de nouveaux souvenirs, et que notre corps se transforme. Nous constatons que nous avons soif, faim, sommeil, que nous avons besoin de respirer et qu’il ne nous est pas possible de tenir très longtemps sans honorer ces quelques points fondamentaux de notre fonctionnement.

Le système gère cela en priorité, parce que c’est le fondement, la condition indispensable à la continuation de l’accroissement et au maintien de la vie, que nous sommes. Cela se traduit pour nous par une nécessité de pouvoir nous déplacer du point spatial où nous nous trouvons, vers un autre, où doit se trouver un élément de réponse aux besoins.  Nous devons être capables d’aller chercher notre nourriture, ou bien nous devons être aidés par des tiers, qui assurent pour nous cette chose.  Nous connaissons tout cela et nous avons tous été pris en charge par des adultes durant notre enfance. Notre autonomie réelle n’a été possible qu’après de longues années de contrôles parentaux ou autres. Dans le monde douillet de « bourgeois » qui est le nôtre, nous avons perdu de vue qu’il faut faire un effort important pour honorer tous ces besoins. Hormis le pauvre, le mendiant, le clochard, le SDF, qui se retrouvent confrontés à la dure réalité de la vie, nous sommes tous plus ou moins assistés par les protocoles et mécanisme que nous avons missent en place avec le temps, et nous nous sommes éloignés psychologiquement de ces réalités.  Certains d’entre nous, que l’on appelle des nantis, ce sont même placés dans une construction extérieure à eux, qui gère totalement l’accès aux différentes ressources, qui leur sont nécessaires, ils ne leurs restes que la contrainte d’ingérer et d’évacuer les nutriments, et comme tous humains de faire l’effort de respirer et d’assurer un sommeil réparateur.

4.1.11.   Mon environnement immédiat

Ce qu’il faut poser maintenant c’est le fait que nous sommes inscrits dans un environnement qui implique une causalité forte. C'est-à-dire que si je jette un caillou en l’air il va retomber. En réalité, quelques soit l’action que je vais entreprendre elle va créer une réaction, qui répondra de manière parfaite aux lois physiques, qui maintiennent la cohérence de l’univers dans lequel nous nous déployions. Nous sommes donc placés dans un milieu, qui répond à des règles que nous ne pouvons que difficilement transgresser. Ces règles forment elles aussi une sorte de structure invisible, qui nous entoure et que nous devons honorer. Ce sont des lois naturelles que nous devons respecter sous peine d'une mort plus ou moins lente. En contrepartie, nous utilisons ces lois à notre profit, pour nous faciliter notre vie, « en premier lieu » nous les utilisons pour résoudre notre obligation d’honorer les besoins vitaux.

Le vent nous permet de gonfler la voile du bateau, qui nous transporte d’un point à un autre. Ces lois viennent directement impacter le besoin que nous avons d’aller trouver notre nourriture. Elles interviennent directement sur notre corps que le système essaie de construire, par le déploiement, par auto construction. Chaque nouvelle cellule créer est automatiquement soumise aux lois physiques. Notre corps est conçu pour pouvoir exploiter les lois physiques, car il y est totalement soumis, il en est une sorte d’empreinte. Les études scientifiques concernant le corps nous montrent qu’il est une construction utilisant l’ensemble des mécanismes physiques reconnus. Ce véhicule qu’est notre corps est conçu pour pouvoir exploiter les lois physiques qui nous impactent, et nous permettent un déplacement vers la source de nourriture. En fait, le corps est conçu en fonction de ces lois physiques, il n’en est qu’une expression, sachant que le corps est conçu avant que d’être, cela soulève des questions sur les connaissances préalables du système, qui sait très bien où il va. Notre corps sert aussi à toutes nos autres activités, qui ne se limite pas à manger, n’oublions pas que nous n’avons que lui pour faire. Mais ici, je ne cherche qu’à faire ressortir l’indispensable, le nécessaire, et d'essayer de faire apparaitre comment tout ceci est imbriqué vers un but commun.

4.1.12.   Limites vitales[35]

Nous sommes contraints, soumis à des énergies qui nous façonnent. Ces énergies sont visibles, très visibles, mais impermanentes : comment représenter le vent ? Comment représenter les rayons du soleil…? Alors une multitude de représentations analogiques plus concrètes de ces énergies ont pris leurs places à travers le temps, pour nous parler d’elles. Pour exprimer l’énergie, l’exprimer par analogie, pour figer l’impermanence, pour transmettre. Une fois cette notion, ce mécanisme analogique intégré dans l’individu, c’est la porte ouverte à une longue liste d’analogies de plus en plus fine et vaporeuse. Tellement fine et vaporeuse, que l’origine de cette longue chaine d'analogies se perd, s’oublie, mais reste pourtant là bien présente, comme la pierre d’angle du bâtiment.  À l’image peut-être de la pierre noire de la Kaaba.

 

Cette longue liste d’analogies c’est aussi de la mémoire, notre mémoire, une façon de figer le temps pour rendre l’impermanence palpable. Le langage est une clef de la mémoire, c'est le système analogique central, Représentant les choses il permet de communiquer, d’échanger l’impermanence.

« Hier, il a mouillé à vache qui pisse. »

Nous avons pu constater qu’il y avait une similitude entre nos besoins vitaux et les quatre éléments, ce qui peut nous amener à une nouvelle représentation en forme de croix où des analogies peuvent être placées.

 

Tableau d’association éléments / besoins vitaux :

 

Ange

EAU

Hydratation / Mictions

Hydratation

AUTOMNE

 

 

 

SANG

 

Aigle

AIR

Inspiration / Expiration

Respiration  

ETE   

 

 

SANG

 

Christ

Cœur[36]

Pulsation cardiaque

Circulation

 

 

 

SANG

 

Lion

FEU

Mouvement

Locomotion

PRINTEMPS

 

 

 

SANG

 

Taureau

TERRE

Ingestion / Défécation

Nutrition

HIVER

 

Pour qu’un organisme vive et par analogie pour qu’une chose marche (fonctionne) il faut :

 

 

On peut honorer l’ensemble des points précédents, mais il y a des risques naturels qui peuvent être mortels :

 

Un organisme peut mourir ou être fortement perturbé s’il est soumis aux phénomènes naturels suivants :

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


On trouve alors par analogie un nouveau schéma, même s'il semble se présenter comme une logique inversée par rapport au précédent. Une fois de plus, les quatre éléments peuvent être placés en filigranes sur ces énergies destructrices pour l’homme.

 

Tableau des soumissions naturelles :

 

EAU

noyade, raz de marée, etc.[37]

 

 

Énergie

 

 

 

 

AIR

tempête, cyclone, typhon, etc.[38]

 

 

 

Énergie

 

 

Spirale

arrêt cardiaque, toute maladie ou agression, etc.

[39]

 

 

Énergie

 

[40]

 

FEU

un incendie, la foudre, électricité, etc.[41]

 

 

 

Énergie

 

 

 

 

TERRE

recouvrement, tremblement de terre, volcan, glissement de terrain, etc.[42] 

 

Par contre, nous sommes ici dans les énergies visibles dont je parlais plus haut, les forces de la nature. Et dans ce cas, la représentation symbolique serait plutôt celle du Dragon (une représentation de la spirale). Le Dragon[43] qui couvre l’ensemble des cinq représentations.

 

Il vit sous terre

Il vit sous la mer

Il vole

Il crache du feu

Le Dragon

 

Dragon symbolique[44]

 

On remarquera que sur les représentations orientales, les pattes du Dragon ont cinq griffes (4+1) (comment nos mains et nos pieds), elles sont positionnées dans des zones d’énergies, qui sont représentées par des boucles spirales, sur les dessins ou les sculptures.

 

 

Incarner le Dragon en Chine était réservé à l’empereur, sous peine de mort. On retrouve ici la notion de lecture de notre monde (décor) associé au fait de s’inscrire dans le décor, pour incarner analogiquement des puissances. C’est se grimer, pour tromper l’autre ou représenter des notions invisibles. C’est le langage du décor qui va fournir à l’autre une grille de lecture, où il nous placera à la place que nous désirons qu’il imagine.

 

On est dans la magie de la lecture du décor, qui devient ce qu’il représente dans l’esprit de celui qui le voie. Le sens est donné par le voyant, pour qui la chose représentée devient en quelque sorte réalité, cela bien sûr à « l’insu de son plein gré ».  

 

Un dessin que l’on regarde représente analogiquement la chose cherchée. Le voyant ne sait pas qu’il cherche, le voyant ne sait pas qu’il est en face de sa recherche. Si le dessin lui correspond, Il peut être simplement satisfait, comme quelqu’un qui vient de manger et qui est repu. Comme quelqu’un qui avait soif et qui est désaltéré. 

 

 

Jésus se présente comme une nourriture et comme le sang, l’énergie de vie[45].

Jésus est une image, une porte psychique vers la vérité. Voir Jésus en croix c’est être en résonnance avec nous-mêmes, mais il a pris notre place. C’est le bon Berger, qui s’occupe de ses brebis, « voir », donne sa vie pour elles. Il suffit de rentrer dans la bergerie.

NOUS N’AVONS PAS À FAIRE LE TRAVAIL, IL LE FAIT POUR NOUS ET NOUS POUVONS LE CONSTATER EN REGARDANT.

Nous pouvons aussi constater que les quatre éléments d’une certaine manière nous permettent une sorte d’épuration :

 

 

 

Les éléments peuvent être associés aux dimensions et aux cycles[46]

Tableau des éléments et leurs dimensions :

 

Éléments

 

Dimension

 

Commentaires – cycles

 

 

Terre

 

1

 

Ce qui est au sol ou dans le sol ne bouge pas.

(graine)

Hiver

 

 

Eau

 

2

 

Un bouchon flotte sur un plan d’eau

(nourriture – mise en mouvement, réveil de la graine)

Printemps

 

 

Air

 

3

 

Comme l’oiseau qui vole dans les trois dimensions, l’arbre pousse et déploie ses branches.

(croissance)

Été

 

 

Feu

 

4

 

La destruction, la disparition, la sublimation, l’esprit, le rêve

(aboutissement, mort, fruit, retour à la graine)

automne

 

 

 

Le Christ en croix de Diego Vélasquez
c. 1632 (250 x 170 cm,)
Museo del Prado, Madrid

4.1.13.   Les capteurs du corps (les sens) 

Pour se déplacer, le corps doit maitriser la gravité en utilisant les mécanismes de la posture, et il doit aussi obtenir des informations sur son environnement immédiat, pour éviter ou atteindre les formes, qui peuvent se trouver entre lui et le lieu où il a l’intention de se rendre. La vie a équipé le corps d’un ensemble de capteurs appelé les sens, qui vont lui permettre de situer les formes à découvrir. Les sens classiques sont au nombre de cinq, il en existe beaucoup d’autres, plus discrets, voire certains qui ne sont pas actifs pour tout le monde. Certains sens doivent être développés par des exercices pour être opérationnels. Les cinq sens les plus connus sont : la vue, l’ouïe, le toucher, l’odorat, le gout. Ils sont directement utilisés par l’individu pour appréhender l’information qui l'entoure. Ces sens nous sont connus, parce que le système (le cerveau) nous fournit une sorte de contre rendue de l’information captée, en produisant la conscience. En fait, nous n’avons connaissance du monde qu’à travers les informations qui se présentent dans notre conscience. La conscience qui forme notre réalité n’est que le fruit de la traduction par le système des informations qui ont été captées. Le système fournit une rétroaction qui s’appelle la conscience, et que nous pouvons décomposer en visions, bruits, sensations kinesthésiques, odeurs, gout dans notre bouche, etc. En fait, nous n’appréhendons de l’information, qui nous entoure, que les données reçues par nos capteurs, des capteurs créés par le système lui-même, pour nous permettent de capter. Il est fréquent de ne pas recevoir les paroles de gens qui discutent à côté de nous, car à ce moment-là nous avons le système qui se focalise sur autre chose et qui ne reproduit pas la conversation dans notre conscience. De la même manière, la perception des couleurs est totalement le fruit de l’interprétation par le cerveau de l’information captée par les yeux, on connait tous une personne dite daltonienne qui ne voit pas le monde avec les mêmes couleurs que nous. Nous sommes un système, qui avec l’aide de ses capteurs décode le monde, et reproduit dans sa conscience uniquement une portion de l’information qui a été captée.

4.1.14.   Mémorisation

À partir du moment où le système capte de l’information, elle est stockée, pour servir de référence dans la gestion de futures situations. On peut aussi dire que ce sont simplement des souvenirs et considérer cela comme des cartes postales de vacances. L’expérience montre que les souvenirs, qui remontent automatiquement dans notre esprit, sont en général associés à la situation du moment. Mais il est vrai que nous pouvons aussi invoquer des souvenirs. Nous avons une certaine capacité à utiliser notre système mémoriel. Je pense que le système mémoriel nous permet surtout de conserver la trace de situation, pour nous permettre de gérer les nouvelles avec plus de rapidités. Ce système nous permet aussi de mémoriser les emplacements où nous pouvons retrouver les ressources qui nous permettent d’honorer les besoins vitaux. D'autres chapitres (5.19-5.20) seront consacrés à l'approfondissent de certains de nos mécanismes de mémorisation.

4.1.15.   Le schéma directeur

L’idée de ce document n’est pas de faire une synthèse de l’ensemble des processus existants dans le corps humain, il existe de très bons livres d’anatomie qui expliquent tout ceci et que vous pouvez consulter, pour parfaire ces informations. Le système assure un nombre important de régulations internes et de fonctions vitales autres que les besoins vitaux de manière automatique. Nous n’avons aucune idée de la chimie du corps autrement que par la lecture d’études scientifiques, ou bien d'analyses médicales directes, comme des prises de sang. Ce que je veux faire ressortir c’est que le système de base de l’être humain, quel que soit l’objectif final, quelle que soit la finalité de la vie, est d’être soumis et d’honorer des contraintes de fonctionnements sous peine de disparaitre. Il y a des modes de fonctionnements internes complètement intégrés auxquels nous n’avons pas consciemment accès. Nous avons un ensemble de modes de fonctionnement tourné vers l’extérieur que nous pouvons constater consciemment en temps réel.

Voici les contraintes, les plus basiques et les plus vitales que nous percevons :

·         La contrainte principale est d’honorer les besoins vitaux de bases énoncés plus haut.

·         Cela entraine la nécessité de se déplacer et donc de savoir gérer une posture.

·         Cela entraine la nécessité de connaitre l’information qui nous entoure. Ce qui est géré par nos sens.

·         Le déplacement nous oblige à connaitre notre environnement, et d’en avoir la mémoire.

·         Se déplacer c’est se mettre en danger et nous devons alors assurer notre sécurité.

·         Assurer sa sécurité c’est se rassembler pour devenir plus fort.

·         Se rassembler c’est devenir un groupe et devoir trouver sa place dans ce groupe.

·         Être un groupe c’est trouver un moyen de communiquer en utilisant un langage commun.

·         Les individus vont se nommer pour être reconnus.

·         Des règles vont alors être nécessaires pour maintenir la cohésion du groupe. 

·         Des individus vont posséder un pouvoir, une spécificité, par rapport aux autres.

·         Des individus vont être nommés pour faire respecter les règles.

·         Les individus vont rechercher à valider et maintenir leurs spécificités.

·         Etc.

Nous retrouvons ici le concept de la pyramide de Maslow où chaque couche entraine la nécessité de la couche suivante, et l’ensemble forme une sorte de construction de plus en plus complexe, de forme arborescente ou de forme pyramidale. Chaque nouvelle fonction en entrainant une autre d’une complexité d’ordre supérieure.

La complexité de nos vies actuelles n’est que l’expression de ces différentes couches, et leurs nombres nous font oublier la simplicité des couches du départ. Ce système qui s’exprime par couches successives de complexités finalement nous renvoie, quelle que soit la couche sur laquelle nous portons notre attention, aux couches premières. Je veux dire que : quelle que soit l’action que je réalise ou qui m’est imposée par les événements, elle va pouvoir être classifiée dans une couche fonctionnelle de départ, et son analyse me fera découvrir qu’elle a comme origine la couche première. Une fois une action analysée et associée à une couche ou une branche de l’arbre, il est possible de la décomposer, pour pouvoir faire apparaitre, à quelle branche principale elle fait référence. Jusqu'à arriver au tronc commun de ce type d'action, où se trouve la contrainte principale qui lui est associée : « Honorer les besoins vitaux », et plus précisément le besoin vital qui est d’« Honorer la vie ».

Ici, nous ne nous intéressons pas au sens de la vie, au pourquoi de notre présence sur Terre, au pourquoi de la vie… Ces questionnements nous dirigeraient immanquablement vers des liens analogiques imaginaires, et nous construirions alors « des châteaux de sable ». NON, nous nous intéressons uniquement aux contraintes qui nous limitent et qui nous sont imposées par l’univers. Il faut prendre conscience que ces limites sont ce qui nous caractérise, qu'elles s’imposent à nous et nous formatent. Elles sont notre réel, les choses que nous ne pouvons modifier, le socle sur lequel nous devons bâtir notre existence.

À la question poser plus haut :

« Qu’elles sont les références que j’utilise pour m’auto générer, m’auto réguler, et quel est l’objectif poursuivi par mon comportement ? »

Je peux répondre dans le désordre sans trop me tromper, en dehors de tout aspect spirituel ou imaginaire :

·         Ma contrainte principale est d’assurer en permanence un équilibre parfait de l’ensemble de mes parties, et d’éviter toutes destructions inutiles du corps.

·         L’objectif principal est que le corps se déploie et vive.

·         Ma référence principale est mon corps, qui est une auto construction basée sur un schéma et des lois universels.

·         C’est l’usage de mes sens qui me fournissent les informations nécessaires au maintien de ma POSTURE et qui assurent l’acquisition de l’information, qui me permet de générer ma conscience du moment.

·         Je dois honorer mes besoins vitaux, en utilisant les stratégies missent en places par le système (la vie).

 

En fait, des objectifs de vie s’imposent à moi et je ne peux pas leur faire défaut. En dehors des objectifs d’ordres plus spirituels, qui ne sont pas traités ici, je poursuis de manière plus ou moins inconsciente des buts bien précis qui sont au moins la résolution de mes besoins vitaux. Pour honorer ces objectifs, je dispose de mon corps qui est à la fois l’outil et la cause première de mes objectifs.

Mon corps est soumis à l’univers où je m’inscris, et je me plie aux lois qui gouvernent l’ordre, qui me fait être et que je nourris de ma présence. Les lois de l’univers impactent directement la forme de mon corps et l’ensemble des mécanismes qui me permettent de me mouvoir dans cet univers.

Mon corps est équipé de capteurs, qui me permettent d’appréhender l’univers dans lequel je m’inscris et qui par sa nature m’inscrit. 

Mon principal outil étant mon corps je vais disposer de différents types de contacts avec l’univers, des contacts qui vont être autant de manières de le percevoir. Ce qui veut dire que je vais ordonner l’univers en fonction de mes modes de perceptions. Chaque information pourra alors disposer d’un certain nombre de paramètres en liens directs avec mes capteurs. Très rapidement, je vais ordonner mes données à travers ces différents canaux de perceptions.

Je réalise ces objectifs de manière directe ou indirecte. Je peux utiliser une logique analogique ou métaphorique, pour atteindre mes objectifs de manière consciente ou inconsciente.  La notion de données associées aux capteurs va aussi pouvoir être traitée de manière métaphorique ou analogique.

La métaphore peut tromper le système interne et « calmer » le niveau physique un certain temps, mais en dernier lieu il est nécessaire d’honorer réellement le besoin vital sous peine de mourir.  L’esprit peut se contenter de métaphores ou d’analogies, pour calmer ou activer notre émotionnel, notre ressentie, mais le corps lui a des exigences.

Tous ces propos peuvent donner une impression de déni du sens de la vie, qui serait juste réduit à une simple logique de nutrition du corps à honorer. Je ne cherche pas ici à exprimer le sens de la vie, mais juste à démasquer le sens de bon nombre de nos actes quotidiens, qui métaphoriquement pointent simplement vers cette logique des besoins vitaux. Je ne traite pas du mythe du héros ou du chevalier qui vient pour sauver le monde (bien que...). Je traite des contraintes qui nous clouent à la croix de manière permanente, et que nous ne maitrisons pas réellement au niveau des métaphores qu’elles provoquent dans nos esprits. Nous passons notre temps à gérer bon nombre de pensées ou d’actions métaphoriques, dans l’espoir inconscient d’honorer ces besoins en pure perte. Ne pas être conscient des limites réelles que nous imposent ces besoins vitaux , c'est être le jouer de toutes les métaphores et analogies, qui se sont déployées à travers les siècles, et qui se sont interposées entre nous et la source. Nous sommes en permanence à la recherche des différentes sources qui nous font être, et malheureusement nous nous projetons dans des mirages ou des miroirs déformants, croyant réaliser des choses pour ce qu’elles ne sont pas. Posséder une grille de lecture, qui permet de repositionner l’action en cours dans son vrai contexte, permet de juger du bienfondé de nos actions et de leurs véracités en termes de résultats. Même si je prends plaisir tous les jours à aller consulter certaines nouvelles sur mes sites préférés, il n’en reste pas moins vrai que je ne vais finalement simplement m’abreuver comme l’animal qui retourne à son heure au point d’eau, mais ici il n’y a point d’eau. Faire la différence entre les actions qui sont métaphoriquement associées à la résolution des besoins vitaux et les autres, permet de comprendre les actions issues du plus profond de nous-mêmes, et qui donnent un sens réel à notre vie. Posséder une grille de lecture permet de discriminer les choses, et de percevoir plus finement le sens de la vie. Sortir du brouillard des actions inutiles, non fécondes, en termes de résultats. Voir comment certaines nous manipulent, en nous promettant des nourritures virtuelles qui nous éloignent de plus en plus des réalités et nous rendent dépendants. Voir comment certaines se sont interposées entre nous et les vraies sources, en les faisant leurs (leurre), pour nous soumettre à leur tour. Voir comment des sources gratuites, car indispensables à la vie, nous sommes passés à des sources payantes, pour le profit de quelques-uns.

 

4.2.      Les structures de bases  

Je vais essayer, maintenant que le tableau de mon propos est brossé, de détailler les liens existants entre les structures des contraintes physiques que m’imposent le monde réel, et nos actions, nos réactions, quotidiennes. Des actions quotidiennes, que je prétends n'être pour la plupart que métaphoriquement ou analogiquement adaptées aux contraintes physiques, et essayer de dégager une grille de lecture globale… Pour ce faire, je vais synthétiser dans des tableaux les différentes contraintes physiques qui nous serviront de références et essayer de les relier avec nos actions quotidiennes.

 

Un excellent livre d'Emmanuel-Yves Monin : « L'UNIVERS EN CODE-BARRES, DODECALOGIE ET TRANSDISCIPLINARITÉ, LA GRANDE ARCHITECTURE DE TOUT », basés sur une grille de douze casses (dodécalogie), présente un travail approchant. Un essai de Robert Régor Mougeot : La « Dodécalogie appliquée à quelques textes de diverses traditions », basé sur les travaux d'Emmanuel nous donne aussi quelques pistes.

 

Emmanuel-Yves Monin[47] dans son ouvrage réalise une grille de lecture de « l’univers » en prenant pour référence les quatre éléments de la tradition (terre, air, eau, feu), des références qu’il déploie sur les trois plans de l’être, qui sont pour lui : le plan physique, le plan émotionnel et le plan mental. Pour ma part, je désire rester en contact avec ma réalité directe, qui est mon corps. Mon corps, qui est l’ossature réelle de ma grille de lecture du monde, ce monde que je perçois dans ma conscience. C’est le corps qui me sert de lien de connexion avec le monde. Je prétends que les contraintes liées à mon corps servent de référence à l’ensemble de mes actions physiques et psychiques, car elles sont les fonctions premières de mon système, un système qui m’anime et me maintient en vie avant tout. Dans le cadre de cet essai, j’observe le physique et j’essaie d’être en dehors de toutes considérations spirituelles. Je ne cherche pas le pourquoi, mais je constate le comment. Ma conscience, qui contient l’ensemble des informations directes ou indirectes que je perçois n’est qu’une rétroaction des informations reçue par mon corps en passant par mes sens. Comme je l’ai indiqué au début de cet essai il y a un lien analogique direct entre les besoins vitaux et les quatre éléments identifiés dans la tradition. Le passage des quatre besoins vitaux de base aux quatre éléments est presque direct, et démontre d’une certaine manière l’existence d’une transcendance du vivant reconnaissable à tous les niveaux, en passant par cette prise de conscience. L’univers qui nous entoure, en termes de matière visible, est aussi perçu sous quatre états de base qui sont les états : solide, liquide, gazeux, plasmatique, qui nous renvoient eux aussi aux quatre éléments. 

Il est possible que nous vivions dans un univers complètement virtuel, comme évoqué par le film Matrix[48], et que tout ceci ne soit finalement qu’un rêve, alors cet essai aura au moins la prétention d’essayer de décortiquer le mode de fonctionnement du rêve.

Les contraintes dont je vais parler sont celles dont j’ai conscience ou tout du moins dont je connais l’existence, celles qui sont en contact direct avec ma réalité[49]. La respiration par exemple est un processus semi-automatique qui par moment nous interpelle. La circulation sanguine est un processus automatique, mais lorsque nous produisons un effort nous percevons les battements de notre cœur qui se modifie, et nous pouvons percevoir notre pouls battre plus fort, à différents points de notre corps. Je parle donc ici que des contraintes qui nous sont connues, et qui d’une certaine manière interagisse avec notre psyché de manière semi-consciente. L’inconscient gère une multitude de processus hormonaux[50] qui nous sont étrangers, mais dont nous pouvons avoir conscience sous la forme d’états particuliers identifiables. Une décharge de cortisol ou d’ACTH par le système lors d’une situation de stress n’est pas quantifiable par le conscient, mais un ressentit physique, généré par cette décharge, apparait dans la conscience, et il est interprété par une logique émotionnelle ou un état particulier, suivit en général d’une interprétation psychologique. Je ne m’intéresse ici qu’aux ressenties ou aux besoins physiques, qui nous soumettent cycliquement. Je me resitue dans l’enfance, et je vis des choses qui m’obligent, qui me soumettent à intervalle régulier. L’idée qui se cache derrière mon insistance à utiliser comme références nos contraintes vitales et non pas des références traditionnelles, comme les éléments, est d’ordre fonctionnel. En effet, si je prends comme référence, pour expliquer mon propos, les éléments qui nous entourent et que je fais des analogies diverses, je vais pour ma raison rester à l’extérieur, et peut-être qu’à force de titiller la chose, je prendrais conscience qu’en réalité je parle de moi. Mais il y a de fortes chances pour que mon système mémoriel et ma raison partent dans des analogies de types culturelles, religieuses ou scientifiques. Par contre, si je me prends moi-même comme référence, dans ce que j’ai de plus contraignant, mon système mémoriel et ma raison vont utiliser des souvenirs d’expériences diverses, qui seront d’un autre ordre. En effet, mes expériences sont des choses qui sont aussi des preuves, des appuis pour ma raison, des choses qui existe sous la forme de fait qui ne sont pas des croyances, alors que les informations extérieures sont toujours sujettes à causions, elles ne valident pas, mais simplement nous informes, même lorsque les croyances que nous portons en nous sont très forte. Ici, je ne cherche pas à faire de l’information supplémentaire, à nourrir encore un peu plus les chimères qui nous habitent, dans l’espoir d’une prise de conscience, mais à montrer les faits directs, les faits indiscutables qui nous formatent « à l’insu de notre plein gré ». Nous irons donc du réel vers le réel… et nous laisserons apparaitre les métaphores de l’esprit, qui ne manqueront pas d’apparaitre d'elles-mêmes au fil de mon écriture ou de votre lecture.

4.3.      La posture[51]

4.3.1. L’appui physique et la posture

Pour qu’un mécanisme fonctionne, il faut qu’il « s’appuie » sur une logique, un référentiel, qui va servir de base à son fonctionnement. On peut dire : « pour que cela "marche", il faut que certains appuis soient honorés ». Chez l’humain, ces référentiels s’imposent à lui, car il a été conçu en fonction de ces référentiels. Le corps est soumis, et une des premières lois qui le soumet est la gravité. Même lorsqu’il est au repos, la gravité le colle au sol comme toutes choses autour de lui, oiseaux compris. Cette constante nous sert de référence et nous pouvons alors constater une évidence d’une importance capitale : « nous sommes toujours en appui physique avec quelque chose ». Et rapidement, nous constatons que ce corps soumis à la gravité possède une sorte d’équilibre, qui varie en fonction de sa position par rapport aux points d’appui qu’il assure. L’appui minimum, qui nous est imposé par la gravité, peut être modulé par le corps, ce qui lui permet de générer un mouvement à travers un jeu de changement d’appui. Le système constate qu’il y a aussi une notion de qualité dans l’appui que lui impose la gravité. Il peut aller de : très stable, à très instable, et passer par un mode ou il est en chute libre lorsqu’il est sans appui. La chute libre peut être mortelle, on ne plaisante pas avec les lois physiques. La dualité évoquée plus haut est de nouveau présente ici, bien sûr la dualité que j’évoque est une métaphore de cet état de stabilité du corps. Cette capacité à jouer avec la gravité fait apparaitre une sorte de géométrie 3D du corps, et l’existence d’un centre de gravité qui va permettre de trouver un équilibre. La reconnaissance de ce centre de gravité, et de la géométrie qui lui est associée vont par la suite nous permettre de construire des extensions. Mais dans un premier temps, la découverte de cet équilibre va nous permettre de nous déplacer, en jouant avec les limites d’équilibre du corps. Le corps possède un ensemble de capteurs très importants, qui lui permet de se situer dans l’espace et qui lui permet de gérer en temps réel notre posture. Cet ensemble de capteurs et la logique de maintien de notre posture, qui lui est associé, forment un ensemble d’une importance capitale dans notre vie. Cet ensemble de capteurs assure l’équilibre du corps, si pour une raison quelconque ces capteurs sont détruits ou deviennent inopérants, le corps est alors cloué au sol, et nous sommes incapables de nous situer dans l’espace (nous avons la tête qui tourne et nous nous effondrons). Nous sommes complètement soumis à ce système de posture, qui est presque totalement géré par l’inconscient, pour assurer notre déplacement et notre position courante. Le seul lâcher-prise possible est lorsque nous dormons. Il est possible de se pencher volontairement et de nous laisser tomber au sol, mais naturellement le système refuse de faire cela. Le mécanisme de la marche passe par un lâcher-prise que nous devons faire pour enclencher le mouvement, qui implique de nous mettre en déséquilibre. Il faut retenir que le système assure en permanence cet équilibre, il est constant et plus réactif que la gestion de nos besoins vitaux, qui sont basés eux sur des cycles de quelques secondes, comme pour la respiration. Ici, nous sommes dans la gestion en temps réels. Des études ont montré qu’il y a un décalage d’environ 140 ms entre la prise en compte de l’information et sa reproduction dans la conscience, alors que la posture elle est gérée en direct.

4.3.2. La gravitation universelle

Voici quelques réflexions sur la logique de notre équilibre, du bien et du mal. Si je reprends la logique de raisonnement déjà déployé dans les chapitres précédents, je peux constater que mon corps est soumis en permanence à un certain nombre de faits physiques. Par extension (croissance) ces faits physiques doivent produire en moi divers comportements. Le plus important de tous m’a l’air d’être tout simplement la gravitation[52] universelle, qui m’impose de rester clouer au sol, et bien plus encore elle induit en moi la notion de travail, de maintien. J’intègre alors une notion implicite de recherche du moindre effort, du mieux faire. Cette recherche d’équilibre implique comme pour les besoins vitaux une dualité, c'est-à-dire une sorte de gradation entre : ça se fait sans effort, à c’est dur à réaliser. Je ne parle pas ici d’une réalisation complexe, mais tout simplement du fait que si je veux rester debout sans trop de fatigue, alors il faut que je conserve une logique de verticalité. Si je me penche en dehors de cette verticalité (je sors de mon axe), alors je vais automatiquement créer en moi une force qui va lutter contre la gravité. J’ai plusieurs positions optimums, comme début, assis, allongé. La position assise est un mixe entre les deux positions que sont debout et allongées. Pour fait plus simple, j’ai l’horizontalité et la verticalité à ma disposition, pour chercher et trouver l’équilibre. Cette verticalité est en réalité une droite passant par mon corps et rejoignant le centre de la sphère, qui est en réalité la Terre. L’horizontalité est en réalité la tangente à la sphère (la Terre) de l’endroit où je me trouve. Vivre sur une sphère est en fait l’idéal, puisque je suis en tout point de contact tangent à la sphère, et dans l’axe du rayon passant par le centre.

 

 

 

Associé à cette force de gravitation qui me « cloue au sol », je suis soumis à une force de rotation invisible, qui est le fait de la rotation céleste de la Terre, et de l’ensemble des éléments constituant l’univers. Il est possible qu’un lien unisse la gravitation à la rotation des éléments connus (constituants la matière) quelques soit leurs échelles.

 

File:Low pressure system over Iceland.jpg

Force de Coriolis[53]

 

Cette situation s’impose de fait à mon corps, depuis le tout début de mon incarnation, je vis une logique de contrainte sensible, aussi bien au niveau de mon physique qu'à travers l’utilisation de l’ensemble des éléments qui m’entoure. Je suis de fait placé dans ce qui est pour moi des évidences que j’ai intégrées comme des réalités non discutables. La gravitation induit en moi une sensibilité comparable à un instrument de mesure de grande précision, dont la lecture se décline par un ressenti du corps. Je suis en quelque sorte le fléau d’une balance, et si je penche à droite ou à gauche, de devant ou de derrière, alors je suis obligé de résister à la chute de mon corps. Cette résistance étant proportionnelle à l’angle que je vais former avec l’horizontal, cela en tout point du globe.

 

On peut se référer à un ouvrage sur la gravitation pour plus d’information, mais ce qui m’intéresse ici n’est pas l’aspect physique, mais l’aspect et la retombée psychique de cette évidence.

 

L’évidence de l'expérience me montre qu’il existe une bonne et une mauvaise position pour résister à la gravitation par apport à ma forme, et plus généralement par apport à mon corps. Mon corps est adapté pour me permettre de gérer au mieux la force de gravitation[54]. Je suis une machine construite pour me déplacer sur une tangente à une sphère.  Tous mes gestes physiques sont impliqués dans la gestion de la gravité agissant sur ce corps. Ma préoccupation première est de rester en équilibre sur mes jambes lorsque je me déplace ou bien que je fais quelque chose. Si je soulève un objet, je suis obligé de le faire à cause de la gravité. Toutes mes actions sont inscrites dans une logique de gestion de cette force pour obtenir un résultat.

 

·         Une mauvaise gestion de mes gestes induit un mauvais résultat, voire une erreur, une chute.

·         Une bonne gestion de mes gestes induit un bon résultat, un succès.

 

La gestion de mon corps est actuellement complètement intégrée au niveau inconscient[55]. Je peux contrôler mes mouvements, mais la plupart du temps ce sont des automatismes, qui se d’éclanches, en fonction des besoins.

 

Tout ceci est connu de tout le monde et n’apporte rien de nouveau, par contre il faut bien voir que « je suis » en permanence dans cette logique de gestion de la gravité, avec cette dualité « chute / équilibre ». Mon corps par apport à la verticalité et l’horizontalité est une sorte d’aiguille, une sorte de vumètre, qui indique la qualité de mon équilibre. Le site du Dr Gérard Hatesse,[56] que j’ai eu l’occasion de consulter pour un problème de posture contient un ensemble d’information sur ce sujet.

 

Ce que j’essaie d’expliquer ici, c’est que par extension, il est probable, voire certain, que notre psychique participe activement à cette gestion sous des formes analogiques, métaphoriques. La recherche du bien n’est-elle pas métaphoriquement tout simplement une analogie de ce besoin physique de la gestion de la gravité (physique). Le langage courant parle de la gravité d’une faute, d’un problème, etc.  Ce qui est grave est quelque chose qui ne correspond pas aux règles de vie et qui peut mettre en danger le système.  Par extension, tel un arbre qui pousse en nous, finalement ne pas respecter les consignes, la loi, des recommandations, « le bon sens », c’est se mettre en déséquilibre par apport à ces référentiels. Il faut : « suivre la ligne droite », la verticale.

Pour le maçon (l’artisan), la ligne droite est celle du fil à plomb et du niveau.

 

La peur est une résultante d’un état conflictuel où un équilibre pourrait être rompu. L’organisme déploie alors un psychodrame (la peur), pour éviter ou mettre en évidence le problème. Le psychisme va virtuellement s’effondrer, alors la peur apparait pour prévenir et déclencher la mise en place de structure de renforcement. On triangule une construction pour lui permettre de rester debout. On met des béquilles pour éviter de tomber. L’esprit fait de même en utilisant des stratégies mentales à la place des structures physiques. Un « squelette » mental répond à un squelette de matière, mais dans les deux cas on recherche l’équilibre.

 

Le simple fait d’occuper une place déclenche des problèmes de maintien, aussi bien du point de vue physique que du point de vue psychique. Nous sommes de fait toujours en place quelque part.

 

Je suis donc une structure qui dès le début se retrouve confrontée à une force qui la plaque au sol. Je cherche à me redresser, et là commence le combat qui m’oppose à la gravité. La seule place virtuelle où tout cela peut prendre fin c’est : avant ou après mon incarnation.

Cette recherche d’équilibre est par analogie confortée par l’alternance des jours et des nuits que je dois aussi affrontée. Je vois le jour et pas la nuit, cette dualité est directement associée à mes sens, qui me proposent des instruments de mesure secondaires. Des instruments mis au service du corps physique et au psychisme pour répondre à ce besoin d’équilibre.

Étonnamment, la trajectoire, le tracé, le déplacement du corps sont liés à un déséquilibre. J’ai cru comprendre que le premier pas était possible uniquement parce qu’un mécanisme bloque le système de contrôle du corps, pour permettre l’enclenchement de la marche à travers un système de chute.

 

 

[57]Mécaniquement, l’équilibre d’un solide rigide = la résultante et le moment des forces extérieurs = 0.

 

Force extérieure (sur Terre) = poids (P) appliqué au centre de gravité (G) et réaction verticale de l’appui (Rz) appliqué au centre des pressions (I).

 

Enfin bref, tout notre corps est construit pour nous permettre de réaliser des actions, qui seront réalisées en exerçant des mouvements, qui s’inscriront dans notre espace de vie, qui  est inscrit dans un système gravitationnel.

 

Mon psychisme sera alors de base dans une logique « calquée » sur cette contrainte ou tout du moins cette loi gravitationnelle. Je serais quelqu’un de lourd ou de léger aux choix de mes sujets de conversation. La langue française contient une multitude d’expressions en rapport :

 

 

Je me sens bien, si et uniquement si, rien ne vient troubler mon équilibre.

Il faut avoir un bon équilibre mental, ne pas être en « résonnance ».

 

Par analogie, je vais développer, pour conserver cet équilibre, un ensemble de stratégies mentales qui vont s’appuyer sur ce modèle pour se déployer. Cette contrainte physique va donner naissance dans mon esprit, par mimétisme métaphorique, à des pensées, des idées, des « raisonnements », qui vont faire apparaitre la notion diffuse d’être bien ou mal équilibré, une dualité apparait. Ces métaphores diverses, produites par la raison, fournissent une couche d'abstraction qui va étendre les références aux lois physiques à des pratiques. Ces pratiques, métaphores des lois physiques, s’installent en nous et font disparaitre la loi première, qui devient alors quelque chose de plus diffus, voire d’inconscient. Des phénomènes cosmologiques simples comme le jour et la nuit me permettent de visualiser, par analogie, ces contraintes, et dans faire des projections, des objets externes, des représentants métaphoriques de ces lois, et du coup de les sortir de moi. Une fois externalisé, rendu à l’état de simple modèle, d’image de ma condition, il est possible d’affiner cette dualité, en une multitude de sous-ensembles, couvrant tous les aspects de ces lois, transposées là par simples analogies. La force invisible se divise en sous-forces visibles, analogiquement, à travers l'image des astres ou des statues des dieux. La position des astres et la rotation de l’ensemble permettent la création d’un zodiaque qui décrit des cycles, qui sont une autre forme de l’équilibre. Un cycle montre un déroulé avec des moments d’équilibres. Dans notre cosmologie terrestre, nous avons quatre phases visibles, avec des moments d’équilibres que sont les équinoxes, et des maximums minimums que sont les solstices. La Lune nous donne aussi à voir un cycle où il existe un déroulé allant de la pleine Lune à la Lune noire, etc. Toute cette cosmologie qui n’est que du sens que nous donnons, et qui nous renvoie à des lois, nous permet de créer le calendrier, l’histoire de l’homme peut alors s’écrire dans ces cycles. Les lois physiques dans lesquelles l’homme est inscrit, sur Terre, dans l’univers, sont masquées à nos yeux par une multitude de couches analogiques permettant de couvrir toutes les logiques du faire humain. Le mouvement (effet) n’est possible que s’il y a une force (cause) qui s’impose au système. Ici, l’ensemble de l’univers et nous compris sommes sous la coupe réglée de la gravitation.

 

La force de gravité est la force la plus faible des quatre interactions fondamentales (interaction forte, interaction faible, interaction électromagnétique, interaction gravitationnelle). Par contre, elle est la plus visible, parce que la plus évidente, nous la vivons dans notre chair. 

 

4.3.3. Le mouvement appui relatif[58]

Le mouvement est une sorte d’appui. En effet, si je jette une pierre elle n’a pas besoin d’appui, elle est « Animée » par l’énergie de mon lancer qui la soutient.

Ce mouvement que j’ai donné à la pierre devient une forme d’auto appui. Le mouvement et son énergie deviennent alors le fondement sur lequel la pierre est posée et qui lui sert de référence. Cette référence n’est plus un appui fixe qui la fige, mais un appui qui la déplace. Cet appui est invisible, mais il permet à la pierre d’être en référence avec quelque chose. Elle est liée à ce mouvement, par l’énergie qui pousse, elle est attachée au tout par cette force. La gravité est le mouvement de base qui nous dirige, nous pousse vers le centre, ce qui à terme provoque une fixation à ce centre. La force sur laquelle la pierre est en appui n’a pas de centre, c’est un mouvement une course, une trajectoire, une courbe...  La pierre a donc deux types d’appui possible et par extension : toute forme en mouvement sur Terre possède aussi deux types d’appui. Ces deux appuis possibles pour une forme vont se lier pour ne faire qu’un, et ce lien va se faire autour d’un point d’équilibre invisible. On a une sorte de balance entre la Force et la Gravité autour de ce centre invisible.

Métaphysiquement si je veux donner un appui à quelque chose de virtuel, une pensée, un propos, soit je lui donne un mouvement, une énergie, soit je le pose quelque part.

·         Le poser c’est la mettre en contact avec une autre forme (physique ou virtuelle) qui sera alignée avec le centre.

·         Lui donner un mouvement c’est nourrir cette forme virtuelle d’une énergie qui la met en relation avec le centre sans être forcément en contact en appui.

Ø  Je fais partie de la confrérie des « pains chauds ». (Appui sur la confrérie)

Ø  Je vais bientôt avoir mon permis de conduire. (Appui en mouvement vers une certification officiel)

Ø  Ces travaux sont certifiés conformes par EDF-GDF. (Appui sur une référence connue)

Ø  Je travaille pour la Banque de France.

Ø  Nous devrions avoir un bel été cette année, comme en 1937.

Bien évidemment, nous sommes nous-mêmes des formes en mouvement appuyées à la Terre.  La Terre est une forme en mouvement autour du Soleil, etc.

4.3.4. Être et avoir — Pied et main[59]

 

 

Tous nous est donné, mais il y a l’acquit sans effort et l’acquit par la volonté, le vouloir, l’avoir. Les pieds sont alors une expression métaphorique de l’Être qui se sait debout. Les mains sont alors une expression métaphorique de ce qui est saisi, ce qui aide, ce qui prend, c’est l’avoir, le en plus.

La stabilité prend sa racine dans les pieds, le pied est en contact direct avec le sol lorsque je suis debout. Les mains aident le funambule, en lui permettant de tenir le bâton, qui lui permet de stabiliser son corps, qui prend son appui sur la réalité du fil de sa vie en contact avec ses pieds.

 

Tu me casses les pieds = tu me perturbes ma vie.

 

Rester en équilibre sur un pied c’est affirmer une unicité de l’appui qui soutient l’être. Les mains qui vont s’accrocher à un objet ou à un meuble en cas de perte de contrôle sont « l’avoir plus », métaphoriquement l’acte d’inspiré.

 

L’expire métaphoriquement c’est la chute, la mort, le lâché-prise des mains et des pieds.

4.3.5. Équilibre — unité — dualité

 

Depuis un certain temps, je m’amuse à me laver le matin sur un seul pied, le gauche pour le sexe et les fesses. Le droit pour les dessous-de-bras.  Avec cet exercice qui peut paraitre curieux, j’ai acquis une sorte de stabilité sur un pied qui me permet de ne plus y prêter attention. Je suis à laisse et je commence même à faire des trucs d’équilibristes sans trop y prêter attention. Il m’arrive même de monter un pied pour retrouver ma position unitaire sans trop y prêter attention, comme quelque chose de normal.

150px-Jean_Dodal_Tarot_trump_12

Le Pendu[60]

 

Je me dis que cet exercice simple à de profonds effets sur mon psychisme, parce que je suis dans une logique d’appuis, qui n’est pas l’évidence, la croyance, qu'il faut deux pieds. J’ai bien perçu l’histoire des appuis et de leurs importances pour la cohérence de l’esprit, et l’ensemble des métaphores qui existe et qui nous lie à elles en permanence. J’intègre le fait qu’il est possible de faire des choses déséquilibrantes dans une position qui n'est pas raisonnablement stabilisée. Je casse le modèle classique en proposant un autre modèle possible à ma raison. Ce modèle s’appuie sur une logique unitaire, je passe de la dualité des deux pieds vers l’unicité d’un seul appui que je confirme par ce fait réel que je tiens debout, et que je peux faire des choses dans cette position. D’une certaine manière, l’image qui double le point principal n’est plus totalement utile (disparition de Ludovic ?).

 

Je découvre aussi que tout en restant sur un seul pied, si un point de mon corps comme une main par exemple touche une surface, alors un deuxième point d’appui apparait et vient renforcer ma stabilité. Le deuxième point pouvant être mon corps lui-même ce qui ne me fait toujours qu’un seul appui avec le sol. Par exemple si je lave un pied alors que l’autre est en appui avec le sol, mes mains tiennent le pied qui est lavé ce qui apporte une sorte de stabilité de meilleure qualité. J’ai expérimenté cette remarque, et il me semble bien que lorsque je pers mon équilibre, si je me touche, je créer alors un nouveau point d’appui virtuel qui m’aide à me re-stabiliser. Je prends alors pour jouer avec mon corps, des positions complexes où j’utilise des points d’appui virtuels, qui ne sont pas en contact direct avec le sol, mais avec le corps qui lui est en appui avec. Des sortes d’appuis secondaires, qui s’appuient sur le principal sont alors validés, serrez simplement les poings visiblement re-stabilise aussi. Tout ceci n’est que des expérimentations personnelles, qui peut-être ne seraient pas vécues de la même manière par quelqu’un d’autre. Nous sommes avec ces jeux, dans le : « connais-toi toi-même », et pour ce faire : fais tes propres expériences.

 

J’ai vu par les faits et le corps que :

 

  1. Un point d’appui, c’est l’unité, une sorte d’équilibre particulier, unique, statique, très instable.
  2. Deux points d’appui installent une sorte de stabilité, mais il peut y avoir une chute (genèse) et aussi mouvement.
  3. Trois points d’appui apportent la stabilité et l’assurance, un début de lâcher-prise, mais demandent l’aide des mains (avec ou sans bâton).
  4. Quatre points d’appui permettent le repos et le lâcher-prise.

 

Il y a un rapport entre le nombre de points d’appui et l’état de tranquillité du moment. Il faudrait vérifier que lors d’une conversation si je fournis à mon interlocuteur un certain nombre de points d’appui lui permettant d’être en équilibre virtuel (métaphorique), alors je peux passer les barrières de son mental. Lui donner une certaine forme de stabilité en passant par des points d’appui métaphoriques, une sorte de « Yes Set [61]» sur des appuis.

 

4.3.6. Une histoire d’appuis, la vue[62]

 

Comme je l’ai écrit dans un chapitre précédent, je peux rechercher l’unité à travers l’appui que j’utilise au quotidien. Dans le cadre de cette recherche, j’expérimente une sorte de nettoyage du corps, en équilibre sur un seul pied le matin. J’ai inventé une sorte de rituel qui accompagne ma toilette, qui devient métaphoriquement aussi un nettoyage de mon esprit. La toilette est séquencée symboliquement et donne quelque chose de structuré. Ce rituel est dynamique et évolue dans sa forme et son déroulé à chaque nouvelle douche.

 

J’avais décidé d’éteindre la lumière pour prendre ma douche, parce que la luminosité de la pièce ne nécessitait pas une lumière additionnelle. Tout allait bien, jusqu’au moment où j’ai fait le nettoyage de mon appui « pied gauche », qui m’oblige à rester debout sur mon appui « pied droit ». Habituellement, je suis très stable sur un pied, mais là, je n’arrivais pas à tenir la position, je ne comprenais pas d’où pouvait venir cette perte d’équilibre ? J’ai pensé que j’étais fatigué et que cela irait mieux sur l’autre pied. Mais non, c’était pareil, j’avais un mal fou à tenir debout sur un pied, alors que d’habitude je n’ai pas de problèmes majeurs d’équilibre et que parfois je suis même très stable.

J’ai fini par prendre conscience que c’était la lumière qui me manquait et qu’elle participait à ma stabilité. En sortant de la douche, j’ai expérimenté de m’essuyer le corps sur un pied (comme d’habitude), mais avec la lumière allumée. J’étais stable, voire très stable, j’ai alors expérimenté de fermer les yeux, pour arrêter de voir la pièce, et instantanément j’ai perdu l’équilibre. J’ai joué avec mes paupières durant un petit moment pour bien me confirmer par l’expérience que sans la vision de la pièce je perdais un fort pourcentage d’équilibre. J’ai alors pris conscience que ma vision était elle aussi un appui au même titre que mon pied sur le sol. Un appui d’un autre type, sans contact physique, mais un appui indispensable à mon équilibre. J’appréhendais à ce moment de l’expérience ma vision, comme un système d’appui, une sorte d’extension, comme un pied, un bras ou un simple bâton. J’avais beau essayer de mémoriser la pièce, aussitôt que je fermais les yeux, ma stabilité était touchée. J’avais beau me dire que le regard ne me servait à rien pour tenir debout, étant donné que je n’étais pas physiquement connecté aux choses que je voyais, mais rien n’y fessait : je perdais ma stabilité en fermant les yeux. Bien sûr si je posais mon deuxième pied à terre le phénomène n’était pas visible.

 

Visiblement, deux points me permettaient un équilibre relatif alors qu’un seul point n’était pas suffisant. Les deux points en question étant mon pied sur le sol et ma vision contre les murs de la pièce[63].

 

4.3.7. Transcender l’Être, mes limites

Tout ceci peut paraitre banale et enfantin, mais cette histoire a fait son chemin, et est venue percuter d’autres réflexions. Ici, la vision était appréhendée comme un appui, mais aussi finalement comme une limite. Je me suis rendu compte que la vision me fournissait une limite, quelque chose qui permet à mon esprit de se positionner dans l’espace, et de maintenir une certaine cohérence de position. La question s’est alors posée du cas, où il n’y a pas ou plus de limites, comme quand on ferme les yeux. J’ai alors compris que mes sens me donnent des limites, des références, qui me permettent d’être quelque part et de pouvoir faire apparaitre la conscience, cette information me fournit une limite, des références, des éléments de décor. Mais surtout, elle me permet d’être ce que je suis ici et maintenant. Le corps n’est pas une limite suffisante pour garder ma stabilité, ma limite est la limite de mes perceptions et plus précisément ma conscience, qui est le résultat des informations qu’ils me fournissent.

 

Mais je ne suis pas le décor !!!

 

Alors « qui suis-je » ? Lorsqu’aucune information ne vient me fournir de limites me permettant d’être ce que « Je suis » ?

Si aucune limite n’est présente, techniquement je n’existe pas, je n’ai pas de forme, il n’y a personne (pas de forme définie). Il y a simplement une sorte d’esprit disponible pour se projeter instantanément dans le premier truc disponible, qui lui permettra une représentation. Idem, lorsque je réfléchis je suis obligé de créer en moi une forme pensée pour pouvoir conceptualiser les choses. Virtuellement, je créer les limites d’un truc, qui va me permettre de le manipuler comme un objet, cela peut être un truc matériel (un objet, une forme), ou immatériel (un personnage de l’esprit). J’ai besoin de cette logique de zone limitée qui me permet d’être ou de simuler un autre Être, sinon je ne suis rien dans une sorte de néant. Esprit désincarné aussi bien physiquement que psychiquement.

Techniquement, «  je suis », déjà avant la mise en place de ces limites cela est indispensable pour que la conscience puisse apparaitre, je suis avant la conscience de cela, avant ces limites que je crée avec les informations qui m’entourent (ou bien mes rêvasseries), pour que l’être puisse être appréhendé.

Ceci est avant « je suis », ici l’Être est transcendé…

Je suis avant l’Etreté.

Toute représentation de ce que je suis alors est impossible, parce que toute représentation est une forme limitée, et ce que je suis vraiment sera incarné à travers cette forme, cette limite. Ce que je suis vraiment s’oublie lui-même, au profit de cette forme qui vient d’apparaitre, mais je ne suis pas cela, je suis simplement cela, qui permet à cela d’être, et cela ne peut être représenté par un objet ou toute autre chose, parce que toute chose qui se présente modifie ce que je suis, en cela qui est, en cela qui se présente. 

La lumière éclaire la forme et lui permet d’apparaitre, sans la forme la lumière est invisible, et sans la lumière la forme est invisible, pourtant la forme comme la lumière, semble bien existé, mais il faut que je sois là pour constater cela, et je ne suis n’y la forme n’y la lumière.

Trois éléments sont à l’œuvre, la lumière, la forme et ma conscience… mais ma conscience n’est pas sans la lumière et la forme…

Etc.

 

Lorsque je dors profondément les limites n’existent plus, c’est un coma (être comme A)… Au moment même où je me réveille, ma sensation d'Être-té réapparait, et « Je suis ». Je suis cet Être-té, qui est en rapport avec ces limites, qui me servent d’appui pour être. Mais je suis avant ce « Je suis », qui est appréhendé au réveil : « j’étais déjà », même dans le coma. Simplement, aucun souvenir n’est disponible, parce que la conscience n’était pas opérationnelle, il n’y a pas de souvenirs, de limites, de formes.

 

De deux choses l’une : soit l’esprit existe indépendamment de la matière (mon corps), et dans ce cas, je ne suis pas ce corps, ou bien l’esprit, l’Être-té, la conscience, le moi, l’égo... sont simplement des modules du corps, qui lui permettent de se mouvoir dans l’espace qui l’entoure.

 

La mémoire est un sous-produit de la conscience en terme de contenu, par contre le système de rappel et d’invocation lui est inconscient. Lorsque j’invoque mon passé, ou qu’un souvenir surgit, je ne sais pas à l’avance ce qui va venir.

 

Il est plus intéressant de croire que l’esprit survit au corps, un corps qui ne serait que sa projection, l’univers entier ne serait d'ailleurs qu’une illusion, pour certaines écoles de pensées…

 

Tout le monde a raison d’une certaine manière : la conscience n’est qu’une rétroaction du réel, et ma réalité n’est qu’une représentation qui me permet de me situer et d’appréhender l’information qui m’entoure. Inversement, avec l’esprit je pense, et cette pensée me fait croire que j’ai une certaine Independence par apport au corps, qui lui semble suivre tout ceci comme un bon petit toutou. Mais en fait, 90 % du truc est déjà géré et certaines de nos décisions ne sont que l’expression d’un choix déjà fait.

 

À quoi sert le corps si l’esprit n’est pas là ?

Sans l’esprit, il nous apparait que le corps ne peut pas se mouvoir.

 

Nous n’imaginons pas de formes vivantes sans un esprit qui ressens (en contact avec ses capteurs, ses sens) et prend des décisions.  En fait, nous n’imaginons pas d’autre forme de vie que celle qui nous ressemble. D’une certaine manière, cet ordinateur que j’utilise pour écrire ce texte est vivant, il a un corps (le châssis), des capteurs (clavier, souris), une énergie qui l’anime (le courant électrique), une conscience (l’écran – l’imprimante), un esprit (les programmes), un fondement (le système d’exploitation), une tradition d’usage (le système de fenêtre), une histoire (Windows 7), etc.. L’ensemble de ces parties à son utilité et l’ensemble n’est rien si une seule d’entre elles n’est pas là.

 

La seule chose qui continue d’exister s’il manque un élément pour que l’ordinateur fonctionne c’est le fait que : justement s’il manque un élément il suffit de le remettre en place, ou de le remplacer, pour que ça remarche.

 

L’ordinateur n’est rien sans le fait qu’il y a une logique fonctionnelle qui fait qu’il marche. Il y a un modèle, une structure fonctionnelle qui sous-tendent l’ensemble des éléments en présence dans la machine et qui font qu’elle marche. De la même manière, « je suis », parce que je réponds à un ensemble de critères, des critères qui sont invisibles et non présents. Des critères dont je suis simplement l’expression, si j’exprime cela alors j’existe, sinon je suis peut-être en devenir, dans le coma... Ce qui est immortel, c’est la chose qui n’est pas, la forme sans forme, celle qui permet à la forme visible, réunion des éléments, de fonctionner, d’apparaitre. Une sorte de TAO :

 

“Trente rayons convergent au moyeu,
mais c’est le vide médian qui
confère à la voiture sa fonction.

On façonne l’argile pour faire des vases,
mais c’est du vide interne
que dépend l’usage.

Une maison est percée de
portes et fenêtres
c’est encore le vide qui
permet l’usage de la maison.

Ainsi “ce qui est” constitue
la possibilité de toute chose ;
“ce qui n’est pas”
constitue sa fonction.”
(Lao Tseu. Tao Te King, XI)

 

4.4.      Aller de A vers B[64]

Je suis une chose, qui se déplace de A vers B. toute ma vie n’est qu’un déplacement de là vers là. En fait, je suis toujours où je suis, mais je dois gérer mon déplacement relatif de A vers B. même si je ne bouge pas je suis contraint d’allé de la naissance à la mort de l’Alpha vers l’Omega, ma vie tel que je la perçois est de fait une sorte de cheminement temporel. Ce cheminement temporel est géré par l’esprit et la mémoire. Il va falloir que ce cheminement temporel soit réalisé dans la matière par mon corps physique.

Entre A et B il va y avoir des choses diverses, qui vont pouvoir me contraindre dans mon cheminement. 

Allant de A ver B, je vais croiser des choses, mes sens vont pouvoir entrer en action et me fournir diverses informations. Plus précisément, c’est mon cheminement du point A vers le point B, qui vas nourrir mes sens et permettre la mémorisation qui engendrera le temporel. 

Je ne suis que l’expression de ce cheminement.

Ce cheminement et les choses rencontrées vont pouvoir être réduits à des principes, qui ensuite seront déployés sous des formes diverses en fonction des situations.

Tous les types de déplacement sont des chemins.

Une balade est un chemin…

Une réflexion est un chemin…

Une recherche est un chemin…

Une émotion est un chemin…

La vie est un chemin,…,

 

Un chemin se caractérise par un point A et un point B, soit un segment AB.

Le point A est le point de départ du chemin, le point B est à l’arrivée.

Un problème A, qui trouve sa solution en B est un cheminement. 

Au point A il y a un Choc, qui vibre jusqu’au point B.

Il existe des multitudes de parcours possible entre un point A, et un point B

La science nous dit que le plus court chemin entre un point A et un point B est une ligne droite.

Un caillou jeté dans l’eau fait des ronds jusque-là rive, nous sommes dans un autre type de cheminement.

Les ronds disparaissent, avec la stabilisation du Choc provoqué à la surface de l’eau.

 

Le trajet est la représentation du déplacement réalisé du point A vers le point B.

Le trajet entre le point A, et le point B, n’est possible que s’il existe une route entre ces deux points.

La route peut être déjà tracée ou bien être réalisée à la demande, mais dans tous les cas il est nécessaire que le point B existe.

L’existence du point B étant obligatoire, cela veut dire qu’il y toujours une solution lorsque l’on chemine.

La question, qui est le point A ? Contiens donc en germe la réponse, qui est le point B.

 

Dans la réalité, il y a toujours des obstacles entre un point A et un point B.

Un obstacle entre le point A et le point B, c’est quelque chose qui empêche le tracé.

 

 

Les obstacles entre un point A et un point B, sont assimilable aux problèmes suivants :

·         Apparition du point A.

·         Le point B n’est pas visible.

·         Quelque chose coupe le chemin et empêche la progression vers le point B.

·         Quelque chose enferme le point A ou le point B, ce qui empêche de réaliser le tracer

Si l’on assimile le segment AB à une tranche de vie, alors on peut essayer de réduire à des principes ce qui se passe. Le point A ne va apparaitre que s’il y a une nécessité. Le point A vas donc apparaitre à chaque fois qu’il faudra faire face à quelque chose, d’une certaine manière lorsqu’il faudra se mettre en chemin.  Il y a de fortes chances pour que le point « A » n'existe que si le besoin de trouver le B se fait sentir. Si tout va bien, alors la chose est stable, un problème apparait et il demande une résolution.

L’apparition du point A est donc assimilable à un Choc qui bouscule l’équilibre. Le Choc chez l’individu est repérable à travers l’émotionnel qu’il va réveiller. L’émotionnel va être assimilable à une corde qui vibre. Cette corde vibre à la suite du Choc[65], et elle produit une vibration qui se fera entendre jusqu’au point B.

 

Interférence d'ondes circulaires émises par deux sources voisines

Le Silence se trouve avant le point A et après le point B. L’objectif est donc d’une certaine manière de faire silence à la suite du Choc, et plus vite le silence sera retrouvé, plus vite le système sera de nouveau stable. Il fait donc résoudre le Choc, gérer son empreinte vibratoire, réduire sa force.

 

-Vibration-

---------------Silence – Choc (A) –                           — Guérison(B) – Silence-------------

 -Correction-

La Vibration va trouver sa fin et son contrôle par l’opération de la Correction, qui va se dérouler simultanément à elle. La Vibration est de l’ordre de l’émotionnel et n’est pas contrôlable en direct, le système a besoin d’une logique opérative qui va contrer le Choc. Une sorte de contre Choc, un freinage qui va permettre d’annuler l’effet premier. Si je reste au niveau physique, une loi nous précise qu’il y a une conservation de l'énergie d’un système qui a été choqué[66].

4.4.1. Le point A n’est pas encore apparu.

 

Problème

Il n’y a pas nécessité d’un déplacement, étant donné qu’actuellement tout va bien. Un Choc provoque alors un déséquilibre. Un choc physique ou psychologique, une émotion.

Solution

L’errance, le hasard, la vie, qui va nous faire rencontrer des segments AB à travers des chocs aléatoires ou prévisibles.

4.4.2. Le point B n’est pas visible.

 

Problème :

Je ne sais pas vers quelle direction aller, parce que « je n’y vois rien », « Je suis dans le brouillard », c’est la nuit, « je suis sous le Choc ».

Je ne comprends pas le problème, je n’ai pas de référence, je ne sais pas par quel bout résoudre ce qui se présente. « Je suis dans les ténèbres », dans le noir, « en plein marasme », dans « une purée de pois »…

Solution :

Il me faut une Lumière, quelque chose qui va éclairer ma route, il faut que « je reprenne mes esprits ».

Cette lumière va être n’importe quelle information signifiante, qui va me permettre de me guider vers la solution. Cette lumière analogiquement est tout ce qui révèle, par exemple : des livres (livré une chose), des propos, des dits, une lampe de poche, des souvenirs, une idée, une pensée, une coïncidence, des équations, un manuel, une grâce, un don…

À ce stade la Lumière nous montrera peut-être que le point A est le fruit d’une erreur de jugement et que finalement il n’existe pas, et donc le point B non plus.

4.4.3. Quelque chose coupe le chemin et empêche la progression.

Problème :

Il y a un Obstacle qui se présente.

Un fossé, une rivière, un mur, une barrière, une porte fermée, un gouffre… n’importe quel élément physique qui bloque ma progression vers le point B. Un manque d’accréditation, le refus d’un tiers… une frontière…

C’est une sorte de coupure dans le tracé.

 

Obstacle-course[67] training at the Royal Military College of Canada circa 1917

Solution :

L’obstacle touche deux parties sures du chemin. Il va me falloir un Lien entre les deux parties connues, une astuce, un secret, une aide… pour franchir l’obstacle.

Je vais chercher, un pont, un tunnel, une échelle, en réalité un lien physique entre les deux parties connues. Une accréditation, un intercesseur, une méthode, un savoir, une connaissance, l’obtention d’un diplôme, un conseil, une proposition, un souvenir en rapport plus ou moins analogique avec le segment AB…

Quelque chose qui d’une certaine manière permet d’enjamber l’obstacle.

Ensemble du pont-canal sur la Loire[68]

4.4.4. Quelque chose enferme le point A ou le point B ce qui empêche la progression

 

Problème :

Il y a un Enfermement d’une partie du chemin dans un contenant, l’obstacle n’est plus franchissable.

·         Le vin est dans la bouteille et je n’ai pas de tire-bouchon pour l’extraire.

·         Mon corps est retenu prisonnier dans une prison.

·         La princesse est retenue prisonnière au château.

Bouteilles[69]

Solution :

Il faut que je fasse un Trou, physique ou symbolique, et que j’écarte pour pouvoir sortir ou entrer du récipient à travers ce trou, qui retient le point (À ou B). On est dans la logique du Troue-Vers (À ou B). La porte est à trouver si elle existe, pour pouvoir poursuivre le chemin.

·         La princesse prisonnière d’un château entouré d’épine.

·         Le héros retenu prisonnier par la partie adverse.

·         Le naufragé sur son île (peut être vue comme un obstacle si la destination (B) est connue).


 

4.5.      Deux choses en relation[70]

Lorsque deux choses A et B sont en relations, elles sont dans les situations suivantes :

·         Dissociée, disjointe (air)…

·         En appui, posé, adossées (eau)…

·         Liées, enracinées, tissées, emboitées, nouées, visée (terre)…

·         Collées, soudées, Fusionnée, incorporées (feu)…

Nous pouvons refaire un tableau en y insérant quelques rappels d’autres chapitres concernant les quatre éléments ou besoins vitaux.

 

 

(Feu)

Collées, soudées, Fusionnées, incorporées

Mariés (4)

(AB)

La séparation détruit

 

 

 

(Eau)

En appui, posé, adossées

Amis (2)

À

B

La séparation est un simple glissement qui peut laisser une empreinte, une marque.

 

 

 

A

En Relation avec

B

 

 

(Air)

Dissociées, disjointes

Libres (1)

A                                   B

 

La séparation est déjà réalisée et elle n’est donc plus possible.

Il peut y avoir un avant et un après.

 

 

 

(Terre)

 

Liées, enracinées, tissées, emboitées, nouées, vissées

Sous contrat (3)

>A-B<

La séparation dénoue et souvent déforme.

 

 

En fait, A ne peut pas être séparé de B, car ils sont en relation et une relation n’est pas forcément un contact physique en réalité tout est lié.

4.5.1. Relation non localisée

Au moment de la rédaction de ce chapitre je lisais un ouvrage de Jacque Ravatin : « Théorie Des Formes Et Des Champs De Cohérence Tome 1 » où il déploie dans les premiers chapitres des concepts qu’il nomme sans forcément les expliquer où en donnant des exemples qui sont logiquement en relation avec le sujet. Il explique au début de l’ouvrage que le lecteur créera de lui-même les concepts en lui en fonction de ses capacités.

À la fin de la rédaction du chapitre précédent, je m’étais dit en parlant avec ma femme de ce sujet : « je me demande s’il y a d’autres types de relation ? »

En reprenant un peu plus tard la lecture de l’ouvrage de Jacque Ravatin, j’ai eu l’impression qu’il décrivait un autre type de relation. J’ai alors interprété cette lecture du livre de Jacque Ravatin comme une sorte de coïncidence, une réponse à la question posée, j’ai donné du sens…

En fait, ce type de coïncidence est permanent et je ne prends plus le temps de les transcrire dans mes journaux. Je constate que si je me pose une question même banale il y a fort à parier que sous 24-48 heures, voire quelques minutes, je vais croiser une réponse sous des formes diverses. Les réponses ou tout du moins les sujets et les centres d’intérêt associés vont être couverts d’une manière ou d’une autre, comme si l’environnement s’organisait pour me faire parvenir de l’information ciblée. Lorsque je dis cibler, je veux dire que l'information en retour est de mon point de vue : précise, et souvent reformulée avec la même logique que le questionnement en cours.

Exemple : nous discutons d'une personne ayant vécu dans une grotte dans une logique de recherche scientifique dans les années 70 sans plus de précision.

Quelque temps plus tard alors que je vagabonde au rayon BD, Roman, d'une boutique d'occasion, je tombe nez à nez avec l'ouvrage principal de ce scientifique où il explique ses expériences[71] ? C’est un ouvrage relativement technique et rare, qui n’a rien à voir avec un roman ou une BD, j’apprends qu’il se nomme Michel Siffre.

Plus simplement, je me fais une réflexion un matin au réveil, j’ouvre mon livre en cours de lecture ou un magazine, et le chapitre suivant, contre toute attente couvre le sujet. Je monte dans ma voiture, j’allume la radio, et j’écoute avec étonnement le débat d’un spécialiste qui traite de la question…

J’ai déjà creusé l’ensemble de ces événements pour essayer de les rationaliser, j’ai des réponses qui me permettent d’en comprendre la plupart, mais quelques fois il est tout de même difficile de trouver la logique sous-jacente… Je constate qu’il y a comme un ensemble de mécanismes, qui font que lorsque je m'intéresse un sujet même précis, il y a de fortes chances, pour que des expressions du sujet arrivent à moi, en passant par l’environnement sous toutes formes possibles. J’ai limité le flux des informations à la lecture et internet, voire quelques films en DVD, pour affiner la perception des processus. J’aime bien trainer dans les dépôts-ventes, où tout est possible, et il me semble que plus le lieu est voué au hasard, et plus il y a de chance d'y trouver tout, et rien. L’information arrive donc fréquemment par ces canaux, ces différents médias, mais il est aussi possible que ce soit simplement à travers une personne que je croise, et avec qui j’engage une conversion, qui finit par cibler le questionnement en attente.

Enfin bref… ces propos sont métaphysiques, ce sont des relations non localisées

4.5.2. Des relations, des liens, délocalisés.

Deux formes sont toujours encapsulées par un ensemble plus grand qui les contient, elles sont alors en rapport en passant par un « troisième terme », qui est un contenant (avec le tenir). C’est le contenant qui les met de fait en rapport, elles deviennent alors un contenu. La nationalité est un type de relation lié au contenant, je suis tenu par ma nationalité. Mes cellules sont en rapport avec moi, ou avec mon code génétique, le contenant peut donc être intérieur.

Le troisième terme est un contenant au sens large, l’observateur peut être ce contenant du simple fait de sa connaissance des deux choses. Une des deux choses n’est pas forcement connu ou vue par l’observateur, et elle peut être simplement imaginaire.

L’ensemble des choses perçues à un instant est en relation, en passant par l’observateur. L’observateur, en passant par sa mémoire et son imaginaire, peut mettre en relation toutes choses entre elles.

L’observateur peut aussi mettre en relation une chose avec elle-même.

Une chose peut être en relation avec elle-même, en passant par des logiques de niveaux différents. Une statuette est en bois, elle représente une personne, qui s’appelle Marie, elle tient un enfant dans ces bras. Marie est la mère de l’enfant, cette enfant est un personnage connu, qui fait l’objet d’un culte… Ma montre me permet de me donner l’heure à tout moment.

Une des deux formes peut-être dans un autre temps, une autre époque, et le lien entre les deux choses est alors temporel. L’observateur fera ce lien par l’esprit ou l’imaginaire. Je suis devant un monument aux morts, qui évoque le martyre de personne morte durant un événement. Il y a une relation entre un monument et des personnes qui sont mortes, alors qu'elles n’ont jamais vu ni connue le monument.

·         Il peut y avoir une copie d’une chose, elle est alors en relation avec elle-même en passant par un processus de copie.

·         Deux choses peuvent être en relation en passant par un mouvement ou un processus commun qui les animent.

·         Deux choses peuvent être en relation analogique, métaphorique, symbolique, fonctionnelle.

·         Deux choses peuvent être en relation d’appartenance, de propriété.

·         Deux formes peuvent être dans un rapport géométrique (Thales).

·         Deux choses peuvent être en relation de type fantôme ; l’une au moins possède l’empreinte de l’autre. L’empreinte peut être physique, nous avons alors une marque, un signe, un parfum, une forme, ou bien symbolique, conceptuelle, nous avons aussi par exemple une ambiance.

·         Une des deux formes peut ne pas être physique et donc former une relation d’un type particulier non visible. La chasse au Dahu met en relation un individu avec un être virtuel qu’il doit attraper.

·         La relation entre deux choses peut être un désir, un souvenir commun.

Toutes choses sont de fait en relation entre elles en passant par le tout qui les contient de fait. Même une chose imaginaire est contenue dans le tout. On peut avoir une vision relationnelle de type arbre entre les choses. Cet arbre peut être différent pour chacun, mais il est de toute façon, globalement, potentiellement le même pour tous. Il est simplement révélé ou non à la conscience, qui est la couche où je me trouve actuellement pour rédiger ce texte. Des mécanismes sont des médiateurs entre l’inconscient et le conscient, pour construire cet arbre relationnel qui est une sorte d’ordonnancement des choses passées dans la conscience.

4.5.3. Terme englobant

Assurer une logique relationnelle d’un A avec un B, implique l’apparition du terme C qui devient une sorte de contenant ou lien de A et B.

Je ne suis pas mathématicien, juste un peu taquin, alors pour rire je vous propose la chose suivante.

C n’existe qu’à travers A et B et leurs rapports, C lui est la relation. On ne peut pas parler d’une équation de type A + B = C, parce que le signe plus implique une certaine matérialité et le signe = une équivalence. Il faut donc créer une sorte de signe ® qui indique un rapport entre deux ou plusieurs termes et un signe (e)-> qui montre une émergence liée au ® d’ AB.

À ® B (e)-> C

 

Qui se lit : A en rapport avec B fait émerger C.

On peut constater qu’effectivement A+B=C n’est pas une formulation correcte, parce que C peut émerger avec d’autre A et B par exemple A’ B’ voir D. De plus, le signe ® est représentatif de l’ensemble non exclusif des relations évoquées plus haut, ® n’est pas une addition, mais une sorte de concept. À est une chose qui peut être « invisible », non matériel, de même C peut être invisible et multiple, s’exprimer à plusieurs niveaux pour l’observateur.

 À, B, C et/ou peuvent exister avec ou sans l’observateur par contre ® est du fait de l’observateur.

Un marteau[72] M est formé (pour faire simple), d’une masse A et d’un manche B.

 

   

Le manche B peut aussi être mon bras et la masse un simple caillou.

 

À ® B (e)-> M

 

Cette équation en réalité existe sur plusieurs plans, donc au minimum.

 

Au niveau fonctionnel :

 

fonction(A) ® fonction(B) (e)-> fonction(M)

 

Au niveau émotionnel (collection, artistique, sentiment, évocation, poésie)

 

évocation (A) ® évocation (B) (e)-> évocation (M)

 

Au niveau physique :

forme(A) ® forme(B) (e)-> forme(M)

 

Contrairement à l’équation mathématique A+B=C ou 2A+B=C qui implique que A=0 ont peut écrire :

 

À®B(e)->C est équivalent ou possiblement équivalent à 2A®B(e)->C 2A représente 2 choses de type A.

 

Si l’on pause que : 2A représentent 2 choses de type A

 

Au niveau physique si l’on suppose une copie parfaite de A en A`, mais a un autre niveau on peut avoir simplement un rapport analogique ®: 

 

˨A`(e)-> A

 

A et A` représente en fait la même chose et leur répétition n’apportent pas une émergence autre que : A

L’ensemble des A sont des analogiques (a), qui possèdent une sorte d’équivalence que justement l’équation ; À ® B (e)-> C peut permettre de détecter. En effet, tout chose (ou ensemble de choses) pouvant prendre la place de A, et qui avec B font (e)-> C sont en ® en passant par cette équation.

 

Il est possible qu’a à certain seuil x, xA (e)-> C ou x est le nombre de représentations de A. Ce qui pourrait s’écrire si : x égales 3.

 

À ® A ® A (e)-> C ou 3A (e)-> C ou A ® A`® A`` (e)-> C

 

Donc dans ce système non cartésien il est possible que si :

 

2À ® B (e)-> C

et/ou

À ® B (e)-> C

 

Alors

 

((2A ® B) ou/et (A ® B)) (e)-> C avec A existant (différent de rien)

4.5.4. En bonne et due forme[73]

En bonne et due FORME

FORMATION

 

La forme est l’expression des principes, les formes s’emboitent et FORMENT des FORMES plus complexes. Il y a la science du mappage qui utilise des FORMES pour couvrir une surface. Il y a la même logique avec les volumes. Hormis avec les quasi-cristaux, toute FORME est un ensemble de FORMES plus petites (les atomes). La matière s’organise en réseau cristallin, l’atome FORME la molécule selon des principes (chimie / physique).

La FORME est l’expression, lorsque je dis que « je suis en FORME », cela sous-entend que mon corps est bien mis (bien formé).

Les FORMES s’organisent et donnent l’ORDRE. Lorsque « je suis en FORME » c’est que tout est en ORDRE, alors j’ai un certain ÉQUILIBRE.

La FORME implique un mode de connexion, la logique de relation entre FORMES. La FORME possède en elle la logique d’interconnexion avec les autres FORMES. La FORME est comme la pièce d’un puzzle, elle a de fait sa place au bon endroit. Les atomes ne s’associent pas entre eux comme ils veulent, mais uniquement suivant des règles, qui vont permettre de voir apparaitre des structures, mais la structure est déjà dans la FORME qui la FORMATE. Dans un puzzle la relation est de type contact parfait, où j’ai un ensemble de formes, qui remissent aux bons endroits vont me donner l’image. En réalité, l’ensemble des pièces du puzzle, qui était dans la boite sous la FORME d’un chaos ne pouvait que me donner l’image prévue. Chaque FORME de la boite va pouvoir servir de point de départ, de graine, mais je ne suis là que pour réORDONNER les FORMES entrent-elles. Je n’ai pas le choix, chaque FORME à sa place et pas une autre. Chaque FORME est en contact avec une autre FORME, et l’assemblage parfait fait apparaitre l’image.

 

FORME

FORMULE

FORMULATION

FORMATER

Je suis en FORME

Mise en FORME.

Mettre en FORME

Mettre les FORMES

En bonne et due FORME

FORMATION

FORcément (FORT Ciment)

Être en bonne FORME

Avoir des FORMES

FORMER un groupe

Donnée FORME à ses idées

F(eu)-O(eau)-R(air)-ME(moi)

 

Le PRINCIPE s’exprime par les FORMES qui s’ORDONNENT pour donner l’IMAGE, qui contient le SENS qui renvoie au PRINCIPE.

 

Dans un autre document, je m’attarde sur les pentaminos[74] qui sont des FORMES qui s’assemblent entre elles. Les assemblages réalisés avec ces FORMES sont limités à la capacité première de leurs FORMES. La FORME contient en elle-même les limitations et capacités qui vont permettre sa relation avec d’autres formes.

Si l’on reprend la syntaxe du chapitre (4.5.3)

Soit F1, F2,…FX les pièces du puzzle, des FORMES, la relation de l’ensemble de F, noté ® (F1->Fx),   nous donne l’Image I qui émerge.

 

® (F1->Fx) (e)-> I

 

Les FORMES en relation ® (F1->Fx) auraient pu être différentes et pourtant donner la même image :

(e)-> I

 

La relation donnée ici est explicite et correspond à un passe-temps classique : le puzzle[75] qui est un casse-tête.

Le Loculus d'Archimède exprime bien le fait qu’il y a plusieurs ensembles possibles de ® (F1->Fx), qui peuvent donner la même (e)-> I.

 

 

4.5.4.1.         Pavage de rectangles avec des pentaminos

Formes de bases

 

Exemple de pavage

Avec les pentaminos, le puzzle classique est de paver une surface rectangulaire sans trou ni chevauchement. Chaque pentamino, au nombre de 12, contient 5 carrés. En conséquence, le rectangle doit faire 60 carrés de surface ; les dimensions possibles sont donc 6×10, 5×12, 4×15 et 3×20. Les joueurs les plus motivés parviennent à les compléter en quelques heures à la main.

Un défi plus exigeant est de dénombrer le nombre total de solutions possibles. C'est habituellement résolu à l'aide d'un algorithme d'énumération.

John G. Fletcher1 a le premier résolu le cas 6×10 en 1965 : il y a exactement 2 339 solutions, en excluant les variantes triviales (rotations et réflexions du rectangle), mais en incluant les rotations et les réflexions d'un sous-ensemble du rectangle. Le rectangle 5×12 possède 1 010 solutions, le rectangle 4×15 a 368 solutions, et le rectangle 3×20 a seulement 2 solutions.

Un puzzle nettement plus facile, car plus symétrique, est le carré 8×8 qui contient un trou 2×2 en son centre. Dana S. Scott2 l'a résolu en 1958 en dénombrant 65 solutions. Son algorithme est l'un des premiers à appliquer le retour sur trace.

D'autres algorithmes sont apparus avec les années. Donald Knuth3, figure emblématique de l'informatique, en a mis un au point qui est particulièrement efficace. Grâce à lui, un ordinateur moderne ne prend que quelques secondes pour trouver toutes les solutions.

 

4.6.      Les principes[76]

 

Les principes préexistent de toute éternité et sont là de fait, par contre ils ne peuvent que s’exprimer à travers des situations ou des faits. Je ne peux pas voir la gravité, mais je peux la voir à l’œuvre par l’intermédiaire d’un objet plaqué contre le sol. Je sais que si l’objet est éloigné de la Terre il y aura un moment où le principe ne s’appliquera plus, et l’objet alors flottera dans son milieu. 

 

Un principe est, communément, une habitude ou un raisonnement servant de point de départ.

·         Un principe de base est une règle.

·         Un principe est une vérité générale et fondamentale : loi, doctrine ou hypothèse étendue et fondamentale sur lesquelles d'autres reposent ou dont elles sont dérivées. À la différence d'une loi qui est précise et provisoire, un principe a une portée plus large, voire intemporelle.

·         Un principe physique est une loi admise sans n’avoir jamais été démontrée par la théorie.

 

L’amoureux ne peut le devenir que s’il rencontre réellement ou allégoriquement l’objet de ses désirs. Les principes sont des sortes d’états créés par des situations rapprochant différents éléments, ou des formes, ou des obligations vis-à-vis de chose à réaliser. Je ne peux pas sortir d’un cube s’il n’y a pas un trou assez grand, pour me permettre de sortir de là. Je quitte ma maison par la porte. Je sors naturellement du ventre de ma mère par son vagin. La grotte en général possède une entrée qui est aussi la sortie. Une bouteille est fermée par un bouchon, qui empêche le liquide de sortir. La fumée sort par le trou de la cheminée. L’eau est au fond du puits, avec peut-être une vérité qui s’y cache. Si je trouve une forme creuse, j’en fais un verre, un bol, une casquette, une prison, un vase, un récipient quelconque, ou plus simplement une chose qui me permet de retenir quelque chose, et le cas échéant de le bloquer par une fermeture.

 

J’ai aussi la possibilité de faire simplement un dessin où je vais par exemple dessiner un cercle avec une forme placée à l’intérieur. Si je regarde le dessin, la forme étant placée dans le cercle (toute autre figure ferait aussi bien l’affaire) je vois bien qu’elle ne peut pas en sortir (c’est un dessin, donc cela ne bouge pas !). Ici, il faut passer, par une troisième dimension pour sortir du cercle inscrit sur une feuille de papier, qui elle n’exprime que deux dimensions.

 

Donc un principe s’exprime à travers une situation ou n’est pas visible, par contre étant un principe il sera toujours au rendez-vous, parce que le monde ne peut pas s’extraire de cela. Un principe ne peut que s’exprimer, en soi il n’existe pas, il est latent. Il a besoin pour apparaitre de protagonistes, qui vont à travers leurs actions le faire s’exprimer. Pour qu’un principe s’exprime, il faut donc que les éléments attachés à ce principe soient présents. J’ai écrit les éléments, car il me semble qu’il faut au moins deux choses qui rentrent en interaction, pour qu’un principe puisse s’exprimer. Nous avons alors une sorte de ternaire avec :

 

Chose 1 (interaction) chose 2 = (expression d’un) principe

 

L’interaction de chose1 avec chose2 permet aux principes de s’exprimer.

 

On est dans une sorte de réaction chimique où le fait d’avoir mélangé deux composées permet d’en obtenir un troisième, grâce à un principe que l’expérience a mis en évidence.

 

Dans le monde physique, il est facile à constater tout ceci, et la science passe son temps à réaliser ce type de constatations, pour essayer de trouver les lois de l’univers. Les lois physiques étant en réalité des principes[77].

 

4.6.1. Liste des principes scientifiques

Voici une liste des principaux principes scientifiques collectés dans des encyclopédies numériques libres. Cette liste est là simplement pour donner un aperçu des principes, qui ont été redécouverts à travers les siècles et auquel nous sommes soumis depuis le début des temps.

 

·         Principe d'action-réaction (ou principe des actions réciproques) : « Tout corps persévère dans l'état de repos ou de mouvement uniforme en ligne droite dans lequel il se trouve, à moins que quelque force n'agisse sur lui, et le contraigne à changer d'état. »

·         Principe d'action stationnaire : « L'Action est proportionnelle au produit de la masse par la vitesse et par l'espace. Maintenant, voici ce principe, si sage, si digne de l'Être suprême : lorsqu'il arrive quelque changement dans la Nature, la quantité d'Action employée pour ce changement est toujours la plus petite qu'il soit possible. »

·         Principe de d'Alembert : Le principe de d'Alembert est un principe, de mécanique analytique, affirmant que l'ensemble des forces de contrainte d'un système ne travaille pas lors d'un déplacement virtuel. En fait, ce principe postule que, par exemple, la table sur laquelle est posé l'objet est passive (n'oppose que des forces de réaction au corps) et ne va pas lui fournir une quelconque accélération ni énergie.

·         Principe d'Archimède : « Tout corps plongé dans un fluide au repos, entièrement mouillé par celui-ci ou traversant sa surface libre, subit une force verticale, dirigée de bas en haut et opposée au poids du volume de fluide déplacé ; cette force est appelée poussée d'Archimède. »

·         Principe de Babinet : En physique, le principe de Babinet est un théorème portant sur la diffraction. Il stipule que la forme d'une figure de diffraction est la même si elle est obtenue à partir d'un corps opaque ou de son « conjugué », obtenu en perçant une plaque aux emplacements où se situe ce corps. L'exemple le plus simple d'utilisation de ce théorème est la diffraction par une fente : la figure est la même avec une fente ou avec un fil tendu.

·         Principe de bivalence : En logique, le principe de bivalence est une version sémantique de la loi du tiers exclu ; il énonce que toute proposition P doit être soit vraie soit fausse, c'est-à-dire qu'elle ne peut prendre que deux valeurs de vérité (et qu'elle doit en prendre une). Voir également la loi de non-contradiction.

·         Principe de complémentarité : Le principe de complémentarité fut introduit à Copenhague par Niels Bohr suite au principe d'indétermination de Werner Heisenberg comme approche philosophique aux phénomènes apparemment contradictoires de la mécanique quantique, par exemple : celui de la dualité onde-corpuscule. Dans sa forme la plus simpliste, il stipule qu'un « objet quantique » ne peut se présenter que sous un seul de ces deux aspects à la fois. Souvent associé à l'école de Copenhague, ce principe est à présent un des concepts fondamentaux de la mécanique quantique. L'expérience des fentes de Young en a fait une démonstration simple et efficace.

·         Principe de Curie : Le principe de symétrie de Pierre Curie affirme que « Lorsque certaines causes produisent certains effets, les éléments de symétrie des causes doivent se retrouver dans les effets produits. » Ce principe fut établi par Pierre Curie après avoir observé les propriétés des champs électromagnétiques. Il permet d'établir des invariances, des symétries et même l'impossibilité d'un phénomène. La réciproque n'est pas vraie, c'est-à-dire que les effets produits peuvent être plus symétriques que les causes. Une généralisation de ce principe existe également pour les phénomènes physiques incluant une possibilité de bifurcation : pour une même cause, deux effets distincts physiquement et qui ne peuvent coexister sont possibles. Parfois, chacune des possibilités prises séparément est moins symétrique que la cause. Dans ce cas, c'est la symétrie globale de l'ensemble des effets qui doit être prise en compte pour respecter le principe de Curie (exemple : domaines ferro électriques de BaTiO3 à basse température ou flambement d'une poutre en mécanique des structures).

·         Principe d'économie : Ce principe considère que quand deux hypothèses sont en concurrence et qu'on ne peut pas les départager pratiquement, par l'expérimentation scientifique par exemple, on doit choisir la plus simple, c'est-à-dire celle qui possède le moins d'hypothèses, ou celle dont les hypothèses sont les plus facilement démontrables. Ce principe est aussi connu sous le nom de rasoir d'Ockham (ou rasoir d'Occam). Il est au fondement de la méthode scientifique.

·         Principe d'équivalence[78] : Ce « principe » est un constat expérimental, jamais démenti et aux conséquences théoriques aussi bien que pratiques, élevé au rang de principe, car inexpliqué (par un principe plus simple ou plus naturel). Le Principe d'équivalence faible dit que la masse inertielle et la masse gravifique sont égales quel que soit le corps (en fait il s'agit de leur proportionnalité, mais de cela on déduit qu'avec un bon choix d'unités de mesure, on obtient leur égalité). La conséquence de ce principe est que tous les corps soumis à un même champ de gravitation (et sans aucune autre influence extérieure) chutent simultanément quand ils sont lâchés simultanément, quelles que soient leurs compositions internes. Ce constat de la simultanéité des chutes a été fait dès Galilée. Isaac Newton par sa loi universelle de la gravitation a montré que cela était équivalent à l'égalité entre masse inertielle et masse gravifique, et a expérimenté cette égalité à l'aide de la comparaison des fréquences de balanciers constitués de matériaux différents. Par la suite, de multiples expérimentateurs ont testé cette égalité, réduisant toujours plus l'écart possible entre ces deux masses.

·         Principe d'exclusion de Pauli : En 19251, Wolfgang Pauli proposa un principe selon lequel les fermions (particules de spin semi-entier telles que les électrons, les protons ou les neutrons), ne peuvent pas se trouver au même endroit dans le même état quantique. Ce principe devint ensuite un théorème de la mécanique quantique relativiste, inventée par Dirac en 1930 : les particules de spin demi-entiers sont des fermions et ils obéissent à la statistique de Fermi-Dirac, donc au principe d'exclusion de Pauli.

·         Principe de Fermat : Le principe de Fermat est un principe physique qui sert de fondement à l'optique géométrique. Il décrit la forme du chemin optique d'un rayon lumineux et s'énonce ainsi : La lumière se propage d'un point à un autre sur des trajectoires telles que la durée du parcours soit extrémale. Il permet de retrouver la plupart des résultats de l'optique géométrique, en particulier les lois de la réflexion sur les miroirs, les lois de la réfraction, etc. Une conséquence première du principe de Fermat est la propagation rectiligne des rayons lumineux dans les milieux homogènes. En effet, dans un milieu homogène, le temps de parcours est proportionnel à la longueur du trajet, et le chemin le plus court pour aller d’un point à un autre est et a toujours été la ligne droite.

·         Principe holographique : Le principe holographique en physique est une conjecture spéculative dans le cadre de la théorie de la gravité quantique, proposée par Gerard 't Hooft puis améliorée et promue par Leonard Susskind. Cette conjecture propose que toute l'information contenue dans un volume d'espace puisse être décrite par une théorie qui se situe sur les bords de cette région. Par exemple, une pièce donnée d'une maison et tous les événements qu'elle contient pourraient être modélisés complètement par une théorie qui prendrait en compte uniquement ce qui se passe au niveau des murs de cette maison. Le principe holographique dit aussi qu'il y a au plus un degré de liberté (ou une constante de Boltzmann k, unité d'entropie maximale) pour chaque ensemble de quatre aires de Planck, ce qui peut être écrit comme une limite de Bekenstein : S \le A/4, où S est l'entropie et A l'aire considérée.

·         Principe d'inertie : Les lois du mouvement de Newton sont en fait des principes à la base de la grande théorie de Newton concernant le mouvement des corps, théorie que l'on nomme aujourd'hui Mécanique newtonienne ou encore Mécanique classique. À ces lois générales du mouvement fondées en particulier sur le principe de relativité des mouvements, Newton a ajouté la loi de la gravitation universelle permettant d'interpréter aussi bien la chute des corps que le mouvement de la Lune autour de la Terre. « Tout corps persévère dans l'état de repos ou de mouvement uniforme en ligne droite dans lequel il se trouve, à moins que quelque force n'agisse sur lui, et ne le contraigne à changer d'état. »

·         Principe de localité : En physique, le principe de localité, connu également sous le nom de principe de séparabilité, stipule que des objets distants ne peuvent avoir une influence directe l'un sur l’autre ; un objet ne peut être influencé que par son environnement immédiat. Ce principe, issu de la relativité restreinte, a été précisé en ces termes par Albert Einstein1 :

·         « Il semble essentiel pour cette disposition des choses introduites en physique que ces dernières, à un moment donné, revendiquent une existence indépendante l’une de l’autre, dans la mesure où elles se trouvent dans différentes régions de l’espace. Sans l’hypothèse de l’existence mutuellement indépendante (de l’«être-ainsi») des choses séparées spatialement les unes des autres, hypothèse qui trouve son origine dans la pensée de tous les jours, la pensée physique qui nous est familière ne serait pas possible. On ne voit pas comment les lois physiques pourraient être formulées et vérifiées sans une telle séparation. »

·         Ce principe s'avère remis en question par la physique quantique, notamment par les phénomènes d'intrication quantique. Les physiciens David Bohm et Basil Hiley estiment qu'il n'existe aucun bien-fondé aux objections au concept de non-localité2. Répondant à ceux qui jugent que l'acceptation de la non-localité minerait la possibilité d'isoler et d'observer scientifiquement quelque objet que ce soit, Bohm et Hiley opposent le fait que, dans le monde macroscopique, cette science est possible, puisque les effets de non-localité, montrent-t-ils, ne sont pas significatifs : l'interprétation permet exactement le même degré de séparabilité des systèmes que ce qui est requis par le « type de travail scientifique qui est effectué dans les faits ». Accorder la théorie de la relativité restreinte avec la non-localité (voir Paradoxe EPR) est une autre question plus complexe, mais Bohm, comme John Stewart Bell3, soulignera que ce n'est pas une transmission de signaux qui est en jeu dans la notion de non-localité.

·         Principe de Pascal : Dans un liquide en équilibre de masse volumique uniforme, la pression est la même en tout point du liquide et cela aussi longtemps que ces points sont à la même profondeur.

·         Dont on tire le théorème fondamental de l'hydrostatique :

·         Dans un liquide en équilibre de masse volumique uniforme, la différence des pressions en deux points est égale au poids de la colonne de liquide ayant pour section l'unité de surface et pour hauteur la différence de niveau des deux points.

·         Toute pression exercée sur un liquide se transmet par lui intégralement et dans toutes les directions.

etc.

 

4.6.2. Principes de vies

Il n’y a pas que des principes physiques de type scientifiques, il y a des principes plus simples, qui font notre vie de tous les jours. Comme :

·         Le Néant, le chaos était avant toute chose.

·         Je suis.

·         Si je suis là c’est que j’ai eu un Père et une Mère, qui eux-mêmes...

·         Je dois assurer mes besoins vitaux, pour la survie et la croissance de mon corps…

·         Je perçois le monde à travers mes sens et uniquement à travers eux…

·         Je cherche en permanence à m’équilibré avec les informations fournies par mes sens. J’utilise des sortes de modèle interne en rapport avec le physique.

·         À tout moment, j’occupe une place et cette place est la mienne.

·         Je suis en appui à partir de cette place qui est constituée de mon corps et du volume occupé dans l’espace avec une autre forme qui fait de même.

·         À tout moment, je suis à un endroit entouré de choses, un décor qui m’encapsule.

·         Il y a des formes qui contiennent et d’autres qui sont contenues, voire emboitées.

·         À tout moment, je réalise un ensemble d’action depuis ma place.

·         Sans artifice, je ne peux agir que depuis mon emplacement et suis limité par la longueur de mes membres.

·         Mes mains me permettent de saisir, je ne peux pas fusionner de choses à mon corps autrement que par la nutrition.

·         Pour aller chercher quelque chose, il faut que je me déplace.

·         Je trace une sorte de chemin de vie à travers ce déplacement.

·         Je mémorise l’ensemble des informations précédentes.

·         Mon esprit me permet de jouer avec les informations mémorisées, pour m’aider dans mes actions.

·         Je peux conceptualiser et synthétiser l’information contenue dans ma mémoire.

·         Je peux réaliser des analogies, des métaphores, entre différents souvenirs et concepts.

·         Cela ordonne mes souvenirs dans une logique analogique et géométrique.

·         Je range le monde qui m’entoure de la même manière, il y a une sorte d’effet miroir.

·         Mon corps va disparaitre.

·         Il faut que je me reproduise pour assurer la suite.

·         Etc.

5.   Schéma de cohérence

Répondre à la Loi de gravité, et être dans l’obligation de se déplacer pour aller chercher sa nourriture implique que nous maitrisions notre environnement. La maitrise de notre environnement passe par un ensemble de connaissance, qui va nous permettre de juger si une situation est cohérente, ou non, c’est-à-dire : « cette situation que j’expérimente ici et maintenant est-elle en conformité avec ce que je connais de ce type de situation ». Encore une fois, les explications qui vont suivre sont triviales, et n’essaient pas de réécrire la psychologie humaine, mais simplement d’essayer d’apporter une réflexion sur notre quotidien direct.

Le monde est perçu à travers nos cinq sens (en réalité il y en a plus), ce qui veut dire que toute chose possède au moins, pour notre esprit, cinq paramètres la définissant extérieurement, ce qui correspond à nos cinq capteurs de bases. Notre contact avec l’extérieur passe aussi par notre corps, qui possède des fonctions bien précises, si nous nous attardons sur les fonctions de nos quatre membres, et de notre bouche nous pouvons déployer des logiques fonctionnelles.

·         Deux mains, qui me permettent de saisir. 

·         Deux pieds, qui me permettent de me déplacer.

·         Une bouche, qui me permet d’ingérer ma nourriture.

·        

Le corps peut toucher les choses qui nous entourent avec toutes ses parties, mais certaines permettent de retenir, de capturer, comme les mains et la bouche.

Le chat utilise sa bouche là où l’homme utilise ses mains. Le chat utile ses quatre pattes comme l’homme utilise ses pieds.

Mon contact physique avec l’extérieur est en relation avec les différentes parties de mon corps, qui se sont spécialisées.

·         Mes mains saisissent, repoussent, intègrent à l’extérieur.

·         Mes pieds me servent d’appuis, repoussent, me mettent en contact.

·         Ma bouche capture, intègre à l’intérieure.

 

Cela permet de suivre des logiques, des protocoles opératifs, des méthodes par exemple :

J’ai une Intention :

Je désire manger.

Je fais une suite d’actes :

Mes pieds me permettent d’aller saisir avec les mains la nourriture, qui sera capturée par ma bouche (Mes mains apportent la nourriture capturée à ma bouche).

Il y a un lâcher-prise :

Ce qui vient de passer par la bouche rentre à l’intérieur de mon corps.

Il se déroule des actes que je ne contrôle pas :

Mon ventre va transformer la nourriture capturée (ma raison ne participe pas à ce processus de transformation).

Il y a un jugement :

La nourriture capturée est bonne, ou mauvaise pour mon corps.

Il y a une libération :

Ce qui ne sert à rien, le résidu de la nourriture capturée, sera rejeté par le corps sous forme d’urine de sueurs, ou d’excréments. À ce moment, je sais quel est le verdict du jugement.

 

Ces vérités sont complètement intégrées, et nous ne prêtons plus attention à elles. Si je veux porter un élément à ma bouche, j’utilise mes mains. Si je veux aller d’un point A à un point B, j’utilise mes pieds… Ces évidences sont d’une certaine manière des sortes d’équations basiques associées à notre corps. Il y a notre corps avec ses capacités, et des logiques fonctionnelles, qui en sont directement issues. J’oublie que j’ai cinq sens, et que je vois le monde uniquement à travers ces cinq capteurs. Lorsque je raisonne sur une situation extérieure je ne peux le faire que par apport à ses cinq paramètres, et l’ensemble des mémorisations dont je dispose sous la forme de souvenir. Le monde que je connais est celui que me fournit mes capteurs, qui eux-mêmes fournissent l’information à mon cerveau, qui lui-même produit ma conscience. Entre les stimuli capturés, et leurs représentations dans ma conscience, il y a une sorte de mystère, d’alchimie, qui transforme ces signaux en ma réalité. S’il me manque un sens, je devrais extrapoler, pour m’assurer de la réalité de l’information. Si par exemple je me retrouve dans le noir, et que j’entends des bruits situés devant moi, il va falloir que je fasse appel à ma mémoire, pour identifier la chose, qui peut être à l’origine du bruit. Si quelqu’un simule avec un appareil adéquat le bruit d’une voiture, qui vient à ma rencontre, je vais être trompé, et j’essayerais d’éviter l’engin, pour protéger ma vie.

J’oublie que je perçois le monde, et que cette perception est retranscrite sous la forme de ma conscience. J’oublie aussi que je perçois le monde à travers des matrices d’informations structurées. Finalement, je suis un système, qui reçoit différents types d’information, pour produire sa conscience. Plus le système recevra une information viable, plus il sera simple pour lui d’exprimer une conscience claire. Nous voyons mieux les formes lorsqu’il y a de la lumière, les sons nous proviennent mieux s’il n’y a pas d’obstacle, je ne peux toucher une forme que si je suis au contact, il faut que la forme produise des phéromones, pour que j’apprécie son odeur… Pour connaitre le goût d’une forme, il faut que je prenne le risque de la mettre dans ma bouche. Il y a dans cette matrice de données deux types de paramètres, ceux de contact et les paramètres sans contact.

 

 


 

Matrice des sens :

 

Sens

 

Contact

 

Sans contact

 

 

Commentaires

 

Vue

 

 

 

Ce sens nous permet de voir, nous disposons des paupières, qui nous permettent de couper le flux d’informations lumineuses, qui rentre par nos yeux.

Deux yeux

 

Ouïe

 

 

 

Ce sens est automatique, et il est très difficile de couper son fonctionnement a moins d’avoir recourt à un système isolant.

Deux Oreilles

 

Odorat

 

 

 

Ce sens est automatique, mais peut être facilement perturbé par des problèmes respiratoires.

Deux trous de nez

 

Toucher

 

 

 

Ce sens peut être contrôlé, nous ne sommes pas obligés de toucher une forme.

L’ensemble du corps

 

Goût

 

 

 

Ce sens demande de faire une action volontaire, et l’information captée est très difficilement transmissible.

Comment expliquer le gout de la poire.

Langue en association avec l’odorat.

 

Je ne passe pas mon temps à décortiquer le fait que si je veux saisir quelque chose, il faut que j’utilise mes mains, cela va de soi. C’est une évidence. Cette évidence va alors devenir pour ma raison une sorte d’équation, pour saisir il faut une main. Si je regarde comment marche une main, je m’aperçois que je dispose de cinq doigts, et que quatre sont en opposition avec le cinquième, qui permet la pince de l’objet à saisir. Ma main est l’équation fonctionnelle de l’ensemble des outils créé par l’être humain, qui permettent de saisir et de maintenir attaché. Ma main, de par sa fonction, me permet par analogie de créer des formes, qui la représentent. Je déploie ce principe de manière évidente sans me poser de questions particulières. Je peux même me raconter que je suis l’inventeur de la pince[79] crocodile, ou tout autre système bêtement copier sur ce principe…

File:Work shop clamps.JPG

Un jeu de pince[80]

5.1.      Les cinq sens et la Conscience [81]

Mes yeux sont là que pour recevoir et capter la lumière de l’extérieur. De la même manière, mes oreilles et mon nez ne sont que des capteurs, en réalité tous les organes de mes sens sont des capteurs et uniquement des capteurs. On peut alors se demander comment il est possible de voir et d’entendre avec seulement des capteurs et pas de projecteurs ?

J’ai là, devant moi des formes diverses, des sons et des sensations tactiles, enfin bref, tout est le plus normal du monde, je suis dans l’évidence de la vision au sens large. Seulement, une question folle, un truc transcendant me traversent l’esprit :

« Pourquoi je vois et pourquoi j’entends des trucs autour de moi » ?

La question peut sembler idiote et la réponse directe sera : « Parce que j’ai des yeux et des oreilles !! »

Mais la question semble dire que ce n’est pas possible de voir devant soi alors que l’information arrive déjà de devant moi. La lumière arrive de devant moi, et il n’y a aucune raison pour qu’elle rebondisse devant moi. Si je regarde (suivre) mentalement le trajet de la lumière, je la vois entrer dans mes yeux, mais je ne la vois jamais ressortir !! Alors pourquoi je vois l’image fournie par la lumière, qui rentre dans mes yeux, devant moi ? Où est le projecteur ?

Si je transpose mon système visuel dans une logique cinématographique en utilisant une caméra numérique, on comprend tout de suite que l’image va sur la bande magnétique, et pas sur un écran de cinéma situé à l’endroit de la prise de vue ! Si je dirige une caméra devant un écran de télévision qui montre l’image filmée par la caméra en temps réel, on voit apparaitre une boucle. Une boucle comme lorsque nous nous plaçons entre deux miroirs.

On peut faire le même constat pour les sons et toutes les sensations qui arrivent à notre corps ? Je peux capter avec mes oreilles des sons, mais mes oreilles ne sont pas des Hautparleurs. Idem, je peux capter des odeurs, mais mon nez n’est pas un générateur d’odeur, un diffuseur de parfum. C’est pareil pour les pressions kinesthésiques qui sont peut-être plus difficiles à cerner, puisqu'il y a un contact.

En me posant cette question, j’étais devant un mystère ? Un truc gros comme le nez au milieu de la figure ! J’avais devant moi un truc se trouvant devant moi ! Mais perçu avec un demi-système n’assurant que la capture.  Qu’est-ce qui pouvait bien assurer le rôle de l’affichage, de la sonorisation, de la diffusion d’odeur… ? J’ai bien sûr pensé au cerveau, qui comme je le sais déjà est l’organe où toutes ces informations arrivent. Mais mon cerveau est dans ma boite crânienne et il ne ressemble pas à ce qui est devant moi, et il n’y a pas d’écran de cinéma dedans. De plus, mon cerveau est en moi, il n'est pas dehors et il serait composé de « matière grise ». J’ai donc admis que ce que je voyais devant moi devait être autre chose, mais quoi ? Tout était comme d’habitude, mais j’avais maintenant un problème à résoudre ! En fait, j’étais devant ma seule réalité, une réalité existant depuis toujours pour moi. Je me rendais compte que cette réalité était une sorte de projection d’une information de l’endroit où cette information était censée être. Du coup, cette réalité n'était en fait qu'une réalité de seconde main, parce que l’information arrive aux capteurs et est ensuite obligatoirement projetée à sa place dans l’espace.

Cela est difficile à appréhender, parce que tout est synchrone et instantané. Mais rien n’est en réalité projeté devant moi !! Je n’ai pas de projecteurs vidéo 3D ni de hautparleurs haute-fidélité à ma disposition pour faire cela !! Ce que je vois en lieu et place est donc fabriqué par autre chose que le réel lui-même, ou bien mes organes des sens ne servent à rien et je suis connecté en direct avec le réel. Très rapidement, je suis arrivé à la conclusion qu’en réalité c’est le cerveau qui réalise ce travail. Mais là j’étais devant une sorte d’illusion gigantesque, qui existe depuis le début et n’est pas perceptible, car elle constitue notre seule réalité. Tout ce que nous percevons est traduit en temps réel par le cerveau et nous est représenté en lieu et place de la capture. La spatialisation est reconstruite dynamiquement. Les organes capteurs, comme les yeux ou les oreilles ne sont qu’à deux positions fixes. Ceci n’est pas une nouveauté, parce que la science connait déjà ce mode de fonctionnement du cerveau. Mais là, il y a eu une prise de conscience de l’énormité de la chose, il y a eu un vécu du processus, une compréhension transcendante. Pas de jeu de lumière, pas d’étoile qui brille, pas de fée ou de lutin, non rien ne change techniquement, simplement : il y a eu la prise de conscience que ce qui est devant moi est certainement devant moi, mais ne peut pas être là tel que je le vois, c’est impossible !! Une émergence d’une évidence énorme !! Cette prise de conscience doit certainement sa venue aux lectures et réflexions précédentes[82]. Le sujet avait été effleuré avec la lecture de l’ouvrage de Douglas Hofstadter, « je suis une boucle étrange ». Douglas ne pose pas le problème dans ces termes, ou tout du moins je n’en ai pas le souvenir. Mais ici, j’ai perçu par le vécu, d’une façon inattendue, cette énormité, un peu comme une goutte qui fait déborder un vase, une simple prise de conscience, mais sur un truc énorme ! Ce que je vois, entends, sens, ressens, n’ai qu’une construction mentale !! Une construction mentale synchronisée, qui lui donne un air de réalité. Je vois un oiseau devant moi, je l’entends, tout est alors synchronisé, l’information reçue est traitée et projeter dans la conscience en temps réel et donc tout est cohérent !! Alors je crois que c’est réel ! Mais en fait, il ne s’agit que de ma réalité. Cette réalité doit certainement être le reflet de quelque chose d’identique, de réel, puisque je peux le partager avec d’autre individu (qui fonctionne comme moi), c'est certainement une copie très fiable de la réalité. Mais, je suis conscient, ou plutôt ma conscience n'est qu'une projection du réel, qui devant moi n’est pas le réel, mais une interprétation du réel. Si quelqu’un prend une photo ou fait un film, je peux visualiser ces informations et en faire part à l’individu qui me les montre. L’échange verbal ou écrit que nous avons sur ces travaux me montre et me prouve que nous voyons quelque chose de similaire. Nous avons une projection des perceptions qui nous semble identique. Dans notre monde, tout semble cohérent à ce niveau-là.

Si nous cherchons un petit peu, nous pouvons facilement trouver des illusions d’optique qui nous prouvent bien que ce que nous voyons n’est qu’une projection interprétée. Elles nous prouvent que notre cerveau peut nous mentir et que du coup ce qui nous semble réel de fait peut ne pas l’être.

Tout cela étant un fait intégré depuis l’enfance nous nous plaçons tout naturellement au milieu de notre système de perception et nous définissons dans cette projection une logique d’intérieur et d’extérieur à nous. Tout le monde fait de même et tout va bien dans le meilleur des mondes. Malheureusement cela est faux : ce que je voie, ce que j’entends… n’est qu’une « projection », une sorte de rêve réel en 3D solides que je me raconte en temps réel[83] et que je partage avec d’autre. Ma conscience me présente une copie de l’original que je n’ai jamais vraiment vu !

·         Ce décor est parfait, parce que nous n’en connaissons pas d’autres !

·         Il est parfait, parce que, confronté à notre logique de raisonnement, il est cohérent !

·         Notre logique est basée sur notre apprentissage de la vie !

·         Notre vie se déroule dans ce « décor réel » recréé !

On peut remarquer que je me trouve moi aussi dans cette projection. Je peux regarder mes bras, mes pieds, mes mains, etc.… Par contre, je ne peux pas regarder mes yeux !!! Peut-être que si je pouvais regarder mes yeux j’aurais alors un phénomène de boucle, comme pour une caméra. Enfin, il est à constater que je suis dans cette projection qui n’est que de la conscience, je suis donc dans ma conscience. Ma conscience qui semble être partagée par les autres, tous les autres. Je suis une sorte de miroir à multiple facette qui reflète la réalité qui m’entoure. En fait, je suis un corps physique qui utilise le mental pour se connaitre lui et l’univers manifesté. Il y a une connexion entre un niveau physique manifesté et un niveau mental qui le regarde. Il y a la conscience qui regarde la conscience ?

À partir de là, si l’on considère que nous sommes dans la conscience qui est un décor on peut postuler que nous sommes de la conscience. Plus rien ne prouve que les stimuli des sens existent, puisque nous sommes dans la projection, dans la copie, et rien ne garantit l’existence de l’original. Rien ne nous garantit que la copie soit conforme, et étant dans la copie nous ne pouvons pas contrôler l’intégrité du système. Les hallucinations nous prouvent que "le système" peut ajouter du matériel dans la copie, les illusions d’optique ou autre nous prouvent que nous possédons chacun un système de projection indépendant et que par conséquent nos témoignages ne sont pas fiables.

Si l’on considère que notre monde n’est pas un énorme rêve et que notre conscience est un instrument conçu pour nous donner une copie la plus fiable possible de l’original, alors nous sommes de gros veinards.

Si ce qui vient d’être dit, et qui n’est pas en contradiction avec la réalité scientifique, est intégré en moi, il reste un certain nombre de questions qui posent problème. Si je reprends la logique de la lumière qui arrivent dans mes yeux, et qui envoie à mon cerveau l’information qui va lui permettre de me projeter une copie de l’original en lieu et place : comment peut-on expliquer que je vois de la matière ?

Devant moi, actuellement, je vois un ordinateur, pas une projection de cinéma ? J’ai en face de moi un objet que je considère comme solide et qui a des propriétés physiques. Il rentre de la lumière par mes yeux et j’ai une projection de quelque chose de solide devant moi. Qui a fait cette transformation ? Comment ? Pourquoi ? Ma conscience, mon cerveau ont transformé une image lumineuse en un objet solide ? Si je prends une caméra et que je filme un objet en aucun cas la projection ne sera solide ! On connait le principe pour reproduire des images 3D ou des hologrammes, mais pas de la matière.

On peut comprendre que la projection intègre les sons, les odeurs, etc., mais visiblement elle intègre aussi la matière, mais quel est le sens qui nous permet de capter la matière ?

Encore une fois, la question parait idiote, mais si l’on raisonne au niveau de la projection on est face à un mystère. Nous vivons dans un univers de matière, matière que nous percevons, et que nous travaillons de mille et une façons, visiblement tous nos sens nous permettent d’appréhender la matière. On peut la peser avec notre organe du touché, la gouter, la voir…. Mais si je regarde devant moi, seule ma vue est en action, et je vois de la matière, pas des images. Mes yeux ne sont donc pas assimilables à une caméra, ou bien il y a un mystère. Le plus simple est de penser qu’il y a une nouvelle interprétation réalisée par le cerveau, qui ajoute à l’information projetée la notion de matière.

Si ce qui rentre est de la lumière, ce qui est projeté ne peut être que de la lumière ? La lumière contient donc une information complexe qui doit être plus importante que nous le pensons. La lumière doit contenir autre chose que des informations de couleurs, et ces informations sont comprises par le cerveau, qui les utilise pour réaliser son travail projectif. On sait scientifiquement que chaque objet émet un spectre lumineux, qui permet de connaitre sa composition chimique. La science utilise de façon importante ces capacités offertes par la lumière, avec les diverses pratiques d’analyse de spectre[84]. Un « réseau de diffraction[85] » permet de visualiser le spectre d’une lumière, pour déterminer la composition de l’objet émetteur.

L’œil aurait-il des capacités à fournir au cerveau une information de ce type ? Une information qui serait ensuite utilisée pour projeter dans notre conscience l’objet solide, avec la bonne matière. Ou sommes-nous encore devant une illusion de la forme ?

Une question se pose si l’on considère que tout ce que nous voyons n’est qu’une projection du réel. Le cerveau qui est censé faire ce travail d’interprétation utilise quelle information pour faire ce travail ? Nous avons vu que la lumière peut transporter des informations diverses, informations qui peuvent être traitées et présentées à la conscience dans une logique de réalité, notre réalité. Mais si l’on suit cette thèse, alors il se pose le problème de la connaissance préalable ? Personne ne m’a appris à voir les choses ! Personne ne m’a appris à percevoir la réalité que je partage avec les autres. Lorsque je regarde un arbre, je le vois, il est devant moi, et il est solide ! Le fait que je l’appelle un arbre n’est qu’un détail, c’est quelque chose que j’ai appris à l'école. Je n’ai pas besoin de connaitre le nom d’une forme, pour la voir ou l’entendre ! Je peux voir des formes pour la première fois, et je les voie bien aussi la deuxième fois ! Et heureusement sinon je serais aveugle. Je peux entendre des sons inconnus et heureusement. Tous mes sens me permettent de découvrir de nouvelles sensations, et à chaque fois j’en fais l’expérience, il n’y a pas de dispositions particulières pour cela.  Cela marche tout seul !! Il y a la première fois, et la suivante. Mais la première fois n’est pas différente de la suivante, on a juste un gout de déjà-vu.

Personne ne peut m’apprendre l’utilisation de mes sens et de même, personne ne peut m’apprendre comment faire cette fameuse projection de ma réalité, pour que je puise la contempler. Tout cela est inné, j’ai de fait, une connaissance de tout ce que je vois, ce que j'entends, etc. avant même que je ne le perçoive, et cette connaissance innée est énorme. Le besoin de nommer les formes est plus lié à une problématique de communication qu’a un problème de perception. La perception est innée, et la perception étant le principal élément de ma réalité, cela veut dire que j’ai une connaissance innée de ma réalité, toute ma réalité (projection). Tous les systèmes d’apprentissage ne sont que des techniques pour classifier la réalité et permettre un échange avec l’autre, ou avec nous-mêmes, quand nous sommes dans une logique de raisonnement ou de réflexion.

Quand je suis devant un arbre, je me moque de savoir que c’est un arbre, il est ! Et il est devant moi. Cela est ! On retrouve ici la même logique que la prise de conscience concernant l’illusion du moi, cela s’est d’ailleurs associé au moment de l’émergence de cette idée.

Quand je suis devant un lion, je me moque de savoir que c’est un lion, il est devant moi et je connais presque tout de lui par le simple fait de ma perception.  Bien sûr, si c’est la première fois que je vois un lion cela risque d’être la dernière, parce que je ne sais peut-être pas qu’il peut me manger. La mémoire des expériences est donc nécessaire pour éviter des problèmes, et un système de nommage et de communication est indispensable pour fédérer l’information entre individus. Mais de base, j’ai déjà la connaissance du réel !  Cela fait partie du bagage que tous individus disposent dès le départ. Tout le reste n’est que du rajouté pour classifier tout cela. Tout ce système de nommage, de repérage, d’éducation qui suit n’est qu’un essai, pour appréhender ce réel que nous nous projetons dans la conscience. Jamais nous ne pourrons nommer et appréhender ce réel autrement et plus précisément que directement.  Toutes autres méthodes que la vision directe ne sont que des essais de classifier par la mémoire cette projection. Il y a donc deux types de connaissances, la connaissance directe (inné) et l’acquise par l'apprentissage. Mais dans tous les cas : la connaissance directe arrive en premier, c’est la projection de la conscience et ensuite on retrouve la connaissance apprise, qui modifie (trafique) l’information. L’information « directe » est trafiquée par ce savoir, si ce savoir appris est incorrect, alors il nous trompe et ne nous permet pas de voir la réalité. De facto, ce savoir appris ne peut pas nous fournir une information exacte, mais uniquement un concept, une approximation, qui ne sont pas le réel, qui se présente à nous. Je ne parle même pas des rêvasseries et autres fantasmes, qui apparaissent pour simuler une situation, ou qui sont provoqués par un doute, une crainte ou encore une peur. Doutes, craintes ou peurs, qui peuvent être symboliques. Quand je vois un arbre et que je dis que c’est un arbre, j’ai trafiqué la réalité et réduis l’arbre à un concept, alors que la forme qui se trouve devant moi est. Cette forme n’a pas besoin que je la nomme ou bien que je l’analyse pour être. Ma conscience me fournit déjà le résultat d’un travail de projection tout fait ou le mental n’est pas utile dans un premier temps. Un lâcher-prise est alors possible, qui consiste à simplement prendre ce qui arrive. Si une forme inconnue apparait dans ma conscience, elle apparait, alors je n’ai qu’à la regarder et je vais faire éventuellement un travail mental d’analyse.

Je n’ai pas à apprendre à me servir de mes sens, et je n’ai pas connaissance de l’utilisation des sens des autres, c’est un processus personnel. On ne m’a pas appris à utiliser mes sens, mais simplement à reconnaitre grâce à eux des formes diverses. Je remets très rarement en cause les informations que me fournissent mes sens, car il forme la base de mon référentiel. Cependant, l’activité des sens m’arrive uniquement à travers la conscience, qui visiblement me fournit un « produit » déjà travaillé, un reflet organisé des informations fournies. Les scientifiques travaillent sur les résultats obtenus dans la conscience, en fonctions d’action sur les organes des sens. Il est facile de tromper la conscience et cela fait la joie des familles dans les attractions foraines, ou les spectacles d’hypnose. Une simple modification des informations envoyées au sens modifie notre vision du monde, de notre monde projeté, ce monde de seconde main dans lequel nous sommes.

Pour conclure, nous vivons dans un monde qui n’est qu’une projection de ce que nous appelons la réalité, et où la connaissance des éléments de construction de ce monde est innée, et donc directe. Si le savoir que nous avons de ces éléments de constructions est faux, alors nous n’en savons rien et nous faisons avec. Nous pouvons effectivement vivre dans une hallucination sans nous en rendre compte, comme dans le cas du rêve. Il peut même avoir un mixe de « réalité » et d’hallucination. Nous ne sommes pas loin du film Matrix.

La matière semble n’être en réalité qu’une illusion ou tout du moins une épaisseur que nous fournit la conscience, pour nous permettre de visualiser les formes. Toutes les formes vues par la conscience sont une expression de la lumière qui est rentrée dans l’œil, ou bien une hallucination. La conscience n'est qu'une création d'un espace décoré par de la matière, et placé devant nous, en lieu et place des informations fournies par la lumière, qui se trouverait elle aussi dans cet espace. Je pars du principe qu’il rentre effectivement de la lumière dans nos yeux et que nous ne sommes pas dans un rêve. Il est possible que la réalité perçue dans la conscience soit l’exacte projection des informations fournies par les sens, à l’erreur d’interprétation prête. Mais en aucun cas, de la lumière qui rentre dans une caméra ne permet de projeter de la matière. Quoi qu’il en soit, il me semble que je vis (esprit) dans ma conscience et pas dans le réel, même si les deux sont certainement une copie conforme (peut-être). Le rêve me montre qu’effectivement il est possible de régénérer une autre forme de réalité sans tenir compte des informations fournies par les sens, ce qui valide aussi le fait que la conscience est une projection dans les deux cas. La différence est faite au niveau des détails et d’une notion de cohérence qui reste à analyser, mais le principe à l’air d’être le même. C’est très tordu, car on vit dans la matière depuis notre enfance, la travailler et l’étudier est notre principale occupation, alors tout ceci est très déroutant.

Avoir une conscience aiguë de ce qui est présenté ici peut troubler et bousculer votre réalité, rien ne change, mais tout est différent.

Tous ces propos peuvent paraitre conceptuels et intellectuel, mais une prise de conscience rend la chose réelle en lui donnant un caractère transcendant et inattendu, à travers une sorte d’évidence, ça arrive au détour d’un chemin et ça perce. Il y a maintenant un doute qui a été introduit concernant des évidences comme, voire devant soi, et qui sert de référentiel de base à notre vie. De toute manière, comme je l’ai indiqué cela ne change rien et cela change tout. Finalement, nous croyons ce que nous voulons, et à partir de cela les choses prennent forme. La prise de conscience fait passer l’intellectuel au niveau de la croyance.

On peut maintenant imaginer que le réel se trouve dans une dimension supérieure ou différente, 4D ou plus, et que la conscience nous offre une simple projection 3D de ces informations. La lumière, le son et autre seraient dans ce cas des choses qui contiennent des informations qui nous échappent, et qui sont projetées sur notre écran 3D (la conscience). Nous serions alors une « sorte de toile blanche de cinéma 3D vivante », prête à recevoir l’information, mais dans une logique 3D. C’est très flou comme idée, mais elle est apparue comme un essai de réponse. Nous serions un système de conversion, de décodage de la dimension X vers la 3e dimension. Si la lumière ne contient rien d’autre que des couleurs, dans ce cas d’où vient la matière que je vois. De la lumière vers une toile ne produit qu’une image colorée, même en 3D elle n’a rien de solide[86].

5.2.      Symétrie[87]

Notre vie est inscrite autour de quelques réalités vivantes, auxquels nous sommes soumis. Cette soumission provoque chez nous des modes de fonctionnements et des obligations de faire certaines choses. Certaines pratiques ou logiques sont complètement intégrées comme des vérités transcendantes et ne sont plus analysées par l’esprit ou le mental. Ces choses font partie de nos fondements, car elles sont incontournables.  Je parle ici de choses simples, tellement simples qu’elles ne sont plus visibles. Elles se sont intégrées au fil de notre existence, comme des évidences que nous ne remettons que très rarement en cause. Une de ces évidences par exemple est la symétrie qui nous fait être homme. Cette symétrie du corps répond elle-même à une logique physique où l’équilibre est obtenu par la symétrie des formes. L’harmonie est une sorte de symétrie. Le physique de l’homme est relié par un lien associatif à l’émotionnel et au mental. L’homme réagit à la vie sur ses trois niveaux de perception, c’est trois niveaux de capacité à agir.  La symétrie présente au niveau physique se propage alors au niveau émotionnel et mental créant une sorte de dualité. Cette symétrie que l’on retrouve partout répond au besoin de réactivité que nous impose la gravité terrestre. Nous sommes irrémédiablement soumis à cette gravité, qui nous impose de trouver des mécanismes pour pouvoir être stable. Une des réponses du vivant est la symétrie des formes, qui va permettre une forme d’équilibrage, un peu comme une balance. Si la symétrie est rompue, alors nous nous dirigeons immanquablement vers la chute.  De la même manière, nous avons au niveau supérieur une ligne de conduite, qui nous permet par l’intermédiaire du concept des vices et des vertus de conserver un équilibre. Le niveau émotionnel est du même ordre avec ses joies et ses peines. La gravité terrestre génère en accord avec sa propriété une logique de dualité au tour du centre de gravité. Nous devons conserver une certaine rectitude, c'est-à-dire que nous devons nous maintenir dans une perpendiculaire par apport à l’horizontale du sol, pour éviter la chute.

 

Ce principe simple est déployé dans tout le vivant soumis à la gravité terrestre. Ce principe nous donne aussi la notion de haut et de bas et donc un sens, qui est physiquement vécu. À savoir si je m’écarte de la rectitude, je tombe. Si je jette un caillou en l’air il retombe, cela est profondément inscrit en nous, par l’expérience permanente et directe de notre corps en mouvement. La rectitude ne peut être obtenue que par l’affinage de cette symétrie et par cette perpendicularité, cette équerre à 90° placée entre l’horizontale et la verticale. L’esprit voit cela et l’utilise dans diverses réalisations comme la balance, un outil qui deviendra un symbole de justesse et une destination religieuse pour le jour du jugement dernier. Saint-Michel gardien du jardin de la genèse avec l’épée flamboyante, ou le fléau de la balance[88]. Saint Michel[89] qui pèsera les Âmes avec sa balance le jour du jugement dernier. 

Ces images religieuses cachent, détourne à leurs profits, une réalité beaucoup plus basique. Je suis soumis depuis mon plus jeune âge à un besoin d’équilibre physique, qui va directement organiser mon comportement et ma logique mentale. 

Ce besoin d’équilibre va être présent dans tous nos actes les plus simples comme les plus complexes, et ce principe va être présent dans la presque totalité de nos outils et pratique, parce que tout est soumis à la gravité.

Tous objets en mouvement verront leurs trajectoires influencer par une dissymétrie. Finalement, un déséquilibre est présent dans toutes choses qui ne sont pas symétriques et qui doivent réaliser un mouvement sous l’influence d’une force comme la gravité.

Cette logique de symétrie implique l’apparition d’un centre, d’un axe. Ce centre cet axe devient le troisième point, le point fixe qui permet la rotation ou l’équilibrage des deux parties. Si ce point est dans l’axe des formes en équilibres, il définit un centre. Le triangle est la première forme simple définie par trois points, on sait aussi que par trois points passe un, et un seul cercle.

 

Le triangle fournit une stabilité à toutes les formes et objets qui s’appuient dessus. On sait qu’une voiture ou bien un tricycle[90] roule correctement à partir de trois roues, avant c’est un vélo qui demande une énergie d’équilibration. Ces différents exemples essaient de faire ressentir le fait que je suis inscrit moi, l'humanoïde, dans un besoin de symétrie physique, pour conserver un équilibre des forces, qui se joue en moi à tout instant du fait de la gravité inhérente à la planète. Si la Terre était carrée, il est probable que nous serions constitués différemment. De même si la gravité était absente nous n’aurions pas besoin de ces artifices pour rester cohérents. La symétrie nous permet d’avoir un point neutre central, qui va être métaphoriquement en relation avec l’équilibre de la balance.

 

Ce point dans le cas de la roue est bien entendu le moyeu. Cette logique s’impose de fait à toutes les formes présentes sur la planète.

Toutes ces remarques sont aussi valables pour les parties invisibles de l’homme : son émotionnel, son mental. Nous recherchons en permanence un équilibre des sentiments présents en nous. Tout comme dans le physique où l'on va essayer de ne pas tomber à la renverse, dans le mental on va en permanence voir surgir dans l’esprit de l’individu des pensées et autres processus compensateurs. L’équilibre, le calme, la quiétude doivent pouvoir être obtenus par une mise en équilibre de la balance virtuelle de notre esprit, tout comme on rééquilibre une roue de voiture.

Au-delà de ces considérations, on peut aussi constater que l’équilibre est obtenu à partir d’une forme triangulaire, sois par trois points, trois zones, trois traits, etc.

 

Si ma balance est déséquilibrée, je vais aller à droite ou à gauche, sur un tricycle par exemple si je tourne le guidon le vélo tourne. Dans une barque si je ne pagaie que d’un côté le bateau tourne. Cette propriété me permet de me diriger avec un véhicule.

 

5.3.      Harmonie[91]

Il m’arrive de faire des rêves durant la nuit ou une forme particulière d'analyse, ou tout du moins une logique de dialogue ou de réponse, est présente. Il est difficile de noter ces rêves qui sont clairs, voire très clairs, durant leurs déroulements, mais presque impossibles à retranscrire ou à se remémorer au réveil. La seule chose que je peux dire, c’est que ces rêves de type « dialogue / analyse », sont du même ordre que ces écrits. Ils montrent des réponses à des questions d’ordres existentiels, métaphysiques ou spirituelles.  Le lieu du rêve a l’air d’être un terrain plus propice au dérouler du processus de recherche. Mais c’est le lieu du rêve, et l’analyse d’un nombre important de rêves montre que la logique du rêve n’est pas forcément très rationnelle. Il a parfois recourt à des raccourcies logique ou physique, qui n’ont pas leurs places dans la réalité ou nous vivons. Le rêve possède une sorte de quatrième dimension qui nous fait défaut dans le « réel ». Par contre, il est évident que le rêve produit une information finalement très précise qui est présentée dans une logique « Harmonique ». Cette information lorsqu’elle est décodée est généralement le reflet exact des sentiments qui se sont développés dans le monde réel. Le rêve introduit une dimension émotionnelle que le langage ou la pensée ne peut que difficilement reproduire. Le rêve ne reproduit pas, il produit de l’émotionnel, du vivant, en relation avec des structures complexes, qui soutiennent la vie de l’Être. Les mécanismes créateurs utilisés par le monde du rêve ont été beaucoup étudiés, je vous renvoie à la lecture des œuvres de Freud, de Jung, ou d’autres, pour plus d’information. Le rêve pourra être décodé par un processus analytique. L’analyse à un caractère fractal et pourra être refaite à plusieurs niveaux d’interprétation. Le rêve n’est que la représentation de notre être profond, qui lui-même se reflète symboliquement dans le rêve en utilisant des représentations codées. C'est-à-dire qu’une première interprétation de surface pourra toujours être réinterprétée à un autre niveau de connaissance, pour faire apparaitre une nouvelle image de l’Être. Une première analyse d’un rêve présentera une problématique simple ou un désir. Une analyse plus poussée montrera une structure récurrente. Une analyse plus poussée montrera quelque chose de plus profond, d’universel, etc.

Visiblement, une analyse poussée des rêves ou des moments de notre vie diurne nous montre que nous sommes construits sur le modèle des mythes et légendes, et autres archétypes chers à Jung. Les archétypes sont des sortes de structures vivantes (invisible), qui nous servent de moule pour être. Nous nous inscrivons dans des sortes d’algorithmes que sont les Archétypes. Si je m’écarte de mon mythe fondateur (archétype) je rentre en conflit avec moi-même, si je vis ce mythe fondateur tout va bien et je suis en phase avec ma structure la plus profonde. Je dois jouer correctement l’algorithme (archétype) pour être en phase avec mon Être.

Le rêve est donc un système « Harmonique » de communication où il est possible de reproduire une réalité, ce qui est impossible par la parole et donc par la pensée. Si j’utilise un système de communication « Harmonique », alors je projette mon Être dans le système de communication et je vis l’information. L’information étant vécue elle est placée dans le registre du « fait », elle devient quelque chose de réel, une sorte de croyance, de réalité, est attachée à cette information. Plus le système de communication est « Harmonique », et plus l’être peut se projeter dedans et considérer comme vrais l’information « vécu », pour lui c’est un fait, une évidence.

Si je vois un accident se dérouler devant moi, c’est un fait et je suis sûr de sa réalité. Mon Être va ressentir des peurs, un stress, etc. Mes cinq sens reçoivent en même temps toutes les informations me permettant de me placer dans ma réalité. Je suis à ce moment-là fortement identifié à la scène et à la situation qui se présente à moi.

Si par contre,  je lis le compte-rendu de l’accident dans un journal, je peux me projeter dans le texte et ressentir des affects, mais qui ne seront que les échos de problématiques inconscientes.

Si je suis dans une fête foraine et que je suis dans une attraction qui me présente l’accident sur un écran 3D ou panoramique (perte du cadre de l’écran) avec une bonne sonorisation, je serais certainement pris par l’information et j’aurais des réactions physiques.

Le rêve est donc un moyen de communication extrêmement précis puisqu’il reproduit une pseudo réalité, pour nous informer. Malheureusement, cela ne nous parle pas à la manière d’un livre ou d’un discourt, cela présente le problème dans une logique symbolique multiple (Harmonique). Le rêve n’est pas forcément dans une logique de précisions directes dans le choix des éléments (formes) utilisés pour communiquer, il y a des décalages, des liens avec des références, des analogies, etc. Un problème de la veille, qui a provoqué un rêve dans la nuit (première analyse) est peut-être le reflet d’une problématique récurrente beaucoup plus profonde que l’événement lui-même. Le rêve vas pouvoir piocher dans la mémoire des références à des événements symboliques similaires qu’il va organiser, pour nous présenter un « film harmonique », qui sera la mise en situation de la problématique. Le rêve de prime abord ne sera pas plus explicite que l’événement de la veille lui-même. En effet, le rêve va créer un reflet de l’événement en utilisant un matériel symbolique, qui peut être plus complexe que l’événement lui-même. L’événement de la veille n’étant qu’une identification relative à une problématique plus profonde et généralement cachée, inconsciente. La théorie que le rêve est simplement là pour combler des désirs non consumés, des désirs, généralement d’ordre sexuel, est vérifiable dans certains rêves. Mais je pense que cette théorie est très réductrice et que le rêve est vraiment le reflet de notre Âme profonde, de notre vraie réalité.

Notre réalité est inconsciente et ce que nous vivons consciemment n’est que le reflet de cet inconscient, qui cherche par tous les moyens à communiquer avec notre réalité consciente. Notre réalité nous met dans une position similaire à celle du bouchon qui flotte sur la rivière, nous sommes entrainés par le courant de la vie, ballotté par les flots. Notre inconscient est là pour nous permettre de conserver un cap, une sorte de mission inconsciente que la réalité de la vie rend difficiles à assurer. Nous nous inscrivons dans un mythe fondateur, un ensemble de structures archétypiques, l’inconscient est le garant du bon fonctionnement de ces modèles.  Le conscient n’est pas au fait de cette trame de vie déjà modélisée en nous, alors il essaie de faire face à la vie en utilisant des modèles extérieurs. Des modèles que la société lui présente de tout coté, et en en tous sens. Notre monde moderne regorge de modèle possible, toute la logique commerciale moderne utilise ce besoin d’identification pour vendre ses produits.

Tout cela rend le « langage harmonique » du rêve difficile à comprendre, et nous oblige à faire un travail d’analyse, qui finalement est réducteur, surtout au réveil ou une grande partie de l’information est perdue, parce que tout dans le rêve fait communication. Si je n’ai pas conscience de la trame inconsciente, qui me construit, il est difficile d’interpréter un rêve.

Cela fait quelques années que je suis intrigué par les questions suivantes :

Qu’est-ce qui fait qu’une information est cohérente et que je la considère comme vraie ?

Concernant le rêve :

À quel moment le rêve me fournit-il une information cohérente, qui me projette dans ses filets ?

Plus généralement :

Quels sont les éléments qui doivent être présents pour que mon Être considère que les choses qui se passent là, ici et maintenant, sont réelles ou dignes d’intérêt ?

France A. Yates dans son livre sur « l’art de la mémoire » semble proposer quelques pistes. L’auteur décrit la logique des lieux de mémoires utilisés par les orateurs de l’antiquité, pour retenir les textes, les propos des intervenants, et des concepts associés lors de joutes verbales.

Le mécanisme est toujours le même : il faut utiliser des lieux réels ordonnés, par exemple un cheminement dans une église. Un lieu dans lequel on va placer des images étonnantes qui seront associées aux choses à retenir.

 

En fait, il faut un cadre, dans lequel nous allons placer une décoration qui nous fournira un sens. Plus prosaïquement, il nous faut un lieu dans lequel il y a des formes qui cachent des informations. Le lieu peut être basé sur du réel ou de l’imaginaire, mais il doit être ordonné.

 

Porche de l’église d’Autun

 

Cette technique est très proche de la réalité, parce que nous sommes toujours dans un lieu, qui est délimité par notre vue, par des murs, des haies, des arbres… Dans ce lieu nous avons des formes présentent, qui sont des choses « vivantes ou mortes ». Il y a l’ensemble des affects que ce lieu et ces formes, que nous pouvons voir ou entendre, évoquent en nous.

 

Nous avons déjà décrit dans ce texte des lieux de mémoire sans le savoir. Les décorations, qui ornent nos murs ou nos cheminées, sont aussi des lieux de mémoires.

 

Cheminé de la maison de mes parents.

 

Sur cette photo nous pouvons voir les éléments de décor posés par mes parents sur la poutre de leur cheminée. La cheminée est un lieu et la poutre de la cheminée est un sous (sûr) lieu. L’ensemble de la décoration est fabriqué avec des souvenirs de réalisations enfantines ou de cadeaux reçus au fil des ans. On peut analyser cette poutre de cheminée comme un rêve, par strate, c’est en réalité une construction dictée par l’inconscient au conscient. Inconscient qui finalement s’exprime au travers de l’ensemble de cette décoration faite de brique et de broc.

 

Il y a un sens caché, qui est en réalité complètement représenté et qui s’exprime sans retenue à l’insu du propriétaire.

 

 

Il y a certainement plus de niveaux que les quatre présentés rapidement ici, mais cet exemple est là juste pour sensibiliser le lecteur éventuel.

 

La cheminée qui est le lieu de cette décoration participe au message, car elle est le foyer de la pièce, le cœur, le feu, la vie. La maison participe aussi, c’est le lieu intérieur, la représentation de l’individu, etc.

 

Voici une photo prise dans un gîte durant des vacances.

 

Nous avons une sorte de construction ternaire où le lieu associé aux images donne vie au sens. La notion d’images dans la réalité doit être élargie aux cinq sens. Le lieu n’est rien sans les formes, il y a donc ici une subtilité, où le contenant est le contenu, et vice et versa. Mais le sens qui se dégage de l’ensemble lieu / images lui est invisible, et est propre à chaque participant. Le sens qui se dégage est le résultat du tout, qui n’est pas égal à la somme des parties. Le sens est l’œuvre de l’esprit, de l’Âme.

 

 

On est dans la magie de l’esprit dans l’alchimie de l’Âme.

 

Notre cheminée dans notre salon le jour de rédaction de ce chapitre.

 

La question est de savoir dans quel sens tout cela fonctionne ?

 

Lorsqu’il y a l’association d’un lieu avec des images[92], il se crée en moi un « Sens » (ambiance, ressentie..) fabriqué par mon inconscient, ma mémoire, le divin ? Je ne fais pas attention à ce processus, parce que ma partie raisonnante est de type pensé et est donc linéaire. Je peux me faire une réflexion en relation avec une image du lieu plus forte que les autres et je vais alors partir dans une rêvasserie, qui ne sera en réalité qu’une reconstruction de l’information cachée, qui profite de cette opportunité pour ce faire connaitre. Si je pars dans une rêvasserie, je vais reconstruire une « logique harmonique » du Sens qui a été réveillé par le lieu et ses images. Cette « création harmonique » dictée par l’inconscient qui s’exprime va me transporter dans le monde du rêve éveillé (rêvasserie), et me déconnecter du monde réel. De la même manière que je ne peux pas formuler deux pensées ou deux phrases simultanément, je ne peux pas être dans deux « logiques harmoniques » simultanément. Je me déconnecte alors de la « réalité » pour me connecter au monde du rêve, de la rêvasserie ou du raisonnement. Ce monde du rêve auquel je me trouve connecté par la magie du lieu et des images, me présente toujours une réalité profonde me concernant, même si de prime abord cela semble banal (Niveau 1). Cette rêvasserie, si je la décortique par un processus analytique, va me présenter une réalité de mon Âme. Cette réalité est plus importante que le réel qui se présente à moi et qui est lui éphémère, passager. Le réel qui se présente à moi dans ce lieu à travers ces images, et auquel je dois réagir pour vivre, n’est bien souvent qu’un prétexte pour exprimer la réalité de l’Âme. Bien souvent, nous ne faisons pas attention au réel qui nous entoure, et nous restons empêtrés dans nos pensées. Nous sommes des « rêveurs éveillés », il est difficile de rester dans l’instant présent ou même de lâcher-prise sur les divers événements mentaux ou extérieurs qui se présentent à nous.

 

L’Âme s’exprime en permanence à travers tous nos actes, les lieux et leurs images nous reconnectent à elle et nous donne la possibilité de communiquer avec elle. Il faut apprendre à lire ce monde de symbole qui se présente de manière « harmonique » à nous. Les mécanismes d’identification, de projections sont un des liens entre le réel et notre Âme. Pour observer ces liens, il faut être attentif et développer une capacité d’auto-analyse basée sur la connaissance qui se révèle, avec le travail et le temps. Une nouvelle lecture du monde se fait jour, une fois intégrée la connaissance des symboles et des modes de fonctionnements de nos structures.

 

Sur le fronton de ce temple d'Apollon, à Delphes, on pouvait lire :

Connais-toi toi-même et tu connaîtras l’univers et les dieux[93] !

 

En langue des oiseaux, on peut aussi lire : con-nais-toi toi-même et tu con-naîtras l’uni-vers et les dieux. Re-naitre à sois même pour est unis avec les dieux.

 

La question de ce chapitre est de savoir si un lieu donné est plus propice qu’un autre pour réveiller en nous des connaissances détenues par notre inconscient. Si je réagis de façon automatique, aux événements qui se présente à moi habituellement d'une manière logiquement chaotique, alors que se passe-t-il, si les événements qui se présentent sont ordonnés.

 

 

Toutes ces questions peuvent trouver une réponse dans la pratique et l’expérimentation directe. Dans tous les cas, un lieu associé à un contenu (qui finalement forme le lieu) induira un sens. Le sens sera certainement différent pour chacun de nous au niveau du référentiel de niveau 1, lié au souvenir du vécu. Mais si l’on poursuit l’analyse du sens, alors on risque fort de rapidement arriver à des données universelles communes à chacun.

 

Si, je me promène dans un cimetière[94] avec des amis, nous aurons certainement chacun des souvenirs personnels liés à l’endroit, nous ressentirons peut-être un certain malaise, différent pour chacun de nous, mais en dernière analyse l’endroit nous renverra certainement tous à la mort et au sens de la vie.

 

Fichier:CimetièreUS allées.JPG

Cimetière américain

 

Ces affects, qui vont nous parcourir durant notre visite du cimetière, sont générés par le lieu et les images du lieu. Mais d’où viennent ces sentiments, ces émotions, ces angoisses, ces questions…

 

·         Qui Parle en nous !

·         Ce qui est dit à ce moment-là est notre vérité !

 

Si les sentiments perçus durant la visite sont trop forts, nous allons essayer de nous raisonner, mais simplement avec l'objectif de limiter notre angoisse éventuelle. Nous ne voulons pas faire face à cette réalité qui arrive dans notre conscience ! Mais une énergie est là, comme une communication de type harmonique, qui est en cours entre notre inconscient et notre Âme, et qui utilise le lieu et les images, pour nous informer, nous révéler des vérités. Ces vérités sont personnelles dans bien des cas, et font référence à nos structures de constructions internes, mais ces structures s’appuient forcément sur d’autres structures, qui doivent finalement être communes. Nous avons une base de connaissance innée, qui doit être commune, nous n’avons pas appris à voir, à sentir ou à entendre. Tout cela s’est produit tout seul et est identique pour chacun d’entre nous. Nous avons donc tous accès à une base de connaissance que nous avons depuis la naissance. Je n’ai pas appris à voir de la matière à la place des images que me fournissent mes yeux. Je peux tout voir de base, sans avoir besoin du savoir ce que cela est ! Je peux tout voir instantanément sans effort.

 

La science nous confirme que ce que nous voyons devant nous est une construction mentale, qui a été traitée par notre cerveau, à partir des données captées par les sens avant projection. Ce n’est qu’une projection de type « magique », une information présupposée à trois dimensions, en provenance de mes yeux, projetés ensuite par un procédé certainement de type mental (comme dans un rêve) en lieu et place dans l’espace, et qui est censé être devant moi. Ce que je vois est une image d’un type spécial appelé matière, créer par le cerveau, mais cette image ou tout du moins sa représentation analysée, n’existe que dans mon cerveau. Ce qui veut dire que tout ce qui apparait devant moi est une reconstruction du réel, un réel que je n’ai jamais vu en direct, parce que cela est impossible. Cette information qui se présente devant moi a déjà fait l’objet d’une analyse de la part du cerveau, qui a produit la projection. Si je tends le bras pour toucher cette « image matière », je vais sentir en lieu et place une « image touchée ». Tout est complètement synchrone, et je ne me rends pas compte que je ne possède que des capteurs et aucun projeteur. Le seul projeteur que je possède est mon cerveau (logiquement), qui lui est enfermé dans ma boite crânienne. Ce que j’entends voit, goutte, touche, etc. ne sont qu’une interprétation d’une réalité que je ne peux que capter. Plus fort, la matière est une interprétation du cerveau, qui en réalité ne reçoit que de la lumière, une image voire deux, proche de celles fournies par un appareil photo. Aucun de nos sens n’est là pour appréhender la matière que je vois !! Je capte uniquement des images, du son, des pressions, du goût, des odeurs, pourtant la pierre que je vois devant moi n’est pas une image photographique, mais de la matière !!! Trouver l’erreur !

 

Le soleil éclaire la maison, et les rayons entrent dans mes yeux.

L’information fournie par les yeux est envoyée au cerveau.

J’ai devant moi la maison, que je peux toucher, sentir, etc.

Mais en réalité, je ne peux pas voir la maison devant moi, parce que pour voir une image devant moi il faudrait un système de projection.

L’espace, où s’affiche, où se reconstruit, la maison ne peut être que le dans le cerveau.

Il n’y pas de troue sur mon front, pour projeter cette image magique devant moi.

Physiquement, optiquement, l’image « entre », mais ne sort jamais.

Pourtant je vois une maison devant moi !

Ce n’est pas une image, c’est de la matière !

Matière que je peux toucher !

 

Le travail du cerveau est certainement très bien fait, à l’image d’une caméra 2D et d’un projecteur 3D qui travaillerait de concert. Et ce que je vois devant moi est certainement le reflet du réel, mais ce n’est pas réel au sens où nous l’entendons. C’est une projection d’une information 2D vers une logique 3D. Il y a du 3D réel vers de la 2D empreinte (yeux), qui donne de la 3D mentale projeter en lieu et place de la 3D réelle. Il est impossible d’avoir une vue directe avec nos yeux, enfin logiquement.

 

Nous sommes encore dans une logique de reflet du monde, où il est impossible de savoir si ce que nous voyons nous fournit l’intégralité du monde visible, ou bien si nous ne voyons qu'une sélection de l'information. Notre réel est donc en fait un système interprété, notre conscience est contrôlée en permanence par notre inconscient, qui ne nous fournit que ce qu’il veut bien. Nous pouvons passer devant un ami sans le voir, et seuls les éléments du décor, qui auront un intérêt pour l’inconscient, seront mis en évidence dans notre conscience, et générerons un affect ou une réaction.

Le réel est donc une fois de plus dans l’inconscient, et le conscient n’est que la partie immergée de l’iceberg.

5.4.      Quelles sont mes limites[95]

La question qui m’est venue à l’esprit a été : « Quelles sont mes limites physiques de déplacement ».

 

Cette question m’a fait remarquer que finalement mes limites étaient en rapport avec mes besoins vitaux déjà perçus dans d'autres chapitres.

 

En effet, si je me déplace (sans artifices) les choses qui vont me bloquer dans mon déplacement seront : le sol ou la matière (terre), l’eau (je ne respire pas sous l’eau), l’air, le vide (je ne vole pas), et le feu (qui me dévore).

 

Ces limites peuvent se présenter sous différents aspects, mais elles seront inévitablement en rapport avec l’un au moins des quatre éléments. On voit qu’il y a un rapport entre ces limites, et les quatre besoins vitaux identifiés précédemment ; manger, boire, respirer, dormir (feu-conscience).

 

 

TERRE

 

 

AIR

 

EAU

 

FEU

 

Je suis bloqué par la matière.

 

 

Je ne sais pas voler.

 

Je ne respire pas sous l’eau.

 

Le feu me brule.

 

Je dois manger de la matière.

 

Je dois faire entrer de l’air dans mes poumons.

 

Je dois m’hydrater.

 

Mon corps doit avoir une température moyenne de 37° et un cycle veille/sommeil.

 

 

J’ai faim

 

J’étouffe

 

J’ai soif

 

J’ai sommeil, j’ai froid ou chaud.

 

 

Finalement, mes limites qui me bloquent sont aussi les contraintes que je dois honorer.

 

Je dois me nourrir de mes limites pour exister ? Il y a un rapport entre moi et l’environnement, une sorte de symétrie existentielle ?

 

5.5.      Le vide sous mes pieds[96]

 

Pour que ça roule, il faut un appui !

 

En écrivant cette phrase j’ai eu l’impression que c’était une vérité, tout comme :

 

Pour faire un pas devant l’autre et avancer, il faut un sol !

 

Ces petites phases sont amusantes, et peuvent être entendues comme des banalités !

 

Pourtant, actuellement j’attends un courrier me signifiant mon licenciement économique d'une société où je travaille comme salarié en temps partiel depuis 25 ans (logiquement, il arrive demain). L’histoire dure depuis plus d’un an, et je dois partir avec la troisième vague (le PS3 comme ils disent), j’ai donc vu partir quelques centaines de collègues, et j’ai vue arriver mon tour. J’ai déjà cherché d’une certaine manière une solution de remplacement depuis plusieurs mois, mais en réalité je suis plutôt passif, et j’observe la situation, j’écoute l'émotionnel qui devrait apparaitre en moi. Pour l’instant, mon esprit est plutôt calme, et je me fais tranquillement à l’idée de perdre mon emploi de salarié. Parallèlement, je suis gérant d’une maison d’édition de logiciel, et depuis un mois je suis en train de gérer des contacts pour fusionner avec une autre structure, ou tout du moins modifier la structure existante, pour compenser le manque de revenu. Logiquement, ce n’est donc pas la misère qui me guette. J'ai fait quelques rêves sur le sujet que j’aie noté durant la nuit, car ils m’ont réveillé. Mais je ne ressens rien de spécial, il n'y a pas de grosse angoisse, pas de questionnement mental, juste quelques raisonnements, qui sont suivis d’un endormissement normal. J’ai même constaté un meilleur sommeil que d’habitude certaines nuits, et un certain calme intérieur.

Hier, j’attendais mon courrier et j’ai commencé à ressentir quelque chose de léger. En fait, j’ai commencé à me rendre compte, avec plus de précision, que je n’avais plus à me rendre au travail comme d’habitude (je suis en disponibilité). Le trajet que j’ai accompli durant des années n’a plus d’objet, plus de sens. J’ai pris conscience que j’étais à la maison, et que hormis mon activité de gérant un pan complet de mes habitudes avec leurs arborescences n’existait plus, n’avait plus de raison d’être et ne reviendrait pas. Finalement, une sorte de vide est apparu, une sorte de routine qui avait fait son trou dans mon esprit vient de se faire connaitre par contraste. Cette routine n’en est plus une, et la place mentale qu’elle occupait vient à être vacante. Plus subtilement, si je reprends la phrase du début de ce chapitre :

 

Pour que ça roule, il faut un appui !

Pour que…. Il faut… !

Pour faire un pas devant l’autre et avancer, il faut un sol !

Pour faireIl faut… !

 

Je constate que l’appui en question était en quelque sorte le « fait de se rendre à ce travail trois jours par semaine pour assurer un ensemble de choses ». Techniquement, cet « appui » (cette routine) vient de se transformer en une sorte de vide, de néant. Si je reprends la sentence que je considère comme une Vérité, il apparait que si je perds « un appui » dans ce cas cela ne roule plus. Si je reprends l’autre sentence et que je fais une analogie, je peux dire qu’une partie du « sol virtuel » sur lequel j’avançais vient de disparaitre de mon esprit avec la prise de conscience. Dans ce cas : si le « sol » n’est plus là, je ne vais plus faire un pas devant l’autre, mais je vais tomber dans le vide laissé par la disparition de cette routine.

 

Physiquement si le « sol » disparait je tombe dans un abime sans fond !

Physiquement si « mon appui » disparait je chute !

 

Ici, la chose se situe au niveau mental et la même équation est possible.

 

Si je perds mon travail, j’ai un problème.

 

Mais, le vide qui vient de se créer dans mon esprit n’est pas réel ! J’ai effectivement perdu mon emploi qui me servait « d’appui, de sol », pour subvenir à mes besoins (vitaux et dérivés), mais il va simplement falloir que je trouve une autre logique pour assurer un revenu. Par contre si je me laisse entrainer par ce « vide psychologique », qui vient de se créer, je risque de me faire aspirer dans une sorte de chute virtuelle où ma structure interne va se mettre à « mal rouler ». Ce que je veux dire, c’est que métaphoriquement je peux croire que je chute dans un vide sans fond, que je suis pris par une sorte de dépression (le vide), qui peut par analogie me rendre malade. Cette métaphore inconsciente peut générer une dépression réelle. Une maladie virtuelle basée sur une sorte de Vérité physique, qui a été détournée par mon mental, qui en a fait une métaphore. En fait, il y a une sorte de réactivité dans les deux sens, entre le physique et le mental. La situation physique est perçue métaphoriquement par le mental qui réagit, et cette réaction du mental va se traduire elle aussi par une réaction dans le physique. Une sorte de translation d’un fait réel vers une analogie, en passant par une vérité ou une erreur de jugement, qui entraine une réaction dans le réel. Cette réaction n’est pas forcement juste par ce que l’analogie perçue par le mental, en rapport avec la situation réelle, n’ai pas forcément fondé. J’ai réellement perdu mon emploi, et avec lui la nécessité de réaliser un certain nombre de choses, mais en aucun cas le sol sous mes pieds n’a disparu. C’est à moi de retrouver simplement une nouvelle situation, qui de fait est déjà là ici et maintenant, une situation qui me permette que « ça roule », un retour vers une nouvelle rou-tine, qui se reconstruira autour de moi, et se fera oublier en m’endormant de nouveau dans une sorte de confort virtuel. Je vais reconstruire une carapace de sécurité virtuelle autour de moi, pour me permettre, au niveau mental, d’avoir un appui qui me permette d’être bien dans ma peau, pour que ça roule. Tous mes raisonnements personnels intégreront alors cet appui (et les autres) créant en moi une structure mentale stable. Cette stabilité aura comme fondement des petites phrases, comme celles données en tout début de chapitre, des sortes d'évidences qui structurent mon mental. C’est tout du moins ce que le mental pense, et c’est dans ce sens qu’il agit, parce que :

"Pour que ça roule, il faut un appui !"

Actuellement, physiquement je suis quelque chose qui ne tombe pas dans le vide. Je suis bien assis sur ma chaise pour écrire de texte, mais effectivement il y a une sorte de flottement dans mon esprit, parce que demain je ne prendrais pas la route vers ce qui n’est plus rien pour moi, et je ne sais pas vraiment quoi mettre à la place. Je suis actuellement occupé par mon rôle de gérant et tout ceci est un peu fumeux, parce qu’ici et maintenant il y a déjà quelque chose. Mais je ressens ce petit troue qui s’est formé, et qui va certainement se résorber ou grossir, en fonction de mon mental ou des événements, auquel je vais donner du sens dans cette direction. Rééquilibrer la structure interne avec les événements possibles dus dehors, construire un truc dans le physique pour que le mental se sente bien. Le mental qui est esprit et n’a pas vraiment de contact direct avec la matière. Il y a là une sorte d’illusion subtile, la crainte de quelque chose qui ne peut pas se permettre d’être en insécurité, qui ne veut pas bloquer, d’une certaine manière, l’accès aux sources vitales. La survie du corps, mais à l’image de Saint-Sébastien cette logique est ‘elle absolument nécessaire pour vivre ?

 

Un Saint-Sébastien[97] croisé dans une chapelle.

Durant nos vacances d’avril, en Alsace.

5.6.      Toutes les choses sont en appui[98]

La rectitude et l’axe du monde ne peuvent pas être sans un appui qui conditionne cette rectitude. J’ai pensé à cela en allant en course et je me suis dit que la grue que je voyais devant moi était une image de cela. Elle était plantée dans le sol, qui lui servait d’appui et qu’à partir de ce point, ce plan, elle pouvait monter vers le ciel, en respectant la droiture qui lui permettait de rester en équilibre. Au-delà de la droiture, de la rectitude, de l’équilibre, il faut un référentiel pour que cela soit. Dans tout système SOUMIS à la gravité, il y a une limite qui fait appui. Tous nos sens sont en contact permanent avec ces différents types d’appuis. Je pensais à tout cela et j’ai eu quelques commentaires qui me sont venus à l’esprit, en faisant les courses. J’attendais avec mon caddie que des clients bougent pour avancer, et des réflexions me sont venues à l'esprit.

 

Lorsqu’une pièce fixe est présente dans un système.

Les parties mobiles vont essayer de la déplacer.

Ensuite, les parties mobiles la contourneront.

Elle devient alors appui pour les parties mobiles.

Il est alors un trait invisible entre elle et les parties mobiles.

Elle devient de fait Axe pour les parties mobiles.

Une rotation des pièces mobiles est alors possible.

Une stabilisation apparait, un sens est donné.

Elle devient un repère, une référence, elle marque le système.

Elle est guide, phare dans la nuit, lumière.

Elle attire les autres parties mobiles.

Elle est l’Axe du système.

Le Centre du monde.

Je suis cette pièce fixe.

 

Kaaba[99]

C'est autour de la Kaaba que les pèlerins effectuent les sept tours du tawaf, également appelé la circumambulation[100].

Obélisque

5.7.      Le centre [101]

Tout objet a besoin d’un appui pour être stable. Cet appui doit être perpendiculaire au rayon de la sphère sur laquelle nous vivons avec l’objet. Tout déséquilibre de cette position entraine le mouvement de l’objet vers ce déséquilibre, qui est en réalité un rapprochement vers le centre.

Ceci vient du fait que l’objet est attiré vers le centre de la sphère, c’est une réalité vécue en permanence par tous et partout. Si l’objet est de forme sphérique (1 ou 2 points d’appui), il est alors lui-même en déséquilibre par apport à son appui, son socle, et la moindre pression le fait bouger du fait du déséquilibre engendré par sa forme. Pour le stabiliser, il lui faut une base perpendiculaire à l’axe de son appui, ou bien au moins trois points de contact avec la forme qui lui sert d’appui, de socle. On peut dire que tous objets du fait de leurs attirances vers le centre sont en appui, en fait tous les objets sont stoppés dans leurs progressions vers le centre par un appui, qui est un autre objet lui-même en cheminement vers le centre. Il y a une pression vers le centre, qui maintient l’objet sur l’appui, c’est la force universelle de gravité. Même l’oiseau et l’avion utilisent l’air comme appui.

L’objet peut encore glisser ou rouler sur l’appui (oiseau, voiture), alors pour le bloquer il faut lui faire prendre racine (arbre), le faire fusionner avec l’appui, avec son socle. Il peut aussi être lui-même l’appui d’un autre objet. Pour bloquer un objet, j’ai plusieurs solutions, l’enracinement (collage – 1 coté), l’écrasement (2 côtés), l’encadrement (de 1 à 5 cotés), l’enfouissement (encadrement total)… La sphère, qui est constituée de tous les objets, est en rotation autour du centre. La forme sphérique n’est que le résultat de la rotation autour du centre de l’ensemble des objets qui sont attirés vers ce centre. La sphère est la forme résultante de l’ensemble des équilibres des objets en mouvement autour du centre.

Des éléments sans appui dans l’univers sont attirés par une force qui les regroupe vers un centre et les soumet à ses principes. Un centre est là (invisible), et la matière qui passe par-là est attirée, et y prend appui, la chose grossie et par radiance devient une sphère.

 

Si l’objet n’a que deux points d’appui viables sur son socle, il est alors du fait de la rotation de l’ensemble en déséquilibre. Il tourne cependant avec l’ensemble ce qui compense ce déséquilibre. On peut se poser la question de savoir pourquoi ça tourne ? Il reste donc le problème de l’attirance vers ce centre, qui le déstabilise s’il quitte l’axe, qui l’aligne avec le centre, pour former un rayon.

L’homme est un objet avec seulement deux points d’appui[102], comme les oiseaux (voir le traité de la marche d’Aristote). Il est donc soumis en permanence lorsqu’il est debout à un déséquilibre qu’il essaie de compenser. Ce déséquilibre physique entraine certaines stratégies, qui sont gérées au niveau inconscient et qui ont un impact direct sur nos actions conscientes. L’ensemble de nos mouvements physiques est contrôlé par nos capteurs d’équilibres. Par extension, on peut comprendre que l’ensemble de nos actions sont, elles aussi soumissent, à ce besoin d’équilibre physique. Même si l’action est d’ordre abstrait ou intellectuel, la perte d’un élément de notre environnement, un parent par exemple, provoque un déséquilibre.

 

Nous sommes attirés vers le centre, qui est l’origine de l’agglomérat qui a donné forme à la sphère (la Terre), et par extension à tout ce qui se trouve dessus. 

 

La rivière coule de la source vers la mer (la mère), par un simple jeu de pente. Elle va d’un point haut (eau) à un point bas, elle se dirige vers le centre à travers un déséquilibre provoqué par un appui (le fond de la rivière) qui est en biais. L’eau jaillie en hauteur par un jeu de pression (supérieur en force à la gravité[103]), qui la fait remonter à la surface avant de retourner à la mer. De la même manière, l’eau en s’évaporant échappe à la gravité, monte dans les airs, se condense et retombe lorsque sa densité de condensation devient telle qu’elle est attirée de nouveau vers le centre.  Ce sont des phénomènes de convections[104] que la science a bien analysés.

 

Pour faire plus simple, et rester très terre à terre :

Je suis attiré vers le centre, mais je ne suis pas écrasé et je peux compenser sommairement.

Entre moi et le centre, il y a de la matière.

Cette matière n’est pas traversable, elle devient alors un appui.

Toute chose sur Terre est en contact avec un appui.

En fonction de mon type de contact avec l’appui, je suis stable ou non.

Un appui stable possède au moins trois points de contact.

Pour me bloquer, il faut six points de contact, sinon je suis une forme non attachée à la matière qui me sert de socle, d’appui.

Je ne peux faire une compensation, un mouvement que par apport à un appui (sauter par exemple).

Je suis en permanence en gestion d’équilibre du fait même de ma forme.

Cette gestion est en grande partie inconsciente, car elle est intégrée depuis le tout début de mon existence, comme une nécessité.

J’utilise ce déséquilibre et mes points de contact libres pour me déplacer, et réaliser mes actions.

Tout mouvement est alors une séquence du type : équilibre — déséquilibre — équilibre.

Pour que cela marche, il faut marcher, un cycle de marche comprend deux ou trois mouvements.

Ces banalités, par analogie et métaphore, gouvernent aussi l’esprit dans sa logique de raisonnement, conscient et inconscient.

 

Je recherche l’origine, la source, le point de départ, mais je peux être distrait par des bêtises.

Entre moi et la source, il y a une multitude d’expériences, et de pensée qui m’encombre.

Je m’appuie sur mes expériences, l’éducation, la tradition pour prendre mes décisions.

Mes pensées et raisonnements s’appuient sur des concepts, qui eux même s’appuient sur des savoirs ou connaissances.

Si je m’appuie pour raisonner sur des choses abstraites, ou qu’il me manque des données, je ne raisonne pas avec fiabilité.

Me faut-il au moins trois références pour accepter la fiabilité d’une information ?

Six références impliquent-elles une croyance ?

Je peux remettre en question une croyance ou une information.

Etc.

 

Être bien, c’est être stable, physiquement, psychiquement.

Être instable physiquement appel la douleur du corps.

Être instable psychiquement appel l’émotionnel.

Dans les deux cas, l’instabilité appelle la maladie.

 

La Balance qui est formée par notre fusion avec l’Axe, qui pointe vers le centre, est à la fois physique et psychique.

Notre psychisme est issu de ce besoin d’Équilibre physique, pour nous éviter la Chute, la perte de contrôle.

Toutes nos ressources gèrent la pression de ce centre, qui nous attire.

Tout vide, ou perte de repère intérieur sera un déséquilibre vers ce centre.

Tout vide nous aspire vers l’inconnue du centre qui nous soumet.

Nous colle.

Nous fige.

 

5.8.      Axe du monde[105]

Un matin dans la salle de bain je me suis mis à tourner en rond sur moi-même, sans trop de raison, une idée m’a traversé l’esprit et je l’ai suivi. Cela m’a amusé, et je me suis dit qu’il fallait que je rejoigne le centre de mon tournis. J’ai fait cela pendant moins d’une minute, lorsque je me suis arrêté l'intérieur de la pièce elle a continué à tourner devant mes yeux, créant un dysfonctionnement physique : le corps suivait le mouvement de conscience. J’étais projeté contre le lavabo par une force invisible, et j’essayais de résister à l’énergie qui venait de nulle part, et qui m'empêchait de rester droit (ce qui était ma réalité). Une sorte de rémanence du mouvement, d’inertie de la conscience était active.

Cela a duré quelques secondes (10 – 20) et j’avais la nausée.  J’avais déjà fait ce genre d’expérience étant enfant, mais j’avais un peu oublié la puissance de l’effet. Cela m’a fait prendre conscience que dans un état normal je suis déjà dans un mouvement tournant, qui est la rotation de la Terre, et que ma conscience a intégré ce mouvement, qui fait partie de moi de façon évidente. Il y a fort à parier que si la Terre s’arrêtait de tourner je serais projeté par une force incroyable. Mais cette inertie est générée par un mouvement permanent, qui est devenu invisible et inconscient, puisque permanent. Tout cela pour dire qu’en permanence je m’inscris dans un mouvement, qui agit sur mon corps de façon globale et très importante. Ma conscience à la capacité de s’adapter à un autre mouvement (rotation sur sois même), mais alors je me désolidarise du mouvement général. Je suis conçu pour m’adapter au mouvement du corps, mais cette adaptation implique une inertie. Cette inertie visible à travers ce jeu me permet de prendre conscience que je suis complètement inscrit au plus profond de moi-même dans les mouvements et forces agissantes de la planète, et des forces qui en résultent comme la gravitation, la température, etc.

 

Je suis complètement en synchronisation avec le mouvement de l’univers, le cosmos, mon corps physique est comme un bouchon qui flotte dans l’univers.

Un peu comme un gyroscope, je peux changer d’axe et recréer en moi un nouveau référentiel, pour devenir le centre de mon monde.

 

5.9.      Je suis l’intersection entre l’extérieur et l’intérieur[106]

Mon corps est situé entre les événements extérieurs, et l’esprit, l’Âme, le mental, l’inconscient, qui eux semblent être à l’intérieur.

Il y a l’événementiel, et la gestion de cette événementiel, le corps est entre les deux zones. Un événement se déroule à l’extérieur, le corps capte par les sens cet événement, qui va être pris en charge par l’esprit (au sens large). L’événement va alors être qualifié en fonction d’un ordonnancement, de structures, d’une logique interne déjà présente, cet ordonnancement s’est construit depuis (au minimum) le début de ma vie physique. L’ordonnancement s’appuie sur la connaissance directe des choses, la connaissance que le corps nous fournit à travers sa morphologie et les sens. Tout notre savoir vient s’ordonner inconsciemment sur les bases de cette connaissance. Depuis qu’Adam a croqué la pomme, nous avons la connaissance, et la capacité de nous regarder. Si l’événement correspond à une réponse enregistrée par l’ordre établi en interne, alors il va être géré selon les méthodes mémorisées. Si l’événement n’est pas conforme ou ne trouve pas sa place, sa correspondance, sa signature, son image miroir, il va provoquer une remise en question de l’ordre interne. Le système n’est pas capable d’intégrer l’événement dans l’ordre déjà établi, et un trouble va apparaitre au niveau du corps. L’esprit ne sait pas quoi faire, et il dérègle le corps qui renvoie l’information vers l’esprit, il y a un stress. L’esprit s’il n’a pas une réponse directe à l’événement va faire de la métaphore, de l’analogique. Il va essayer de trouver une chose en rapport avec l’événement pour le traiter. La mise en rapport, par l’esprit, de l’événement, est symbolique, et en final en relation de lien, avec la connaissance de base. La nouvelle information apportée par l’événement devra trouver sa place dans l’ordre, qui risque d’être bousculé pour permettre l’insertion d’une future réponse préprogrammer. Cette réponse peut être longue à trouver, et l’esprit peut utiliser différents mécanismes de l’imaginaire, pour essayer de résoudre l’information contenue dans l’événement. Un événement en cours d’intégration peut remonter sous forme de pensée, de souvenir, de fantasme, de rêvasserie, d’émotions, de stress, de maladies, d’expérience répétitifs, durant plusieurs années voir une vie, entrainant avec lui un ensemble d’événements similaires qui attendent leurs heures d’intégrations. 

L’ensemble corps / esprit est soumis aux besoins vitaux qu’il va devoir honorer, ils sont unis par ces besoins, comme dans tout le reste. Les besoins vitaux vont ordonner les types d’actions à entreprendre et les classer en fonction des besoins qu’elles permettent d’honorer. Les besoins vitaux sont des événements de type intérieur, en relation avec une action impliquant l’extérieur, des actions libératrices, qui vont permettre de les honorer. La gestion des besoins vitaux, ou la gestion de nos rapports aux choses passent toutes les deux par le corps, et se placent dans le territoire, la cosmologie, le temps. Les besoins vitaux s’expriment cycliquement, alors que la gestion de nos rapports aux choses est permanente et aléatoire. La gestion des besoins vitaux est semi-automatique, alors que la gestion de nos rapports aux choses demande une conscience des choses. Les besoins de nutritions, d’hydratations et de reproductions nous imposent une locomotion qui est assurée par le corps et les sens, et en retour la nutrition, l’hydratation permettent au corps d’exister. La reproduction permet au corps et à l’esprit, qui lui est associé, de migrer dans une autre entité. 

Un événement arrive à moi en passant par les sens, il est qualifié et afficher dans la conscience, et des réactions conscientes ou inconscientes sont réalisées pour traiter l’événement. Si l’événement est nouveau ou présente une particularité, il va générer un mécanisme mental d’analyse ou de traitement, en général symbolique, comme une pensée, un fantasme ou une rêvasserie. Si l’événement à traiter n’est pas le reflet de l’ordre interne établi, il n’a pas sa place dans l’image miroir qu’est ma conscience. L’esprit va alors essayer de rectifier l’événement par le physique ou le symbolique, pour éviter de déstructurer l’ordre établi. Si la rectification physique ou symbolique n’est pas possible ou échoue, c’est peut-être parce que cet événement vient d’apporter du neuf, ou de l’impossible à classer par apport à l’ordre établi, et qu’il est nécessaire de faire une restructuration interne, pour l’accepter ou le réfuter. Mon corps et les sens sont le miroir du réel, qui utilise la conscience comme image de représentation, ce miroir à une Âme, qui va juger en fonction d’un ordre mémorisé et logique l’information contenue dans l’image. L’information est rangée sous la forme de structures viables, qui pourront être directes ou bien métaphoriques, analogiques, symboliques. Ces structures, vont permettre à la raison de construire des extrapolations, avec les données fournies par les différents centres informationnels de l’individu ((corps) sens / ((esprit) mémoire).

Une structure viable est quelque chose de stable et fonctionnel, ayant fait ses preuves par l’expérience, cela peut être des principes ou des vérités. L’individu qui a intégré les bonnes structures, les bons principes et les vérités fonctionne logiquement de façon optimum.  Par rectification, avec le temps, le « système individu » doit finir par être construit (son ordonnancement intérieur) sur des bases véridiques, il est alors dans le réel, parce que ce qui est reçu et traité ne subit plus d’altération, de plus la réaction devient un acte juste. Il est donc important de ne pas contrecarrer le processus de rectification, et pour ce faire d’accepter les remises en question, de faire face à nos peurs, qui nous montrent les points d’ordonnancements internes non intégrés. Si je refuse la rectification, je ne peux pas voir sans trouble certaines choses, parce que refusant de les intégrer, je ne peux construire en moi mécaniquement la méthode ou le moyen qui me permettra de la transcender.

5.10.  Structures de bases[107]

Quand j’invoque le rééquilibrage, l’équilibre, l’harmonie d’une chose, il va donc me falloir disposer de trois points d’appui, pour poser dessus le terme de mon invocation. C’est trois points, qui sont les deux polarités de ma balance, et son centre d’équilibre. On a déjà vu que pour toutes réalisations, elles devaient disposer de la résolution de ses besoins vitaux de façon réelle ou métaphorique, en fonction de la réalisation en cours. On peut essayer ici de faire le point sur les différentes remarques du même type déjà rencontré dans ces écrits.

 

 

Ø  QQOQCCP[110] : Qui fait quoi ? Où ? Quand ? Comment ? Combien ? Et pourquoi ?

Ø  Couleurs

Ø  Son

Ø  Joie, Tristesse, Dégoût, Peur, Colère, Surprise, Mépris

Ø  La masse, la longueur, la durée, l’intensité, la température, la luminosité, le volume.

Ø  Etc.

Ø   

 

 

Pour résumer, pour exister je dois honorer mes besoins vitaux (4) pour vivre en harmonie, et aller droit vers la lumière. Je dois être équilibré (3) tout en honorant mes besoins, sois 3x4=12. À tout moment, je suis interpellé par environ 7 choses caractérisées, auxquelles je fais face. Je dois assurer mon futur par la réunion des contraires. Le centre de ces figures, ces points, est le cœur métaphorique.

 

5.11.  Besoins de vie fractale[111]

Nous sommes poussés par nos besoins, chaque besoin que nous exprimons reçoit sa réponse à travers nous. Nous nous auto construisons à travers ces besoins, qui nous façonnent à travers les réponses que nous donnons ou qui nous sont données. La réponse est déjà dans la question, car elle est issue d’elle. La réponse est en quelque sorte le résultat de la "consumation, par la lumière", de la question. La lumière métaphoriquement est ce qui révèle, et elle n’est pas forcement issu d’une flamme. Mes mains, qui réalisent des choses, révèlent ces choses, elles les portent à la lumière de l’esprit, à la conscience.

Le mouvement de la vie est une réponse à un besoin d’ordre supérieur, il faut mettre de l’huile dans la lampe pour que la flamme continue d’éclairer. Le besoin est le principe qui permet la continuation de cette flamme, une flamme, qui ne veut pas s’éteindre. C’est une énergie en mouvement, dotée d’une intelligence, qui se sait être, et ne veux pas mourir. Elle doit elle aussi honorer ses besoins vitaux, sinon elle disparait. Il y a une logique fractale derrière ceci. L’internet par exemple existe à travers nous.

Je suis issu de cette intelligence et je suis vie, avant d’être homme, alors tout comme je dois honorer des besoins vitaux, la vie se doit d’honorer des solutions viables pour mes besoins, qui finalement deviennent les siens. L’arbre assure la bonne maturation du fruit. Le chanvre protège ses graines du Soleil en produisant sa résine, etc.

Je suis un élément du tout, qui se doit d’assurer à son niveau son besoin, besoin qui est que je survive, pour qu’il continue à être. Je suis issu de ce complexe, qui pour me faire être, doit être lui-même. Je suis peut-être une réponse à un besoin d’ordre supérieur, j’ai été créé pour des raisons qui m’échappent, mais comme toute création, je réponds certainement à un besoin. Pour ceux qui prétendent que je suis arrivé là par hasard, que je suis le résultat d’un mouvement brownien… je n’ai pas de réponse.  Si je réponds à un besoin, en accord avec mon existence cela veut dire que je m’insère dans une logique, qui même si elle m’échappe me fait constater que je suis dans un système. Comme dans tout système, chaque élément, en général, répond à un besoin. Une fois mise en place, une nouvelle pièce d’un système va apporter à son créateur des besoins nouveaux, tout simplement en termes de maintien de la solution, de la réponse. Il va falloir assurer la maintenance de cette nouvelle pièce, pour qu’elle continue de répondre aux besoins de bases, qui la font apparaitre.

Je suis donc une pièce dans le pulse de la vie, et je n’ai pas forcément besoin de m’intéresser ou de connaitre mon rôle exact, par contre j’ai un rôle, et pour que mon rôle perdure il faut que la vie assure ma maintenance. Lorsque je me pose une question ou qu’un besoin se doit d’être honoré, alors la vie, qui assure ma maintenance, se doit de me venir en aide, pour que je continue d’honorer le rôle que je tiens. Je suis issu de la vie et conçu sur ses bases, et tous mes besoins vitaux sont donc directement tirés de la vie qui m’entoure, air, eau, nourriture… Par contre, mon maintien implique aussi la résolution de besoins secondaires, qui eux demandent de créer des solutions aux questions que je pose à la vie, ou bien que la vie m’impose.

 

Toute la création n’est que l’expression de cet élan, ce souffle. Toutes les stratégies de la vie n’ont comme but que de répondre à ce besoin, alimenter la flamme, la maintenir, la faire durer. C’est pourquoi toutes questions qui sont l’expression d’un besoin (pour la vie) trouveront une réponse, car elle est indispensable, pour que la flamme perdure. Cela s’applique à tous les niveaux, à toutes les échelles. Nous honorons la flamme qui nous consume et consume l’univers, elle nous soumet, parce que nous nous devons de la maintenir, nous sommes là pour cela et elle nous maintient en retour. Chacun de nos besoins, n’est en final que lumière qui révèle une solution pour la vie.

 

Cherche et tu trouveras.

Demande et on te donnera.

Frappe et on t’ouvrira.

 

Car tous besoins seront honorés pour que perdure la flamme de la vie.

5.12.  L’intermédiaire[112]

Tout intermédiaire est un obstacle entre moi et la Source, une porte fermée.

Le bien et le mal sont une modélisation humaine.

Le VRAI est la Réalité Universelle, le Réel.

 

Suivre le bien ou le mal c’est rentrer dans le relatif humain.

Suivre le VRAI c’est fusionner avec l’Universelle.

Le bien et le mal c’est la loi des hommes.

Le VRAI c’est la Vie, la Loi Divine, Universelle.

Le bien et le mal sont des images déformées du VRAI, des obstacles, des portes, devant le VRAI, la Source.

C’est moi l’humain, qui qualifie un événement de bien ou mal, qui en fais un obstacle.

L’événement, expression de la Vie, est juste événement au regard de l’Univers.

Les Vices et les Vertus sont des images de ces obstacles, des images données pour résonnance avec les événements.

Le VRAI c’est l’Acte Juste, Juste l’événement.

La Balance est Équilibre, elle montre le VRAI poids, le poids Juste, ce qui est une bonne affaire, avec elle tu n’es pas volée n’y voleur, tu es VRAI, Juste.

Une balance, à deux plateaux, sur le plateau de droite est posée le poids étalon, le poids de la Vérité. Sur le plateau de gauche, je pose alors ce que je veux acquérir. Entre les deux, il me faut l’équilibre, le fléau, cette Épée de Justice doit alors être Juste à sa place, au Centre, Perpendiculaire, à l’Équerre des deux plateaux, Rectiligne.

Elle me montre alors le Droit Chemin, le Juste Milieu. Tel le fil à plomb qui m’assure la Rectitude dans mes travaux terrestre.

La balance est un Juge qui montre le Juste Équilibre, un équilibre qui ne tient qu’à un fil entre le VRAI déjà déposé à droite et ce que je dois moi déposé à gauche, pour l’acquérir.

Il n’est pas question de bien faire ou de mal faire, mais d’être identique au plateau de droite, d’être l’Image Parfaite du VRAI, de l’Incarner.

Bon Poids, bonne Mesure.

Je dois être l’image miroir du plateau de droite, assuré la Droiture.  

L’Équilibre ne tient qu’à un fil, le fil tranchant De l’Épée de Justice.

220px-Justitia%2C_Jost_Amman

Mon Vrai ne peux s’exprimer qu’ici et maintenant et que tu coté de mon plateau, à travers mes Actes, ma Présence, le sens que je donne aux choses.

Le VRAI, lui est intemporel, universel, indestructible.

Je suis alors le Messager du VRAI, à travers mes Actes et mes Dits.

Mon Message est la part que je dépose sur mon plateau de Gauche.

J’ai la lourde charge de ne pas faire obstacle au vrai avec mes représentations, mon dépôt, le sens vers le bien et le mal que je donne aux événements.

Je dois assurer la Rectitude avec l’Épée qui tranche le VRAI du FAUX (bien ou mal).

Je dois être Source qui coule pour le VRAI.

Reflet de la Source.

Source

 

Tout ce qui arrive à ma conscience est le fruit de la Connaissance, qui malheureusement est pollué par mon Savoir.

Cet Avoir vient perturber l’Être de naissance.

Le Savoir vient perturber la Connaissance.

Il y a entre ma Réalité et le Réel un filtre fait de la Connaissance mixée à mon Savoir, Le Savoir acquis par l’expérience qui vient colorer la Connaissance.

Le Réel est perçu par les Sens et interprété par le couple (connaissance/savoir), il y a une sorte de balance.

Plus mon Savoir est en phase avec la Connaissance, la Vérité, le Réel, plus je suis en Équilibre, en Justesse, en Harmonie dans le VRAI.

Sur un des plateaux : il y à la Vérité, le Réel, sur l’autre : le résultat de mon mixte (savoir/connaissance), ma Réalité.

Il faut que j’optimise mon filtre entre le Réel et ma Réalité, pour que mon plateau soit en Justesse avec le VRAI, le Réel, et ne fasse plus qu’UN au lieu de DEUX.

Alors il n’y a plus que Connaissance Directe, sans obstacle.

Chose qui Coule de Source.

5.13.  L’obstacle[113]

 L’obstacle, la porte, nous bloque le passage.

« Comment », est une porte, un obstacle, un mur.

Se poser la question ; « Pourquoi », c’est construire un chemin vers la réponse, un chemin avec une porte à franchir. Alors qu’il n’y a pas de chemin, ni de porte vers la réponse.

« Vers », induit le chemin, c’est une illusion, cela Est, tout simplement.

Il n’y a pas de cheminement vers la réponse, mais croissance et apparition du fruit dans une logique cyclique.

 

La graine germe.

Il y a apparition d’une chose déjà là en germe.

Croissance de la chose déjà conçue.

Maturation de la chose.

Fécondation de la chose

Apparition des fruits de la chose.

Dispersion des nouvelles graines.

5.14.          Mon environnement[114]

Pour introduire ce chapitre, j’aimerais faire référence à un ouvrage de Stephen Jourdain : « Voyage au centre de soi »[115]

 

Une des révélations de ce que je nomme éveil consiste en cette nouvelle inouïe :

 

« Avant même que de produire le flot habituel de nos images mentales conscientes ou semi-conscientes, notre esprit, considéré dans la globalité de son phénomène, sujet inclus, forme de lui-même une image mentale totalement inconsciente pour laquelle il se prend. Connaissez-vous un artiste-peintre assez fou pour identifier l'objet réel qu'il vient de représenter à cette représentation — au point d'être convaincu qu'il touche l'objet dans le tableau ? Notre esprit, notre esprit dans sa marche vivante, c'est juste un calque ; et croyant étreindre le moi de notre esprit — notre essence — nous continuons à n'atteindre que le calque !

L'extraordinaire atteignant à son comble avec    Cette remarque : quand la fable ou l'escroquerie de l'image mentale inconsciente "mon esprit" soudain est éventée, ce qu'elle prétendait figurer cesse d'être pour n'avoir jamais été. La vie psychologique et son héros ne sont pas simplement une imposture, mais un néant. »

 

La première partie de ce texte me fait penser à la structure des rêves que j’ai tirés de mes observations personnelles, à savoir : que le rêve ne devient crédible et nous emporte, qu'à partir du moment où l'environnement du rêve atteint un certain niveau de réalisme. Je m'explique : dans le rêve il y a une certaine cohérence du décor ou de la relation des personnages entre eux, ce qui m'implique dans l'Histoire et me la présente comme réelle. Je ne me pose plus de question, parce que le contexte dans lequel je me trouve dans le rêve est plausible.

 

Par exemple :

 

Je dois m'occuper dans un rêve des affaires de ma sœur qui part en voyage, ma mère et mon père sont présents, je suis installé chez eux dans le salon, un verre à la main. Nous discutons et j’apprends des choses sur ma sœur qui m'explique la raison pour laquelle je dois m'occuper de ses bagages. Une histoire d'héritage de son mari avec un oncle d'Amérique...

 

Une situation est en place, il y a une scène, un décor, tout ceci semble réel, et il y a une certaine cohérence. Je plonge alors dedans, et je ne me pose aucune question, je suis piégé.  Ma semi-vigilance et mon habitude des processus du rêve me rappellent que je n'ai pas de sœur, et donc pas de beau-frère, et que cet oncle d'Amérique n'existe pas. De plus, ma mère est morte et cet appartement n'est pas le leur. Mais je suis dans un rêve, et à ce moment du rêve tout est cohérent et je suis piégé. On pourrait faire une analyse du rêve, et découvrir ce qui se cache derrière tout ce décor et ces personnages, mais là n'est pas la question (nous trouverions le ressort de ce rêve). Le truc que je veux simplement expliquer ici, c’est que le rêve a créé un environnement stable, qui permet à l'esprit d’être trompé. J'ai un ressenti de réalité, mais en réalité je dors. 

 

Dans la période de veille, nous connaissons aussi ce type de moment, où tout en étant dans un emplacement réel nous avons un ressenti du décor, qui nous met en situation de sommeil éveillé. Ce ressentit possède un nom : c'est l'ambiance du lieu. Une ambiance est une sorte de sentiment virtuel complètement factice créée par nous-mêmes, par apport à des éléments externes. Cette ambiance va nous projeter dans des rêvasseries, ou des actes liés aux ressenties que nous avons à ce moment-là. Des lieux payants existent pour trouver des ambiances, où nous aurons l'impression d'être autres, ou d'avoir des capacités différentes. Un lieu nous fera peur, un autre nous donnera du bonheur... Cette peur, ce bonheur, ou tous autres sentiments ne seront en fait qu'une illusion, comme dans un rêve. Cela peut même avoir un impact sur notre psychisme, comme lors de cérémonies d'intronisation où la personne peut aller jusqu’à changer intérieurement (il se croira investi d’une mission).

 

Ce décor n'est encore qu'un effet miroir qui nous renvoie à nous-mêmes, et nous projette dans des illusions. Les objets accrochés sur nos murs ne sont là que pour nous rappeler ces ambiances, ce sont des sortes de grigris ou des pense-bêtes de nos illusions internes. Notre décor de rêve conscient, dans lequel nous nous projetons.

 

Il est possible d'analyser le contenu de ce décor, qui nous entoure, de la même manière qu'un simple rêve, et nous allons y trouver le reflet de nos affectes. De la même manière, si un lieu évoque en nous une « ambiance », il y a fort à parier que des éléments du décor sont en résonance avec nos structures mentales. L’ambiance est comme une piste qui s’ouvre à ce moment-là pour nous permettre un moment d'analyse du décor. Une sorte de clef se présente à nous, que nous soyons dans le rêve ou bien dans « l'ici et maintenant " une compréhension de nos structures internes est possible.

 

À partir de ce moment, le réel devient un terrain de travail sur soi permanent. Un galvanomètre, nous permettant de nous observer, nous comprendre, nous libérer des schémas mentaux et des images qu'il véhicule. Le mécanisme développé par Stephen Jourdain n'a de sens que si le calque est là par raison. Le calque c'est l'image des choses plutôt que la chose elle-même. Ici, le mécanisme décrit est plus complexe qu'une simple image devant les choses, car il montre que le lieu, le décor, participe à la création de l'image globale et nous entraîne dans l'illusion. Lors de l'analyse d'un rêve, il est fréquent que le thème du rêve se trouve dans le décor qui traduit une ambiance, et qui est en réalité bien souvent la clef du rêve. Une question à se posé lors de l'analyse est : quelle est l'ambiance, le type de lieu. (Montagne, mer, travail...) Le symbolisme du lieu est souvent en rapport avec le sujet. Le paysage ou le lieu va évoquer de façon directe l'état d'esprit ou une partie du corps du sujet. Une maison délabrée fera par exemple symboliquement référence à la vie du rêveur, ou à la façon dont il traite ses affaires, ou son corps (lui seul sait)...

 

ATTENTION

 

L'illusion ou le concept d'illusion évoqué par Stephen Jourdain, ou d'autres n'est pas pour moi qu’une illusion gratuite, un jeu de l'esprit, une erreur d'aiguillage de la pensée. En fait, tout ceci n'est pas gratuit. Si nous nous projetons à tout moment dans une « forme d'illusions » c'est que nous sommes en permanence, et de façon inconsciente, dans une sorte de recherche de « résolution de problème », de rééquilibrage de l'être, et que tout est alors prétexte à reproduire des « schémas mentaux ", qui vont être les pendants de ces problèmes. On peut dire bêtement que l'illusion est l'inverse du réel, une fiction, quelque chose de l'ordre du rêve, et nous pouvons rester dans une logique d'analyse de premier degré face à ce constat, dire que nous sommes dans une veille endormie, une chimère. Je mettrais un bémol à ce point de vue concernant le phénomène. S'il est vrai que nous sommes, en permanence, le joué de ces illusions, il ressort tous de même que ces illusions sont construites avec raison, elles ont un sens, une structure, une récurrence, elles sont notre fruit. L'ensemble du substrat de ces « illusions » est lui bien concret et peut être perçu, traqué, « introspecté », décortiqué, décrit, analysé... Il y a donc à partir de ce moment une logique sous-jacente, qui elle, n'est pas une illusion. Ce constat, présenté comme le fruit pourrit de l'homme, l'homme machine, l'homme endormi à lui-même, l’homme non-homme est peut-être là à raison. On constaterait que 99.999 % de l'humanité serait dans l'erreur et seuls quelques chanceux seraient libérés, « éveillés » ?

 

Nous sommes le siège « d'angoisses profondes », qui ont construit des « schémas mentaux » (ou l'inverse, cela tient du mystère) que nous allons mettre en avant à tout moment, un peu comme des grigris ou des rituels. Ces illusions ne vont pas être que des choses abstraites réalisées au fil de l'eau avec les éléments du moment, elles sont construites à partir de choses identifiables et constantes. Une observation attentive de ces moments d'illusions permet avec le temps de mettre en avant des « schémas mentaux », des mécanismes, des déroulés. Les illusions peuvent être d'une certaine manière prédites, car elles sont structurées, et une illusion structurée doit bien porter un autre nom qu'une illusion puise qu'à travers un travail d'analyse elles peuvent devenir identifiables, « on peut en faire la liste », elles sont quantifiables... Les publicitaires de tout poil ont depuis longtemps codifié une partie de ces « schémas mentaux » et leurs mécanismes, pour promouvoir leurs marchandises. 

 

Le vrai problème est donc que si je veux supprimer les mécanismes générateurs de ces « illusions », il faut que je comprenne qu'il y a au minimum deux éléments, le mécanisme en lui-même, et la raison de la mise en branle et de l'existence de ces mécanismes.

 

Si je supprime les illusions en trouvant un moyen me permettant de rester lucide, éveillé, je ne règle pas la raison de la présence de ces illusions. Je modifie ma façon d'être et d'appréhender le monde, « je veille ma veille ».

 

Si je trouve la raison de la présence de ces illusions, alors il y a de fortes chances pour que je prenne conscience des « schémas mentaux » et des mécanismes générateurs. (Ou bien, que je croie comprendre ces schémas, ce n’est pas simple d'être juge et partie).

5.14.1.   Exemple[116] : une plante dans un salon

L'illusion peut être réelle (physique). Nous avons vu que le décor de notre environnement personnel va d’une certaine manière reproduire nos schémas mentaux, ou tout du moins résonnera en fonction de ces schémas. Soit nous les aurons construits (lieux de vie) en fonction de ces schémas, soit nous nous connecterons mentalement aux éléments du décor faisant miroir (lieux tiers). Si nous poussons un peu plus loin la chose, il est possible de dire que toute création humaine est en réalité une illusion, car elle est réalisée par la pensée. En effet, tous les éléments physiques créés par l'homme ne sont en réalité qu'une pensée ou une suite d'idées, qui a finalement modifié de la matière pour en faire une chose possédant des propriétés. Ces propriétés physiques de l'objet peuvent cohabitées, avec les raisons psychologiques sous-jacentes qui ont initié le besoin de créer.  Des raisons illusoires devenant invisibles, une fois l'objet créé et diffusé. Plus fort même, l'objet pourra pour un autre utilisateur assouvir un autre schéma mental, et générer ou permettre l'éclosion d'une autre illusion.

 

Voici un exemple, pour illustrer mon propos : il y a dans le gîte où j'écris ces quelques lignes un pot de fleurs en argile cuite émaillée jaune, avec un décor sur le pourtour.

Cet objet est réel, solide, concret, utile, utilisé. Il est difficile de dire qu'il s'agit d'une illusion ! Pourtant, ce n'est qu'un bloc d'argile cuite mise en scène, avec une plante qui lui est accolée. L'émail et la décoration ne sont pas nécessaires à sa fonction basique de recevoir la terre et la plante. Ce pot de fleurs est en réalité la projection mentale de son créateur dans le physique. Créateur, qui n'est d'ailleurs plus là pour le voir, et qui ne l'a peut-être jamais vue, si ce pot a été fait en série. C'est une idée humaine mise en forme, matérialisée. Il n'existe nulle part dans la nature un quelconque objet exactement identique, c'est à 100 % une création humaine. Certainement sortie au départ d'une illusion créative (un besoin de créer ce pot, comme ça). Une plante a été misse dans ce pot, et l'acte de mettre la plante est certainement une projection illusoire du propriétaire du gîte, qui c'est illusionné autour de cet assemblage. L'achat même du pot a peut-être été conditionné par une illusion. L'ensemble a été placé dans le salon pour répondre à une autre illusion, comme rendre la pièce plus sympathique ou bien quelque chose de plus complexe, ayant un rapport avec le vécu du propriétaire (magie domestique inconsciente).... Enfin bref, cet assemblage d'argile cuite et de plante auprès de la fenêtre est certainement là pour mettre une certaine ambiance. Ambiance, qui n’est elle-même qu'une illusion, et qui provoque un ressenti aussi variable que le nombre de personnes en présence de l'objet. Tout ce texte écrit autour de ce pot n'est lui-même que supputations illusoires. Ce qui est sûr, c'est qu'à aucun moment la plante dans le pot n'a décidé de venir pousser dans le salon. Tout cela nous fait un paquet d'illusions autour de ce pot et du sens de sa présence là dans le salon. On pourrait pousser très loin la liste des illusions illusoires associées à ce montage (pourquoi l'avoir mis sur roulette par exemple ?). Si l’on posait la question à une colonie de jeunes adolescents de passage, nous aurions un cahier d’illusions bien fraîches à nous mettre sous la dent.

 

Tout cela pour dire que : « Je » suis entouré de toutes ces choses, tous ces objets, qui me renvoient à des illusions, alors forcément il est difficile de ne pas avoir d'illusions. Si je suis consciemment dans l'ici et maintenant, je vois, logiquement, un pot avec une plante. Imaginons que je ne projette rien de personnel dans cet élément et que je me contente de contempler la chose, sans pensées. Pas de commentaire, pas d'analyse, rien... Un pot avec une plante et moi, qui « suis » en rapport avec l'ensemble. Quel est mon vrai rapport en ce moment avec cet objet qui est le fruit d'une multitude d'illusions ?

 

Tout est réel ici ...! Mais est le fruit de l'illusion.

 

Si je regarde le pot et que je regarde la plante ce qui me saute aux yeux c'est le côté incommensurablement plus vrai, plus frais et donc plus réel de la plante. C'est un miracle posé dans un bloc d'argile cuite. Ce pot est tout simplement une illusion de maîtriser la nature. D'essayer de faire croire qu'il est le creuset de la vie, alors qu'en fait il met la plante en danger par sa petitesse, sa limitation, son imitation de la Terre nourricière. Bien sûr, c’est une histoire que je me raconte, une sorte d’illusion.

 

Je ne sais pas si l’on peut généraliser et dire que toute création humaine n'est en réalité qu'un ensemble d'idées, de pensée, d'illusions, de rêves, même si toutes ces créations peuvent opérer des réalités dites objectives. Si je me donne un coup de marteau (création humaine), ça va me faire mal (illusion ?). Si je me promène dans le parc d'un château, il est là et le parc aussi.  Ce château et « son » parc sont les « vivants » représentants de l'illusion réelle de leurs propriétaires. Illusion réelle, de leur position sociale illusoire, cautionnée par l'illusion des serviteurs, de servir leur maître... Jeux de dupe, folie collective, conventions illusoires....

 

Tous nous poussent comme dans le rêve à croire nos illusions, elles forment une partie non négligeable du décor de nos vies, nous imprègnent de concepts, de règlements, de lois...

Elles ne sont pas que dans nos têtes, mais ont débordé dehors. Elles se sont mélangées avec celle des autres, ont fait des petits, sont devenues des lois, des poncifs, des ...ismes, des religions, des références.  Elles finissent même par ce passé de nous et de notre avis.

 

Pousse je ne joue plus... OK, mais je fais quoi alors ?

 

Quand je vois une plante dans un vase, je dois voir quoi pour être « normal », « éveillé » ?

 

·         Une plante dans un vase ?

·         Un truc avec une plante qui dépasse ?

·         Des taches de couleur devant mes yeux ?

·         Une masse de matière qui tourbillonne ?

·         Dieu ?

·         Mon illusion ?

·         Moi, dans mon rapport avec la plante dans ce vase ?

·         .....

 

5.14.1.1.     Cogitation[117]

J’ai l’impression que nous ne sommes pas équipés techniquement pour appréhender le réel, mais uniquement pour l’interpréter.

De ce fait, les mécanismes de pensés, ne seraient là que pour évaluer le réel et fournir au "JE" une cohérence suffisante, pour survivre ou évoluer dans ce monde. Notre potentiel d’appréhension du réel est relatif. Nous sommes donc de ce fait dans une logique de déséquilibre, parce que nous ne pouvons être sûrs de rien. Le doute devient une sorte de moteur qui nous place en perpétuelle chute, et en perpétuelle recherche de cohérence. Cette cohérence référentielle est elle-même relative, car elle s’appuie sur des savoirs acquis, qui ne sont pas forcément vérifiés,  vérifiables, ou certifiés. Nous avons nos souvenirs réels, ceux racontés par des proches, des fictions lues ou vues à la télévision, etc. Nous avons alors à notre disposition une base de souvenirs disparates, qui en permanence remontent à la surface et fournissent à la pensée des éléments lui permettant de gérer la cohérence du moment présent. Ces mécanismes peuvent dévier de leurs buts, parce que toute notre connaissance est relative et basée sur un principe d’accumulation de l’information. La recherche de cohérence s’appliquera à n’importe quel type d’événements, besoins, envies, désir, et à tout moment de notre vie. Il faut être équilibré pour tenir debout.  Si un questionnement ou un besoin d’action, d’interaction, de rapport, avec notre environnement apparait à un moment où la base ne peut pas fournir à la pensée des éléments permettant d’obtenir une cohérence suffisante, alors il y aura une sorte de boucle de recherche, qui va se mettre en place pour résoudre cette problématique de cohérence. Une faille ou un problème apparait ici. Cela vient du fait que la boucle va perdurer jusqu'à trouver une réponse cohérente, même après l’événement. Cette recherche de cohérence a logiquement pour but d’interagir avec le réel, pour répondre à un besoin en rapport avec ce réel, ce qui fait que les premiers éléments imparfaits de cohérence fournis vont quand même être utilisés par le JE, « ici et maintenant », cars il n’y a pas d’autre alternative. Ces comportements « ici et maintenant » résultants d’une cohérence non satisfaisante vont devenir des éléments de base, et seront donc réutilisés pour faire des recherches de cohérence lors de l'apparition de nouveaux besoins. De plus, un mécanisme interne continu essaie de résoudre la problématique, en amalgamant les éléments de la base existante avec les nouveaux éléments mis à sa disposition. Les nouveaux éléments qui seront mis à sa disposition sont essentiellement des informations fournies par les cinq sens.  Je passe par exemple devant un élément visuel mettant en résonnance un de mes questionnements en cours de mise en cohérence, et (hop) automatiquement je suis connecté avec cette information que le mécanisme va essayer d’utiliser, pour compléter sa résolution. Ma conscience du moment, où tout du moins, mes besoins de cohérence du moment n’étant pas branché sur ce sujet, je ne vais pas faire de lien entre cet intérêt pour cet élément visuel et mon « ici et maintenant ». Mon attention est simplement captive d’un truc, qui est en réalité un nouvel élément d’essais de résolution d’une ancienne équation, qui continue à tourner quelques parts dans les méandres de mon Être. De plus, le système de stockage dans la base n’est pas du type verbal, mais de type symbolique, associatif, décoratif, « d’ambiance », ce qui fait qu’un mot, une scène, un objet, une chose, une ambiance, un décor peuvent représenter un concept correspondant au problème de cohérence recherché. Nous stockons des informations avec une logique de compression, de mise en synthèse des choses, par exemple une simple ambiance peut mémoriser une période donnée de notre vie. Par la suite, la vue d’un simple objet banale peut nous re-projeter dans une ambiance similaire, qui nous renverra à un ensemble de souvenirs de cette époque, et nous pourrons alors RECONSTRUIRE l’époque en fonction des éléments disponibles. Arrivé à un certain stade de mon évolution, je suis en permanence avec un voile devant le réel, un voile qui projette sur ce réel des choses qui n’y sont pas, pour permettre au mécanisme interne de résoudre les déséquilibres programmés.

Le truc, c’est que si le système ne parvient pas à appréhender une information cohérente face à un problème donné, cela va engendrer de la peur. Cette peur va devenir le moteur d’une nouvelle recherche de cohérence interne, avec comme objectif la mise en cohérence de cette peur, pour qu’elle soit dissoute (état d’équilibre).  Mais, « ici et maintenant », il faut répondre au problème (le réel est « ici et maintenant »), alors il y a une réponse incomplète qui est fournie par le système, le plus souvent une réponse de « fuite », pour assurer l’équilibre du moment, la survie du JE. Malheureusement, cette solution fournie devient une réponse viable enregistrée dans la base, et elle servira de référence au moteur de mise en cohérence, lors d’une prochaine apparition de la problématique, si aucun élément n’est venu remettre en équilibre le système. L’astuce utilisée la première fois sera réutilisée, et deviendra plus forte dans la base. De proche en proche, la solution de contournement du problème sera de plus en plus sophistiquée et éloignée de la réalité.  Après un certain temps le problème sera géré avec une fausse solution, et il deviendra une sorte de no-Mainland. Malheureusement cette solution étant finalement virtuelle elle sera toujours en déséquilibre avec la réalité, et elle impactera en permanence la vie du JE. Un mécanisme interne sera donc en permanence à la recherche d’une solution, mais utilisera des éléments qui ne lui permettront pas de résoudre le conflit. Des schémas structurels apparaîtront alors, pour assurer de façon certaine une sorte d’équilibre au JE. Malheureusement, ces schémas structurels étant abstraits et pouvant être dissociés du problème de base, ils seront appliqués de façon globale par l’individu. Tout cela de manière dite : « inconsciente », mais en réalité en toute conscience, tout simplement, parce qu’étant trop abstractif, pour permettre une analyse de leur finalité en temps réel. L’idée d’inconscience dans ce cas n’est en réalité que l’utilisation consciente, mais décorrélée de schémas structurels construits, pour faire face à des impossibilités de mise en cohérence précise d’événements anciens. De plus, la prise de conscience de l’existence de ces schémas n’est possible qu’à travers un travail personnel et long, qui n’est en général pas entrepris par l’individu, car ils lui sont inconnus, ainsi que par la plupart des gens et professionnels du sujet. Une fois ces schémas constitués, l’individu va par l’accumulation de ses expériences, « cristallisé » ses réactions autour de ses schémas et les rendre de plus en plus fort. Sa vie va être guidée par ces schémas mentaux : ils sont devenus lui. La recherche permanente d’équilibre de l’être, associée aux mécanismes mis en place par la nature pour assurer notre quotidien, nous forge dans un ensemble de schémas, qui nous cristallisent. Nous allons essayer de reproduire à tout propos ces schémas dans notre comportement et même dans notre environnement, comme dans une logique d’opération magique. Nous utilisons des grigris ou tout simplement des objets représentant ces schémas, qui devront assurer notre équilibre et la cohérence de ce montage bringuebalant, et qui seront les principaux éléments de notre décor de vie. Nous nous serons alors projetés à travers ces objets à l’extérieur de notre être. Par extension, nous nous projetterons dans nos créations et constructions, et nous nous reproduirons en utilisant des choses comme de la pensée matérialisée à une échelle supérieure, pour construire nos villes, nos institutions, nos religions, notre humanité.

5.15.  Nous sommes inscrits dans l’univers[118]

Qu’on le veuille ou non, nous sommes inscrits dans l’univers qui nous entoure, et plus précisément nous sommes de fait un sous-produit de cet univers. Notre corps n’est que de la matière animée à travers des sous-ensembles cellulaires, qui sont eux-mêmes animés à travers une logique moléculaire et atomique. Il est aberrant de concevoir la matière faisant partie de notre corps comme différente de celle du gâteau que je suis en train de manger. Une logique à chaque niveau assure la constitution du tout sous-jacent. On peut même concevoir que notre corps ne soit pas la limite de cette construction, et que nous soyons qu’une partie d’un regroupement d'ordre supérieur. Dans cette éventualité, il faudrait admettre que notre comportement est alors guidé par des règles qui nous sont supérieures. Peut-être que cette logique d’ordonnancement de l’information (la totalité du visible) abordée plus haut est un des aspects visibles de la forme supérieure potentielle. Nous sommes les géniteurs de nos cellules et leurs existences physiques sont inscrites dans les limites de notre corps physique. Nous ne sommes par contre pas les géniteurs de la matière, qui elle nous constitue. En réalité, la cellule souche est génitrice du corps tout entier, un corps qui n’est qu’une duplication différentiée de cette première cellule. Nous sommes encore dans une logique ou le tout est contenu dans la partie. Le corps est l’arbre déployé de cette première cellule, et la création d’un autre corps passera par la création d’une nouvelle cellule souche à travers deux individus, qui fusionneront leurs cellules en une nouvelle. On retrouve ici La Trinité où deux donne trois ; père, mère, enfant.

Ce corps qui vient de voir le jour va être ensuite soumis de fait à son environnement et à ses besoins. De base l’environnement va produire sur le corps des cycles simples comme le jour et la nuit, les saisons, les années, la vie (naissance, mort). Ces cycles ne sont pas que les éléments du calendrier, mais ils sont des réalités physiques vécues et ayant un impact réel sur le vivant.

 

La réalité des jours et des nuits nous proposent une logique de période de veille et de sommeil. Cette logique actuelle qui consiste à dormir la nuit et veiller le jour n’est pas une obligation, mais plutôt une facilité liée à la présence de lumière ou non. Il n’en est pas moins vrai que cette alternance de jour et de nuit provoque sur nous deux modes de fonctionnement physiologique très différent. Ce cycle est le plus proche de nous et le plus fréquent.

 

Les saisons se présentent à nous en France comme quatre périodes de l’année aux climats marqués. Ces quatre périodes sont ressenties par le corps et sont marquées dans le ciel par une modification des durées du jour et de la nuit. La nature tout entière vibre au rythme des saisons[119] .

 

Date et heure (UTC) des solstices et des équinoxes

Année

Équinoxe
de mars

Solstice
de juin

Équinoxe
de sept.

Solstice
de déc.

jour

heure

jour

heure

jour

heure

jour

heure

2009

20

11:43

21

05:45

22

21:18

21

17:46

2010

20

17:31

21

11:29

23

03:09

21

23:38

2011

20

23:20

21

17:16

23

09:04

22

05:29

2012

20

05:14

20

23:08

22

14:48

21

11:11

Référence : IMCCE
Institut de mécanique céleste de calcul des éphémérides.

 

Les quatre saisons

 

Il est évident que ce que nous appelons les saisons n’est pas une affabulation, mais une réalité vécue. En automne, une grande partie des arbres perdent leurs feuilles et les retrouvent au printemps…

 

La durée d’éclairage des plantes détermine leur cycle de pousse, il est possible de jouer avec ce paramètre pour faire varier la croissance des plantes, ou obtenir des floraisons différer. !

 

Les quatre saisons regroupées vont nous projeter dans une logique cyclique qui va faire apparaitre l’année. L’année est le point qui marque le renouvellement des quatre saisons et permet de voir croitre la nature. La vie de l’homme s’inscrit dans un nombre d’années variable, qui voit son nombre différé en fonction des individus. Notre société utilise l’année pour marquer différentes périodes de la vie, qui vont contenir des phases de développement de l’individu bien différentes. Ces phases de la vie des individus vont être variables et sont le fait de la tradition. L’unité de départ de cet ensemble cosmologique, si nous nous situons sur Terre, est le jour divisible en deux périodes, le jour et la nuit. Dans des temps plus anciens, le jour et la nuit étaient divisés en 12 heures[120] chacune de durée variable en fonction de l’époque de l’année.

 

Dans tous les cas, ce choix de division du temps qui passe a maintenant un impact évident sur notre rythme de vie et représente une logique de distribution d’énergie avec les heures de repas de travail, etc.…

 

La rotation de la Terre[121] sur elle-même et autour du Soleil est le principal générateur de ces cycles. Le Soleil n’est pas une lampe de poche qui clignote dans le ciel. La Terre tourne et provoque un ensemble de phénomènes gravitationnels locaux sur l’ensemble des individus de cette planète telle que la pesanteur. Nous sommes, de base, soumis à un ensemble de contraintes terrestre, notre corps à besoin d’une certaine chaleur, de nourriture, d’eau et d’air...

 

 

La Terre possède un satellite, la Lune[122] qui permet d’avoir un certain éclairage la nuit par réflexion de la lumière du Soleil et qui influence de façon certaine la vie sur Terre.

 

La Terre – La Lune

 

En réalité, les planètes[123] qui entourent le Soleil tournent autour dans le plan de la galaxie, ce plan nous donne à voir dans le ciel une sorte de couronne d’étoile qui éclaire nos nuits. 

 

 

L’ensemble de ces masses planétaires a de près ou de loin un impact sur notre environnement et par effet de bord sur nous. Nous sommes le résultat de cet ensemble d’éléments qui se présente à nous et nous impose ces énergies diverses.

 

L’être humain est inscrit dans le jour et la nuit, qui créer les saisons, qui créer l’année. Il subit durant ce cycle annuel les influences de la Lune et du Soleil ainsi que celles des planètes, qui tournent comme la Terre autour du Soleil, les marées[124] sont un exemple de ces influences visibles.

 

Mécanisme des marées

 

L’astronomie[125] est la science des influences planétaires sur l’homme et plus globalement la Terre. Cette science n’est pas considérée comme scientifique, mais existe depuis la nuit des temps. Cette science utilise la structure du ciel pour induire intuitivement des réponses à des questions, pour ce faire l’astronomie utilise des tables de correspondance et une logique symboliq[126]ue. L’homme s’inscrit aussi dans des structures archétypiques[127] déjà présentées ou rencontrées dans ces documents.

 

5.16.          Nous sommes inscrits dans le temps

Ici, une petite analyse peut être profitable. La semaine avec ses sept jours représente les planètes et les douze mois de l’année les signes du zodiaque. L’année représente le cycle de rotation de la Terre autour du Soleil et l’an zéro est celui de la naissance du Christ. Ce système de comptage est la base de notre système de mémorisation de toutes nos actions. On peut pousser le détail, avec les deux fois 12 heures par jour (le jour et la nuit), ainsi que les heures de 60 minutes , qui elles-mêmes font 60 secondes. Historiquement, la seconde est la fréquence de pulsation moyenne du cœur humain. On voit donc ici qu’il y a un lien caché (magique) entre nous et le Christ (Dieu)[128].

 

 

Cadran Solaire

 

De la même manière, il y a un lien entre mon emplacement actuel et les planètes dans le ciel, c’est mon horoscope du jour ou celui de ma naissance.

 

File:Flammarion with caption.jpg 

Universum — C. Flammarion, gravure sur bois, Paris 1888[129]

 

Je ne veux pas rentrer dans le symbolisme du corps humain, il existe une foule de documents autour de cette information.

 

Riches heures du duc du Berry[130]

 

File:12 houses of heaven.jpg

Thème astrologique fondé sur les douze maisons astrologiques (3x4), les signes associés et leurs planètes maîtresses. Manuscrit islandais du XVIIIe siècle[131].

5.17.  Les saisons[132]

Je me promenais avec ma femme derrière chez nous dans les bois, et une discussion de situation s’est développée…

En cette période de début d’année, les feuilles, des arbres du bois, sont tombées par terre et commencent leurs décompositions. Nous nous trouvons à marcher sur un chemin boueux, avec sur le côté des fossés remplis d’une eau noire…

Nous sommes couverts, et ressentons par le corps et l’esprit la saison qui s’impose à nous.

Nous avons passé le solstice d’hiver le 22 décembre et sommes maintenant rentrées dans cette période de repos et de dilution, décomposition, des parties « mortes », cette poussière retournant à la poussière.

La prochaine étape sera le retour de la vie, avec l’équinoxe du printemps aux alentours du 21 mars…

Nous avons un peu perdu de vue le côté tranché et signifiant de ces saisons, qui ponctue notre course autour du Soleil…

Cette cosmologie de la Terre avec sa course autour du Soleil accompagné par la Lune est pourtant une des choses qui s’impose à nous avec le plus de réalisme et de fidélité…

Cette cosmologie nous sert même de référentiel pour planifier le futur, parce que finalement c’est notre seule certitude, « après la pluie, le beau temps ».  

La durée journalière de ces périodes de jours et de nuit accompagne les saisons, et forme une sorte de sinusoïde.

Il existe, depuis que la Terre est Terre, « une suite logique d’événements signifiants », qui fait notre quotidien et qui s’impose à nous.

Nous sommes ici encore une fois non pas devant une observation basique des choses, mais devant le constat que nous sommes soumis à aux cycles des saisons.

Ces cycles des saisons ne sont pas uniquement des périodes de l’année qui se suivent dans un ordre connu, c’est aussi un protocole qui accompagne l’apparition et la disparition de la vie…

Non seulement nous sommes soumis par le corps au déroulé des saisons, mais en plus, les saisons rythment l’apparition des éléments nous permettant de répondre à nos besoins vitaux…

Cette période de l’année où je rédige ce document est marquée par la mise en sommeil de la végétation, ce qui veut dire que si je n’ai pas trouvé une méthode de conservation des aliments, je ne pourrais pas Honorer mon besoin vital, et je vais nourrir…

Chaque saison s’accompagne de particularité qui impacte l’ensemble du vivant sur la terre. Au cœur de l’hiver, l’eau dans certaines régions est gelée, la nourriture se fait rare…

Il y a donc un lien direct entre les saisons, notre corps et ses besoins vitaux…

À moins de posséder des méthodes et des technologies, il est obligatoire de suivre le rythme des saisons, qui nous impose à chaque épisode une nouvelle logique de survie.

Les saisons et leur implication sont des choses localisées à notre milieu, et sur la terre : il y a différentes l’attitudes et positions, qui permettent des cycles différents avec des décalages plus ou moins marqués.

À notre époque des transferts de bien au niveau global, nous pouvons trouver dans les commerces tout type d’aliments frais hors saison. Nous perdons alors peu à peu la logique qui nous lie au cycle des saisons. Nous sommes moins soumis, car il est possible d’honorer les besoins vitaux en possédant de l’argent et en achetant des denrées dans des magasins classiques à tout moment.

Cependant, le cycle des saisons est une réalité que nous ne pouvons que difficilement faire disparaitre. Nous sommes amenés à sortir dehors, et immanquablement nous serons confrontés aux rigueurs du climat propre aux saisons. 

Pour l’instant, l’ensemble des constatations qui viennent d’être énoncées semble concerner le corps et impacter l’accès aux éléments permettant d’honorer les besoins vitaux. Il est cependant évident que ces faits, qui s’imposent à nous avec plus ou moins de vigueur, touchent aussi notre raison qui doit composer avec pour trouver un moyen d’honorer les besoins vitaux.

Les saisons représentent pour l’esprit une sorte de schéma temporel avec des paramètres qui impacte notre raisonnement. Les saisons deviennent une structure mentale avec des paramètres imposés, ayant une logique liée à notre survie. Cette structure est donc d’une certaine manière une équation qui régit notre existence, elle est synchronisée avec une réalité extérieure qui devient, du fait du raisonnement qu’elle m’impose, une réalité intérieure.

Cette structure s’impose à nous de fait et elle est donc un fondement de notre logique de vie.

Nous avons différentes structures qui s’imposent à nous dans une logique de soumissions vitales, qui ont déjà été décrites dans ces écrits.

·         La structure de la source (1 — UN)

·         La structure de pulsation (2 – souffle vibration, inspire — expire)

·         La structure des besoins vitaux (4 physiologies, 5 avec la reproduction).

·         La structure cosmologique des saisons (4 – capacité d’accès).

·         La structure de codage de l’information (7 – environs — actions).

·         La structure cosmologique.

·         La structure des sens

·         La structure du corps

·        

Ces structures trouvent leur origine au niveau physique et impactent directement l’esprit, qui se doit de les intégrer pour assurer le bon fonctionnement du système.

L’intérêt de la structure des saisons c’est qu’elle décrit un cycle qui est en résonnance avec un ensemble de déroulé commun. En effet, on peut voir dans le cycle des saisons, l’inspire – expire du cycle de vie. On peut y voir les quatre éléments associés de manière symbolique avec les saisons.

En fait, le cycle des saisons représente un protocole où se déploie un cycle, avec une naissance, un apogée, un déclin, et une mort.

Il ne viendrait à personne l’idée qu’un arbre peut donner des fruits avant d’avoir fait des fleurs…

Notre raison est structurée grâce à ces faits qui s’imposent à nous. Du coup, on peut se demander, si des logiques plus subtiles ne suivent pas elles aussi ce déroulé, simplement par mimétisme ou LOI universelle, avec des ramifications plus profondes que le simple constat physique que nous en faisons ici.

Si l’on reprend un des cycles de base liés aux saisons, on peut décrire le cycle de pousse d’une graine. Cette description est sommaire et ne s’applique pas à l’ensemble des graines existantes, mais cela ne doit pas faire perdre de vue qu’il y a un cycle.

·         Elle tombe de l’arbre en automne

·         Elle passe l’hiver au cœur de la terre

·         Elle explose et sort de terre, pour se transformer en fleur au printemps

·         Elle est fécondée et se transforme en fruit qui la multiplie en été.

Ici, je parle d’une graine qui physiquement représente une semence. On peut collecter les graines d’une espèce à la saison, et les planter au moment voulu, pour que le cycle se réalise. Nous sommes dans le monde physique, le monde visible, le monde de la matière.

Si je me tourne vers le monde de l’esprit, une graine, une semence, va par analogie être quelque chose qui peut croitre. Par exemple, je peux faire une analogie entre une question et une graine. Je peux faire l’analogie suivante : « une question est quelque chose qui va croitre et qui contient en germe une réponse attendue comme un fruit. »

Nous ne sommes pas dans de la poésie, mais dans de l’analogie. Je possède la structure saisons avec ses caractéristiques. Dans cette structure "saisons" j’ai une sorte d’équation qui représente, qui modélise la croissance d’une plante, qui débute par la graine et va au fruit, qui refait une graine. Si je considère qu’une question est une sorte de graine pour l’esprit, alors mon « mental » peut par modélisation, par raison, appliquer l’équation de la structure "saisons", pour essayer de résoudre la question, pour qu’elle donne un fruit, qu’il y ait une émergence.

La question a comme terre l’esprit et elle pourra émerger de cette terre, pour croitre et donner une idée ou une réponse (le fruit).

Si j'utilise la modélisation de la structure saison, il me faudra pour répondre à la question passer par quatre étapes.

·         Mise en terre de la question

·         Maturation de la question

·         Explosion, émergence de chose en lien avec la question

·         Prise de conscience, réponse 

On est alors devant une sorte de processus Alchimique de transformation d’une graine en un fruit transposé à un autre niveau. Je pourrais aussi faire allusion au processus de transformation de façon plus générale et essayer d’appliquer la structure saisons à tous types de transformations.

Je ne dis pas que toute transformation par l’esprit, pour que la raison reste dans une certaine cohérence, doit faire apparaitre cette équation et les différentes étapes nécessaires à sa réalisation.

Depuis le début de ce chapitre, j’ai implicitement découpé le cycle annuel en quatre périodes pour correspondre aux saisons, mais il est certainement possible de trouver dans ce cycle annuel des équations de transformation de types différents, et qui intègrent un nombre d’étapes plus ou moins grand.

Différents auteurs ont essayé de représenter des cycles de transformation (initiatique) basée sur 8, 9 étapes ou plus, des cycles qui d’une certaine manière s’appuient sur les saisons et leurs étapes successives. Il faut noter que les quatre saisons sont de durées quasi égales avec pour chacune environs 3 mois, ce qui nous donne (3x4) 12 étapes annuelles, qui ont donné le zodiaque. Nous sommes dans des logiques interpénétrant le cycle de la Lune, du Soleil et des saisons, qui sont finalement tous associées dans le grand mouvement de notre cosmologie, dans lequel nous nous inscrivons à 100 %.

Les saisons ne sont pas une information ou une référence abstraite, simplement là pour nous permettre de nous repérer dans le calendrier. Non, les saisons sont un fait vécu par l’homme et son corps, qui impacte de manière directe sa relation à la nature. Nous, nous promenons rarement nue dans notre région en hiver. Les saisons sont des moments extrêmement concrets de notre existence, et elles étaient dans un temps plus ancien des périodes qui étaient attendues et fêtées. Le calendrier contient encore le déroulé des fêtes liées aux saisons et liées à l’homme par la force des choses.

Notre logique raisonnante est en vibration, en résonnance, avec le cycle des saisons, et elle utilise de manière quasi mathématique les équations contenues de fait dans cette structure de vie.

Nous ne sommes pas ici dans une logique scientifique, mais dans une logique analogique qui impacte la raison et donc notre raisonnement.

On peut remarquer que l’équation de pousse d’une graine répond aussi à la structure des besoins vitaux, en réalité nous sommes nous aussi une graine en croissance. Il faudra pour que la plante pousse durant le cycle lui fournir, de l’eau, de l’air, de la nourriture (terre) et du feu (Soleil). La structure "besoins vitaux" est incluse dans la structure "saisons".

En fait, on constate que la structure source déclenche la structure pulsation, qui déclenche la structure besoins vitaux, qui s’inscrit dans la structure saisons, qui se situe dans la structure suivante, etc.

Chaque nouvelle structure impose de nouvelles contraintes, qui créent alors une structure d’ordre supérieur.

Possédant la formule de transformation d’une graine en fruit, j’ai la capacité de me nourrir et donc d’honorer mes besoins vitaux. De la même manière possédant la formule de transformation d’une graine en fruit, je peux par la raison, la simple copie, l’extrapolation, la logique, la transcendance, la métaphore, l’analogie, essayer de résoudre des problèmes similaires situés dans d’autres domaines ou ordres. Finalement, j’essaie alors de ranger, d’ordonner, de classer, de gérer des situations en exploitant des modèles physiques fiables, sûrs, éprouvés, visibles, concrets.

Si la raison est fortement enracinée dans ces structures fonctionnelles de bases, qui font notre réalité quotidienne, il est même possible que certaines réalisations ne soient pas viables en dehors de l’équation, qui est alors une Vérité de fait. Une vérité pour l’esprit et l’univers… Chercher à réaliser une transformation ou un processus en dehors de la Vérité est alors du temps perdu, parce que voué à un échec certain.

Si je reviens sur le fronton de nos chères cathédrales, qui ont déjà fait l’objet de plusieurs chapitres dans ces documents, il est intéressant de noter que le fondement des images présentes au niveau du porche d’entrée représente justement les différentes étapes des saisons, tel que les vivaient nos anciens.

 

 

Partie basse du porche principal de la Cathédrale d’Amiens.

5.18.          Ordonnancement

On peut constater que l’ensemble des choses qui nous entourent et qui sont dans le visible, dans le conscient, s’inscrive dans une logique d’ordre permettant la classification. Cette classification est faite dans l’objectif de retrouver rapidement une chose cherchée ou tout simplement de se positionner par rapport aux autres choses. Nous sommes les champions du rangement, et à bien y regarder nous passons notre temps à classifier toute sorte de choses. En réalité, toutes nos actions et pensées sont sur le double regard du lieu et du temps. Toute notre logistique administrative est basée sur ces types de classifications. Nous avons classifié le vivant et l’espace. Tous ces éléments montrent que nous nous inscrivons de fait dans un système mémoriel à tous les niveaux de notre Être. J’irais même jusqu'à dire que nous ne sommes rien de concret sans mémoire. L’homme est mémoire, nous sommes une forme de mémoire qui s’est matérialisée. L’individu Ludovic n’est qu’une suite de souvenirs associés à un corps.

 

Avec un peu d’ouverture d’esprit et de poésie, on peut même dire que nous ne sommes que des vecteurs de cette mémoire, et qu’en réalité il y a la Mémoire qui EST, et la vie (donc nous), qui en sommes le substrat, qu’elle déploie pour exister. L’individu ne serait qu’une de ses cases de rangement, et le corps un employé modèle, qui modèle le monde dans sa logique : celle de la mémoire.  Les archétypes sont ici des formules de classification, d’ordonnancement, des données.

 

Dieu est la mémoire, et la nature, dont l’homme fait partie, un vecteur de sa diffusion (sauvegarde), l’ensemble formant ce que nous appelons la vie.

 

Dans ce schéma poétique, si l’homme est un vecteur de la mémoire (Dieu), alors il est construit selon un modèle lisible permettant le rappel. Étant un vecteur inscrit dans le système il est aussi interconnecté, lié à l’ensemble, et il a la possibilité d’atteindre l’ensemble des données. Nous savons que l’homme peut lire les informations qu’il a en lui, à travers cette invocation mémorielle de type magique décrite plus haut. Nous savons aussi que l’homme s’inscrit spatialement et temporellement dans un modèle « symbolique » (concret), qui lie l’univers tout entier.

 

Donc, avec cette logique poétique, l’homme devrait pouvoir connaitre l’univers par simple invocation, de la même manière que pour se rappeler un diner entre amis. La réponse pourra venir par la pensée, des idées, des intuitions, ou tout autre mécanisme mental, ou bien par m’importe quels autres vecteurs du système, en contact avec l’homme sous forme de signes. Logiquement : si je me pose des questions concernant ma vie, et donc si j'interroge ma mémoire, mon passé, les réponses sont de vers moi, à l’intérieur. Mais, si je me pose des questions d'ordres plus générales, les réponses peuvent venir de l’extérieure. Ceci peut expliquer simplement les hasards et synchronicités, qui restent de l’ordre du subjectif, du magique, tout comme les phénomènes de mémoire. De la même manière, nous classons l’ensemble des choses par des logiques de liens, d’arbres, de rangement basé sur des conteneurs, des emboitements de formes.

 

Techniquement, tout cela est un peu plus complexe. Il est évident que le simple accès à nos souvenirs n’est pas toujours facile, et que notre mémoire a malheureusement pas mal de défauts. Ce qu’apporte la lecture de l’ouvrage de France Yate, c’est la méthode utilisée par les Anciens pour mémoriser avec une certaine méthode les informations. Finalement, notre système mémoriel de base n’est pas très efficace et nous manquons de méthode. De plus, nous avons pris l’habitude de déporter notre information dans des éléments extérieurs, pour une meilleure diffusion et une sauvegarde de l’intégrité du contenu. La mémoire et son utilisation sont un Art qui s’apprend. Nous utilisons cet art de façon naturelle, empirique, par copie, un peu à l’image d’un singe savant. Notre capacité à exploiter notre mémoire est donc limitée à nos besoins directs.

 

Mais, théoriquement, nous sommes une partie du tout et nous avons la capacité d’invoquer, malheureusement cela n’est pas toujours très efficace. Une autre stratégie apportée par la mémoire artificielle des Anciens est l’utilisation des logiques propres à la mémoire, à savoir, l’ordre, l’indexation, et le lien entre les choses. En fait, toutes les ruses que nous déployons déjà au quotidien, pour faire face à notre manque de mémoire. Toutes les techniques, qui ont été mises aux points depuis le commencement des temps, pour stocker et diffuser de l’information utilisent les mêmes fondamentaux. 

 

Techniquement si je cherche une information dans le monde visible, le réel, par exemple la date de naissance de Victor-Hugo, je sais qu’elle est le point de départ de ma recherche, et comment, de lien en lien, trouver la réponse.

 

Méthode 0 :

 

 

  Méthode 1 :

 

 

Méthode 2 :

 

 

Méthode 3 :

 

 

Enfin bref, on peut constater que la méthode est presque toujours la même, j’ai un point de départ, et de lien en lien je vais trouver la réponse. Si je n’ai pas de point de départ, il va falloir en trouver un, cependant, dans tous les cas, je suis toujours le point de départ. Ensuite, la logique est un cheminement, de lien en lien, qui va du grand vers le petit, ou du petit vers le grand. Plus ma mémoire sera ordonnée, et plus j’aurais de facilité pour retrouver mécaniquement une information.

Dans le monde physique, la magie de la mémoire que nous pouvons constater avec nos souvenirs, qui apparaissent de façon chaotique, est remplacée par des techniques « scientifiques ».

Il faut tout de même constater que l’ensemble de notre vie, et de la vie de l’humanité, nature incluse, s’inscrit dans un système ordonné par des cycles et des niveaux d’imbrication, qui vont du macrocosme[133] au microcosme[134]. Nos vies, ainsi que la vie dans sa totalité, s’inscrivent dans l’espace et le temps, ce qui veut dire que toute la mémoire du monde est déjà ordonnée. Si j’ai les manettes de l’espace et du temps, je suis capable de visionner l’ensemble de la mémoire de l’univers. Il est possible de faire des liens entre toutes choses puisque toute chose s’inscrit dans un système ordonné. L’analyse du fonctionnement de notre mémoire nous montre que des liens existent entre les choses pour permettre de retrouver l’information. À l’échelle humaine, il est facile de constater que la mémoire des choses n’est pas stockée dans une logique temporelle, un souvenir d’un événement ayant eu lieu il y a 10 ans revient en mémoire instantanément. Il est facile de constater que les souvenirs sont plutôt rangés dans des logiques de liens associés à des critères. On retrouve ici les notions de correspondances, d’analogies[135] , de métaphores. La pratique analytique montre bien les techniques utilisées par le rêve, pour lier l’information et fournir un sens, en utilisant des symboles, des analogies, des correspondances, etc.… Mais le rêve n’est finalement qu’un travail de mémoire.

 

Les anciens ont montré qu’il était possible de créer en nous une mémoire artificielle basée sur des principes simples.

 

·         Il faut un lieu de stockage ordonné.

·         Des références placées dans le lieu ordonné.

·         Un sens ou une chose associée à la référence.

 

Donc, le pratiquant doit mémoriser un lieu de stockage ordonné, par exemple l’enchainement de salles d’un bâtiment public. Il peut mémoriser un temple et l’enchainement de ses pièces, ou bien une structure imaginaire de son choix. Il y a certaines règles à respecter pour une meilleure efficacité.

 

Une fois les lieux ordonnés mémorisés, il faut disposer d’un lot d’images stimulantes elles aussi mémorisées. Ces images seront placées mentalement dans les salles ordonnées des lieux mémorisés. Les choses à mémoriser seront ensuite simplement associées aux images placées dans les salles ordonnées du lieu.

 

Ce lieu sera appelé le temple intérieur du pratiquant qu’il devra construire aux dimensions de ces besoins avec une collection d’images suffisante. 

 

Tout l’art consiste à associer les images aux choses à mémoriser, et de les placer mentalement dans les salles de façon ordonnée. Une fois cette opération réalisée, le simple rappel mental des lieux et des images, fait revenir (magie de la mémoire) les choses qu’elles contiennent. L’art est si puissant qu’il est possible de mémoriser des listes énormes de choses, qui pourront être rappelées dans n’importe quel ordre. (Voir la lecture du livre).

 

Ce qui est amusant c’est que sans le savoir nous utilisons déjà ce système de mémoire à longueur de temps. J’ai pris quelques photos de ma cuisine et de mon salon pour imager mon propos.

 

 

Ce coin de cuisine sert depuis des années à accueillir les bouchons, et autres éléments du tri sélectif.

 

On remarquera l’assemblage ;

 

Plateau -> planche -> objets

Ici le coin : produit vaisselle lave-main.

 

On remarquera l’assemblage : Plateau -> planche -> bouteille.

 

Le coin : graine pour le pain.

 

On remarquera l’assemblage : Plateau -> planche -> bocaux -> graines.

 

Le coin : légumes bouteilles.

Le coin : fruits, qui sont devant un coin statuettes.

 

On remarquera encore une fois les logiques : Plateaux -> mouchoir -> coupe -> fruits.

 

J’ai pris des photos de choses basiques, pour bien faire ressortir le fait que nous organisons tout notre environnement dans une logique mémorielle. En fait, nous sommes inscrits dans ces logiques mnémoniques sans nous en rendre compte. Nous organisons l’extérieur, le monde matériel à la façon de notre système mémoriel intérieur.

 

Si l’on regarde le coin bouchon de ma cuisine avec un certain recul, on peut voir que cela est finalement très bizarre. Des bouchons, dans une caissette, sur un plateau, sur mon meuble de cuisine !! Si vous venez chez moi, vous trouverez peut-être cela bizarre. Mais pour moi et l’ensemble de ma famille, cela est logique et c’est bien la place où nous mettons les bouchons ! Et tout va bien. Cela répond à une logique, qui fait que finalement ce fouillis n’en est pas un. Nous avons dédié, « sacralisé », ce coin de cuisine, c’est la case de mémoire extérieur où nous plaçons ces bouchons. Si je veux ranger d’autres bouchons, ils iront là. C’est leur place !! Ce n’est en réalité qu’une convention mémorielle.

 

Mais cette opération de mémorisation de type mnémonique doit pouvoir marcher dans l’autre sens. Sans le savoir, nous avons déjà un ordonnancement naturel des informations, à savoir l’espace et le temps, qui est de fait notre logique de vie. Nous avons vu que nous étions nous même un sous-ensemble de cet ordonnancement. Nous sommes de fait une partie de l’information globale et nous pouvons l’interroger. Certains auteurs ont donc essayé de construire des structures de mémorisation reproduisant l’univers, pour pouvoir posséder l’ensemble des liens possible devant cacher les choses. Si nous sommes devant un lieu de mémoire représentant spatialement l’univers et qui utilise les images de l’univers, alors le sens de l’univers doit nous être révélé. Il suffit alors d’avoir une question, et en partant d’un point X d’aller, ou de ce laissé guidé, par magie vers la réponse. Qui dit avoir accès à la mémoire de l’univers, dit avoir la connaissance du tout, d’être le tout. Cette structure ne doit pas être externe, mais interne de façon à atteindre en passant par notre mémoire interne la Mémoire universelle. Il faut construire un temple de mémoire intérieur capable de créer des liens avec les couches hautes de notre psyché et l’univers.

Giordano Bruno

 

Cet art, Giordano Bruno[136] le porte à son apothéose. Associant aux architectures et aux images de Camillo « la géométrie mystique et cosmologique de Raymond Lulle », savant du Moyen Âge, il « attelle le monde intérieur de l'imagination aux étoiles » et reproduit « le monde céleste à l'intérieur de l'homme ». La mémoire magique sort de leur chaos les images archétypales de la conscience et offre, en les organisant, une faculté divine à l'homme. Celui-ci rejoint Dieu en recréant le monde. Telle est la grande métamorphose de l'art de la mémoire, « devenu l'outil qui sert à former la Psyché d'un mystique ou d'un Mage inspiré par Hermès ». Il fait partie d'un culte initiatique et constitue la tentative prométhéenne de mémoriser l'univers tout entier grâce à la série des correspondances et des associations, unifiées par le système céleste. Mais le problème essentiel reste pour Bruno « l'organisation de la psyché au moyen de l'imagination ». Il englobe ainsi l'esprit même de la renaissance.

 

 

5.18.1.   Le lieu symbolique[137]

Voici un exemple tiré d’une conversation réalisée avec un intervenant durant la période de rédaction de ces documents, qui peut fournir un certain éclairage à ces propos. L’histoire racontée ici a été volontairement simplifiée pour ne pas contenir d’informations trop personnelles pour son auteur. 

 

Une personne avec qui je discutais de cette cohérence qui nous entoure m’a raconté une anecdote de sa vie, qui éclaire de façon intéressante ces différents propos. Je reproduis ici cette anecdote qui me semble pertinente, et très profonde en termes de vécu.

 

À une époque de sa vie, cette personne était sujette à la prise de drogue, un jour elle s’est retrouvée dans son jardin avec une pelle et elle s’est mise à creuser un trou carré. Après un petit moment de terrassement, elle s’est aperçue qu’elle était elle-même dans ce trou, avec une pelle à la main en train de creuser. Une prise de conscience a eu lieu, et elle a compris qu’elle était en train de creuser sa tombe. Elle a alors eu comme réaction, pour sortir de ce « trip », de faire une pointe sur un des côtés de ce trou carré. Du coup, le trou avait une forme de bateau, et cette personne a pu sortir de cette situation, et d'une certaine manière a été guérie. (Guérir c’est gagner la guerre)

 

Cette anecdote montre bien l’aspect métaphorique de nos actes, ou une simple action réalisée de façon anodine peut très bien cacher en réalité un mode de fonctionnement autre que sa réalité apparente. Nous ne sommes pas en général sous l’emprise de drogue, et il nous est alors difficile de faire la part des choses entre un acte banal et un acte symbolique. Nous ne prêtons pas attention au sens caché de nos actions.

 

Pour donner suite aux différents chapitres précédents sur la cohérence, je pense que cette anecdote, qui peut être vue comme un rêve éveillé, révèle aussi la structure de cohérence décrite plus haut. En effet, on voit ici que le sujet se situe, s’inscrit, dans un décor qu’il a lui-même choisi, et qu'il créer pour mettre en scène de façon symbolique son psychodrame. Il est d’ailleurs lui-même l’auteur de la solution symbolique finale.

 


 

On retrouve 5 niveaux d’emboitements déjà décrits :

 

Attention : Les commentaires ne sont qu’une interprétation personnelle, et non rien à voir avec une analyse psychologique de cette personne. Le lien avec des cartes du Tarot est une simple idée qui passait par là, alors je l’ai mise dans les cases.

 

 

Niveaux

 

 

Détails

 

Commentaires

 

Cadre /état

 

 

Sous l’emprise de la drogue

 

Le sujet est dans un état proche du rêve

 

Lieu

 

Le jardin

 

Symboliquement, une partie inconsciente de l’être qu’il faut défricher, entretenir.

Le jardin est un lieu inclus dans le lieu habitat, on a ici comme décrit plus haut une notion fractale. La tombe qui est creuse est elle-même un sous-ensemble de type fractal. Le trou est une réduction de lieu, qui va circonscrire le sujet à sa plus stricte surface, le lieu final, celui du corps après la mort.

 

 

Signes

 

La pelle

Le trou carré

Le sujet

La terre

 

L’ensemble forme un méta signe composite.

 

Ici, une tombe, la mort, par « auto réalisation. », le sujet est l’acteur du méta signe, il est ce méta signe. Il se donne lui-même la mort.

 

Carte XIII : la mort

 

 

Message

 

Je suis dans une situation bizarre, Je creuse ma tombe

 

En langue des oiseaux, la pelle peut vouloir dire « L’appel ».

 

Ce message est compris par le sujet, les éléments des couches inférieures lui font prendre conscience du message. Message qui se révèle, car il est mis en scène par le sujet lui-même. Il est le peintre dans son tableau s’utilisant lui-même comme peinture pour réaliser sa toile.

 

Carte XX le jugement

 

 

Action

 

Je transforme ma tombe en bateau.

 

La pelle devient alors un mât (le fou), le corps des voiles (mettre les voiles), il peut partir (se sauver). Il passe de terre à eau, il devient fluide, il est sauvé.

 

Carte sans numéro (hors-jeu / je) : le fou

 

 

Nous sommes en permanence dans le faire, utilisant le décor pour donner du sens à nos problématiques internes du moment. Ici, le sujet comprend que son acte est symbolique, et réalise une sorte d’exorcisme en modifiant l’acte lui-même. Il trouve une porte de sortie, ce faisant il modifie une structure interne morbide. Il vient symboliquement et réellement de résoudre une situation conflictuelle, une forme de psycho magie.

 

Je m’inscris en permanence dans un décor rempli de signes, qui me permettent d’exprimer mes problématiques inconscientes. Je suis donc en permanence de façon subtile dans des psychodrames divers. Chaque nouveau décor ou situation est un nouveau prétexte, pour rejouer un scénario faisant écho à un blocage, un déséquilibre. Ce scénario va évoluer en fonction du décor, et de la situation du moment, il pourra ainsi peut-être être résolu, ou modifié par cette nouvelle adaptation. Ce processus de résolution sera cependant la plupart du temps réalisé de façon inconsciente et symbolique. Le sujet n’aura pas conscience qu’il utilise le décor et la situation, pour résoudre des blocages remontant peut-être à l’enfance, voir avant. Le décor et les situations peuvent alors être vus comme des schémas symboliques, où les niveaux de cohérences peuvent nous permettre de décortiquer la situation, pour essayer de résoudre symboliquement les blocages. Les symboles de base sont peu nombreux, et correspondent à des énergies, qu'il va falloir détecter pour comprendre la structure qui est en place pour l’esprit de l’individu dans le lieu présent. On peut aussi réaliser des lieux symboliques permettant de placer l’individu de fait dans une structure correspondant à un but universel souhaité. En fonction du vécu de l’individu et de ses structures internes, nous aurons ou non le résultat souhaité. Dans le cas de symbolisme universel, une décoration / situation bien réalisée devra mettre de façon systématique l’individu dans un état souhaité.

 

 

Ici, j’ai pris l’exemple d’un temple maçonnique,[138] mais une cathédrale, une école, une mairie, un terrain de foot, ou tout autre lieu public aurait fait l’affaire.

5.18.2.   S’inscrire pour se réécrire[139]

J’ai plusieurs fois écrit des commentaires ou des allusions sur le fait de s’inscrire ou d’être inscrit dans le décor. Il y a une histoire de lecture et d’écriture de mon corps, de mes idées et de mon mental dans mon environnement. La lecture du décor passant à travers l’ensemble de mes structures internes aux niveaux physique ou psychique. Les structures étant vues analogiquement, symboliquement, métaphoriquement. Procédant à une lecture du décor, je vais rechercher (inconsciemment ou consciemment) des structures "psychos symboliques" me correspondant. La reconnaissance de ces structures va me permettre de reconnaitre, de comprendre le décor, de le nommer, d’interagir avec lui. Je vais rechercher des structures, avec une logique directe, analogique, métaphorique, ce qui fait qu’un ensemble de formes présentes dans le décor, reconnu comme étant des signes, vont pouvoir représenter des métas structures. Au niveau conscient, je vais mettre des étiquettes sur l’ensemble des formes, des métas étiquettes sur les assemblages de forme, des étiquettes abstraites sur des non-formes issues des formes, des étiquettes concepts sur des abstractions.  Les étiquettes sont tout simplement des mots du langage ou des formes pensées. Au niveau inconscient je vais faire la même chose, mais sans m’en rendre compte, les structures étant de type archétypal, symbolique, caché, refoulé, il n’y aura pas forcement de formulation de pensée. À partir du moment où je reconnais une structure, quelle qu'elle soit, je m’inscris alors dedans et je suis de fait un élément de cette structure. Si la structure est vue (lue) de façon inconsciente, alors de la même manière, je m’inscris dedans et j’incarne un élément de cette structure. Incarnant un élément d’une structure je deviens de fait cet élément, de façon analogique, métaphorique ou directe. Le mécanisme est partagé par l’ensemble des intervenants d’une relation, ce qui met les intervenants dans une sorte de psychodrame, qui peut frôler le jeu de scène, la pièce de théâtre.  La chose devient plus subtile lorsque la lecture des formes est réalisée à des niveaux différents de ceux où se trouve l’individu. Par exemple, la vue d’une image porteuse de sens, à travers sa lecture, peut placer l’individu dans une structure parentale conflictuelle, où il va se placer pour s’inscrire, dans l’idée de résoudre ce conflit.  Regardant l’image, l’individu sera d’une certaine manière transporté dans la structure, et il s’inscrira mentalement en tant que représentant de sa famille. L’image étant statique il ne pourra pas entrer en relation avec elle de façon parlée, il y a alors la possibilité qu’apparaissent des souvenirs ou des pensées, qui vont lui permettre de se "formuler", pour s’inscrire dans le psychodrame virtuel. Si le conflit à résoudre est important, il est fort probable qu’une rêvasserie exprimant le conflit prenne naissance dans l’esprit de l’individu.  L’être va essayer de résoudre un déséquilibre interne en s’inscrivant dans un psychodrame (rêvasserie) généré par la lecture de l’image. L’image a permis la projection inconsciente de la structure conflictuelle dans le conscient, pour qu’un psychodrame apparaisse. Ce psychodrame va permettre de façon inconsciente à l’individu d’essayer de résoudre (une nouvelle fois) un déséquilibre interne. Le problème est que nous passons énormément de temps à rejouer des structures, qui ne sont pas solvables directement par ce processus. Nous tournons en rond, dans le jeu inconscient des structures insolvables.

Certaines thérapies comme la « constellation familiale » proposent à travers une sorte de psychodrame de groupe de faire apparaitre des structures familiales, qui pourront être résolues par modification en direct (à travers le processus du psychodrame) de la structure. La structure sera rééquilibrée directement par l’individu et le groupe à travers la méthode. Le processus va permettre à l’individu de « lire » par son corps (en live, par le principe décrit plus haut) une structure rééquilibrée. Lisant, intégrant, une structure rééquilibrée et ayant participé à la restructuration de la structure à travers le jeu des intervenants du groupe il a réellement modifié la structure interne, qui dorénavant ne pourra plus s’exprimer comme un déséquilibre. Le système central n’est plus à la recherche inconsciente (permanente) d’une structure analogique pour résoudre l’équilibre.

De la même manière, les pratiques des sorciers montrent que le point important d’une résolution de problème est de réussir à faire sortir de l’individu une forme qui pourra symboliser le problème. Il faut pouvoir faire apparaitre une forme (objet, personne…) qui soit l’image de la structure générant le déséquilibre.  Une fois le déséquilibre nommé, même analogiquement, métaphoriquement, il est devenu une projection du problème, un reflet de la partie de l’Âme qui est en souffrance, déséquilibré. Le praticien va alors pouvoir travailler sur cette image, qui va assurer un lien entre les intervenants, le mal va pouvoir être traité à travers le traitement de l’image. Il y a un lien pour le patient entre la forme (image) considérée comme la source du problème et le problème réel, problème incrusté dans l’esprit du patient.

Le problème réel ne sera peut-être jamais nommé ou connu, tout peut se dérouler à un niveau symbolique, analogique ou métaphorique.

 

Si l’on revient au titre de ce chapitre, on peut se poser la question de l’inscription. Pour pouvoir s’inscrire, il faut écrire et pour écrire il faut un support. Si je veux écrire un texte, il me faut de l’encre et du papier. Ici pour se faire comprendre de l’autre il va falloir s’inscrire, pour qu’il puise nous lire. Le papier est alors, lors d’une relation directe, le décor ou le lieu, où se trouvent les intervenants, l’encre est l’individu lui-même. Toutes les prestations de l’individu deviennent alors une forme de langage verbale et non verbale, une encre vivante, traçant des signes à un niveau conscient et inconscient.  La finalité de l’ensemble étant plutôt placée au niveau inconscient que conscient, il y aura toujours propos à essayer de résoudre une structure interne en conflit. L’individu sera donc en général toujours dans un psychodrame, un rêve éveillé.

 

Les structures naturelles sont finalement des choses pour la plupart connues, il y en a plusieurs qui ont été décrits dans les chapitres précédents. Dans la thérapie de « constellation familiale », l’individu travaille sur la structure familiale. Si l’on reprend les quatre besoins vitaux référencés dans les chapitres précédents, on peut imaginer l'existence d'un rapport, qui forme lui aussi une structure. Les structures sont emboitées et le fait d’apporter une modification sur une structure racine aura logiquement un impact sur l’ensemble des structures filles. Si je créer une représentation symbolique d’une structure racine, je vais toucher l’ensemble des individus qui la verront. Si par un processus spécifique, je permets à l’individu de s’approprier ma représentation et que je réalise un travail d’harmonisation de la structure avec ma représentation, je vais certainement agir sur la représentation de cette structure dans l’Âme de l’individu. Ce travail peut être réalisé à travers un texte ou une chanson, qui serait écoutée par l’individu. La lecture ou l’écoute du texte mettra l’individu dans un mode lecture, la structure étant universelle elle sera reconnue inconsciemment, le déroulé du texte (suivit par l’individu) va harmoniser sa structure, et du coup l’individu lui-même (il va se sentir bien).

Une chanson peut dans certains cas nous donner un sentiment de plaisir, de soulagement, de bien-être, etc.

Il faut que l’individu se reconnaisse dans la chose présentée, pour qu’il puise en faire la lecture, se projeter dedans, et subir (d’une certaine manière) le déroulé qui a été prévu (une sorte d’hypnose).

 

·         Présentation d’une structure (support – livre – champ — image — spectacle…)

·         Lecture de la structure (acte de l’individu conscient ou inconscient)

·         Reconnaissance de la structure (résonnance interne — émotionnelle)

·         Projection dans la structure (identification – prise d’un rôle)

·         Modification de la structure (apport d’un déroulé — cheminement)

·         Nouvelle structuration (apport d’une solution)

·         Résolution (happy end)

 

5.19.  Liens mémoriels[140]

L’ouvrage de France Yate présente l’histoire des techniques classiques de la mnémonique antique. Elle montre que les anciens avaient compris un des modes de fonctionnement de la mémoire, ce qui leur a permis de reproduire en eux une nouvelle mémoire dite mémoire artificielle. 

Ce travail présente une sorte de magie, une magie présente dans l’homme et dont tout le monde peut faire usage. Plus précisément, il y a de la magie dans l’homme et cette magie nous accompagne à longueur de journée et de temps. Cette magie, ce mystère, c’est la mémoire et son usage, son fonctionnement. En effet, la survenue dans ma conscience d’un souvenir n’est liée à aucune pratique stricte et est de l’ordre du subjectif. En réalité, j’invoque ma mémoire. Je suis obligé de faire un acte magique pour obtenir de l’information par le biais de ma mémoire. La science s’est énormément penchée sur le fonctionnement de la mémoire et elle en a défini différents types. Si j’invoque ma mémoire courte, je vais facilement obtenir l’information. Mais quel que soit le type de mémoire à laquelle je vais faire appel, j’invoquerais, tout comme on fait une prière à un Dieu. Je ne suis pas sûr du résultat de mon invocation, l’utilisation de ma mémoire n’est pas fiable, c’est une sorte de magie ou le résultat est aléatoire. Concernant la mémoire et son usage nous savons qu’il existe des magiciens meilleurs que les autres, qui n’a pas dans ses relations un magicien de la mémoire : la tante machin, le cousin bidule, capable de se souvenir dans les moindres détails d'événements divers.

 

La dernière phrase que j’ai écrite est une pratique magique, et peut-être que vous avez eu une apparition (souvenir) dans votre esprit. Ma magie peut donc agir sur les autres à travers un simple écrit ou une simple phrase. En réalité, lorsqu’on nous parle nous essayons de relier les propos de l’autre avec des souvenirs, nous avons besoin de classifier les propos de l’autre à travers la grille de nos souvenirs, de relier des propos extérieurs avec des souvenirs personnels.

 

 

Nous avons là quatre niveaux de gestion de base possible.

 

 

Si une nouvelle information vient bousculer la grille de lecture existante (souvenir, mémoire), il y aura alors un déséquilibre (balance) des référentiels internes, qui devront s’adapter. Dans tous les cas, un doute sur la structure interne sera posé, et l’inconscient comme le conscient travailleront à sa résolution. En fait, dans tous les cas un nouveau lien sera fait avec cette information à la suite de celle déjà liée. Il est facile d’observer ces mécanismes qui font notre quotidien. Il est plus difficile de remarquer qu’en réalité toutes nos actions ou presque s’inscrivent dans cette logique. J’irais même jusqu'à prétendre que notre rapport au monde et la vie sont construits sur ce modèle. Le modèle dont je parle est celui « d’images » issues de notre mémoire reliées entre elles dans une logique associative. Une sorte de toiles d’araignée où les nœuds représentent les images et les fils les liens existant entre ces images. La toile d’araignée n’est pas forcément le bon modèle puisque ces liens sont de nature multidimensionnelle (3D ou plus), mais le mot Américain WEB, qui nous renvoie à la toile de l’araignée (the spider web of), nous donne un modèle qui nous permet de matérialiser dans le conscient cette chose.

 

En y regardant de plus près et pour étayer mon propos, je vais fournir un certain nombre d’exemples, qui devraient éveiller en vous l’ampleur de la chose.

 

Système où les liens sont cachés :

 

 

 

 

 

 

 

Système où les liens sont ordonnés :

 

Un arbre[141] présente un tronc, qui accueille des branches, avec en fin des feuilles, ou des fleurs/fruits.

 

Monde végétal[142]

 

 

 

Un minéral est souvent organisé dans une logique de réseau cristallin[143].

Monde minéral[144]

 

 

Ordonnancement des systèmes humains :

 

Le système postal et bien d’autres, s’appuient sur une structure de type arbre où des liens sont tissés, ordonnés, de la manière suivante. Sans parler des timbres que l’on colle sur les enveloppes qui sont des rappels mémoriels, des commémorations.

 

 

Pays -> ville -> rue (quartier, résidence...) -> numéro -> nom (facultatif).

 

Ce système inclut des images et des règles pour réglementer l’usage des voies de communication. Le sens de ces images est défini dans le Code de la route.

 

 

Lorsque je vais faire mes courses,[145] je rentre dans un lieu, où il y a des rayons, qui contiennent des marchandises, logiquement classées.

           

 

Allées, rayons, produits[146]

 

Lorsque je rentre chez moi, je passe par la porte d’entrée et j’ai un réseau de liens entre les pièces. Les pièces sont nommées (salon, cuisine, chambre…) et chaque pièce contient des lieux de rangement, etc.

 

            Portail, jardin, entrée, vestibule, salons, chambre, armoire, tiroir, boite à bidules.

 

White House — USA[147]

 

Je vais à la bibliothèque[148] de mon quartier et je retrouve une logique proche de celle d’une grande surface. Logique qui me permettra de trouver ce que je cherche.

 

            Livres adultes, rayons, étagères, livres, pages, chapitres, phrases, mots, lettres.

 

Bibliothèque Nationale[149]

 

Une biographie est un texte qui fournit une logique ordonnée de l’histoire (la mémoire), d’un tiers.

 

Lorsque je rentre dans une église, logiquement l’autel sera toujours au même endroit ainsi que l’ensemble des symboles qui font de ce lieu un lieu sacré, de plus c’est « un lieu de mémoires » et de recueillement.

 

Si je rentre dans un cimetière,[150] je vais retrouver ici aussi un ordonnancement pour pouvoir retrouver une tombe.

 

 

Avec le « Word Wide Web[151] » où le lien est la base même du système, nous sommes très proches d’une sorte de mémoire universelle externalisée.

 

 

 

L’ensemble de la planète est découpé en pays/territoire[152] puis en région, en département, en ville, etc. chaque parcelle appartient à quelqu’un, ce qui fait que l’espace est organisé de l’homme vers la Terre puis l’espace. Mon corps peu ainsi est situé avec précision dans l’espace. Je suis en Seine-et-Marne (77) département français.

 

Sans vraiment m’en rendre compte, je suis aussi inscrit dans le temps[153]. Je suis ici aujourd’hui samedi, dans une semaine, qui, elle-même est inscrite dans un mois d’une année. Nous sommes le samedi 13 mars 2010 et je suis né le 23 juillet 1959 à Briare dans le Loiret (45), en France, sur Terre.

 

Étymologie

Le mot calendrier dérive du latin calendae, « qui sont appelées », du verbe calare (« appeler »). Les calendes désignaient chez les Romains le premier jour du mois qui était le début de la nouvelle Lune et les jours étaient comptés à l’envers à partir des calendes, des nones, cinquième ou septième jour du mois, des ides, treizième ou quinzième jour du mois. Ce jour-là, les pontifes annonçaient la date des fêtes mobiles du mois suivant et les débiteurs devaient payer leurs dettes inscrites dans les calendaria (« livres de comptes »).

 

Unités du calendrier : Tous les calendriers historiques sont basés sur des unités naturelles de durée définies par des phénomènes astronomiques.

 

Mon corps lui-même est structuré de façon identique à l’ensemble des humains. Mon corps est la représentation, la mémoire de mon espèce, qui répond à des règles médicales et symboliques bien précises[154].

 

Les Réseaux de Milgram démontrent que la population est maillée à l’image d’un réseau informatique, et que la profondeur du maillage est seulement de 6 niveaux[155].

 

Réseau de Milgram

 

 

Alphabet Grec

 

Plus subtil et pourtant énorme, le langage est un système de mémoire organisé. Les lettres qui forment l’alphabet[156] représentent des concepts concernant les origines de la vie. Ces lettres forment des syllabes, elles-mêmes forment des mots (les choses), qu’il est possible d’ordonner, pour donner un sens. La kabbale et l’alphabet hébreu sont construits sur cette logique. L’étude de la langue des oiseaux[157] permet de mieux comprendre mon propos.

 

Il est possible de continuer la liste de ces systèmes de mémoire à l’infinie, tout peut être considéré comme étant un système mémoriel.

 

5.20.  Structures mémorielles[158]

Les différents systèmes en forme de roue cosmique présentée dans les différents environnements, ésotériques, exotériques, spirituels, cherchent tous la même chose, à savoir : ordonner le temps qui se présente au niveau de la nature et donc de l’esprit humain sous la forme de cycle. C’est en réalité des temples de mémoires où les éléments récurrents du quotidien servent de point d’appui, de lieux, de structures mémorielles. Notre problème est simple, si nous ne mémorisons pas les événements ils n’existent pas. Plus simplement, si nous ne mémorisons pas, nous n’existons pas. Du coup, nous devons intégrer une stratégie pour nous permettre une mémorisation de notre événementiel, au sens large. Cette stratégie va s’appliquer au niveau de l’individu et au niveau de la société. En fait, ces stratégies vont s’appliquer à tous les niveaux de l’existant.

 

L’humain constate que la nature évolue à travers une logique de cycles, qui dépendent du lieu où il se trouve. Ces cycles sont le quotidien dans lequel il s’inscrit. Un premier constat est l’alternance du jour et de la nuit où l’acteur principal est le Soleil. Le Soleil apparait et disparait à l’horizon, provoquant l’apparition ou la disparition de la chaleur et de la lumière. Une sphère dans le ciel, la Lune, devient pleinement visible lorsque le Soleil disparait. Cette sphère se déplace dans le ciel et en fonction de cycles récurrents elle change de forme, elle est dite : pleine, en croissants, absente. Durant la nuit, des points fixes lumineux, les étoiles, apparaissent dans le ciel, d’autres points mouvants, les planètes se déplacent au milieu des points fixes.

 

L’ensemble de ces phénomènes visibles de tous a l’air d’avoir un lien avec la nature et ses cycles. Des correspondances sont faciles à voir et à faire, les saisons sont facilement différentiables et semble être synchronisé avec les mouvements planétaires. Dans notre hémisphère, on constate quatre périodes, l’hiver, le printemps, l’été, l’automne. Ces périodes sont un découpage réalisé par l’humain, mais elles sont aussi repérables physiquement avec les solstices et les équinoxes.

 

Rapidement, ces phénomènes vécus sont cartographiés, et ils permettent d’ordonner par une logique de correspondance l’ensemble des événements cycliques de notre univers (notre vie sur cette Terre). Tous n’étant que l'expression de cycle, rapidement des correspondances sont établies entre les différents niveaux de la vie au sens large. Des points fixes sont identifiés, comme les solstices, les équinoxes, les cycles de la Lune, les saisons, etc.   On constate que certaines périodes sont propices à certaines réalisations ou opérations, et des repères commencent à être notés.

 

Ces points de repère permettent dans un premier temps de quantifier le temps, et ils permettent de prédire des périodes, pour faire ou refaire des choses aux meilleurs moments. Des événements, dits historiques, peuvent être associés aux mouvements cartographiés et mémorisés pour les générations futures. De plus, certaines constatations font apparaitre des événements eux-mêmes cycliques, qui permettent de consolider la logique de cartographie du temps. Les marées[159] sont par exemple en phase avec la position de la Lune par apport au Soleil.

L’homme a cherché dès les périodes les plus reculées à maitriser ces techniques mémorielles, pour être le maitre des cycles, le maitre du temps.

 

Les calendriers évoqués ici et là depuis la nuit des temps présentent tous plus ou moins la même chose, à savoir : les 12 mois lunaires, qui ont rythmé, et qui rythme encore, la vie de l’humanité. L’histoire de ces calendriers contient des variantes sur la durée des mois, la façon de découper les décans, le calcul des heures du jour, etc. Mais le but est toujours le même : quantifier le temps pour pouvoir atteindre une date future, ou marquer la mémoire du passé.

 

Aujourd’hui les 6 ou 7 milliards d’individus habitant la Terre ont en permanence devant eux ou à proximité une montre divisée en deux périodes de 12 heures, qui ne sont que la forme moderne des premiers calendriers. Nous sommes en 2013 en Europe, mais d’autres contrées sont dans une logique de numération différente, cela n’a pas vraiment d’importance. L’important est la présence d’une structure mémorielle commune intégrée au plus profond de nous.

 

Notre problème principal est celui de la mémorisation, qui a besoin pour être viable d’un certain nombre d’éléments primordiaux.

 

Nous verrons dans d’autres chapitres que la mémoire artificielle utilise trois niveaux minimum : le lieu, l’image, le sens. Par exemple, un panneau au bord de la route (le lieu) avec un logo dessus (l’image) nous indique un sens (un commandement, une information). Dans la logique mémorielle de type mnémonique, il est important que le lieu soit en réalité une suite de lieux ordonnés, qui pourront facilement être retrouvés du fait de leurs ordonnancements.

 

Avec les mouvements planétaires et leurs particularités, nous avons là à notre disposition un système tout prêt à jouer le rôle des lieux. Dans l’astrologie[160] il est même question de maisons[161]  et des signes du zodiaque[162] pour indiquer les parties du ciel stable, qui vont permettre de créer ce temple de mémoire.

Signes du Zodiaque

 

Avec le zodiaque, nous avons nos lieux à travers les douze parties égales du ciel, et de base une image y a été associée pour nous aider dans notre tâche. Nous avons de plus une correspondance entre le macrocosme et le microcosme, qui nous permet de nous relier au mécanisme du ciel.

Il faut bien voir que ce zodiaque est une œuvre humaine, une construction permettant de fixer un système mémoriel commun. Une sorte de grosse horloge fiable permettant à chacun d’avoir une référence, pour réaliser ou mémoriser des actes. Ce système naturel que sont le mouvement des astres et l’alternance des jours et des nuits permet une précision relative, qui n’a cessé de se renforcer avec le temps. Le livre sur l’origine de l’alphabet de Patrice Serres montre que le lien constant entre toutes les variations de calendrier ou d’alphabet est l’ordonnancement des signes. Cela est bien logique puisque l’ordre des lieux est la base du système de mémoire, c’est la clef qui permet de déléguer l’ordre.

 

L’idée ici n’est pas de faire le procès de l’astrologie et de ses analyses divinatoires, mais de bien faire comprendre de la nécessité pour l’humanité et pour l’être humain d’avoir un repère temporel fiable, ordonné, pour pouvoir mémoriser cette humanité et par la même mémoriser l’existence de l’individu.

 

Nous nous inscrivons dans cette nécessité de mémoire, de mémorisation, et le mouvement des astres nous offre un moyen simple de répondre aux besoins, et par la même créer le temps sidéral.

 

Tout cela est parfait, mais présente quelques chausses trappes. En effet, ce système mis en place depuis la nuit des temps, en réalité depuis le début du temps, n’a cessé d’exister, de se spécialiser, de s’affiner, comme toute invention humaine. Le livre de Patrice Serres nous montre d’une façon éclatante que notre alphabet est directement tiré des signes du zodiaque, les vingt-quatre lettres d’origines ne seraient que des moitiés des douze signes de base. Ce texte que vous lissez n’est en réalité rien d’autre qu’une extension de ce besoin de mémoire, et il utilise donc lui aussi une symbolique s’appuyant sur ce système de mouvement planétaire.

 

Il se cache des informations derrière ce système de roue codeuse que sont les mouvements des astres. De base, depuis la nuit des temps, nous avons utilisé ce système mémoriel pour stocker des noms, des dates, des anniversaires, etc. Mais ce système a fait des petits, et il englobe en réalité la quasi-totalité de notre système mémoriel, parce que comme énoncé plus haut : « Si nous ne mémorisons pas, nous n’existons pas ».

 

Nous sommes inscrits physiquement dans ce mouvement des astres, il rythme nos jours et nos nuits. Les différentes phases de la nature avec ses saisons sont synchronisées avec la durée des jours, de nos jours. Certaines professions vivent au rythme de la nature et de ses cycles. Logiquement, il n’y a pas de fraise en hiver. Notre mémoire, et donc notre MOI, s’appuie sur ces mouvements ordonnés. Notre cycle de vie s’inscrit entre deux mouvements quantifiables, notre naissance et notre mort (quantifiable par les autres). Tout mécanisme d’ordonnancement conscient ou inconscient est régi par ces logiques qui nous font, qui nous inscrivent de fait dans leurs cycles. Nous sommes une partie intégrale de ces cycles et donc de ce système mémoriel.

 

Ce texte est une extension du système, le lieu devient cette feuille, qui contient des images que sont les lettres, qui expriment un sens. Ce lieu qu’est la feuille est lui-même inscrit dans le mouvement des astres (tout est inscrit dans le mouvement des astres). Ces lettres sont comme la poudre ordonnée déposées sur une bande magnétique, comme les trous codés d’un CD-ROM. Ces lettres sont la mémoire de ma pensée, qui elle-même est construite sur le modèle. Ma pensée se déploie dans le temps en utilisant comme véhicule les symboles mêmes qui font le temps.

 

Cette structure mémorielle est immense et englobe la presque totalité de notre vie. Toute l’œuvre humaine s’inscrit dans cette structure, et toute création n’est qu’une extension de ce système. Tout est ordre et ordonnancement, en réalité de la mémoire déposée sur différents supports, physiques, organiques, mentaux, etc.… La roue du zodiaque, quelle que soit sa version, est l’archétype de notre structure mémorielle.

 

Toutes mes actions au sein de la société sont sous la coupe réglée de cette structure mémorielle, qui va lui donner un sens et un historique.

 

Le temps tel que nous l’appréhendons est le résultat de ce système. On peut imaginer la Terre, avec ses animaux, répétant inlassablement les mêmes cycles depuis des temps immémoriaux. Si vous atterrissez sur notre planète et que vous observez la vie de ces animaux, vous ne pourrez pas définir un début et une fin, car ils n’ont pas exploité cette structure de façon visible. Vous ne pourrez pas dire quand cela a commencé et quand cela finira. Nous avons domestiqué un fait physique pour produire le temps, et nous savons plus ou moins ce qui s’est passé il y a 3000 ans. Nous pouvons aussi dire quelle était la position des astres à ce moment-là, etc..

 

Cette structure est une invention de l’homme, ou de Dieu qui la communiqué aux hommes, puisque cette structure s’appuie sur un mouvement qui n’est pas humain.

 

L’inscription de ce système mémoriel dans l’esprit impose de fait l’apparition du temps. Nous nous écoulons le long de cette longue spirale des cycles qui se répète. Nous pouvons mémoriser le passé et prévoir l’avenir, parce que nous avons un référentiel. Ce référentiel nous permet de mettre en œuvre l’association, l’analogie, la comparaison, l’ordre, la mesure, les sciences…

 

Demain, n’existe pas, hier n’existe plus !!! Ce n’est que de la mémoire, une virtualité rendue possible grâce à l’existence de cette structure, et de ses extensions innombrables. Seul existe l’instant présent qui lui ne s’inscrit pas dans le passé ou le futur.

 

Il est sûr que je m’inscris dans un cycle et qu’à la fin de ce cycle ce que je suis maintenant disparaitra. Mais je ne suis jamais « demain » et jamais « hier » !!!! Je suis maintenant. Il faut bien voir la virtualité et donc l’inexistence du passé et du futur. Le passé est un souvenir et le futur une projection qui se réalise toujours au présent. Tout n’est qu’un éternel présent, le temps n’est que la conséquence directe de l’observation de ces cycles. Le temps n’est que la trainée du curseur qui va de lieu en lieu, mais le curseur lui est toujours dans le présent ici avec nous. Lorsque vous lisez ce texte, vous le lisez maintenant, je l’ai écrit il y a quelque temps, ce texte est une trace de ma pensée, de mon acte d’écriture. Ce texte est un système mémoriel qui permet de faire revenir au présent un acte passé. Le passé n’est plus, le futur n’est pas.

 

Je ne peux avoir que des traces du passé ! Toutes traces s’inscriront dans la logique mémorielle présentée ici ou une de ses variantes. Si je n’ai pas de structure mémorielle, je ne peux pas situer la trace dans la structure.

 

Si je trouve un bâton sculpté ; le bâton est ici dans le présent, je vais utiliser des repères de différentes finesses (carbone 14…), pour essayer de savoir à quelle case de la structure mémorielle présentée ici il est rattaché (une époque, une date…). Finalement, tout ce que je vais trouver se rattachera à la base de cette structure. Les systèmes que je vais utiliser pour définir l’appartenance du bâton à la structure sont eux aussi des extensions de cette même structure, ce sont généralement des repères qui ont été rattachés à la structure de façon sûre et qui servent de références.

 

Cette structure mémorielle implique l’ordre, l’ordre implique le temps… Toute notre humanité est sous la coupe réglée de cet ordre, notre esprit est lui-même un système structuré à travers cette notion d’ordre.

 

Pouvons-nous nous inscrire en dehors de cette structure et exister ?

 

Si je n’ai pas de logique mémorielle concernant un objet cherché, il est perdu. Concernant un souvenir (personnel ou appartenant à une autre personne) s’il n’a pas été mémorisé il n’existe pas.

 

Si je pars à la recherche d’un trésor, je vais essayer de refaire les liens qui me permettront de le trouver, je trouverais ces liens dans des documents, des livres, des cartes, des lieux. Je peux ensuite par l'analyse essayer de situer le trésor dans la structure et ensuite dans le monde matériel. Si je n’ai aucun lien, aucun point de départ, le trésor peut être partout et nulle part, et j’ai très peu de chance de la trouver. Après nous avons à faire avec le destin ou la providence…

 

Si je cherche mes clefs de voiture, je peux essayer de reconstruire l’histoire à partir de mon dernier souvenir, ou bien fouiller systématiquement mon appartement. Mes clefs sont logiquement (attaché mémoriel-ment) dans la poche droite de mon pantalon, si elles ne s’y trouvent pas, je vais interroger ma mémoire, et essayer de mettre la main dessus. Mes clefs font partie de ma structure mémorielle. Pour les retrouver, je vais parcourir un chemin mental de lieux possibles, des cases, des souvenirs d’actions, etc.

 

5.21.  Truc mémoriel[163]

Un matin en relaxation méditative dans mon lit je me suis posé la question ! « Comment marche la mémoire ? »

 

Ce qui suit n’a pas un caractère scientifique, ce sont juste des réflexions…

 

Quelques instants plus tard, quelques portions de chansons du groupe Anges sont venues à mes oreilles intérieures (cerveau). Je me suis dit : "tien, ça doit être la réponse à ma question (innocemment)". Mais je n’avais pas bien entendu les paroles et je n’arrivais pas à retrouver le titre pour vérifier. Il y a eu un blanc et je me suis rendu compte que la réponse (Si cela en est une) m’est parvenue sous la forme de quelque chose de connu, d’une façon classique, par l’intermédiaire d’un souvenir, qui aurait peut-être un rapport avec la question.

 

À ce moment-là, je prends conscience que ce qui remonte pour répondre est déjà en moi, et est produit par un truc qui m’envoie l’information.

 

Je me rends compte que le truc ne peut pas m’envoyer des souvenirs que je n’ai pas !! Le truc ne peut pas répondre s’il n’a pas de la matière, de la matière que je lui ai déjà donnée, ou bien que j’ai expérimentée !!!

 

Cela me rappelle ces chansons qui remontent automatiquement à l'esprit, et qui sont en phase avec l’émotionnel du moment. Ces chansons servent alors d’interface à des sentiments internes et nous en fournissent une expression externe métaphorique.

 

Une interface entre moi et le truc qui lui permet de m’envoyer un message en utilisant la chanson, qui contient une sorte de mode d’emploi de la situation dans laquelle je me trouve.

 

En fait, cela semble montrer que l’inconscient utilise des informations fournies par le conscient, pour communiquer au moment opportun des rappels pratiques au conscient. Comme si l’inconscient était capable d’analyser la situation, et de fournir alors au conscient une solution. Une solution, que le conscient peut après un décodage plus ou moins facile, utiliser pour faire face à la situation présente. Il faut noter que l’inconscient fournit une information juste au conscient ! L’information fournie est même certainement la plus juste possible, pas forcément directe et facile à comprendre, mais qualitativement la plus juste possible (l’inconscient ne joue pas contre nous, contre lui).

 

Il y a donc dans l’inconscient un truc qui est capable de fournir des réponses justes, adaptées aux besoins du présent. Mais il lui faut un substrat pour communiquer avec le conscient. Du coup, nos divers souvenirs deviennent des briques lui permettant de nous fournir de l’information pour nous permettre de traiter l’événementiel (événement du ciel). Les briques ne sont pas toujours faciles à comprendre, le message de la chanson peut passer inaperçu, et nous ne sommes pas vraiment à l'écoute.

 

Événement -> souvenirs -> raisonnement -> traitement.

 

On retrouve ici le schéma déjà remarqué dans l’analyse des pensées où le souvenir (mémoire) apparait au début du traitement qui mène à la rêvasserie.

 

Ceci veut dire que le truc nous fournit certainement la meilleure réponse dont il dispose pour faire face au présent. Le truc doit avoir toutes les réponses, mais il faut pouvoir les communiquer. Soit, j’ai beaucoup d’expériences par apport au besoin, et le truc peut me communiquer avec précision des solutions. Soit, je n’ai pas beaucoup d’expérience, et le truc va me communiquer la solution à travers des métaphores, des correspondances et autres techniques du rêve.

 

Si je suis un mathématicien, face à un problème de mathématique le truc va m’aider à trouver la bonne réponse en évoquant des math, parce que j’ai intégré en moi une structure de communication dans ce domaine. Il a alors la capacité de me fournir, grâce à mon apprentissage (fourniture d’une structure), des solutions spécialisées. Si je n’ai pas de compétence en mathématique, alors peut-être que le truc va me donner la solution, mais elle sera codée dans une autre logique que je vais avoir du mal à décoder. Je passerais certainement à côté de la solution. Mais, plus j’aurais en moi une structure de communication de type mathématique, et plus le truc pourra être précis, car il disposera d’une interface pour faire remonter les solutions.

 

Si l’on suit la logique que j’exprime ici on voit qu’en réalité le truc a déjà la connaissance de tout, mais il ne peut me fournir cette connaissance que si je lui ai fourni au préalable une interface, qui lui permet de me fournir la réponse liée au besoin. Je ne suis pas celui qui trouve, mais celui qui fournit les éléments, qui serviront à fabriquer et comprendre les réponses que le truc me fournira.

 

Il n’y a rien à trouver, mais, tout à faire émerger !

 

En vrai, le truc sait tout, il a toutes les réponses, mais il ne peut pas les communiquer sans une interface cohérente qu’il faut que je construise. Cette construction sera alors utilisée comme un langage combinatoire, symbolique, etc. par le truc.

 

Si je fournis au truc une structure qui par combinaison permet de présenter tous les cas de figure, alors je devrais pouvoir disposer d’une interface de communication, pour recevoir mes réponses. Ces structures existent déjà et sont utilisées par les voyants pour faire de la divination.

 

Tarot, Yi King, Runes, etc..

 

Ces structures sont construites à l’image du tout, et par permutations, combinaisons, elles doivent, comme le langage, permettre de tout exprimer. De la même manière que le simple rappelle d’un souvenir, on peut invoquer une réponse à travers un jeu de cartes ou le Yi King…

 

Les systèmes cabalistiques fournissent au truc un système de correspondances, un langage, qui lui permet de fournir en retour des réponses en utilisant cette structure. Il faut intégrer en soi la structure, pour qu’elle devienne un système permettant la réponse. Le cabaliste, ou celui qui a inscrit en lui ce référentiel va alors pouvoir recevoir, en passant par cette interface, les réponses à ses questions. On a installé une interface structurée, basée sur une logique organisée et imagée, entre le truc qui a réponse à tout et l’individu.

 

Pour être plus clair !

 

Si j’ai dans mon esprit sous la forme d’un souvenir la réponse à un problème, il faut bien voir que ce souvenir logiquement va remonter automatiquement (je ne l’ai pas choisie) à ma conscience. Si je n’ai pas un souvenir en phase avec la situation de disponible, alors des souvenirs annexes, des idées, des intuitions, des informations, en relation avec le problème apparaîtront (je ne les choisis pas, ils remontent). Dans tous les cas, ces informations seront celles qui me permettront de faire face à l’événement.

 

Plus l’événement sera en dehors de mon périmètre habituel, plus l’information qui va remonter risque d’être décalée, et je risque de ne pas y prêter attention. Mais c’est dans tous les cas l’information la plus juste dont je dispose à ce moment-là. Le truc ne joue pas à cache-cache avec nous, il est là pour résoudre les événements. Il y a à l’intérieur de nous un truc qui a la réponse exacte à la situation, mais qui ne peut l’exprimer qu’à travers notre esprit, notre structure, nos souvenirs.

 

En réalité, ce n’est pas un souvenir qui vient à nous, mais une information en relation avec la chose à traiter sur le moment, cette information peut être directe (numéro de carte bleue) ou bien il faut la décoder (sentiment amoureux). Nos souvenirs ne sont que le substrat, les briques, le langage, que le truc utilise pour nous informer.

 

Nous vivons dans une illusion où nous confondons souvenir et information. Si je me pose une question sur quelqu’un, il y a de fortes chances que je vois son image dans mon esprit ou bien quelques scènes du passé, et que je me dise que ce sont des souvenirs de cette personne. En fait, le truc me fournit via cette interface (image, scène..) des informations, qui vont me permettre de gérer mon questionnement concernant cette personne. On peut appeler cette information des souvenirs, mais en réalité c’est avant tout de l’information, qui arrive pour gérer la situation.

 

Nos souvenirs servent à gérer le présent, ils ne sont pas de simples souvenirs, mais en réalité ils sont les éléments d’une interface de communication entre notre inconscient qui sait et notre conscient qui a besoin de savoir. Si la situation ne présente pas de souvenirs, alors le truc nous présente des éléments en rapport avec le traitement de la situation, et il faut décoder ces informations. Il faut décoder les informations qui apparaissent en nous (idées, souvenirs, intuitions, images, scènes, rêvasserie, pensée…), comme étant des réponses à nos problèmes du moment. Cette logique rejoint les techniques d’analyse des rêves.

 

Cela va même plus loin, on peut dire que si quelque chose apparait dans mon esprit, c’est que quelque chose est à régler en relation avec l’information reçue. Il faut alors être vigilant et savoir décoder ces informations qui arrivent sans prévenir. Le processus est automatique et pas forcément invocatoire.

 

De la même manière, si j’utilise une structure comme le Tarot ou le Yi King, je fournis au truc une structure lui permettant de répondre en passant par cette interface. Le problème c’est que la réponse est certainement exacte (dans le sens le plus précis possible), mais qu'elle demande à être décodée, parce que le Yi King n’est pas aussi précis que mes souvenirs. De plus, j’introduis ici le fait que les structures extérieures peuvent certainement aussi nous fournir des informations, des signes, des présages, etc…

 

Notre vrai problème est le décodage des informations fournies par l’inconscient, qui lui a certainement fourni la meilleure réponse du moment, mais avec les outils de communications dont il dispose.

 

Lorsque j’apprends une technique, je fournis au truc les éléments qui lui permettront par combinaison de me fournir une réponse appropriée. J’installe une interface. Le radiesthésiste définit un protocole qui lui permettra d’avoir en passant par son pendule des réponses à ses questions. Un nombre important de systèmes de divination sont basés sur ce principe.

 

Il faut noter qu’il y a en général un temps de traitement entre une question et une réponse, soit l’arrivée des souvenirs ou d’une solution exacte si l’on dispose d’une structure interne de traitement. Si l’on travaille sur un sujet, comme ceux traités dans ce document, on peut distinguer un mode opératoire :

 

  1. Une question est posée ou un événement intervient.

 

  1. Un temps de traitement est constaté (pouvant être instantanée ou de quelques jours).

 

  1. Un message de l’inconscient apparait. La réponse va être différemment structurée en fonction de ces données. La réponse peut apparaitre de diverse manière et de façon interne ou externe. Il faut être vigilant et un peu irrationnel. Cela peut se présenter sous la forme d’un souvenir, d’une réponse claire (raisonnée), d’une intuition, d’une idée, d’une prise de conscience, un hasard heureux, une rencontre, une lecture, une synchronicité…

 

  1. Le message reçu ou que nous croyons recevoir permet alors de creuser la question à la lumière de son contenu. Dans tous les cas, cette réponse sera celle que nous utiliserons, bien ou mal, en fonction de notre décodage.

 

Cette logique implique aussi que les informations reçues sont structurées avec les éléments fournis, ce qui veut dire que si j’intègre un système alors toutes les informations de ce système vont devenir des éléments de langage pour le truc.

Du coup, si l’on me baigne dans un univers religieux, le religieux servira de langage au truc pour fournir des réponses (chansonnettes de scouts). Si je fais des mathématiques, ça causera équations. Si je joue aux échecs, j’aurais des réponses en forme de déplacement de cavalier…

 

Mais le truc est là, qui fournit la réponse la plus juste qu’il peut ! Malheureusement, il communique avec les éléments que je lui ai fournis, des éléments qui ne sont pas toujours adaptés à la génération de la réponse la plus juste.

 

L’inconscient éduque le conscient sur la base des informations du conscient. Le truc est transparent, car il s’exprime avec un matériel fourni, c’est juste un truc qui sait et qui fournit l’information à travers un reflet. Peut ton voir ici le grand œil qui voit tout [164]?

 

L'« œil omniscient », cathédrale d'Aix-la-Chapelle

 

 

On peut dire que tout ceci est faux, parce qu’on a fréquemment des pertes de mémoire, alors dans ce cas, puisque le truc répond au plus juste avec les éléments de notre mémoire on ne devrait pas avoir d’oubli.

 

C’est vrai, mais on peut se dire que l’oubli est la réponse la plus juste au moment où il se présente et que peut-être il est inclus dans la réponse pour une bonne raison. On retombe ici sur les fameux actes manqués de Freud…

5.22.  Lumière et mémoires[165]

Je réfléchissais au principe de la diapositive, qui permet de projeter une image sur un mur, et je me disais que finalement c’était la lumière qui transportait l’information, avec une sorte de propriété bizarre de gestion de l’échelle. Une capacité à garder l’information, malgré le passage par des éléments qui aurait dû en faire perdre.

Je me suis dit que finalement ce qui arrive à mes yeux n’est que l’information des formes diapositives qui m’entourent. La lumière frappe une forme, qui par réflexion, absorption, etc., me renvoie son image… Mais la forme ne m’envoie rien, c’est la lumière qui comme par magie apporte à mes yeux une information, qui va permettre à mon cerveau de réaliser une représentation mentale (la conscience).

La lumière contient l’information qui arrive à mes yeux, elle est ainsi Mémoire de l’information transportée. Je suis entouré par la lumière, qui contenant de l’information, est mémoire, la lumière révèle l’information, elle permet le transfert mémoriel.

Un souvenir est souvent une image, une image est de la lumière organisée, une image c’est de la mémoire.

La lumière est fractale, elle peut passer par un trou minuscule pour faire passer l’information sans perte !

L’image perd de son information si l’on réduit sa taille, par contre si l’on augmente sa taille il n’y a pas plus d’information. Avec une "paire de jumelles", je ne perds rien, au contraire je zoome et je peux voir les détails.

Il y a donc une sorte de mystère : comment cette information qui peut être transportée durant des milliers d’années (lumière en provenance des étoiles) peut-elle garder son intégrité et me permettre, si j’ai l’instrument qui va bien, de percevoir des détails qu’il ne me serait pas possible de voir avec une simple image ou les yeux.

Si je regarde la Lune à l’œil nu, je vois un disque plus ou moins gros, si j’ai un gros télescope je peux voir des détails de sa surface. Il ne semble pas y avoir de limite à la précision du détail qui arrive à moi ?? Mais l’information arrive avec la lumière, elle est dans la lumière pas ailleurs, et c’est la même dans les deux cas. Avec un microscope, je peux faire apparaitre des choses qui sont invisibles à mes yeux, pourtant c’est le même rayon de lumière qui me permet de voir l’information avec plus ou moins de précision. Il y a là un système de compression de l’information, qui nous permet, quelle que soit l’échelle, de retrouver l’information stockée.

Lorsque la lumière passe une lentille convexe, le flux lumineux converge vers un point infime puis le flux est inversé sans perdre d’information !  Comment cela est-il possible ? La lumière, container à information, se joue des limitations, de la taille…

Pour être observé, ce flux d’information doit être déposé sur une surface, où il va former une image, l’image sera construite en fonction de paramètre et figée. Il ne sera plus possible de sortir de détail de cette construction… Pour obtenir plus de détail, il faut disposer du flux lumineux d'origine, qui lui permet une nouvelle construction plus ou moins précise en fonction du support utilisé pour visualiser l'information.

Lorsque le flux lumineux est figé sur un support ou par un observateur, il peut être de nouveau observé avec un nouveau flux lumineux, qui ne pourra pas (à priori) donner autre chose en termes de précision que le niveau de détail précédemment figé.

Comment conserver le flux lumineux de départ sans le figer et pouvoir l’utiliser à loisir au niveau de détail souhaité. Il faudrait presque trouver un système qui permet de faire une boucle lumineuse avec la capacité de faire des copies du flux à l’échelle désirée.

·         Il y a la forme que l’on veut mémoriser, avec un niveau de détail infini.

·         Il y a le rayon lumineux, qui est projeté dessus.

·         Il y a le rayon lumineux, qui contient l’information.

·         Il y a le mécanisme, qui est capable de figer l’image à une échelle donnée (lentille).

·         Il y a l’image, qui va être observée (conscience).

Le rayon lumineux, qui arrive sur la forme, doit certainement déjà contenir de l’information ? Mais, bizarrement, cette information n'est pas mixée avec la précédente, l’information est comme réinitialisée, et je ne vois que la dernière forme percutée par la lumière, pas celle d’avant. Si j’utilise une lumière rouge en direction de la forme, le flux d’informations que je reçois semble limité par ce spectre lumineux. Si j’utilise une lumière blanche, je reçois un flux d’informations qui sera interprété par mon cerveau sous forme de couleurs. 

Pour pouvoir observer une forme, j’ai besoin de lumière et d’un système de modification de l’échelle, des yeux, une lunette, un microscope. La vision de l’image n’est possible à différente échelle que si le flux lumineux et la forme sont présents.

 

5.23.  Sept unités mesurent l’univers humain[166]

Un article paru dans le numéro hors série de science et vie N° 260 sur le temps la matière et l’espace nous explique que seulement 7 unités permettent de tout mesurer. Cela m’a renvoyé aux nombreux chapitres de ces documents où je déploie le fait qu’effectivement beaucoup de systèmes combinatoires se résument à 7 variables. J’ai fait plusieurs articles sur le système QQOQCCP[167] qui permet de répondre à un questionnement. Les émotions se résument à quelque chose de similaire : nous exprimons nos émotions par quelques signes de base. Etc.

Cet article de science et vie précise qu’il y aurait 7 indicateurs utiles et suffisants dans un domaine, pour décrire les phénomènes du domaine.

Tout ceci pour dire qu’il doit y avoir un lien avec cette notion de 7 variables nécessaires et utiles, pour cerner une chose ou tout raisonnement intellectuels, ou même toutes logiques liés à la survie de mon corps (de la vie). Je suis en recherche de sécurité, et pour être en sécurité j’ai besoin de savoir à quoi j’ai affaire. Pour savoir "à quoi j’ai à faire", j’ai besoin de collecter des données pour mesurer la criticité du lieu et de l’événement qui se présente. Techniquement, ceci doit être intégré comme une évidence et s’appliquer de manière automatique à « l’insu de notre plein gré ».

Accomplissement personnel

(moralité, créativité, résolution des problèmes…)

 

Estime (confiance, respect des autres, estime personnelle)

 

Besoins d'appartenance et affectifs (amour, amitié, intimité, famille, sexualité)

 

Besoins de sécurité (du corps, de l'emploi, de la santé, de la propriété…)

 

Besoins physiologiques (manger, boire, dormir, respirer, se reproduire)

Pyramide des besoins de Maslow[168]

C'est-à-dire qu’il y a certainement en moi une structure virtuelle que je peux remplir mentalement ou inconsciemment, pour valider certaines informations qui vont me permettre de mesurer mon niveau de sécurité. Cette structure est invisible, mais certainement réelle et logiquement de ce type. Il y a un équilibre à atteindre avec comme objectif, la connaissance de ce qui se passe, pour pouvoir équilibrer la structure et être en sécurité. Si la structure n’est pas complète, alors je vais plonger dans l’imaginaire, pour compenser le manque et essayer de finaliser du mieux possible la structure attendu. Ici, cela devient complexe, car il doit être possible de valider ou d’assurer la cohérence de cette structure métaphoriquement.

Concernant chaque domaine les données attendues ne sont pas forcément de même nature, mais doivent avoir une transcendance possible (un lien analogique).

Dans le cadre d’un événement :

Qui fait quoi ? Où ? Quand ? Comment ? Combien ? Et pourquoi ?

Dans le cadre d’une expérience scientifique :

Le kilogramme, le mètre, la seconde, l’ampère, le kelvin, le candela, la mole.

La masse, la longueur, la durée, l’intensité, la température, la luminosité, le volume.

Dans le cadre de l’émotionnelle :

310px-Manga_emotions

Huit types d'émotions tirées d'un manga[169], incluant (de gauche à droite) :

Neutralité, euphorie, joie, tristesse, férocité, déception, gêne et perplexité.

Joie Tristesse Dégoût Peur Colère Surprise Mépris

 

5.23.1.   Sept Quoi ?[170]

Cela fait un nombre important de chapitres qui sont de près ou de loin consacrés au nombre sept et ses différentes représentations. Il est difficile pour moi de faire un lien analogique entre les sept bols tibétains et les sept jours de la semaine.

 

L’analogie m’a l’air d’être située à un niveau fonctionnel, un niveau représentatif, un niveau d’encadrement. Quelle que soit la série de sept choses exprimées, il est fréquent, voire constant, que ces choses permettent d’une manière ou d’une autre de circonscrire le sujet qui est en référence. Souvent, la série de six, sept ou huit permet de décrire un ensemble par répétition ou combinaison. La série peut être vue comme un système de codage ou décodage d’un ensemble infini de combinaison. Hormis pour la vue où il est possible en mélangeant les couleurs primaires de démontrer cette schématique dans le physique. Les autres séries sont des sortes d’adaptations humaines, pour essayer de coller à un système de référence.


 

 

 

Série

 

 

Englobe

 

Commentaires

 

7 notes de musique,

douze avec les dièses/bémols et douze gammes résultantes.

 

 

Permets le codage de l’ensemble des partitions musical.

 

Construction humaine basée sur les harmoniques

 

7 jours de la semaine

 

Décris-le déroulé des jours par incrément de sept

 

 

Construction humaine en association avec les cycles de la Lune 4x7=28 jours, et les sept planètes

 

7 métaux

 

Les sept métaux[171] connus dans l'antiquité sont :

 

l'or (utilisé depuis -6000), le cuivre (-4200),

l'argent (-4000),

le plomb (-3500),

l'étain (-1750),

le fer (-1500)

le mercure (-750).

 

Ces métaux sont connus des civilisations antiques : les Mésopotamiens, les Égyptiens, les Grecs et les Romains.

 

 

  • Argent : la Lune, et aussi le pôle féminin, la femme, par extension la pureté, la transparence, le psychisme, l’âme et les mondes intérieurs.
  • Bronze et Airain : la sonorité (maléfique pour le premier, bénéfique pour le second) ; l’airain est aussi symbole de justice, et par extension de royauté et de hiérarchie.
  • Cuivre : la beauté et la douceur.
  • Fer : le mal, d'autre part « brutalités et tyrannies ».
  • Mercure : la connaissance et la communication, et donc, par extension, la médecine.
  • Or : la perfection, la lumière, et aussi le principe masculin.
  • Plomb : la base de tout travail spirituel, mais aussi la retraite, la solitude, l’isolement.

 

 

Les sept couleurs de l’arc-en-ciel

Roue des couleurs

 

Permets de représenter par mélange l’ensemble des couleurs que nous pouvons voir. Rends une partie de l’invisible visible. On peut voir, qu'en réalité nous sommes plutôt dans une logique trinitaire avec le noir en plus, pour pas de couleurs, et le blanc pour toutes les couleurs.

 

Les sept paroles du Christ en croix

 

Corresponds au dernier message (codage) du Christ.

 

·       Père, pardonne-leur, car ils ne savent ce qu’ils font (Luc 23:34)

·       En vérité, je te dis : aujourd’hui tu seras avec moi dans le paradis (Luc 23:43)

·       Femme, voilà ton fils — Voilà ta mère (Jean 19:26 et 27)

·       Mon Dieu, mon Dieu, pourquoi m’as-tu abandonné ? (Matthieu 27:46 et Marc 15:34)

·       J’ai soif (Jean 19:28)

·       C’est accompli (Jean 19:30)

·       Père ! entre tes mains je remets mon esprit (Luc 23:46).

 

 

La roue des émotions

 

Corresponds à la roue de construction de nos émotions, qui semble prendre racine avec huit logiques de base.

Les différents auteurs sur le sujet n’ont jamais vraiment réussi à définir ce nombre de bases : pour Descartes 6 et pour Plutchik 8…

Fichier:Plutchik-wheel.svg

roue de Plutchik

 

Les sept planètes

 

Notre destinée et tous les mécanismes cosmologiques[172] utilisés par l’astrologie.

 

 

QQOQCCP[173]

 

 

Permets de représenter par le verbe (descriptif) toute situation. 

 

Le sigle QQOQCCP (pour « Qui fait quoi ? Où ? Quand ? Comment ? Combien ? Et

pourquoi ? »)  également connu sous la variante mnémotechnique CQQCOQP — est un sigle résumant une méthode empirique de questionnement. Toute démarche d'analyse implique en effet une phase préalable de « questionnement systématique et exhaustif » dont la qualité conditionne celle de l'analyse proprement dite.Ceci en vue de collecter les données nécessaires et suffisantes pour dresser l'état des lieux et rendre compte d'une situation, d'un problème, d'un processus.

 

 

Sept dieux du bonheur[174]

 

 

Les Sept Divinités du Bonheur au Japon font référence aux sept divinités de la bonne fortune dans la mythologie japonaise.

 

·         Ebisu, divinité des pêcheurs, des marchands et de la prospérité, souvent représentée transportant une morue ou un bar.

·         Daikokuten ou Daikoku, divinité de la richesse, du commerce et des échanges. Ebisu et Daikoku sont souvent appariées et représentées sous forme de masques ou de sculptures sur les murs de petites échoppes.

·         Bishamonten, divinité des guerriers et dieu protecteur de la loi bouddhique et de la prospérité

·         Benzaiten ou Benten, divinité du savoir, de l'art et de la beauté, de l'éloquence, de la musique, de la littérature, des arts et des sciences, de la vertu et de la sagesse, de la prospérité et de la longévité.

·         Fukurokuju, divinité du bonheur, de la richesse et de la longévité, de la virilité et de la sagesse.

·         Hotei, divinité de l'abondance et de la bonne santé, du contentement et du commerce.

·         Jurōjin, divinité de la longévité et de la prospérité.

·          

File:Shichi fukujin.jpg

 

 

Etc…

 

Il existe une multitude de systèmes basés sur le nombre sept[175].

 

George Armitage Miller[176] né à Charleston, en Virginie-Occidentale, le 3 février 1920 et mort à Plainsboro, dans le New Jersey, le 22 juillet 2012, est un psychologue américain, qui fut professeur de psychologie à l'université de Princeton à partir de 1979.

Ses travaux de recherche ont contribué à fonder la psychologie cognitive. Il est ainsi connu pour avoir mis en évidence que les capacités cognitives humaines de traitement de l'information sont limitées à « sept, plus ou moins deux » éléments. George Miller a aussi travaillé sur le langage, et notamment la modélisation de la sémantique.

 

Cette limitation du traitement de l’information est en relation directe avec ces systèmes à sept variables. Ces systèmes de plus ou moins sept membres ou composantes sont liés à une sorte de soumission que nous avons, par apport à nos capacités cognitives.

 

 

Toutes ces logiques permettent l’expression, le codage à travers un ensemble de « primitives énergétiques » de l’ensemble d’un système. La logique de codage permet l’expression du système au niveau de l'humain. Dans le cas des couleurs par exemple il est montré plus haut qu’en réalité le réel ne contient pas de couleurs, et qu’elles sont « simplement » générées par nos organes (yeux / cerveau), pour permettre un affichage discriminant dans notre conscience.

Nous avons besoin de séparer les formes et les éléments d’un système pour pouvoir l’appréhender, nous utilisons alors un système de décodage qui va à son tour impliquer un système de codage symétrique.

 

La logique tournant autour du nombre sept semble être le nombre optimum de primitives nécessaire au codage de base du système considéré.

 

Plus synthétiquement, un capteur fournit une information (souvent vibratoire) qui va être décodée par un ensemble de primitives repérables par l’esprit du sujet. Il semblerait que le nombre de primitives soit voisin de sept. En fonction du type d’expression, les primitives vont couvrir des termes en rapport avec l’expression, il est alors difficile de faire des analogies. Il est cependant intéressant de constater que dans le cas des émotions ou des couleurs, il y a une sorte de logique liée au réel. Une logique que les faits peuvent corréler, et qui va finalement permettre par analyse de faire apparaitre le codage. Le codage est d’ordre humain, il est lié à nos capacités physiques ou cognitives, ou bien est le fruit de notre imaginaire, qui a copié ce modèle simple de primitive pour coder notre monde. Les jours de la semaine sont par exemple une invention humaine, qui a voulu représenter les jours qui passent, dans une logique cyclique (roue). Les 28 jours du cycle lunaire, sont un fait, qui auraient pu être codé par 28 expressions distinctes, ou 2x14, ou encore 10+18, ou pourquoi pas 7x4, ce qui nous donne finalement a chaque fois les quatre semaines par mois.

 

Sept, c’est :  3+4, ou 6+1, ou 5+2, ce qui nous projette dans des logiques de réduction mathématique. La logique humaine semble pousser l’individu vers un besoin de synthèse du monde, certainement pour lui permettre de l’appréhender globalement. Force est de constater que si je veux décoder une information, il y a de fortes chances qu’après réduction de l’information elle soit codée dans une matrice de 7 paramètres, elle-même peut-être codée dans un système basé sur sept primitives, etc.

 

Dieu (1) ->

Création (1+1 = 3 le un ce duplique) ->

Matérialisation (4 éléments) ->

Expression (7 codages, cycles, modèles, structures) ->

Le monde déployé (3x4 = 12 le zodiaque)

Man surrounded by signs of the zodiac, lines pointing to different body parts and organs

L’homme Zodiaque[177]

 

Les Anciens, voyant que l’arc-en-ciel, ce pont entre Dieu et les hommes semblaient coder 7 couleurs ont essayé de modéliser l’ensemble des choses à travers cette matrice. Si l’on s’appuie sur la logique plus subtile des Chakras,[178] on peut voir qu’il y a 7 centres subtils (principaux) chez l’homme, ils sont en quelque sorte secrets, parce que non visibles pour l’œil ordinaire.

Même avec les chakras, on est encore dans une logique englobante, descriptive, d’états et d’expression humaine. Ils peuvent servir dans des logiques de médication, en accord avec leurs caractères englobants. Ils sont utilisés, par ceux qui peuvent les voir, comme des codeurs de l’état d’une personne. La tradition leur donne des qualités, qui recoupent les structures mathématiques du type : 3+4. Les trois premiers chakras, en partant du haut, représentent des énergies subtiles de type vibratoire ou lumineux; les 4 chakras suivants représentent les 4 éléments classiques.

Si l’esprit de l’homme a codé le monde à partir de primitives naturelles ou de leur dérivée, il est concevable que toutes structures doivent pouvoir s’exprimer par un dosage de ces primitives. Dans le cas des couleurs, trois primitives permettent de coder notre monde coloré, et cela est dû à une propriété physique de notre œil, qui est équipé de seulement trois types de cônes (Rouge Vert Bleue) (et de bâtonnets[179] pour la vision nocturne), qui nous imposent ce moyen unique (nous sommes encore une fois soumis).

5.23.2.   Le Sigle QQOQCCP

On voit bien que si je veux décrire avec précision une scène de la vie courante, il va falloir que j’exploite une sorte de formule telle que : Qui - Que - Ou - Quoi - Comment - Combien - Pourquoi, pour couvrir correctement ma description.

Le Sigle QQOQCCP[180] semble être un procédé en rapport avec le système planétaire, une analogie avec l’astrologie ? À la suite de notre analyse concernant les besoins vitaux, je serais tenté de faire un travail similaire avec ces 7 points de contact de notre entendement. Si nous voulons cerner notre environnement, ces 7 interrogations nous permettent justement de faire le point. Et comme les étoiles dans le ciel, qui peuvent nous permettre de nous guider, ces 7 petits mots sont nos amis du langage, qui introduisent le bon questionnement sur notre situation, notre événementiel. Nous sommes ici au-dessus des cinq besoins vitaux (avec le cœur). Ces petits mots sont-ils au nombre de 6, de 7, de 8, moins, plus ? À la limite cela n’a pas d’importance, ce qu’il faut voir, entendre, sentir, gouter, comprendre, c’est qu’ils sont là, autour de nous en permanence, invisibles, conceptualisés par le langage et sa logique. Ils nous permettent de nous situer, de nous localiser dans notre esprit, ce sont en quelque sorte, et de façon analogique, des rappels de notre géographie mentale. Il indique des directions d’un autre ordre que la simple géométrie physique de l’espace. Ils sont les paramètres d’une géométrie de l’instant, il code une structure du faire. Il y a 6 directions perpendiculaires à nous dans l’espace, ce qui définit un cube : haut, bas, droite, gauche, devant, derrière, ce qui peut se réduire à trois coordonnées (en utilisant le négatif), par apport à une origine, un centre. Une fois placé dans l’espace, nous sommes face à une réalité, des perceptions, des sensations, qui s’expriment à travers nos sens : 5, 6, n sens ? Nous sommes ensuite dans une logique de gestion ou d’interprétation de cette information.

 

Pour rappel :

 

On peut remarquer que le questionnement associé à un problème rencontré nécessite de répondre toujours aux mêmes questions et en particulier :

 

 

D'où l'idée de résumer tout ceci en une courte liste mnémotechnique, codée sous l'acronyme : QQOQCCP

 

 

Ces petits mots permettent de donner un sens à ma présence dans le décor, il précise une date, un lieu..., ils me permettent de m’inscrire dans l’action du décor. Si l’on décompose le terme pronom, on peut y voir deux syllabes pro-nom, ou proche du nom, ou en relation avec le nom (relatif). Finalement, ce qui m’entoure peut être relaté avec ces « noms » proches de moi. Ils permettent de nourrir l’illusion de ma réalité, par une mise en forme linguistique. Il se cache derrière toutes les phrases ou conceptualisations d’une situation. Ils permettent de décrire, et donc d’écrire, ma réalité dans laquelle je m’inscris. Ils sont des concepts racines du langage, qui me permettent d’être; ils sont des auxiliaires du : « je suis ». Ils sont la racine du descriptif, et donc de l’état d’être. Il nous représente conceptuellement, parce qu’à tout moment ils peuvent s’appliquer pour s’exprimer. Ils sont la synthèse de mon rôle et de ma place dans le décor, donc dans la vie. Ils sont en quelque sorte autour de moi en permanence, et je suis donc soumis à eux, comme pour les besoins vitaux. Seulement ici, ce ne sont pas des besoins vitaux, mais des faits, une expression du réel, ou tout du moins de ma réalité. Je suis soumis de fait, et cela à l’insu de mon plein gré, à ces questions qui me qualifie, me quantifie, dans mon état d’être, en permanence. Ils sont à l’image des 7 planètes qui nous entourent, et par apport auxquelles nous sommes centrés. Nous sommes soumis à leurs présences dans le ciel, comme nous avons défini 7 couleurs, sept notes de musique, sept jours de la semaine, qui sont tous des choses qui nous entourent, et nous permettent de qualifier les informations fournies par la conscience…

 

Si je veux situer un événement, il va falloir (ce n’est pas une obligation) que je donne le jour de la semaine. Je suis inscrit dans ce cycle.

 

Si je joue une note de musique et que je veux la nommer, j’aurais 7 possibilités plus des options (dièse / bémol hauteur, etc.)

 

Le monde est codé dans mon esprit à travers des représentations avoisinant la logique des sept primitives, et cela quel que soit le sujet concerné par mon expression. Que mes propos soient vrais ou non, dans le cadre d'un raisonnement scientifique n’est pas la question. Je suis inscrit traditionnellement dans ces modélisations du monde, par ma culture et la tradition.

 

Si je veux transmettre une information à quelqu’un, cette modélisation va être indispensable pour pouvoir transmettre ce que je désire décrire. Inversement, si je me trouve dans une situation que j’essaie de comprendre il va falloir que je repère ou bien que je trouve, les éléments constitutifs de la structure que je veux appréhender. L’équation verbale QQOQCCP est un des reflets de ce constat. Pareillement, si je suis intégré dans une nouvelle structure (une fête entre amis), je vais chercher à m’intégrer dans cette structure dans une logique participative, et alors je vais incarner un des éléments structurels, dans une logique d’équilibre, qui est fondamentalement un besoin premier. Nous sommes d’une certaine manière entre la connaissance utilisée par la conscience (couleur, son, etc.), et le mental qui va modéliser la conscience (les faits) sur des bases logiques communes.

 

On peut synthétiser la chose et faire un schéma plus global :

 

Information -> Capteur -> Décodeur -> Représentation

 

 

Le décodeur[181] est simplement quelque chose qui va transformer une information d’un système vers un autre (pour l’homme, ce sera l’observateur). La représentation est en rapport avec l’observateur et l’observé, et l’information n’existe en final que sous la forme d'une « représentation » pour l’observateur. Il est commun de dire que l’observer est l’observateur. Effectivement, l’ensemble : capteurs, décodeurs, représentations, n'est que le fruit de l’observateur, qui a transcodé l’information de base.

 

Cette opération permet d’appréhender le monde qui nous entoure. L’ensemble des mécanismes inventés par l’homme répond à cette logique.

 

Certains mécanismes peuvent intégrer le capteur et le décodeur dans une même logique.

 

Entre l’information et sa représentation, il doit être possible de placer un capteur et un décodeur différent.

 

Si je place une caméra à l’extérieur de ma maison (capteur), cet appareil va remplacer mon œil, et l’électronique de cette caméra va fournir un signal qui sera décodé par une logique, qui permettra d’afficher l’image (représentation humaine) sur un téléviseur. Mon œil récupérera l’information et procédera à un nouveau cycle, pour me permettre une représentation de l’image filmée par la caméra dans ma conscience. Si la caméra est de type noir et blanc, je vais perdre le décodage des couleurs. Le capteur n’a pas la performance voulue.

 

Si la caméra permet un rythme de 200 images par secondes, je vais pouvoir décomposer l’information et réaliser des ralenties, etc.

 

Dans cette structure à 4 niveaux, il est implicite que l’information est vraie, ou tout du moins qu'elle est la source qui alimente les étages suivants du processus.

 

Tout ceci est classique et devrait être clair. Maintenant, on peut imaginer que certaines étapes de ce processus soient réalisées par autre chose que les éléments classiques, ou bien que l’information contienne des éléments prés décodés ou signifiants, placés là dans l’intention d’obtenir une représentation donnée.

 

Visiblement toutes informations à l’air de pouvoir être codées par un ensemble réduit de primitives. Il n’empêche que si l’ensemble de ces primitives ne sont pas présente, ou en surnombre, il y aura une sorte d’incohérence.

 

Pour les couleurs, le système de codage vers des niveaux de noir et blanc (ensemble de teintes grises), par suppression de primitives et de l'intensité de chaque primitive RVB. On retrouve ceci sur les représentations d’écran par la commande color(R, G, B), qui va fournir le codage couleur d’un pixel dans un programme informatique. L’intensité de chaque primitive va colorer la représentation de l’information. On retrouve aussi cette notion d’intensité dans les rhéostats et autres potentiomètres des montages électroniques.  

 

Si je dis :

 

Marcel, va à la pêche en mer, pour prendre du poison dans sa voiture avec un marteau de vent.

 

Cette phrase est incohérente et à sa lecture, son décodage, elle provoque une représentation "loufoque" dans notre esprit.

 

Marcel est dans sa voiture, en mer et avec son marteau de vent il pêche.

 

Quelque chose ne va pas, il est possible d’avoir une voiture amphibie et de taper sur la tête des poisons pour les pêcher, mais cela reste "loufoque".

 

Dans cette logique, on trouve :

 

 

Que faut-il pour que le décodeur représente quelque chose d’acceptable. Logiquement, la source est la source, elle doit être fiable et ne peut pas être contraire aux principes qui régissent le monde, sinon la représentation est saugrenue et devra être rejetée.

 

 

Si la source est une information créée par l’homme, elle peut être loufoque, mais dans un cas contraire comment doit-on la qualifier.

 

 

5.23.3.   Sept notes de musiques[182]

Sept principes, comme les 7 jours de la semaine ou les 7 notes de musiques, qui permettent de faire toutes les mélodies de notre répertoire. Il y a bien sûr les dièses et les bémols, qui finalement nous donnent 12 notes utiles, pour tout notre répertoire. Les principes se combinent pour faire le vivant selon des règles d’harmonies, comme pour la musique. Les octaves de la musique sont à l’image de nos analogies, nos métaphores, qui résonnent en nous dans une sorte de synchronicité.

La métaphore qui s’exprime est une octave du principe, qui s’exprime à travers la métaphore. C’est le peintre dans sa toile, s’utilisant comme peinture, pour donner vie à son décor, qui est lui-même, et cela EST.

 

Le bien c’est notre équilibre. Le VRAI c’est l’équilibre qui permet la vie.

Il n’y a pas le bien et le mal, il y a la bonne, la vraie position, celle qui permet l’équilibre, et les mauvaises, les incorrectes, celles qui provoquent la chute.

 

MAL (34°) ß  BIEN (37°) à MAL (42°)

 

La température du corps, qui permet la vie, est un équilibre entre deux extrêmes, qui eux donnent la mort. Tout est équilibres et non-excès.

5.23.4.   Les niveaux logiques de Robert Dilts[183]

« La résolution d'un problème ne s'effectue pas au niveau où le problème se situe, mais au niveau supérieur. »

 

Robert Dilts a formalisé de manière pratique le modèle dit des « niveaux logiques », et que la Programmation Neuro-Linguistique a adopté depuis. Celui-ci découle du concept de « niveaux d'apprentissage » issu des travaux de Gregory Bateson. Le modèle de Robert Dilts comporte six niveaux qui sont tous repérables au moyen de questions :

 

 

Spirituel

 

« Qui d'autres ? »

 

C'est le niveau d'appartenance et qui répond à la question : « À quel monde je me sens appartenir ? »

 

 

Identité

 

« Qui ? »

 

C'est le niveau qui identifie une métaphore illustrant l'identité et la mission du sujet

 

 

Croyances

 

« Pourquoi ? »

 

C'est le niveau des croyances et des valeurs, sur soi, sur les autres ou sur la vie.

 

 

Capacités

 

« Comment ? »

 

C'est le niveau des compétences et de l'organisation.

 

 

Comportement

 

« Quoi ? »

 

C'est le niveau des actions qui sont réalisées ou non.

 

 

Environnement

 

« Où et quand ? »

 

C'est le niveau du contexte dans lequel le sujet évolue.

 

 

Ce modèle permet de faire, dans une situation donnée, des distinctions entre des informations qui sont à des niveaux logiques différents. Cela sert à ne pas faire de confusion de niveaux logiques, par exemple de ne plus dire « Il ne fait rien donc c'est un fainéant », car ne rien faire est simplement un comportement alors que le qualifier de « fainéant » est un commentaire sur l'identité. Celle-ci n'est pas définie par les comportements dans un contexte donné. Par ailleurs, le fait de s'interroger sur tous les différents niveaux développe une vue plus globale d'un problème. Lorsqu'une situation problématique est analysée, ce modèle invite à cerner le ou les niveaux où se situe le problème. Pour le résoudre, une solution au niveau supérieur est nécessaire, car il y a bien une hiérarchie entre ces niveaux. Par exemple, si quelqu'un n'a pas confiance en lui, en sa réussite, le problème se situe au niveau de ses croyances. Ce n'est pas en intervenant au niveau des comportements qu'il réussira. Il peut, d'une manière plus pertinente, se recentrer sur le sens de sa réussite dans sa vie (niveau identité). L'intervention dans ce cas se situerait au niveau supérieur à celui du problème et non inférieur. Les niveaux logiques ont permis également de classer toutes les techniques de changement en fonction du niveau auxquelles elles interviennent et donc de les utiliser à meilleur escient.

Plusieurs techniques sont liées au modèle des niveaux logiques comme : l'alignement qui est destiné à mettre plus de cohérence entre les actions et l'identité, les processus de motivation pour trouver du sens aux objectifs fixés ou au contraire y mettre plus de contraintes, le « moi sécure », utilisés pour développer la conscience positive et stable de soi-même, le re-imprinting enfin, pour « réparer » des événements du passé.

 

On peut remarquer que les questions posées par Robert Dilts sont en rapport avec la logique de la formule QQOQCCP, et que le premier niveau concerne l’environnement, soit le décor. Ce tableau pourrait aussi être mis en relation avec les différentes couches de la pyramide de Maslow[184].

5.23.4.1.     Définition du concept de « Comportement »[185]

Il semblerait que le mouvement organisé soit l’essence même du phénomène vivant.

En prenant comme référence l’organisme et ses limites, on pourrait distinguer, d’une part, le mouvement organisé pour l’intérieur de l’organisme, et, d’autre part, le mouvement organisé pour l’extérieur.

Le comportement pourrait être défini comme étant l’ensemble des mouvements organisés, pour agir à l’extérieur de l’organisme.

File:Definition du concept de comportement 01-05-2006 v1.0.png

·         Le mouvement organisé pour l’intérieur est obligatoire pour toute structure vivante.

·         Le mouvement organisé pour l’extérieur est facultatif. Il n’existe principalement que dans les règnes protiste et animal.

 

Principes fondamentaux du vivant :

 

·         Organisation : L’organisation est un des facteurs fondamentaux de la vie. La désorganisation provoque la mort.

·         Mouvement : Le mouvement est un autre facteur fondamental de la vie. L’arrêt du mouvement provoque la mort.

·         Limite : La délimitation est également un facteur fondamental de la vie. La suppression des limites provoque la mort.

·         Organisme : L’organisme n’est une structure vivante et autonome que par l’existence de limites et de mouvements organisés.

 

J’en profite pour faire ici une analogie avec une notion mise en lumière dans un autre chapitre du document.

 

Cadre (organisation) -> Lieux (mouvement) -> Décor (limite) -> Moi (organisme)

5.23.5.   Émotions — Les vices et les vertus[186]

Au-delà des vices et des vertus, qui forment peut-être une grille de lecture des raisons qui génèrent en nous des émotions (au sens large). Il y a les émotions brutes, ces émotions sont en quelque sorte des énergies qui nous traversent et qui nous font agir. La raison du "pourquoi" de l’apparition de ces émotions, peut certainement être cherchée dans la grille de lecture que nous offre la liste des vices et de vertus, mais en premier lieu lorsqu’une émotion apparait je suis parcouru par une énergie qui peut être identifié.

 

Wikipédia propose une page sur les émotions[187] qui permet de qualifier le nombre de ces énergies. On peut remarquer que 7 émotions de base sont citées sur le site :

 

L'un des premiers traités sur les émotions est dû au philosophe René Descartes. Dans son traité Les Passions de l'âme[188], Descartes identifie six émotions primaires : l'admiration — ce qui équivaut à notre époque à la sidération, la stupéfaction, l'étonnement, la surprise, amour, la haine, le désir, la joie, la tristesse et toutes les autres en sont composées de quelques de ces six ou bien en sont des espèces.

Une émotion est une réaction psychologique et physique à une situation. Elle a d'abord une manifestation interne et génère une réaction extérieure. Elle est provoquée par la confrontation à une situation et à l'interprétation de la réalité. En cela, une émotion est différente d'une sensation, laquelle est la conséquence physique directe (relation à la température, à la texture...). La sensation est directement associée à la perception sensorielle. La sensation est par conséquent physique. Quant à la différence entre émotion et sentiment, celle-ci réside dans le fait que le sentiment ne présente pas une manifestation réactionnelle. Néanmoins, une accumulation de sentiments peut générer des états émotionnels.

L'émotion peut se définir comme une séquence de changements intervenant dans cinq systèmes organiques (cognitif, psychophysiologique[189], moteur, dénotationnel, moniteur), de manière interdépendante et synchronisée en réponse à l’évaluation de la pertinence d’un stimulus externe ou interne par rapport à un intérêt central pour l’organisme.

5.23.5.1.     Théories dites « émotions de base »

Les émotions de base seraient aux nombres de sept, mais leurs nombres varient d’une théorie à l’autre. Cela n’a finalement pas d’importance, il faut simplement noter qu’elles encadrent une réactivité.

·         Joie[190]

·         Tristesse[191]

·          Dégoût[192]

·         Peur

·         Colère

·         Surprise

·         Mépris

 

Notes : Les émotions secondaires sont des mélanges des émotions de base (exemple : la nostalgie). Il est aussi question d'émotions mixtes, pour nommer les émotions secondaires. Par exemple, la honte est une émotion mixte, une sorte de mélange de peur et de colère (bloqué ou retournée contre soi).

 

On peut faire un parallèle avec les 7 péchés capitaux[193].

 

5.23.5.2.     Les sept péchés capitaux

Le premier à reconnaître un certain nombre de ce qu'il appelait des passions fut Évagre le Pontique, moine mort dans le désert égyptien en 399, qui s'est inspiré de listes moins formalisées d'Origène : Évagre identifia huit passions ou pensées mauvaises (logismoi en grec), et il estimait que tous les comportements impropres trouvaient leur origine dans une ou plusieurs de celles-ci :

 

·         Gula (gourmandise, gloutonnerie)

·         Fornicatio (luxure)

·         Tristitia (tristesse)

·         Ira (colère)

·         Acedia / acédie (paresse)

·         Invidia (envie)

·         Superbia (orgueil)

 

Cette liste a été revue par Jean Cassien au Ve siècle, puis par le pape Grégoire le Grand (vers 590), avant d'être définitivement fixée le quatrième concile du Latran en 1215 et par Thomas d'Aquin au XIIIe siècle.

File:Hieronymus Bosch- The Seven Deadly Sins and the Four Last Things.JPG

Jérome Bosh Les 7 Péchés capitaux[194]

 

La liste actuelle est citée par le Catéchisme de l'Église catholique dont la dernière version date de 1997[2]. Cette liste a été influencée par Thomas d'Aquin dans sa Somme théologique (question 84, Prima secundae) au XIIIe siècle. Il y mentionne que certains d'entre eux ne sont pas en eux-mêmes à proprement parler des péchés, mais plutôt des vices, c'est-à-dire des tendances à commettre certains péchés.

 

·         L’orgueil (Superbia en latin) : attribution à ses propres mérites de qualités vues comme des dons de Dieu (intelligence, etc.). Son démon est Lucifer ;

·         L’avarice (Avaritia en latin) : accumulation des richesses recherchées pour elles-mêmes. Son démon est Mammon ;

·         L’envie (Invidia en latin) : la tristesse ressentie face à la possession par autrui d'un bien, et la volonté de se l'approprier par tout moyen et à tout prix (à ne pas confondre avec la jalousie). Son démon est Léviathan ;

·         La colère (Ira en latin) : courte folie déjà pour les Anciens, entraînant parfois des actes regrettables. Son démon est Satan ;

·         L'impureté ou la luxure (Luxuria en latin) : plaisir sexuel recherché pour lui-même. Son démon est Asmodée ;

·         La gourmandise (Gula en latin) : ce n'est pas tant la gourmandise au sens moderne qui est blâmable que la gloutonnerie, cette dernière impliquant davantage l'idée de démesure et d'aveuglement que le mot gourmandise. Par ailleurs, on constate que dans d'autres langues ce péché n'est pas désigné par un mot signifiant « gourmandise » (gluttony en anglais, par exemple) [3]. Son démon est Belzébuth ;

·         La Paresse, anciennement l'acédie (Acedia en latin). Le catéchisme de l'Église catholique définit l'acédie, terme disparu du langage courant, comme « une forme de dépression due au relâchement de l'ascèse ». Il s'agit en effet de paresse morale. L'acédie, c'est un mal de l'âme qui s'exprime par l'ennui, l'éloignement de la prière, de la pénitence, de la lecture spirituelle. Son démon est Belphégor ;

5.23.5.3.     Les sept vertus (3x4=12)

Pour équilibrer les sept péchés cardinaux, il existe "sept vertus cardinales" : la chasteté, la tempérance, la prodigalité, la charité, la modestie, le courage et l'humilité. Cependant, ces vertus ne correspondent pas exactement à l'inverse des sept péchés capitaux.

Les vertus théologales (d'origine divine), que sont la foi, l'espérance et la charité, sont complétées par les vertus cardinales (d'origine humaine), que sont la justice, la prudence, la tempérance et la force (morale, c'est-à-dire le courage), et qui étaient déjà reconnues par les philosophes[195].

 

J’avoue qu’il est difficile de synthétiser à travers un tableau les vices/vertus et les réactions émotionnelles qu’elles procurent. C’est peut-être parce que les termes sont mal choisis pour pouvoir être mis en liaisons. Il est cependant évident que les vices génèrent en nous des sentiments émotionnels, qui justement portent leurs noms, idem pour les vertus. L’idée est donc de supprimer ou de restreindre les émotions, ou sentiments, ou énergies négatives, pour se nourrir principalement des énergies positives que peuvent générer les vertus. Le fait que les vices et les vertus puissent être mis en oppositions montre qu’il y a entre elles une gradation, qui va s’exprimer par un sentiment ou une « énergétissation » spécifique. La religion Chrétienne définit trois vertus théologales et quatre vertus cardinales, ce qui permet de faire un tableau de type 3x4=12.

 

On trouve sur certains sites[196] des tableaux de type dodécalogique des vices et des vertus, qui présentent à mon avis un certain intérêt par la synthèse qu’ils proposent. Voici la synthèse proposée par Mr Hector Launay sur le site www.eveilleur.fr :

Les 12 vertus résultant de la combinaison des 3 vertus théologales et des 4 vertus cardinales

Vertu fondamentale

Vertu théologale

Vertu cardinale

Qualités requises

Vice correspondant

 

 

 

 

 

1. la connaissance

Foi +

Justice

Connaissance

l’envie* (l’ignorance)

2. la joie (l’allégresse)

Espérance —

Justice

Connaissance

la paresse

3. le pardon (le don)**

Amour =

Justice

Connaissance

l'avarice (l’égoïsme)

 

 

 

 

 

4. la sagesse

Foi +

Prudence

Savoir et Intelligence

La folie (le déni du réel)

5. la persévérance

Espérance —

Prudence

Savoir et Intelligence

l'inconstance

6. l'humilité

Amour =

Prudence

Savoir et Intelligence

l'orgueil

 

 

 

 

 

7. la patience

Foi +

Tempérance

Maîtrise des émotions

La colère

8. l'obéissance

Espérance —

Tempérance

Maîtrise des émotions

La désobéissance

9. la concorde (la paix)

Amour =

Tempérance

Maîtrise des émotions

La discorde (la guerre)

 

 

 

 

 

10. le courage

Foi +

Force

Santé et Audace

La lâcheté

11. la chasteté

Espérance —

Force

Santé et Audace

La luxure

12. la douceur

Amour =

Force

Santé et Audace

La dureté (la violence)

* nommé aussi convoitise, seul l’ignorant convoite, car celui qui connaît la Justice divine (qui a foi en la Justice) ne convoite pas ce qu’il sait ne pas mériter.

** ou encore la miséricorde, la générosité, la bienveillance, les synonymes sont nombreux.

 

En caractères gras, on retrouve 6 des 7 péchés capitaux. Mais où donc se trouve la gourmandise – ce 7e péché capital — dans la liste des vices. En fait, la gourmandise n’est qu’un cas particulier d'intempérance, et elle a été rajoutée pour faire un total de 7 péchés comme il existait 7 vertus. Elle n’est dangereuse que lorsqu’elle est boulimie, gloutonnerie qu’il s’agisse de nourritures corporelles ou intellectuelles. De même, le mensonge n’y apparaît pas, car c’est une forme particulière d’hypocrisie.

On retrouve également 2 des 3 vœux classiques du catholicisme que se doivent de prononcer les moines : obéissance et chasteté. Mais la pauvreté manque à l’appel.

Notons que les vertus nées de la Foi – la Connaissance, la Sagesse, la Patience et le Courage – sont actives (à polarité positive) et nous demandent d’agir, elles nous obligent à faire un effort.

Les vertus nées de l’Espérance – la Joie, la Persévérance, l’Obéissance et la Chasteté — sont passives (à polarité négative) et nous demandent un abandon de soi, un état de réception et d’ouverture, de lâcher-prise.

Les vertus nées de l’Amour – le Pardon, l’Humilité, la Concorde et la Douceur – sont résultantes (à polarité neutre), car elles résultent des vertus à polarité positive et négative correspondantes.

 

·         Le pardon naît de la connaissance et de la joie combinées.

·         L’humilité naît de la sagesse et de la persévérance combinées.

·         La concorde naît de la patience et de l’obéissance combinées.

·         La douceur naît du courage et de la chasteté combinés.

Tableau synthétique des 12 vertus

 

Foi

Espérance

Amour

Justice

Connaissance

Joie

Pardon

Prudence

Sagesse

Persévérance

Humilité

Tempérance

Patience

Obéissance

Concorde

Force

Courage

Chasteté

Douceur

Tableau synthétique des 12 vices

 

Foi

Espérance

Amour

Justice

Envie

Paresse

Avarice

Prudence

Folie

Inconstance

Orgueil

Tempérance

Colère

Désobéissance

Discorde

Force

Lâcheté

Luxure

Dureté

 

On peut trouver[197] d’autres tableaux, qui essaient aussi de synthétiser les vertus et les vices autour d’une logique 4 x 3 = 12.

 

Il y a aussi des correspondances possibles avec l’image du tétramorphe :

File:Autun ms3 12v.jpg

Évangiles de Gundohinus (nom du scribe). Monastère de Vosevio (non encore identifié). France de l'Est (Bourgogne?). 754/755. Christ en gloire, Anges et Tétramorphe. F° 12v. Autun, Bibliothèque Municipale. Ms 3[198].

 

Voici un tableau pour essayer de rapporter tout ceci aux quatre éléments.

 

 

Terre

 

 

air

 

eau

 

feu

 

Justice

 

 

force

 

tempérance

 

prudence

 

Ange

 

 

Bœuf

 

Lion

 

Aigle

 

Incarnation (homme)

 

 

Sacrifice du Christ

 

Résurrection

 

Ascension

 

toucher

 

odorat

 

Goût

 

Vue/ouïe

 

 

manger

 

respirer

 

boire

 

Vivre

 

 

5.23.6.   Le prisme[199] ou la matrice de perception

Si nous reprenons la roue des émotions de Plutchik vue plus haut et que nous remarquons qu’elle ressemble à la roue des couleurs, nous pouvons faire quelques analogies complémentaires.

Fichier:Plutchik-wheel.svg

Roue des émotions de Plutchik[200]

 

  1. En fait, la Lumière (informations) vient à moi, de l’extérieur, en utilisant mes sens[201], qui sont des sortes de trous (yeux, nez, bouche, oreilles, etc.)[202].
  2. Je me comporte alors comme un prisme qui décompose cette Lumière et l’affiche dans la conscience en utilisant la palette (7) des couleurs, des sons, des gouts…
  3. Le mental intervient alors et colore l’information par un sentiment, qui génère des émotions (roue des émotions).
  4. Je pars alors dans des mentalisations diverses.

 

Les cinq sens [203](série), 1872–79, Hans Makart.

 

 

Je suis moi-même inscrit dans le calendrier découpé en bloc immuable de sept jours, la semaine.

La Terre s’inscrit dans un système cosmologique où les Anciens y voyaient sept planètes[204].

 

File:Ptolemaicsystem-small.png

Reproduction du système géocentrique[205] de Ptolémée

 

Hormis la lumière qui arrive vers moi, tout le reste est vu à travers le prisme déformant que je suis. La Lumière entre par les trous de mon corps et est projetée sous forme de coloration dans la conscience.

 

·         La première projection est réalisée par mon système cognitif, et c’est la plus précise.

·         La deuxième projection est réalisée par mon mental inconscient, et est colorée par mes affects.

·         La troisième projection est réalisée par mon mental conscient, et est colorée par mes réactions visibles.

·         Les projections suivantes sont réalisées par mes habitudes à donner du sens aux choses…

 

Il faut contrôler les différentes projections, pour qu’elles perturbent le moins possible la première, de façon à recevoir une lumière la plus blanche possible, la plus pure, la plus en vérité avec le réel.

 

䐢숥

 

Lumière (réel) -> trous -> ((triangle->carré) 3+4=7, 3x4=12) -> ma réalité

 

೸샇

 

Trous vers la lumière.

 

Ce dessin essaie de montrer que mes capteurs sont complètement responsables du nombre de variables que je peux associer à une information. Le domaine « visible » du réel capté par l’être humain est très faible au regard des données présentes.

350px-Spectre

Le domaine visible du spectre électromagnétique

 

 

霷쇹

 

Le pont entre le réel et ma réalité (entre Dieu et l’Homme) est bien l’arc-en-ciel

 

䐢숥

 

5.24.  Un lieu actif, un modèle ou une simple maquette[206]

Ce chapitre est plus un ensemble de réflexion sur l’idée que le décor possède un certain pouvoir sur notre logique de raisonnement. Il présente l'idée qui est possible de réaliser une structure, qui pourrait être en résonnance avec ces phénomènes et ces énergies, qui nous entourent et nous forment. Partant du principe que plus la structure construite sera en phase avec notre réalité, plus elle devrait permettre une résonnance forte. L’idée est proche de l’usage d’une maquette[207], d’une mécanique fabriquée à une échelle réduite, pour valider certains fonctionnements de la mécanique réels.

 

 

Dans notre logique, l’idée recherchée est de pouvoir invoquer la mémoire commune, l’information globale, à travers une structure analogique qui représente le sujet de notre invocation. Si j’ai devant moi une maquette de modèle réduit de train, la vue de la maquette va certainement m’aider à trouver des réponses en ce qui concerne le train[208] lui-même (le vrai). Plus mon modèle sera important et détaillé (maquette d’un réseau ferré), plus je pourrais obtenir de réponses à mes questions sur ce sujet. Des abstractions et des intuitions pourront apparaitre invoquées par la simple présence de la maquette. Si je réalise une maquette d’un objet donné, je serais limité par la forme de cet objet et je chercherais à le reproduire à l’identique à une échelle différente. Cette maquette pourra me faire rêver, mais la correspondance entre la maquette et la réalité étant certainement très proche (comme sur la photo de maquette située plus haut), l’abstraction sera faible. Par contre si j’utilise pour réaliser ma structure de représentation des formes de type symboliques ou ouvertes, alors j’aurais une plus grande plage de manœuvre dans l’interprétation des réponses possibles. Il faut introduire une certaine liberté dans la précision de la structure créée, « faire du flou précis ».

 

La représentation doit être fidèle à la structure qu’elle représente, mais les images utilisées pour construire la représentation doivent permettre à l’esprit de créer des liens les plus nombreux possible. Dans le cas qui nous intéresse, le symbole et sa représentation imagée sont certainement le meilleur outil dont nous disposons, pour ouvrir l’esprit à de nouveaux liens vers des réponses ou des émergences.

 

Les images pouvant être trouvées dans des ouvrages tirés des travaux de Raymond Lulle, ou de Giordanno Bruno, [209] et tant d'autres vont dans ce sens. Nous sommes dans des logiques de création de systèmes combinatoires, où les éléments de base de la structure créer permettent de représenter l’ensemble des combinaisons possibles, et donc doivent pouvoir fournir la réponse à toutes les questions ou tout du moins permettre de mettre en évidence l’ensemble des possibles. Nous savons que d’un ensemble peut émerger un élément nouveau produit par la combinaison des parties. Donc si ma structure contient l’ensemble des parties connues, leurs combinaisons vont nécessairement permettre l’émergence de nouvelles parties. Si je considère le côté magique de l’invocation propre à un système d’information (mémoire), alors cette structure doit me permettre d’obtenir des réponses précises sur des questions précises. Le langage, le jeu de Tarot et bien d’autres systèmes répondent à ces critères

 

C'est un peu comme un poste de radio qui permet grâce à un système de mise en résonnance de recevoir les ondes radio[210], de recevoir de l’information. S’il existe un émetteur, je peux faire une structure, qui sera capable de recevoir, l’information émît. Ici, l’idée c'est que l’émetteur est le tout, et que le questionneur qui essaie d’être en résonnance est une de ses parties. Comme la partie contient le tout et que le tout est constitué des parties, il faut trouver un système permettant une communication globale. L’esprit n’a pas de limite, d’espace-temps, et doit pouvoir accéder à l’ensemble du tout, il en est d’ailleurs certainement une partie qui doit le contenir. Si en esprit je questionne, la réponse doit me parvenir par l’esprit. Ma maquette doit être syntonisée[211] avec ce que je veux recevoir ou percevoir (rece-voire ou perce-voire, re-cevoir, per-cevoir…). Il faut que je sois en résonnance avec ce que je recherche pour qu’il puisse apparaitre. De la même manière, je peux trouver une solution à un problème par le raisonnement (résonnance), c'est-à-dire que je vais modéliser (modélisme, maquette) dans mon esprit le problème pour m’aider à le résoudre. Je vais faire appel (invocation) à ma mémoire, pour raisonner sur des souvenirs, ce qui fera émerger une solution. Dans ce schéma, les souvenirs qui seront utilisés seront en rapport (résonnance, affinité, association…) avec le problème posé. Le raisonnement va réaliser une sorte de processus combinatoire entre des souvenirs, ce qui fera émerger des idées, des intuitions. Si le processus est correctement réalisé, je devrais avoir une idée, ou des idées, de résolution, ou un plan d’action. L’action consistant à mettre en œuvre le plan d’action m’apportera des informations complémentaires de type expériences, qui pourront de nouveau enrichir le processus pour affiner la solution. Nous sommes ici dans un processus en spirale ou chaque nouveau tour nous rapproche du but, de la solution du problème, de la réponse à la question, ou toute autre chose à découvrir.

 

Dans ce raisonnement, le point de départ est l’utilisation de souvenir personnel en rapport avec le problème. Il est bien sûr possible d’utiliser des documents ou de l’information externe pour réaliser ce processus. Du coup, l’usage de dictionnaire ou tout autre élément de savoir extérieur est le bienvenu. L’usage de supports facilite la recherche, car ils permettent de couvrir des sujets sur lesquels on n’a pas forcément de souvenir. Le moteur de recherche Google, et l’infrastructure Internet qui se cache derrière sont un support extraordinaire, car il permet de trouver un nombre énorme de liens sur des sujets très divers. L’Internet est une structure de mémoire énorme, et les outils comme Google et d'autres permettent de la faire « parler ».

 

Tout ceci est de l’ordre du rationnel et du bon sens. Il est possible de transcender ces principes et de constater que l’ensemble de ce que nous sommes et de ce qui nous entoure est en réalité inscrit dans l’univers. Tout répond et s’harmonise autour des éléments astraux que j’ai essayé rapidement de décrire dans d’autres chapitres. La nature vie au rythme des saisons qui elles-mêmes s’inscrivent dans les mouvements des astres. Tout est synchronisé par ces horloges que sont les mouvements des astres. Au-delà de ce mouvement qui influence les éléments, nous avons les énergies qui arrivent sur notre terre en provenance du « ciel », et qui participent de toute évidence à notre existence, elles en sont même peut-être la source. Sans les énergies, émissent par le Soleil en direction de la Terre, il n'y a pas de vie.

 

 

Dans tous les cas, je suis de toute évidence un des résultats de cet ensemble de choses dans lequel je suis inscrit, physiquement et par l’esprit. Je ne suis pas seulement présent, ici et maintenant, je suis le fruit en action / réaction, en mouvement, de cet environnement qui m’a créé et me façonne en permanence. Mon corps est ce mouvement qui est indissociable du tout, je ne suis pas uniquement mon corps, mon corps est une partie du tout et il contient le tout.

 

Visiblement les mécanismes, qui me régissent de façon standard, ne me permettent pas d’avoir conscience, par l’expérience directe du tout, mais me limite aux perceptions de mon corps. J’ai donc besoin pour accéder à l’information du tout de passer par une logique de support, qui va me remettre en lien avec lui. Un peu comme des portes, qui me permettraient d’entrer dans des pièces contenant des informations. L’information existe, le problème est de savoir comment y accéder. Pour Internet, c’est facile, j’utilise une structure mémorielle « câblée », structurée, à l’accès codé. Pour l’univers, il faut que je construise un modèle qui le représente, de façon à trouver les chemins qui mènent aux réponses, une logique de lien entre les choses.

 

Le moteur permettant de faire fonctionner la maquette, le modèle, peut-être l’invocation mémorielle, le raisonnement, l’intuition, l’esprit. Ce modèle doit donc, une fois construit, être intégré en soi, pour pouvoir être utilisé comme une structure d’organisation, permettant à l’esprit d’interconnecter l’information de l’univers contenue dans la partie que je suis (qui contient le tout).

 

Pour intégrer une structure en soi, il suffit de mémoriser l’information, le modèle, et de travailler dessus. En réalité, le texte que vous êtes en train de lire est construit de cette façon. Les lettres sont un modèle qui permet la combinatoire, les mots, les phrases, les idées, le sens, etc. J’ai intégré ce modèle depuis l’enfance et il me permet de penser, de raisonner, de découvrir le monde.

 

Travaillant sur ce modèle, l’ayant intégré dans mon esprit, il devient un outil me permettant de raisonner, d’entrer en résonnance avec de l’information. Cet outil, cette structure, ce modèle, a des limites, il ne me permet de faire que du conceptuel, parce qu’un mot pointe vers une foule de sens différent. Le langage permet cependant d’être très précis. Une fois une chose conceptualisée, je dois l'expérimenter, pour intégrer au niveau physique l’idée. La carte n’est pas le territoire.

 

 

Simplement en évoquant (invoquant) dans mon esprit la logique de fonctionnement des astres, en rédigeant ce document, j’ai fait naitre en moi des connexions qui m’ont fait avoir des prises de conscience sur ma place dans cet univers. La représentation mentale de la structure du système solaire a éveillé en moi des réponses, elle m’a fait prendre conscience de…

 

Réalisant cette étude, j’ai de facto ordonné le fonctionnement des astres dans mon esprit et cela m’a fait me mettre en relation avec cette structure. Cela m’a porté à comprendre que j’étais inscrit dans le mouvement des astres, ils me gouvernent et mon corps vie au rythme de ces mouvements.

 

Je suis un sous-produit des astres, de la matière, qui a subi et qui subit encore les dictats des énergies fournis par le Soleil et plus généralement de l’univers. Je n’existe que par la présence du Soleil, de la Terre et de l’Univers, parce que je suis une partie du tout. Je me plis 24h/24 aux lois des éléments qui me compose, et qui s’inscrivent dans l’univers.

 

Comme le dit Hubert Reeves[212] :

 

« C’est mon histoire qui est racontée : ce sont les mêmes forces qui organisent l’infiniment grand et l’infiniment petit, les cellules de mon corps comme les gigantesques amas de galaxies. Je fais partie d’un tout, je suis… POUSSIÈRES D’ÉTOILES »

 

Hubert Reeves

 

 

5.24.1.   L’univers comme modèle[213]

Dans cette logique de rechercher, de structures informationnelles, permettant une mise en relation avec le tout, je peux rechercher ce qui dans la nature présente une logique structurelle. Il est facile de trouver des correspondances au niveau de la cosmologie dans laquelle nous nous situons (inscrivons), les planètes, le nombre de jours de la semaine, etc.

 

Je cherche ce qui dans la nature a bien pu servir de modèle, de structure de base, à la création de ces constructions humaines que sont : les découpages cosmologiques, tels que les signes du zodiaque par exemple. La création des alphabets s’appuie-t-elle sur des concepts ou bien sur des réalités de la création perçue par des intuitifs ou des « voyants ».

 

 

L’idée n’est pas alors de rechercher les réponses dans des constructions humaines, mais plutôt dans la construction de l’univers lui-même. L’objectif est de construire un modèle de l’univers, une maquette, un microcosme qui s’appuie sur des réalités pouvant être vécues, pas des correspondances sans fin de systèmes théoriques, qui se copient les uns les autres, de simples constructions humaines qui seraient basées sur des concepts fumeux.

 

Les chapitres précédents essaient déjà de rechercher dans l’expression de la cosmologie son lien avec la nature. Par exemple, les saisons qui sont marquées par les phénomènes des équinoxes et solstices et qui donnent des points de repère en correspondance avec les traditions et des symbolismes divers.

 

Il existe au moins deux domaines qui me semblent « refléter » assez bien un système structuré, et qui peuvent facilement être démontrés et mis en équation. Ces domaines sont les couleurs et les notes de musique, ou tout simplement le son. Nos deux principaux sens nous permettent de voir et d’entendre. La vue nous donne accès aux couleurs et l’ouïe aux sons. La vue s’exprime par une collecte d’information que notre conscience nous présente sous la forme de couleurs. L’ouïe permet à notre conscience de nous présenter des sons. Ces deux systèmes ont depuis longtemps été scientifiquement analysés et présentent certaines spécificités qu’il est intéressant de présenter ici.

 

 

5.24.1.1.     La roue des couleurs (cercle chromatique)

 

L’ensemble des couleurs[214] du spectre est fréquemment présenté sous la forme d’une roue permettant par mélange de générer l’ensemble des teintes visibles.

 

On peut trouver sur internet des propositions de construction de ces roues. Le nom donné pour ces constructions est : cercle chromatique[215].

 

La lumière visible est la partie du spectre électromagnétique qui est visible pour l'œil humain. Il n'y a pas de limite exacte au spectre visible : l'œil humain adapté à la lumière possède généralement une sensibilité maximale à la lumière de longueur d'onde d'environ 550 nm, ce qui correspond à une couleur jaune-verte. Généralement, on considère que la réponse de l'œil couvre les longueurs d'onde de 380 nm à 780 nm bien qu'une gamme de 400 nm à 700 nm soit plus commune. Cette gamme de longueurs d'onde est importante pour le monde vivant, car des longueurs d'onde plus courtes que 380 nm endommageraient la structure des molécules organiques tandis que celles plus longues que 720 nm seraient absorbées par l'eau, constituant abondant du vivant[216].

Un cercle chromatique est une représentation circulaire des couleurs conventionnelle. Celles-ci sont ordonnées comme au sein d'un arc-en-ciel, la fermeture du cercle s'effectuant par une transition du rouge au violet via le magenta. Généralement, l'orientation des couleurs se fait dans le sens direct (rouge, puis jaune, puis vert, etc.). Le rouge est souvent positionné en haut du cercle ou sur la droite. Un cercle chromatique peut présenter les couleurs sous forme discrète (parts du cercle) ou en continu. Il arrive qu'on utilise tout le disque pour présenter les variantes soit en intensité, soit en saturation des couleurs.

 

Historique

 

Le premier qui eut l'idée de placer les couleurs sur un cercle chromatique est Isaac Newton. Ce classement des couleurs fait suite à la découverte de la décomposition de la lumière blanche du Soleil en différentes couleurs spectrales. Newton ne place pas le magenta sur son cercle chromatique, car ce n'est pas une couleur spectrale. Le chimiste Chevreul utilisera cette représentation circulaire dans son livre " des couleurs et de leurs applications dans les arts industriels" en 1864 développant sa théorie parue en 1839 " De la loi du contraste simultané" permettant la classification des pigments par de leur solidité à la lumière, leur clarté, leur saturation et de leur impact visuel. Cette classification physico-chimique de la couleur pigmentaire a eu un grand impact sur l'esthétique dans les arts plastiques et le design par la théorie harmonique des couleurs complémentaires.

 

Caractéristiques

 

L'intérêt du cercle chromatique réside dans ses caractéristiques :

 

 

Le cercle chromatique[217] dessiné par Goethe en 1810.

 

Cercle chromatique montrant la complémentarité des couleurs primaires et secondaires.

 

Le principe de ce cercle part du constat que trois couleurs primaires[218] (le triangle central) ne sont pas divisible et donne par leur mélange l’ensemble des autres couleurs. Chaque zone correspond au mélange à part égal des deux couleurs contigües.

 

Couleur primaire

 

Visiblement, la logique de la vision et du mixage des couleurs primaires est simplement liée au type de capteur qui se trouve dans nos yeux. Les déductions qui peuvent être faites s’appuient donc sur une information humaine (capteur). Une interprétation technique de la source. Nos capteurs sont bleu, rouge, vert. Dans tous les cas, il semble bien que trois couleurs primaires par addition ou soustraction permettent de former l’ensemble des autres couleurs visible.

 

180px-Additive_color

Synthèse additive : des rayons de lumières se superposent.

 

L'expression « couleurs primaires » indique par sa composition les deux axes principaux de cette définition. La proximité qui existe entre « couleurs primaires » et la notion de couleurs ; c'est-à-dire la perception humaine de la lumière. Le caractère primitif des « couleurs primaires » doit être explicité. La lumière est composée de photons et la couleur de ces derniers varie en fonction de leur longueur d'onde. Donc toutes les lumières visibles se représentent sur une échelle linéaire.

 

180px-Substractive_color

La synthèse soustractive : des pigments sont mélangés, la lumière absorbée.

 

La perception de la couleur n'est possible que par la présence de lumière. Contenu dans la lumière blanche, l'ensemble du spectre visible peut être mis en évidence par sa dispersion, possible par le biais d'un prisme, d'une lentille ou d'un dioptre[219].

 

La lumière visible est la partie du spectre électromagnétique qui est visible pour l'œil humain. Ce dernier possède généralement une sensibilité à des longueurs d'onde de 400 nm à 700 nm excluant l’infrarouges (supérieurs à 745nm) et les ultraviolets (inférieurs à 400 nm).

 

5.24.1.2.     Son – notes – gamme — Roue de transposition

Dans le domaine du son, on peut trouver sur internet des gadgets en forme de roue permettant de réaliser facilement des transpositions de gammes.

 

Quelle est la logique qui se cache derrière le fait d’avoir 7 notes principales.

 

Visiblement, on doit à Pythagore[220] la construction de nos gammes[221] musicales. La science et l’histoire expliquent largement la logique de construction de la gamme Pythagoricienne. La construction est le fruit d’une réflexion de la part de Pythagore qui cherchait un modèle à travers la construction de la gamme. Il n’en reste pas moins vrai que cette gamme se construit par simple division de longueur de corde, ce qui montre un rapport naturel entre les sons et les notes. Nos oreilles se sont certainement habituées à l’écoute de ces gammes, et il est difficile de dire si nous sommes en face d’une structure naturelle ou bien d’une construction humaine, qui s’est installée dans la structure de l’esprit humain. La construction des notes et des gammes est en très grande partie tirée des observations astrologiques et les notes ainsi que les gammes s’inscrivent dans la cosmologie.

 

Histoire

 

L'école des pythagoriciens a théorisé la gamme heptatonique dans l'harmonie des sphères en utilisant les rapports de nombres entiers le plus simples sur le monocorde : l'octave (rapport 1/2, la corde est partagée en deux), la quinte (rapport 2/3, la corde vibre sur ses deux tiers) et la quarte (rapport 3/4). Ces intervalles étant alors considérés comme les seuls consonants.

 

Aucun texte de Pythagore ne nous est parvenu, mais on retrouve chez Platon les termes du rapport du limma, soit 256/243.

 

Newton (1704) était convaincu qu'il devait y avoir une parfaite correspondance entre les diverses couleurs et les notes de la gamme. Voltaire, dans les Éléments de philosophie de Newton (1738), p. 182, résume les résultats : "La plus grande réfrangibilité du violet répond à ré ; la plus grande réfrangabilité du pourpre répond à mi." Violet/ré, pourpre/mi, bleu/fa, vert/sol, jaune/la, orange/si, rouge/do (ut). Voltaire ajoute : "Cette analogie secrète entre la lumière et le son donne lieu de soupçonner que toutes les choses de la nature ont des rapports cachés que peut-être on découvrira quelque jour."

 

Les propriétés mathématiques de la gamme pythagoricienne lui ont donné dans l'Antiquité un caractère magique, Jean-Philippe Rameau a même eu l'idée que la musique était la base des mathématiques.

 

Fréquence[222]

 

Tout son musical (ou note) possède une fréquence fondamentale correspondant à sa hauteur. Deux notes dont les fréquences fondamentales ont un ratio équivalent à deux (c'est-à-dire la moitié, le double, le quadruple...) donnent deux sons très similaires. Cette observation permet de regrouper toutes les notes qui ont cette propriété dans la même catégorie de hauteur.

Dans la musique occidentale, les différentes catégories de hauteurs sont au nombre de sept et s'appellent : do, ré, mi, fa, sol, la et si. L'intervalle compris entre deux hauteurs dont la fréquence de l'une vaut le double (ou la moitié) de l'autre s'appelle une octave. Pour distinguer deux notes de même nom dans deux octaves différentes, on numérote les octaves et donne ce numéro aux notes correspondantes : par exemple, le « La3 » (ou A4) a une fréquence de 440 Hz dans la norme internationale. Cette fréquence de référence est donnée par un diapason.

La formule est : f_n = f_0 \times a^n. Avec a la racine douzième de deux et n le nombre de demi-tons au-dessus de la note de départ f0. On s'aperçoit que la fréquence croit de manière géométrique par rapport à la note.

 

 

 

Fréquences des notes

Note\octave

0

1

2

3

4

5

6